missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°77 Breuklijnen

Décembre // December – 2013
lundi 30 décembre 2013 par J.V.

[marron]KERST IN NAIROBI[/marron]

[vert]‘KERSTDAG’[/vert] vierde ik zeer speciaal in het GEVANG... als tijdelijke bezoeker ! De vrouwelijke hoofdaalmoezenier van de gevangenissen hier in Nairobi en omgeving telefoneerde me enkele dagen voordien of ik, op de vooravond van Kerstmis, de Eucharistie kon vieren in het[bleu] [REMAND-PRISON]-VOORHECHTENIS ?- GEVANG. [/bleu] Die voorhechtenis kan hier soms maanden of JAREN duren...((voordat de mensen voor het gerecht komen !...en er eventueel geen gronden gevonden worden om hen te beschuldigen).

Ik was er ook het vorig jaar en was eerder ook enkele malen in twee andere gevangenissen voor Begeleide Retraites van een Week. Mijn (Congolese) confrater, Innocent Maganya, verantwoordelijke van het vormingshuis, gaat meestal elke zondag naar de vrouwengevangenis en is ook zeer begaan met het opvolgen van degenen die vrijgelaten worden. Zeer dikwijls hebben ze moeilijkheden om gereintegreerd te worden in hun families.

[vert]Nu...waarom het zo bijzonder was gisteren ?[/vert]

De pastorale werker die er voltijds is maakte het gemakkelijk voor mij om ‘binnen’ te geraken, langs enkele enorme POORTEN en DEUREN allerlei, grote ruimten met honderden gedetineerden, vooral jongeren, jongvolwassenen, tientallen bewakers... Daarna hoge trappen op, langs grote ‘slaapzalen’ zonder bedden, maar wel met dekens. Overal tientallen die rondhangen, groeten naar alle kanten. Een ‘mzungu’ (blanke, die dan nog Swahili spreekt !) is wat afwisseling !

Dan een tamelijk grote plaats, met op de deur [bleu] ‘CHAPEL” [/bleu]. Binnen op de muren geschilderde taferelen uit het evangelie. Niet direct grote kunst ! Ook geen Afrikaanse inspiratie-interpretatie… maar het geeft toch een beetje sfeer... Er zijn ook enkele teksten. Opvallend een tekst die spreekt over Jezus die gekomen is om[bleu] ‘mensen VRIJ te maken !’ [/bleu] Het is er tamelijk donker, slechts een paar neonlampen werken, de anderen blijven flikkeren.

Er zijn een kleine honderd aanwezigen, van allerlei leeftijd ; een koor, met een heuse koorleider. Ik voel me helemaal THUIS, lachende gezichten, handjes geven, Zalig Kerstmis wensen...

Ik heb wat Afrikaanse foto’s bij van Kersttaferelen, die ik hier en daar op de muur of voor het altaar en de lezenaar aanbreng... In plaats van de Schriftlezingen had ik gekozen voor een meer actieve participatie. Ik had een vijftigtal lege papieren bij me, die we dan maar middendoor deden, ook een aantal gekleurde potloden die ik al in stukken gebroken had om er een te hebben voor elkeen. Ik vroeg hen om ’n [bleu]DEUR te tekenen, ieder zijn EIGEN DEUR, de deur van zijn leven. NU ! Is de deur op een kier, open, dicht, van hout, van metaal...? met hangsloten op... [/bleu] Ik herinnerde hen eraan hoeveel deuren ze wel gepasseerd waren vanaf ’s morgens...

Voordat ik uitgesproken was waren de meesten reeds HUN deur aan het tekenen !... met volle aandacht... precies alsof ze erop aan het wachten waren om juist DAT te doen ! Voordien had ik hen wel verteld over die vrouw van de vrouwengevangenis, die mij vertelde over haar leven in een gesprek tijdens de persoonlijk begeleide retraite. Zij had (heeft !?) ‘levenslang’... Ze zei : “Moest ik ooit vrij komen... of moest ik bezoek krijgen van mijn zusters of broers, ik zou hen zeggen dat ZIJ meer [bleu] ‘gevangen zijn en onvrij’ [/bleu] BUITEN het gevang, dan IK hier IN het gevang ! IK heb de [bleu]DEUR [/bleu] van mijn leven open gedaan, ik heb hen vergeven voor wat zij of anderen me hebben aangedaan..., maar HUN DEUR is nog helemaal dicht, terwijl ik me VRIJ voel alhoewel ik opgesloten ben...”

