missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°72 Breuklijnen

Juin - Juni 2013
dimanche 30 juin 2013 par J.V.

[marron]SIGNES DU PRINTEMPS ARABE[/marron]

[vert]Revue pour un Islam des Lumières[/vert]

Le numéro 1 de NOOR, (lumière en arabe) vient de paraître. Devant la diversité des articles proposés, il est difficile de saisir les intentions de ses promoteurs. Le titre est pourtant clair : “Revue pour un Islam des Lumières”. Le but de NOOR, comme il est dit dans la conclusion de ce premier numéro, c´est de se faire le "porte-voix d´initiatives, de dialogues, de réflexions, de médiations sur les sujets afférents à l´Islam dans son interaction avec le monde actuel, en tentant d´être un laboratoire d´idées humanistes et progressistes pour répondre aux défis de notre époque". Ou bien, comme il est dit ailleurs, la revue « se veut comme un clin d´œil à ces Lumières qui furent au XVIIème siècle un véritable mouvement de fond pour réagir contre l´absolutisme de la pensée (religieuse, politique et scientifique) qui paralysait tout".

Une déclaration courte et courageuse, un MANIFESTO, s´adresse aux musulmans, mais la portée de l´appel a une allure universelle. Il dit ceci : "Au moment où nous écrivons, un grand nombre de djihadistes perturbent les sociétés musulmanes, abîment l´image de l´Islam de paix et prennent en otage les musulmans du monde entier, musulmans sincères, épris de concorde et de respect, musulmans de bonne foi. Face à cette situation, tout silence peut être considéré comme une compromission morale, un accord tacite. Au contraire, ces agissements doivent être dénoncés publiquement. Il faut que les problèmes de la violence de certains religieux soient traités au niveau international. C´est pourquoi nous lançons un appel à toutes les autorités religieuses et morales de l´Islam pour qu´elles dénoncent fermement l´usage de la violence associée aux convictions religieuses. Ceux qui se réclament d´Allah, du Prophète et de l´Islam ne respectent ni le premier, ni le second, ni le troisième. Ils visent tout simplement à étendre sur les masses arabes, assommées par la pauvreté, désespérées de voir leurs pays s´engouffrer encore plus dans le tourbillon de la mort. Un collège de dix théologiens majeurs venus de différents horizons par leur indépendance et représentant les différentes grandes familles musulmanes - sunnisme, chiisme, ibadisme, etc. - peut suffire, n´en doutons pas, à ouvrir une réflexion d´ensemble sur cette question essentielle de la violence exercée au nom de la religion."

[mauve fonce]Pour en savoir plus : voir le site d’ARCRE :[/mauve fonce] www.arcre.org

[vert]Il faut agir avant qu’il ne soit trop tard, dit l´imam de Drancy[/vert]

"Agissons avant qu’il ne soit trop tard", tel est l’appel lancé par Hassem Chalghoumi, imam de la mosquée de Drancy. Celui qui est aussi le Président de la Conférence des imams de France prône une offensive contre les intégristes islamistes et un dialogue inter-religieux entre musulmans et juifs. Ses propos ne font pas plaisir à tout le monde. Il fait l’objet de menaces de mort. Voici quelques extraits tirés d´un entretien avec la Libre Belgique (07.06.13). Pour lui il est temps d´agir et de parler contre ceux qui prêchent la violence : "Les musulmans modérés sont trop discrets, ils veulent même éviter d’en parler. Ils en font un sujet tabou. Moi, je leur dis que la menace du rejet et du racisme est aussi réelle que celle de l’intégrisme, il faut donc oser parler sans langue de bois et n’avoir peur que de Dieu." L´imam de Drancy a rencontré récemment le pape François. Pour lui, il faudrait que les hommes politiques aient le courage de « fermer » les sites Internet qui désinforment pour recruter des jeunes pour leur cause.

Entretien : Dorian de Meeûs, voir www.arcre.org
 

[vert]Handtekeningenaktie tegen president Morsi[/vert]

De beweging Tamarod (’rebellie’) zegt al 13 miljoen handtekeningen te hebben verzameld om nieuwe verkiezingen te eisen. De campagne verhit de gemoederen in de aanloop naar 30 juni, de eerste verjaardag van Morsi’s presidentschap. Egyptisch hoogste openbare aanklager Talaat Abdallah heeft een onderzoek geopend tegen Tamarod wegens "samenzwering om het regime omver te werpen". De president zelf verklaarde dat hij democratisch verkozen was en noemde vervroegde verkiezingen "absurd en illegaal".

