missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Pourquoi l’Islam ?

Dieu aime tous les hommes de bonne volonté.
mercredi 6 février 2008 par Webmaster

Le 1er février 2008, un Père Blanc célébrait, à la Basilique Notre-Dame d’Afrique à Alger, le 60e anniversaire de son ordination Sacerdotale.

A cette occasion il nous livre sa réflexion sur la rencontre de l’autre, différent par sa religion : ce qui compte c’est la valeur humaine de chacun...

J’ai passé la majeure partie de ma vie dans ce pays, dans un environnement presque entièrement musulman, avec tous les élèves que j’ai eus, avec leurs familles, avec toutes les connaissances rencontrées et les amitiés suscitées.

Et cela m’a souvent posé ce que le Père Christian de Chergué appelait sa lancinante question :

Pourquoi l’Islam ?
Pourquoi cette division avec la foi chrétienne alors que nous reconnaissons le même Dieu ?
Quelle est sa place dans le dessein éternel de Dieu ?

Et j’aimerais vous dire ce qui m’a toujours conduit toutes ces années. Cela m’est venu au cours d’une visite : peu après mon arrivée en Algérie, alors que j’étais plein de préjugés plus ou moins conscients contre l’Islam, j’ai été invité un soir avec un autre Père par un de nos professeurs du collège, un très bon professeur d’arabe, musulman convaincu ; et là je me suis trouvé devant une famille exemplaire, avec des enfants bien élevés, un couple uni, une maison bien tenue. Et la lumière a brusquement jailli en moi. Comment Dieu ne les aimerait-Il pas ?

Et peu à peu j’ai compris que ce n’est pas tant l’appartenance à telle religion qui a de l’importance devant Dieu : Dieu aime tous les hommes de bonne volonté. Ce qui importe, c’est la valeur humaine de chacun, selon les lumières qu’il reçoit. Quand un homme pratique la soumission à Dieu, la droiture, le souci des autres, comment Dieu ne l’aimerait-il pas ? Quand une mère de famille est toute dévouée à ses enfants et pleine de charité pour les autres, comment Dieu ne l’aimerait-elle pas ?

C’est cette valeur humaine que nous avons toujours eu à cœur de développer dans nos écoles et collèges, dans le respect de la foi des enfants qui nous étaient confiés. Et combien de fois nous avons pu admirer le dévouement de leurs parents, leur valeur humaine et la confiance qu’ils nous faisaient

Cela ne veut pas dire que je ne suis pas conscient d’avoir reçu en Jésus, notre sauveur, la source de lumière et de vérité ; et qu’Il nous rend responsables de la répandre autour de nous. Jésus nous a avertis : à celui qui a reçu davantage, il sera exigé davantage. Mais c’est Dieu qui répand la lumière comme Il le veut : comme dans la parabole du semeur, c’est lui qui sème le bon grain, et nous, nous avons à préparer le terrain, c’est à dire les valeurs humaines capables de porter du bon fruit. Voyez la parabole du jugement dernier en saint Matthieu

Au total, au bout de ces 60 années, je me sens les mains vides : je n’ai jamais rien fait d’extraordinaire ; j’ai essayé seulement d’être un instrument docile dans les mains de Dieu ; et pour finir je ne peux que redire avec le Psalmiste :

  Que rendrai-je au Seigneur
Pour tout le bien qu’Il m’a fait ?
J’élèverai la coupe du salut
Et j’invoquerai le nom du Seigneur

En confiant une fois de plus ma prière à Marie, à N. D. d’Afrique qui m’a tant de fois secouru

Amen


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 295 / 602034

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site Algérie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License