Na een tiental minuten in volstrekte stilte, behalve het geroezemoes van vele stemmen van buiten uit, vroeg ik of er enkelen bereid waren om ‘iets’ te zeggen over HUN deur. Een jonge man zei, “Ik heb twee deuren getekend : EEN, de mijne, is OPEN, misschien nog niet helemaal, maar ze is toch open. De deur van mijn familie is echter helemaal dicht ! Zij zijn niet bereid mij te vergeven of voor mij op te komen !” Een wat oudere man zei, “Mijn DEUR is op een kier, soms gaat ze helemaal open als er wat wind is, maar soms slaat ze dicht met een klap vanwege een stormwind... De ANGER/woede, kwaadheid in mij... Daar is een strijd in mij...” Anderen vielen hem bij en brachten wat commentaar over HUN deur /…/

We hadden wel voor een ander uur kunnen doorgaan en spreken over hun gesloten en open deuren en alle schakeringen daar tussenin ! [bleu] GOD die MENS is geworden, een van ‘ons’, om ons verhaal te kunnen beluisteren... God die als een bedelaar aan de deur staat en klopt om binnen te treden bij ons en met ons aan tafel te zitten... [/bleu][mauve fonce]Openbaring 3,20[/mauve fonce] : Johannes die in een visioen ziet dat Jezus [bleu] aan de DEUR [/bleu] staat en zegt, “Luister ! Ik sta aan de deur en klop. Als je [bleu]de deur opent[/bleu] voor mij, dan kom ik binnen bij jou om samen met jou aan tafel te zitten... en jij met mij...” op voet van gelijkheid, vriendschap... Hij wacht aan de deur, forceert niks... blijft wel regelmatig kloppen en uitnodigen om open te doen...[mauve fonce] Of nog Openbaring 3,8 [/mauve fonce] “Dit zijn woorden van iemand waar ge kunt op steunen...,van iemand die de sleutel in handen heeft... Wat hij opent kan niemand sluiten, en wat hij sluit kan niemand openen. Hij zegt : daar voor u is [bleu]een DEUR die ik heb geopend en die niemand sluiten kan...” [/bleu]

Het is een beetje zoals met een [bleu] koan, een Zen-gezegde [/bleu] : ge moet er wat bij blijven STIL staan, het laten doordringen, [bleu]je deur van geest en hart ervoor OPENEN...[/bleu] Rumi, een soufi-wijze zegt, [bleu]“Why do you stay in prison when the DOOR to the radiant depth of self is so wide open ?”[/bleu] Waarom blijf je opgesloten in‘t gevang terwijl de DEUR naar de lichtende diepte van jezelf wijd open is ?... Zie boven : de vrouw met levenslang in het gevang ! Zonder weet te hebben van Rumi probeert ze dat te beleven.

[vert]ZALIG KERSTMIS ! OPEN DEUR naar het NIEUWE JAAR ![/vert]
Willy Schoofs, M.Afr.
 

[marron]LES INDIGNADOS DE GOMA[/marron]

[marron] Un mouvement civique d’un nouveau genre est apparu à Goma pendant le conflit entre l’armée congolaise et le M23. Le chercheur Kris Berwouts a rencontré les jeunes congolais révoltés et engagés de la Lucha. [/marron]