Knack van 19 juni 2013
 

Het Egyptische leger waarschuwde dat het niet werkloos zal toezien als de betogingen tegen de regering zullen uitmonden in geweld. De minister van Defensie zei dat de diepe verdeeldheid in de samenleving een gevaar voor de Egyptische staat betekent.

De Standaard van 24 juni 2013
 

[vert]La victoire malsaine d’Erdogan[/vert]

En réprimant brutalement le rassemblement des opposants sur la place Taksim, le Premier ministre turc a créé un climat de guerre civile.

La Libre Belgique du 20 mai 2013
 

Rappelons que le grand reproche qu’on fait à Erdogan, c’est de vouloir changer l’Etat laïc créé par Atatürk en état islamiste.

[vert]L’émir Hamad abdique en faveur de son fils[/vert]

"Pour moi, le Printemps arabe est arrivé au Qatar. L’émir a rompu avec la tradition arabe qui veut que le souverain reste au pouvoir jusqu’à sa mort. C’est la première fois que cela arrive dans la région. C’est un signal fort. Après avoir soutenu le changement de régime en Tunisie, en Libye, en Egypte ou même en Syrie, l’émir ne pouvait pas ne pas donner l’exemple. Tout le monde lui reprochait d’être au pouvoir depuis 18 ans. C’est un message on ne peut plus fort à l’adresse de Bachar al Assad.

Mathieu Guidère, professeur d’islamologie à Toulouse II
in La Libre Belgique du 26 juin 2013
 

[vert]Iran[/vert]

Vermelden wij ook nog de onvoorziene overwinning van de gematigde Hassan Rohani bij de presidentsverkiezingen in Iran. Zijn verkiezing is goed nieuws voor het Iranese volk, vooral voor de jeugd die verandering wil.


[marron]HEEFT DE DEMOCRATIE KLOKKENLUIDERS NODIG ?[/marron]

Edward Snowden (Foto : EPA)
  Edward Snowden (29 jaar), Amerikaanse computerexpert, bezorgde aan de Britse krant The Guardian een powerpointpresentatie van 41 pagina’s, met uitleg over de werking van het Prism-programma. Daarmee onderschept en analyseert het National Security Agency wereldwijd telefoon- en internetgegevens.

De onthullingen dat de Amerikaanse inlichtingendienst NSA miljoenen Amerikanen en buitenlanders bespioneert in de strijd tegen het terrorisme, zorgt wereldwijd voor verontwaardigde reacties.

Snowden vertrok op 20 mei naar Hongkong vanuit Hawai – waar hij werkte voor Booz Hamilton, een onderaannemer van het National Security Agency. Vanuit zijn hotel stuurde hij zijn informatie naar The Guardian – zo bang om afgetapt of gefilmd te worden dat hij met kussens alle kieren dichtte en werkte onder een grote rode cape. Zijn motivatie :" [bleu] Wat ze doen, vormt een existentiële bedreiging voor de democratie." [/bleu] – "Ik ben bereid om dat alles op te geven, omdat ik het niet met mijn geweten kan rijmen dat de Amerikaanse regering privacy, de vrijheid op het internet en essentiële vrijheden voor mensen in de hele wereld vernielt met massieve machines die ze in het geheim bouwen." – "Ik handel uit eigenbelang. Ik wil niet leven in een wereld waar er geen privacy is en waar er dus geen ruimte is voor intellectuele verkenning en creativiteit." [mauve fonce]Citaten in De Standaard van 10 juni 2013 [/mauve fonce]

Hij heeft ondertussen Hongkong verlaten en verblijft, volgens de kranten van 26 juni, nog steeds in de transitzone van de Sheremetyevo-luchthaven van Moscou. "Hij is een vrij man", aldus Poetin. "Hoe sneller Snowden naar zijn uiteindelijke bestemming vertrekt, hoe beter voor ons en voor hemzelf". Dat zou Ecuador zijn.

In de VS is er al een strafrechtelijk vooronderzoek tegen hem gestart, en Republikeinse Congresleden noemen hem een overloper en eisen dat hij zo snel mogelijk wordt uitgeleverd.

