missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°75 Breuklijnen

Septembre - September 2013
vendredi 27 septembre 2013 par J.V.

[marron] LA CONVENTION SUR LES TRAVAILLEURS DOMESTIQUES[/marron]

Plus de 15 millions d’enfants, âgés de 5 à 17 ans, travaillent dans le monde comme domestiques chez des particuliers. Ils sont très vulnérables, car ils peuvent être soumis à des abus physiques, psychiques, et parfois à des violences sexuelles, dénonce le Bureau international du travail. Parmi ces enfants, 73 % sont des filles. " Le travail domestique des enfants est présent dans toutes les régions du monde", a affirmé Constance Thomas, directrice du programme du BIT pour l’abolition du travail des enfants. Mais il est plus fréquent dans certains pays africains, comme le Burkina Faso, la Côte-d’Ivoire, le Ghana et le Mali.

Des Haïtiens hauts comme trois pommes corvéables à merci, de jeunes Philippines au service de riches familles saoudiennes, des Ethiopiennes émigrées au Liban qui en viennent au suicide. Horaires de travail excessifs, non-paiement de salaires, confinement au domicile, violences physiques et sexuelles…

[bleu marine]La Convention sur les travailleurs domestiques[/bleu marine], une nouvelle convention internationale de l’Organisation internationale du travail, est entrée en vigueur. Très concrètement de traité prévoit, entre autres, des jours de congé hebdomadaires, une limitation des horaires de travail, un salaire minimum et une couverture de sécurité sociale. Il oblige aussi les gouvernements à protéger les domestiques contre les violences et à empêcher les familles d’employer de trop jeunes mineurs.

Ratifiée par huit pays – l’Afrique du Sud, la Bolivie, Maurice, l’Italie, le Nicaragua, le Paraguay, les Philippines et l’Uruguay – la Convention est entrée en vigueur le jeudi 5 septembre 2013. Depuis son adoption en 2011, une trentaine d’Etats ont déjà promulgué des réformes cruciales en faveur des domestiques : accès à la sécurité sociale et aux prestations de maternité, paiement des heures supplémentaires, etc. Le Conseil des Ministres belges a approuvé, au début du mois de juillet, un avant-projet de loi portant assentiment de ce que Human Rights Watch qualifie de "traité mondial historique", mais Bruxelles n’a toujours pas ratifié le texte.

Sabine Verhest in La Libre Belgique du 5 septembre 2013
 

    

& & & & & & & & &

La France quant à elle a manifesté sa volonté de signer le texte. "La convention est une belle avancée, se félicite Geneviève Colas, spécialiste de la traite des êtres humains au Secours catholique. Elle va obliger les pays à prendre conscience de ce phénomène caché, à modifier les mentalités, à réfléchir à leur législation. Même en France, je rencontre des policiers qui considèrent les travailleurs domestiques comme des jeunes filles au pair."

Ces " invisibles " sont plus de 50 millions dans le monde, dont près d’un tiers sans aucune protection légale.

L’Amérique latine est sur la bonne voie. Champion du monde du travail domestique avec 6,1 millions d’employées, le Brésil a mis fin à une injustice aussi ancienne que la colonisation. En avril dernier, le Congrès a modifié la Constitution pour permettre aux employés de maison de bénéficier des mêmes règles du droit du travail que les autres. Un syndicat a parlé "de seconde abolition de l’esclavage".

Olivier Tallès in La Croix du 5 octobre 2013
 

[marron] DEVELOPPEMENT[/marron]

[vert]Europese juristen halen invoering van Tobintaks onderuit[/vert]

[bleu marine]Het is onwettig om in elf Europese lidstaten een financiële transactietaks – de Tobintaks – in te voeren[/bleu marine]. Met dat oordeel werpt de juridische dienst van de Europese Raad een hele zware hindernis op voor de geplande invoering van de Tobintaks.

De juristen waren door de elf initiatiefnemers om een advies gevraagd. Het gaat om België, Duitsland, Frankrijk, Italië, Spanje, Oostenrijk, Portugal, Estland, Griekenland, Slovakije en Slovenië. Zij willen een heffing invoeren op de handel in aandelen en obligaties. De omstreden taks moet beleggers ontmoedigen om aan speculatieve beleggingen te doen.

