missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Le Père Jean van der Meersch

mardi 5 mars 2013 par J.V.
  Le samedi 2 mars 2013, dans la matinée, notre confrère
 
Jean van der Meersch


s’est éteint doucement, veillé par les confrères.

Jean est né à Bruges, en Flandre occidentale, le 11 mai 1925, dans une famille nombreuse et aisée ; son père était avocat. Il termina ses études secondaires au collège St-Louis en 1943 et entra chez les Pères Blancs en septembre de la même année. Suivirent la philosophie à Boechout, le noviciat à Varsenare et la théologie à Heverlee, avec un passage à Marienthal pendant l’année scolaire 1947-1948. Il prononça son serment le 21 juillet 1949 et fut ordonné prêtre le 8 avril 1950. Quelques expressions glanées dans les évaluations par ses professeurs : affable et délicat, d’humeur égale, énergique et généreux, intelligent ; « Parle et écrit très bien et sera certainement un excellent professeur ». Envoyé à Rome de 1950 à 1953, il obtint une licence en théologie à la Grégorienne et une licence en Ecriture Sainte à l’Institut Biblique. Première nomination, en juillet 1953 : professeur de Bible et de pastorale catéchétique à Heverlee, où nous sommes encore nombreux à l’avoir apprécié. Le week-end il aidait dans une paroisse du Brabant wallon. Ensuite, en juillet 1958, il fut envoyé à Carthage pour le même travail. Là aussi il avait des engagements pastoraux à l’extérieur.

Nommé au Rwanda, Jean arrive le premier septembre 1962 à Rwaza, dans le diocèse de Ruhengeri où il s’initie à la vie paroissiale. Début janvier 1963, il suit le cours de langue (kinyarwanda) à Nyanza et retourne à Rwaza. En juillet 1964, attaché au Centre de Pastorale liturgique et catéchétique et nommé professeur à l’Institut Catéchétique Africain (ICA), il s’installe à Butare. En août 1967, il rejoint les confrères de Nyumba, paroisse, où le père Hervé Lunden a fondé une Ecole de catéchistes et qui est située tout près du Grand séminaire de Nyakibanda. Tout en continuant ses cours à l’ICA, Jean enseigne la pastorale catéchétique au Grand séminaire. Il restera 21 ans à Nyumba. Avec une équipe de collaborateurs, y compris des grands séminaristes, il y rédigera un nouveau programme pour le catéchuménat des adultes et un autre pour les enfants, programmes de quatre ans, avec des manuels pour les catéchistes, d’abord polycopiés, ensuite imprimés. Bien que tous ces manuels soient en kinyarwanda, Jean se plaindra souvent de manquer la pratique de la langue parlée. Cette tension constitue sans doute une des causes de la fatigue nerveuse dont il souffrait régulièrement.

Il interrompt son séjour à Nyumba pour aller faire une licence en Catéchèse et Pastorale à Bruxelles, à l’Institut Lumen Vitae (1971-1972). De 1976 à 1978, il rentrera chaque année en Belgique pour donner cours à Lumen Vitae. En 1982 il publie un « Guide pratique du catéchuménat ». Dix ans plus tard, en 1992, il publie une étude historique et pastorale « Le catéchuménat au Rwanda de 1900 à nos jours » (244 pages). Entre-temps, en décembre 1984, une Sous-commission Episcopale pour la Traduction de la Bible a été créée, modérée par Mgr. Niyibizi, recteur du Grand séminaire Quand ce dernier mourra accidentellement, Jean le remplacera. Bien qu’il regrette l’abandon de la traduction œcuménique, Jean se lance dans l’aventure avec un zèle renouvelé.

Depuis mai 1988 Jean a rejoint la Maison Lavigerie à Butare. Quand, début 1990, la nouvelle Bible en kinyarwanda paraît (Bibliya Ntagatifu), Jean s’est déjà lancé dans un autre projet : il collabore avec Bernard et Louis Hurault à une nouvelle traduction de la Bible, populaire et pastorale (’La Bible des Communautés Chrétiennes’, parue en 1994). Il commence aussi à envisager fort sérieusement son retour définitif en Belgique. Le 12 mai 1992 il quitte définitivement le Rwanda.

Jean rejoint la communauté de la Katelijnevest à Bruges. Tout en faisant du ministère à gauche et à droite, il continuera à écrire et publier. En février 1998, le Conseil provincial lui demande de continuer les ’feuilles vertes’ du père Jacques Casier (décédé en janvier 1998). Jean accepte de préparer quatre pages de commentaire biblique pour chaque numéro de Nuntiuncula. Plus tard, en 2007, il en fera un livre : « Sur les sentiers de la Bible. 45 parcours à la rencontre du Dieu vivant… » (356 pages). Le 31 mai 2007 les confrères quittent notre maison à Bruges, qui sera mise en vente. Jean intègre la grande communauté de Varsenare. Il reste égal à lui-même, mais sa mémoire lui joue des tours et il en est conscient. De plus en plus perdu, il s’installe, en septembre 2012, dans la maison d’en face, à Avondrust (’Repos vespéral’).

Toute la vie de Jean était placée sous le signe de la Parole de Dieu. En 2001, il témoignait dans Nuntiuncula : « Durant toute ma vie active passée, le contact direct avec l’Evangile, prié, annoncé ou expliqué, tant en paroisse avec des gens simples que dans des écoles moyennes ou supérieures, a été la base de ma vie spirituelle. » Maintenant il contemple le Verbe dans sa gloire.

  La liturgie d’adieu aura lieu le mercredi 6 mars 2013 à 10h30 à Varsenare. Concélébration comme d’habitude (étole blanche).  

Il serait bon d’avertir Varsenare de votre venue.

 
Jef Vleugels
 

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 626 / 617528

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos défunts   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License