[vert]Quelques prédécesseurs…[/vert]

- [bleu marine]Julian Assange[/bleu marine]

Le fondateur de Wikileaks, un Australien de 41 ans, vit reclus dans l’ambassade d’Equateur à Londres depuis le 19 juin 2012. Il s’y est réfugié pour échapper à une extradition vers la Suède, où il est recherché dans le cadre de deux affaires d’agression sexuelle. Assange, arrêté au Royaume-Uni le 7 décembre 2010, nie ces accusations et dénonce une machination des Etats-Unies, dont il est la bête noire depuis la publication par Wikileaks de centaines de milliers de documents américains secrets, militaires et diplomatiques. L’Equateur lui a accordé l’asile politique, mais Assange ne peut quitter l’ambassade londonienne pour se rendre à l’aéroport sans risquer d’être arrêté par la police britannique. Les deux pays cherchent une solution diplomatique.

- [bleu marine]Bradley Manning[/bleu marine]

Ce jeune soldat américain âgé de 25 ans comparaît depuis le 3 juin devant une cour martiale sur la base militaire de Fort Meade, dans le Maryland. Arrêté fin mai 2010 pour avoir livré au site Wikileaks des centaines de milliers de documents confidentiels, il a d’abord été détenu au Koweït, avant d’être incarcéré à la base militaire de Quantico, en Virginie. Il doit aujourd’hui répondre de vingt-deux chefs d’inculpation, dont celui de "collusion avec l’ennemi", qui pourrait lui valoir la perpétuité.

La Libre Belgique du20 mai 2013
 

- [bleu marine]Oer-klokkenluider Daniel Ellsberg[/bleu marine]

Elsberg, een defensie-analist die via een denktank werkte voor het Amerikaanse leger, geraakte in de jaren zestig gedegouteerd door de leugens die de regering-Johnson vertelde over de oorlog in Vietnam. Hij verzamelde documenten – de Pentagon Papers – waaruit bleek dat het Witte Huis en de militaire top al jaren wisten dat de oorlog niet te winnen viel, en veel meer slachtoffers zou eisen dan officieel werd toegegeven. Hij bezorgde de documenten aan enkele senatoren, die echter niet toehapten, en aan de New York Times. Even later bezorgde hij de Pentagon Papers (7000 bladzijden) ook aan andere kranten. In een strafproces werd tegen Ellsberg 115 jaar cel gevorderd. Wegens een reeks onregelmatigheden (onder anderen illegaal afluisteren) werd het proces afgebroken en ging Ellsberg vrijuit.

Hij bleef politiek actief en richtte vorig jaar de Freedom of the Press Foundation op, die steun biedt aan Wikileaks. Ellsberg noemde het vrijgegeven NSA-materiaal van Edward Snowden "het belangrijkste lek in de Amerikaanse geschiedenis", omdat het "aantoont dat onze inlichtingendiensten meer weten dan de geheime dienst in de DDR ooit had durven dromen. We zijn de ’United Stasi of America’ geworden."

De Standaard van 11 juni 2013
 

[marron]DROITS DE L’HOMME[/marron]

[vert]Deux pays sur trois pratiquent la torture[/vert]

Des hommes, des femmes et même des enfants sont torturés dans deux pays sur trois. Cent-dix Etats pratiquent la torture, dont l’Algérie, la Chine, l’Arabie saoudite, les Etats-Unis, l’Afghanistan, l’Egypte, l’Angola, l’Irak, la Biélorussie, le Bangladesh, l’Iran, la Corée du Nord et le Liban. C’est ce qui ressort des observations des diverses organisations gouvernementales, actives dans ce domaine, et des organismes internationaux, tels que le Comité des Nations unies contre la torture. Et malgré les efforts fournis pour diminuer ces pratiques, les estimations quant à l’usage de la torture restent tristement stables au fil des ans.

La torture est essentiellement pratiquée par les gouvernements. De nombreux Etats y ont recours et la justifient comme étant un moyen efficace pour obtenir des informations indispensables dans des situations extrêmes, dont la lutte contre le terrorisme. C’est le scénario imaginaire du "poseur de bombe qui refuse de donner le code".

Mais selon Amnesty International, les informations obtenues sous la torture ne sont souvent pas fiables et, dans la majorité des cas, les victimes ne sont en fait pas torturées dans un but de renseignement, mais pour les faire taire, les punir ou encore leur arracher de faux aveux et les condamner ensuite à l’issue d’un procès inéquitable.