Maar de huidige plannen zijn discriminerend voor de 17 EU-landen die niet meedoen. Bovendien zal de taks waarschijnlijk leiden tot een verstoring van de competitie in deze landen en is hij onwettig. Volgens het juridisch advies overstijgen de plannen immers de bevoegdheden van de verschillende EU-landen op het gebied van belastingheffing onder internationaal recht. Daardoor is de maatregel ’niet compatibel’ met het Europese verdrag, luidt het.

Toch herbevestigden de Duitse regering en de Europese Commissie hun principiële steun aan het voorstel. De juridische bezwaren moeten zo snel mogelijk uitgeklaard en opgelost worden.

Jaarlijks zou de taks 30 tot 35 miljard euro kunnen opbrengen. Maar in mei luidde het nog dat de taks drastisch zou worden ingeperkt door de heffing te verminderen van 0,1 tot 0,01 procent van de handel in aandelen en obligaties.

Onder meer Groot-Brittannië verzet zich fel tegen de komst van de taks, uit schrik voor een te grote impact op de financiële industrie in de Londense City. Ook vanuit de financiële sector wordt er intens tegen de taks gelobbyd.

De Standdard van 11 september 2013
 

[vert]EU : mettre un terme au commerce des ressources naturelles qui alimente les conflits[/vert]

Une coalition de 59 organisations non gouvernementales (ONG) appelle la Commission européenne à adopter une législation stricte visant à empêcher les entreprises européennes d’alimenter les conflits et les violations des droits humains en achetant des ressources naturelles telles que l’étain, l’or et les diamants. L’appel est lancé en amont d’un projet de législation qui doit être publié par la Commission d’ici à la fin 2013.

Newsletter J&P Bruxelles septembre 2013
 

[vert]1 miljard ton voedsel gaat verloren[/vert]

"Elk jaar verspillen we met z’n allen 1,3 miljard ton voedsel, met een waarde van 750 miljard dollar. Een derde van alle voedsel belandt op de afvalhoop, terwijl 800 miljoen mensen honger lijden."

Dat zegt José Graziano da Silva, de algemene directeur van de FAO. De verkwisting van voedselproducten weegt volgens da Silva ook zwaar op het milieu. "De voedingswaren die geproduceerd maar niet geconsumeerd worden, vereisen een volume aan water dat gelijk staat aan het jaarlijkse debiet van de Wolga", aldus de FAO-kopman. De productie van achteraf weggegooide en/of niet geconsumeerde voedingswaren beslaat 30 procent van het mondiale landbouwareaal. Alleen al in China, Japan en Zuid-Korea gaan elk jaar 200 kilo groenten en granen per inwoner verloren.

De verspilling gebeurt in alle stadia in de voedselketen, zegt de FAO, vanaf de landbouwproductie, over de opslag in warenhuizen tot bij de consument thuis.

De Standaard van 12 september 2013
 

[vert]Belgique : moins d’aide au développement[/vert]

Le centre national de coopération au développement (CNCD-11.11.11) a dénoncé les nouvelles coupes budgétaires qui toucheront l’aide belge au développement en 2013-2014, lors de la présentation le 12 septembre de son rapport 2013, intitulé "L’aide, catalyseur de développement ou variable d’ajustement budgétaire ?" "Nous sommes à l’os", alerte Arnaud Zacharie, secrétaire général du centre. Entre 2011 et 2012, la Belgique a connu une baisse de 19% de son aide publique au développement (APD). De nouvelles coupes budgétaires de 75 millions € en 2013 et 125 millions en 2014 sont encore au-dessous de la moyenne des pays de l’OCDE en matière d’APD (0,47% de son RNB).

METRO du 13 septembre 2013
 

[marron] VREDESWEEK[/marron]

[vert]Uitreksels uit de programmatekst[/vert]

Diversiteit is een feit. In de publieke ruimte heeft die diversiteit baat bij spontane en georganiseerde ontmoetingen met de "onbekende" ander. Dat zorgt voor meer vertrouwdheid en voor de nodige "publieke familiariteit".

