missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Algérie

Tamanrasset, carrefour de la dignité

RELAIS P.B. MAGHREB N°18 – Fév. 2013
mardi 12 février 2013 par Webmaster

« Tu es, Seigneur, le lot de mon cœur… » Vous connaissez ce cantique. Chanté par des voix africaines dans l’église de Tamanrasset, il m’a ramené à ce Negro Spiritual dont il a emprunté la musique, « Nobody knows the trouble I’ve seen…  ». Mais bien plus que ce chant, c’est l’assemblée eucharistique elle-même qui m’a le plus marqué.

La majorité de l’assistance était composée de chrétiens migrants soit stabilisés dans cette grande ville du Sud algérien, soit en instance de départ vers le nord, toujours avec le risque d’une reconduite à la frontière. Ces chrétiens, hommes et femmes, ne sont pas venus à l’église pour demander quelque secours matériel, pour être pris en charge ou assistés. Ils sont venus prier, crier vers Dieu leurs espoirs et leurs détresses, comme le faisaient les esclaves des producteurs de coton d’Amérique. C’est dans cette assemblée presque quotidienne, à travers leurs chants de louange, leurs cris vers Dieu, qu’ils retrouvent et manifestent leur dignité d’hommes et de femmes. Ils ne peuvent l’exprimer ailleurs. Dans la rue, ils sont souvent agressés, sur leur lieu de travail, exploités, dans leurs ghettos, insécurisés. Ici, ils sont pleinement eux-mêmes : des enfants de Dieu, à qui ils demandent la protection et adressent leur merci.

Et si nos Eucharisties étaient vraiment des lieux ouverts où retrouver notre identité de fils et de filles du Très-Haut, où réentendre cette voix impérative de Pierre au mendiant de la porte du Temple : «  De l’argent et de l’or, je n’en ai pas, mais ce que j’ai, je te le donne : au nom de Jésus Christ le Nazaréen, marche !  » (Ac 3,6) ? Nos amis migrants ont quitté leurs pays d’Afrique subsaharienne non par désir d’aventure (même si quelques-uns le font aussi avec cette intention), mais parce qu’ils ne voient pas d’autre issue que de quitter leur pays soit pour des raisons économiques, ce qui est le cas le plus fréquent, soit pour des raisons politiques. Se fiant à des réseaux mafieux, en général très bien organisés, après avoir souvent demandé l’assistance de leurs familles ou de leurs amis, ils ont pris la route sans trop savoir où les mènerait leur exode. Mais leur but est de rejoindre l’Europe de leurs rêves, afin d’y trouver de quoi vivre et faire vivre leur famille qui s’est sacrifiée pour eux. Dans la majorité des cas, progressivement dépouillés de tout, c’est la désillusion qui les attend. Après une première et périlleuse traversée du désert, ils échouent à Tamanrasset ou quelque autre ville du Sud. Il leur reste encore une autre longue route à parcourir [1], vers le Nord, pour enfin embarquer sur des esquifs surchargés vers une Europe qu’ils n’atteindront peut-être pas.

Ce qui sauve beaucoup d’entre eux, c’est leur foi indéracinable. C’est aussi une solidarité souvent chèrement acquise, mais sans laquelle ils seraient irrémédiablement perdus. C’est enfin leur désir tenace d’atteindre leur but. Il leur est impossible de faire demi-tour : revenir chez les leurs les mains vides est impensable. Leur détermination est telle que rien ni personne ne peut les décourager. Même reconduits à la frontière dans des conditions parfois presque inhumaines, ils reviennent pour tenter l’aventure encore et encore.  
(Carte avec les implantations catholiques au Sahara algérien)

Nous devons tout faire pour rendre aux migrants leur dignité d’hommes et de femmes. Et il est heureux que nos assemblées puissent être des lieux d’accueil pour cela. Elles sont aussi le point de départ de solidarités et de prise en main par les migrants eux-mêmes de leur propre condition.

Mais nous ne pouvons séparer ces préoccupations immédiates des graves problèmes économiques et sociaux. Comment ne pas ressentir un sentiment d’impuissance face à l’ampleur de ce phénomène ? Nous le savons, l’Europe après avoir fermé ses portes aux migrants, exporte son savoir faire sécuritaire. Nous sommes loin de l’aide au développement ! Réaffirmons sans cesse la primauté du respect des droits humains sur le contrôle des flux migratoires. Notre foi et nos convictions humaines les plus fortes nous invitent à humaniser la mondialisation. Cela veut dire, en amont, promouvoir d’autres politiques de développement et dénoncer les échanges commerciaux inégaux qui appauvrissent l’Afrique, et rendent inéluctables les migrations que nous connaissons.

 

[1Tamanrasset - Ghardaia = 1452 km
Ghardaia - Alger = 682 km


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 115 / 575019

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site Algérie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License