Il aurait également été observé, toujours selon Amnesty, que la torture sert non seulement à terroriser la personne qui en est victime, mais aussi le groupe auquel elle appartient dans son ensemble.

La Libre Belgique du 26 juin 2013
 

[vert]Een op de drie vrouwen slachtoffer van geweld[/vert]

Dat blijkt uit een rapport dat de WHO (Wereldgezondheidsorganisatie) op 20 juni heeft voorgesteld. Ongeveer 35 procent van de vrouwen wereldwijd is het slachtoffer van slagen of verkrachtingen. De dader is vaak de partner van het slachtoffer. De slachtoffers lopen op lange termijn ook een hoger risico op depressie, alcoholisme en seksueel overdraagbare aandoeningen (soa’s).

"Deze vaststellingen zijn een duidelijk signaal dat geweld tegen vrouwen een wereldwijd gezondheidsprobleem vormt van epidemische proporties", zo zei WHO-directeur Chan.

De VN-organisatie wil haar gezondheidswerkers beter opleiden om geweld tegen vrouwen sneller te detecteren, slachtoffers te helpen en om te gaan met psychologische trauma’s.

De Standaard van 21-6-2013
 

[vert]Tien miljoen kinderen doen huisarbeid[/vert]

Wereldwijd worden ruim 10 miljoen kinderen tussen 5 en 14 jaar gedwongen om huisarbeid te doen, meestal zonder loon en verborgen voor de buitenwereld. Ze moeten schoonmaken, koken of tuinklusjes doen en staan vaak bloot aan fysiek, psychologisch of seksueel geweld. Zeven op de tien zijn meisjes, die niet zelden in het commerciële sekscircuit eindigen.

Die trieste balans blijkt uit een rapport van de Internationale Arbeidsorganisatie. In heel wat landen geldt dit soort huisarbeid niet als een verboden vorm van kinderarbeid.

[vert]Un fils d’affranchi combat l’esclavage[/vert]

Biram Abeid, 48 ans, descendant d’esclaves et fils d’affranchis, n’accepte pas l’indifférence du monde face à la persistance de ce crime dans son pays, la Mauritanie – ainsi qu’au Mali, au Niger, au Burkina, au Tchad, au Soudan, en Egypte, en Libye, au Yémen, en Arabie saoudite et au Brunéi, selon les associations anti-esclavagistes internationales. Déçu par l’inefficacité d’autres organisations existantes, il a fondé en 2008, avec sept amis, [bleu] "Initiative de la résurgence anti-esclavagiste" (IRA) [/bleu]. Il en est le président.

Pour l’IRA, le combat contre l’esclavage "ne peut avancer sans une remise en cause du code mauritanien, l’Abrégé (rédigé au IX° siècle), ce qui exige de diminuer le pouvoir des religieux, tous Arabo-Berbères en Mauritanie, sur la société. Il faut s’attaquer à leur autorité parce qu’ils sont des actionnaires majoritaires du système esclavagiste, qu’ils justifient par la religion". Biram Abeid explique : "En Mauritanie, ce code est considéré comme l’interprétation du Coran, donc comme la Sharia. Et la République islamique de Mauritanie considère, dans le préambule de sa Constitution, que la Sharia est la source de la loi. Or, ce livre divise les musulmans en deux catégories : les hommes libres et les esclaves, les noirs." Les esclaves – qui forment environ 20% de la population mauritanienne – sont des biens que l’on peut vendre, qui n’ont pas droits à l’éducation et sur lesquels le maître a droit de vie et de mort. "Ce code dit aussi que les femmes esclaves sont les objets sexuels du maître, quel que soit leur âge. Que le maître doit castrer les esclaves hommes pour éviter le mélange des sangs… Ce code est une interprétation erronée et machiste du Coran, mais c’est lui qui est appliqué en Mauritanie". Et Biram Abeid de conclure : "Aujourd’hui, en Mauritanie, le quotidien des populations serviles d’ethnie haratine est une vie en dehors de la Déclaration universelle des droits de l’homme."

C’est ce qui a poussé l’IRA à brûler publiquement, le 27 avril 2012, un exemplaire de l’Abrégé – action politique qui vaut à Biram Abeid d’être poursuivi en justice, où il est passible de la peine de mort pour apostasie, atteinte aux préceptes de l’islam et à la sécurité de l’Etat. Les imams ont appelé à l’exécution du militant anti-esclavagiste. Le président Aziz "a dit publiquement que nous méritions la peine de mort. Cela a été le déclic pour la communauté haratine, qui est descendue massivement dans la rue, pendant des mois, pour annoncer sa révolte si nous étions condamnés à de lourdes peines. Le gouvernement nous a alors mis en liberté provisoire."