Die is nodig om bij wrijvingen te kiezen voor dialoog. In de dialoog met de ander kunnen maatschappelijke problemen naar boven komen als oorzaak van of aanleiding tot deze wrijvingen.

Samen, en vanuit de dialoog, wordt actie gevoerd tegen gedeeld ervaren onrecht. Hier is nood aan om in onze samenleving constructief om te gaan met verschillen.
/…/
[bleu marine]In de publieke ruime heb je tal van toevallige ontmoetingen : op de tram naar je werk, in het wassalon, bij de bakker of gewoon wanneer je ’rondhangt’ op een bank in een park. Die toevallige ontmoetingen kunnen misschien banaal lijken. Onderzoek wijst echter uit dat spontane ontmoetingen wel degelijk hun belang hebben. Een praatje slaan bij de bakker of met de persoon naast je op de bank creëert een zekere band. De mensen met wie je in gesprek gaat, worden uiteraard niet meteen vrienden, maar zijn ook geen compleet onbekenden meer.[/bleu marine]
/…/
Zowel de spontane als de georganiseerde ontmoeting kan meer vertrouwen en een beter veiligheidsgevoel wekken. Zelfs wanneer zo’n ontmoetingen vooroordelen bevestigen, zorgen ze voor "publieke familiariteit". Bij publieke familiariteit "herken" je elkaar en kun je iemand plaatsen. Die onderlinge sociale herkenning helpt om je thuis te voelen in een buurt of stad en om met de ander echt in "dialoog" te gaan.

De Vredesweek wil spontane én georganiseerde ontmoetingen stimuleren, om verbondenheid en publieke familiariteit te scheppen als basis tot dialoog.
/…/
Waar haastig toegepaste repressieve overheidsmaatregelen (zoals GAS-boetes) tot meer vervreemding tussen mensen dreigen te leiden, brengt dialoog mensen dichter bij elkaar.

 

[marron] CECILE KYENGE, MINISTRE DE L’INTEGRATION ET DE LA JEUNESSE[/marron]

  Jamais le pays de Dante et de Michel-Ange n’avait eu de ministre noir. La nomination, en avril, de Cécile Kyenge, originaire de RD Congo, a suscité des réactions xénophobes d’une violence inouïe.

En termes laconiques, elle évoque son enfance en RD Congo. Oui, elle est née à Kambove, au Katanga. Et oui, c’était le 28 août 1964. Son père est polygame. Ses nombreuses épouses, dont la mère de Cécile, morte il y a quelques années, lui ont donné trente-huit enfants. "Je les connais tous, même s’ils sont à présent éparpillés à travers le monde", commente la ministre, qui "assume complètement le fait d’appartenir à une telle famille », mais qui, à titre personnel, désapprouve la polygamie."

Elle a toujours rêvé de devenir médecin. Enfant, il lui fallait parcourir de longues distances pour aller à l’école. "A l’époque, ça me paraissait normal, ce n’est que plus tard que j’ai compris que ça ne
l’était pas." En 1982, elle s’inscrit à l’université de Kinshasa. "C’était sous Mobutu, les premiers signes des crises à venir étaient déjà perceptibles. Dans les amphithéâtres, nous étions plus de six cents. Je me levais très tôt pour être bien placée." La même année, elle obtient une bourse pour poursuivre ses études à l’étranger. "Je serais allée au bout du monde s’il l’avait fallu. Ça aurait pu être le Japon, ce fut l’Italie."

À 18 ans, la jeune Zaïroise débarque à Rome en toute légalité. Mais elle ne touchera finalement pas la bourse prévue, en raison d’inextricables problèmes administratifs. Il lui faut donc travailler pour financer ses études de médecine à l’université catholique du Sacré-Cœur, puis à celle de Modène, en Émilie-Romagne, où elle se spécialise en ophtalmologie. Elle y rencontre Domenico, un ingénieur qu’elle épouse en 1994, ce qui lui permet d’obtenir la nationalité italienne.

