missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°58 Breuklijnen

Avril - April 2012
mardi 24 avril 2012 par J.V.

 BOSCO NTAGANDA et la COUR PÉNALE INTERNATIONALE

COMMUNIQUE DE PRESSE
DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE DU NORD-KIVU

Goma, le 4 avril 2012

Après le verdict de la Cour pénale internationale du 14 mars 2012, reconnaissant la culpabilité de Thomas LUBANGA pour crimes contre l’humanité, les organisations de défense des droits humains du Nord-Kivu ont uni leur voix à celle de leurs homologues congolais et étrangers pour louer ce développement, et surtout pour exiger par la même occasion la fin de l’impunité en République Démocratique du Congo, et à l’Est en particulier.

Le cas le plus emblématique et le plus irritant de l’impunité des crimes internationaux commis en RDC étant sans conteste celui de Bosco NTAGANDA , ancien Chef d’Etat-major de Thomas LUBANGA, et plus tard de Laurent NKUNDA, contre qui il existe depuis 2006 un mandat d’arrêt international délivré par la CPI, nombreuses sont les voix qui se sont élevées et s’élèvent encore pour réclamer son arrestation et son transfert à La Haye pour jugement.

Nous sommes cependant consternés de remarquer que plus de quinze jours ont passé, mais les autorités de la RDC – en premier ordre le Président Kabila – semblent avoir opté pour le silence et l’impasse face aux appels légitimes pour la Justice et contre l’impunité, notamment en ce qui concerne Bosco NTAGANDA, toujours Général au sein des FARDC.
En revanche, Bosco NTAGANDA multiplie des manœuvres pour narguer la population martyrisée du Nord-Kivu et intimider les défenseurs des droits humains, si bien que la vie de certains est désormais en danger évident.

A titre illustratif, Madame Justine MASIKA de la Synergie des Femmes pour les Victimes des Violences sexuelles (SFVS) et Monsieur Sabra MPOYI de l’Association des Jeunes Avocats pour un Leadership Intégral (AJALSI) ont ces derniers jours reçu plusieurs menaces directes et par téléphone, avec référence explicite aux déclarations qu’ils ont faites aux médias internationaux au sujet de Bosco NTAGANDA.

Nous, organisations de la société civile du Nord-Kivu, annonçons à la communauté nationale et internationale que nous sommes fortement solidaires des vaillantes citoyennes et des vaillants citoyens qui osent braver la peur pour défendre la cause noble, légitime et universelle de la Justice.

Cependant, connaissant trop bien la capacité de nuisance de Monsieur Bosco NTAGANDA et ses escadrons, nous prenons ces menaces très au sérieux et marquons notre profonde préoccupation face au climat de psychose généralisée qui sévit depuis quelques jours maintenant dans la province du Nord-Kivu, spécialement dans la ville de Goma et les territoires de Masisi, de Nyiragongo et de Rutshuru.

C’est pourquoi, tout en réitérant les recommandations contenues dans notre Déclaration commune du 21 mars 2012 :

- 1. Nous demandons aux autorités congolaises, plus particulièrement au Président de la République :

  • D’exécuter sans délai le mandat d’arrêt de la CPI en arrêtant et en transférant Monsieur Bosco NTAGANDA à La Haye pour son jugement, et de le mettre ainsi hors d’état de nuire ;
  • De prendre sans attendre toutes les mesures qui s’imposent pour rassurer la population du Nord-Kivu et assurer la sécurité des défenseurs des droits humains dans cette partie du pays face à Monsieur NTAGANDA et ses acolytes ;
  • De redoubler de vigilance et de précaution afin de parer à toute éventualité de manipulation de ce dossier purement judiciaire par les adeptes de l’injustice, de la violence, de la manipulation et du chaos, de quelque bord qu’ils soient ;

- 2. Nous encourageons la population congolaise et nord-kivutienne, ainsi que les défenseurs des droits humains :

  • A rester vigilants, mais de ne pas céder ni à la peur, ni aux intimidations, et encore moins au découragement face à ce combat légitime contre le crime et l’injustice ;
  • A se montrer plus solidaires que jamais jusqu’à ce que triomphe la justice, aussi bien en ce qui concerne Bosco NTAGANDA que pour tous les autres criminels comme lui, quel que soit leur rang ou leur influence ;

- 3. Nous demandons à la communauté internationale, à la MONUSCO, aux partenaires internationaux de la RDC, ainsi qu’aux amis du peuple Congolais :

  • D’accentuer la pression sur le Président Kabila et les autorités congolaises en général, afin que Bosco NTAGANDA soit mis hors d’Etat de nuire, et que plus jamais l’impunité ne soit de mise en RDC ;
  • De prendre toutes les mesures préventives qui s’imposent pour la sûreté des défenseurs des droits humains en République Démocratique du Congo et au Nord-Kivu plus particulièrement, afin que l’on ne vienne à déplorer une autre tragédie comme cela a déjà été le cas plusieurs fois par le passé ;

- 4. Nous notons à l’intention de Monsieur Bosco NTAGANDA :

  • Qu’il a intérêt à coopérer avec la Justice internationale, et même à se rendre, plutôt que d’aggraver sa situation et de s’exposer davantage à la traque et à l’humiliation d’une arrestation spectaculaire, s’il a quelque moyen de défense à faire prévaloir ou s’il lui reste encore quelque honneur à préserver, car, de toute manière, le rouleau de la Justice ne s’arrêtera point, tant qu’un seul nord-kivutien sera encore debout.
    Ainsi fait à Goma, le 4 avril 2012.

    Les organisations de la Société civile du Nord-Kivu
    (Liste des organisations signataires en annexe).
     

Une semaine plus tard…

Dans une déclaration publique prononcée dans l’est du Congo le 11 avril 2012, le président Kabila a indiqué qu’il envisageait de faire arrêter Ntaganda . La visite éclair de Joseph Kabila dans cette région survenait dans le contexte d’un retour de l’insécurité dans le Nord Kivu et le Sud Kivu, après que des soldats fidèles à Ntaganda eurent tenté de se mutiner. La déclaration du président a paru signaler un revirement important dans l’attitude du gouvernement congolais vis-à-vis du général Ntaganda, qu’il considérait auparavant comme indispensable à la poursuite du processus de paix dans le pays.

Nous attendons la suite…


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 203 / 653193

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License