Nouakchott signe et ratifie les conventions internationales. L’esclavage est devenu illégal en Mautitanie depuis 1981 et criminel depuis 2007. "Il est même inscrit comme crime contre l’humanité dans la Constitution depuis 2012", souligne le militant et d’ajouter avec amertume : "On signe, mais on viole sa signature – sans conséquence parce qu’il n’y a pas de système coercitif international. La coercition, la communauté internationale ne l’utilise que lorsqu’il y a des enjeux économiques, stratégiques." En juin 2013, Biram Abeid était en tournée en Europe pour faire connaître son combat.

La Libre Belgique du 10 juin 2013
 

[marron]EN BREF[/marron]

[vert]Goma : les habitants impatients de voir la brigade d’intervention à l’oeuvre [/vert]

Cette brigade d’environ 3 000 hommes, décidée en mars dernier par les Nations unies pour prêter main forte aux 17 000 Casques bleus déjà sur place, est dotée d’un mandat "offensif", pour lutter, avec l’armée congolaise, contre les groupes armés, en première ligne desquels, le M23, le Mouvement du 23 Mars. La résolution 2098 du 28 mars dernier suggère des offensives "ciblées et robustes" destinées à "neutraliser" et à "désarmer" les groupes armés.
Le général Carlos Alberto dos Santos Cruz, commandant de la MONUSCO, a assuré que la force de l’ONU utilisera "tous les moyens possibles" pour lutter contre les exactions contre les civils. "Il est important de se souvenir que nous avons un mandat très clair et que la priorité demeure la protection des civils", a-t-il rappelé à l’occasion de cette première déclaration publique. [mauve fonce](AFP) Eurac Info[/mauve fonce]

[vert]Jérusalem-Est[/vert]

"Les colonies sont illégales au regard du droit international et menacent de rendre impossible une solution à deux Etats." [mauve fonce](Catherine Ashton)[/mauve fonce]. L’Union européenne a dénoncé le vendredi 31 mai les projets israéliens de construction de nouveaux logements à Jérusalem-Est.

[vert]Le traité pour le contrôle des armes : un succès mitigé[/vert]

Mardi 2 avril 2013, les Etats membres des Nations unies ont adopté à 155 voix pour, 3 voix contre et 22 abstentions, un traité sur le commerce des armes qui vise à interdire aux Etats de transférer des armes classiques à d’autres pays si ces armes serviront à commettre ou à faciliter des génocides, des crimes contre l’humanité ou des crimes de guerre. Le traité a été ouvert à la signature et à ratification le 3 juin 2013, et entrera en vigueur après la ratification d’au moins 50 Etats.

Sans renier l’efficacité et la légitimité de l’intervention armée dans certains cas, il est primordial de prendre conscience que les conséquences les plus néfastes de l’utilisation de la réponse militaire sont aussi les exactions sur la population civile, l’escalade de la violence et les risques de transferts d’armes, sans compter que cette solution est parfois inadaptée et décalée par rapport aux objectifs.

Ce texte ne constitue pas moins un pilier pour le contrôle du commerce le plus meurtrier et le plus lucratif de la planète.

Alice Vrinat in Pour parler de Paix n° 83 – 2ème trimestre 2013
 

[vert]Colruyt[/vert]

Coltuyt stopt de samenwerking met 34 Aziatische non-foodleveranciers nadat het er sociale audits heeft laten doen. Vooral de overdreven lange werktijden waren een probleem. Vanaf dit jaar zal Colruyt ook zijn voedingsleveranciers controleren.

[vert]Contact établi avec les talibans[/vert]

Le gouvernement du président Hamid Karzaï a suspendu le 19 juin ses négociations en vue d’établir un accord bilatéral avec les Etats-Unis. La veille, des reprises de contact avaient été annoncées entre les talibans et Washington en vue de discussions de paix, suite à l’ouverture d’un bureau de représentation taliban à Doha, capitale de l’émirat du Qatar. Après douze ans de guerre, c’est en quelque sorte un événement historique, même si, malgré tout, les combats ne cessent pas.

La Libre Belgique du 20-6-2013
 

Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 667 / 1024436

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License