Aujourd’hui âgée de 49 ans, Cécile Kyenge ne souhaite pas commenter la vie politique et économique de son pays natal, dont "la réalité lui est désormais étrangère", et n’imagine pas s’y installer un jour à nouveau. "Ma vie est ici", dit-elle. Elle a deux filles étudiantes, Maisha et Giulia, dont les photos trônent derrière elle sur une commode. "Dans ma vie actuelle, ce sont elles qui me manquent le plus. Le week-end dernier, pour les voir, j’ai été obligée de les emmener avec moi en déplacement à Venise !"

L’apprentissage ministériel de Cécile Kyenge a été brutal. Le 28 avril, Enrico Letta, le nouveau président du Conseil, la nomme au ministère de l’Intégration (et, deux mois plus tard, de la Jeunesse). Première Noire à accéder à une responsabilité gouvernementale en Italie, elle comprend vite que cela ne plaît pas à tout le monde. Les militants et même certains dirigeants de la très xénophobe Ligue du Nord rivalisent d’insultes racistes à son endroit : "orang-outan", "négresse"... Quand ils ne jettent pas des bananes sur son passage.

Elle s’attendait à ce genre de réactions. Quand elle est arrivée en Italie, les immigrés étaient encore peu nombreux. Elle se souvient qu’à l’époque certains patients refusaient d’être examinés par elle en raison de la couleur de sa peau. Mais elle a quand même été surprise par la violence de certaines déclarations. Et si les lettres de soutien affluent au ministère, elle reçoit aussi des menaces de mort et doit vivre sous la protection de quatre gardes du corps.

"On a découvert que le racisme n’était pas l’apanage des excités des stades de football, mais qu’il pouvait s’étaler publiquement, en toute impunité, dans la bouche d’élus censés représenter le peuple", commente Flavie Ngah, une journaliste camerounaise installée en Italie depuis treize ans. La ministre a-t-elle songé à démissionner ? "Jamais, jure-t-elle, car il ne s’agit pas seulement de moi, mais d’une cause qui me dépasse."

Cette cause, c’est celle des immigrés et de leurs enfants, qui représentent près de 8 % de la population italienne. "Pour qu’ils puissent trouver leur place dans la société et se faire entendre de manière citoyenne", dit-elle. Dès la fin de ses études, elle s’est engagée dans différentes associations de défense des droits des immigrés. Par la suite, elle a coordonné la "Journée sans immigrés", qui, chaque 1er mars, visait à démontrer le poids économique de ces derniers.
/…/
C’est en 2004 qu’elle se lance en politique. Elle est élue conseillère municipale de Modène sous les couleurs des Démocrates de gauche, qui, trois ans plus tard, prendront le nom de Parti démocrate (PD). Son ascension est fulgurante : conseillère provinciale en 2009, députée en février 2013... À ceux qui jugent que son ministère n’est qu’un gadget, elle répond qu’elle "lance des débats qui atteignent aujourd’hui le Parlement", C’est vrai même si les députés et les sénateurs qui acceptent de la soutenir publiquement sont bien peu nombreux. y compris dans son propre parti !

C’est que, dès sa prise de fonctions, Cécile Kyenge n’hésite pas à aborder les sujets qui fâchent : le droit du sol, qu’elle souhaite instaurer ; la simplification des procédures administratives pour la naturalisation ; l’abolition du délit d’immigration clandestine ; la révision de la politique des visas...

Elle planche aussi sur l’organisation d’une grande campagne contre le racisme, souhaite mettre à contribution les acteurs du milieu culturel pour changer l’image des immigrés et rêve de réformer le contenu des manuels scolaires. "L’Italie doit trouver son propre modèle d’intégration, estime-
t-elle. Il ne s’agit pas de copier, mais de s’inspirer de ce qui se fait de bien en France, en Angleterre ou aux États-Unis, où l’immigration est plus ancienne. Il faudra du temps pour faire évoluer les mentalités."

17h40, le tic-tac du chronomètre s’arrête, l’entretien est terminé. La ministre est attendue à la mairie d’Ostia, dans la banlieue de Rome, où, le matin même, des activistes d’extrême droite ont déposé des mannequins maculés de faux sang porteurs de l’inscription : "L’immigration, c’est le génocide des peuples ! Kyenge démission !" Surplace, le déploiement médiatique et policier est impressionnant. Cécile Kyenge débarque telle une rockstar. Dans la salle, des élus locaux, des jeunes, des membres du PD comme Khalid Chaouki, premier député musulman d’Italie... Quand son tour vient de prendre la parole, elle se lève d’un bond, parle sans notes pendant un quart d’heure et termine sous un tonnerre d’applaudissements. On
lui offre des fleurs, les portables s’allument, chacun veut sa photo avec« Cécile », Mais il est 20 heures, son staff s’impatiente, la ministre s’engouffre dans une voiture. A-t-elle conscience d’être devenue un symbole ? "Oui, dit-elle, mais je mesure aussi le poids qui pèse sur mes épaules. Je sais que
beaucoup attendent mon premier faux pas."

Jeune Afrique du 15 au 21 septembre 2013
 

[marron] VS : VAN SCHIETINCIDENT TOT SCHIETINCIDENT[/marron]

Als dit geen zaak van nationale veiligheid is, wat dan wel ? Als op een Amerikaanse militaire basis dertien doden vallen, is er echt wel een grens overschreden. De problematische verhouding van de Amerikanen met wapens belandt dan in de categorie van de dodelijke bedreigingen voor de veiligheid van het land. Het bloedbad in de Naval Yard-basis in Washington is hoe dan ook een probleem voor de nationale veiligheid, want iemand met vijandige bedoelingen heeft kunnen binnendringen in wat een beveiligde militaire installatie moest zijn. Veel mensen zullen nu willen weten hoe het mogelijk is dat een man die al twee keer na een schietincident was gearresteerd, zo gemakkelijk toegang kon krijgen tot het zenuwcentrum van de Amerikaanse marine. Er zullen onderzoeken komen naar het pasjessysteem, de controle op consultants, enzovoort.

Maar het echte probleem is groter. De wapenziekte van Amerika, een ziekte die moordpartijen van een zeldzaam in een bijna regelmatig fenomeen heeft veranderd, bedreigt de VS niet alleen omdat ze militairen het leven kost, of schoolkinderen - zoals in de lagere school in Sandy Book vorig jaar, of jonge bioscoopbezoekers, - zoals in Aurora ook vorig jaar. De buitenlandexperts die in de denktanks en de kantoren van het Congres vergaderen, niet ver van de Naval Yard-basis, definiëren de nationale veiligheid vaak als alles wat verband houdt met het prestige van Amerika in de wereld. Dat varieert van het vermogen van de VS om overal op de planeet militair in te grijpen, tot hun aantrekkingskracht, hun soft power. Tientallen jaren lang heeft men die tweede kwaliteit als een van de grote troeven van de VS beschouwd, cruciaal om andere naties te leiden en te overtuigen.

Maar de Amerikaanse wapenziekte ondermijnt die ’zachte macht’. Ze doet het land eerder op een hopeloos geval dan op een voorbeeld lijken. Wanneer een bloedbad als dit in een ander land gebeurt, treden de wetgevers snel op om het wapenbezit aan banden te leggen, wat meteen tot uiting komt in de statistieken. In de tien jaar na de invoering van strengere regels in Australië, om maar een voorbeeld te geven, is het aantal moorden met vuurwapens met 59 procent gedaald en het aantal zelfrnoorden met vuurwapens met 65 procent.

Maar de VS houden koppig voet bij stuk en weigeren op te treden.

Jonahan Freedland in De Standaard van 19 september 2013
 

[marron] DIVERS EN BREF[/marron]

[bleu marine]Joyce Banda[/bleu marine], la chef de l’Etat malawite, a vendu [bleu] le jet présidentiel [/bleu] acquis par son prédécesseur. Les 15 millions de dollars ainsi recueillis seront affectés à l’aide aux populations les plus pauvres du pays et à la lutte contre la malnutrition.

Jeune Afrique du 15 au 21 septembre 2013
 

[bleu marine]Arabie saoudite :[/bleu marine] une association de militantes féministes a lancé une campagne de sensibilisation afin d’obtenir [bleu] le droit pour les femmes de conduire un véhicule automobile. [/bleu] Une pétition, qui a recueilli 8700 signatures et a été diffusée sur Internet, appelle les femmes à prendre le volant lors d’une journée de désobéissance le 26 octobre. "Le gouvernement n’est pas un père ou une mère et les citoyens ne sont pas des enfants", ajoute le texte. La loi saoudienne n’interdit pas explicitement aux femmes de conduire un véhicule, mais ce type de permis ne leur est jamais délivré, les privant de fait de ce droit.

La Libre Belgique du 24 septembre 2013
 

[bleu marine]Brésil :30 ans de prison pour le commanditaire de l’assassinat de Sœur Dorothy Stang.[/bleu marine] Cette missionnaire américaine de 73 ans, naturalisée brésilienne, avait été assassinée par deux tueurs à gages le 12 février 2005 à Anapu, dans l’Etat amazonien du Pará. Le propriétaire foncier Vitalmiro Bastos de Moura revendiquait la propriété d’un lot de terre que Sœur Dorothy espérait acquérir pour des paysans sans terre et des agriculteurs pauvres.

La Croix du 24 septembre 2013
 

[bleu marine]Strasbourg :[/bleu marine] le Parlement européen a donné jeudi 12 septembre son feu vert à la création du mécanisme de supervision unique des banques de la zone euro placé sous l’égide de la Banque centrale européenne (BCE), ouvrant la voie à son entrée en vigueur dans un an.

[bleu marine]Cyberinbraak bij Belgacom :[/bleu marine] de regering-Di Rupo is ontzet door de spionage bij Belgacom. Maar veel verder dan wat ingehouden woede en een vaag dreigement kan ze voorlopig niet gaan.

Volgens Hugo Vandenberghe, oud-senator en nu stafhouder van de Nederlandstalige orde van de advocaten aan de balie in Brussel, hebben we een enorm Trojaans paard binnengehaald. Bovendien – en dat vindt hij nog erger – liggen de mensen er niet wakker van. "Dat verontrust me zeer. Week na week zijn er onthullingen en de mensen reageren bijna apathisch. Terwijl de democratie toch volledig ondergraven wordt als iemand bespied wordt".

De strijd tegen terrorisme wordt te vaak als excuus gebruikt voor excessen, vindt Vandenberghe. "Het is niet omdat je een strijd tegen terrorisme voert dat iedereen een potentiële terrorist is. Maar als het op veiligheid aankomt, voelen de Amerikanen zich een soort koloniale mogendheid, die overal volgens haar eigen regels kan optreden. Beeld u in, het Justitiepaleis in Brussel dat met een telefoontap afgeluisterd wordt in de VS. Ik huiver al bij de gedachte. Alle confidentiële gesprekken tussen advocaten en hun cliënten, die daar dan door een computerprogramma in bulk doorploegd worden. En daarna komt een deel van die info terug naar onze inlichtingendiensten die blij zijn dat ze iets krijgen. Dat druist in tegen alle regels van een democratische rechtstaat."

De Standaard van17 september 2013
 

[bleu marine]Un évêque péruvien démis de ses fonctions pour pédophilie :[/bleu marine] l’évêque auxiliaire d’Ayacucho a été démis de ses fonctions et "réduit à l’état laïc", a déclaré Mgr Luis Bambaren, ancien président de la Conférence épiscopale péruvienne. "Les choses doivent être très claires, le pape François l’a dit, tolérance zéro pour qui que ce soit, évêque ou prêtre, on ne peut pas tolérer les abus sexuels contre des mineurs". Il a ajouté que le coupable "devra être livré à la justice, car il s’agit d’un crime très grave, et encore plus grave s’il s’agit d’un évêque".

La Croix du 24 septembre 2013
 

Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 649 / 1006786

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License