Manifestation de la Lucha en 2012 © Chrispin Mvano

Je ne me souviens plus très bien quand j’ai entendu parler de la Lucha pour la première fois. D’un coup, ils étaient là. Non pas comme une nouvelle organisation avec un leadership clair, des objectifs et des statuts bien précis, mais plutôt comme une sorte de « buzz [1] permanent ». Vous saviez qu’ils étaient là quelque part, vous ne les voyiez pas, mais tout à coup, ils débarquaient, tous ensemble, captaient l’attention de tout le monde pendant un instant, puis, ils disparaissaient dans la nature. Des amis qui travaillaient sur le terrain me demandaient si j’en savais plus. On entendait parler de sit-ins, le gouverneur de la province Nord-Kivu, Julien Paluku, les aurait appelés « les terroristes de demain », quelqu’un avait été mis en prison…

C’était clair que La Lucha était rapidement en train de se faire un nom, mais de quoi au juste ? Heureusement, j’avais un peu de temps à y consacrer, lors de mon dernier passage dans le Nord-Kivu en décembre 2013.

[vert]Descendre dans la rue[/vert]

[bleu marine]D’abord, j’ai rencontré Micheline[/bleu marine]. Elle était là depuis le début. Bien plus, elle était parmi les initiatrice du mouvement.

  • « Tout a commencé il y a deux ans. Je me sentais très frustrée. Nous étions conscients du fait qu’il y avait des sommes d’argent énormes qui étaient investies dans le pays, mais tout semblait tourner en rond. On n’avait pas l’impression d’évoluer. Tout ce qu’on entendait dire autour des élections de novembre 2011, on l’avait déjà entendu en 2006 (la réélection de Joseph Kabila a été entachée de nombreuses irrégularités, Ndlr). Et en 2016, ça sera encore la même chose. Apparemment, les problèmes du Congo semblent insolubles. Et ceci, on ne pouvait pas l’accepter. Pourtant, il y avait partout des gens de bonne volonté. Je ressentais le besoin de faire quelque chose.

    Alors on s’est rencontré avec quelques amis. La première réunion a eu lieu en mars 2012. On était six, tous des jeunes. Chacun de nous était engagé depuis plusieurs années dans différentes structures de la société civile. Certains avaient créé leurs propres associations. Mais on n’avait pas l’impression d’aboutir à quelque chose. Nous trouvions que le temps était venu d’agir. Des structures de réflexion et d’analyse, il y en avait partout, mais personne ne semblait vouloir faire quelque chose. Nous avons décidé de nous focaliser sur l’action.

    Le 1er mai 2012, nous avons organisé notre première action, lors de la Fête du travail. On l’a d’ailleurs adaptée aux conditions d’ici et rebaptisée la « Fête du Chômage ». C’est ça la réalité que les jeunes vivent ici à Goma. On a tous mis nos maigres moyens sur la table pour acheter des marqueurs et le tissu pour faire des banderoles. L’action était un succès, de nombreux médias ont parlé de nous, même si nous n’avions même pas encore de nom. Nous étions très satisfaits du résultat et on a commencé immédiatement à préparer une deuxième action pour la Fête de l’indépendance le 30 juin. On était là avec des messages sur la pénurie d’eau potable et le manque de sécurité. Nous demandions la démission du gouvernement : « vous avez échoué, dégagez ! ». A plusieurs endroits dans la ville de Goma, nous diffusions des feuilles avec nos messages.

    C’était du jamais vu ici, comme modèle d’action. Alors on m’a arrêtée et j’ai dû passer la nuit dans le bureau de la police. Deux amis sont restés avec moi, au Congo, vous ne pouvez pas laisser une fille seule dans les mains des forces d’ordre !

    Dans d’autres actions, ils ont utilisé la violence pour nous disperser. Lors du sit-in de février 2013, par exemple. Nous étions en train de réclamer l’accès à l’eau potable pour tout le monde et on exigeait que les autorités reprennent la réhabilitation de la route principale en ville. Des travaux avaient été entamés, mais ils s’étaient interrompus depuis plusieurs mois. Alors les autorités ont déployé une forte répression contre nous. Mais ils ont repris les travaux de la route quand-même. »

[vert]Pas d’organisation, mais un mouvement [/vert]

  • « Ce n’est qu’en janvier 2013 que nous avons choisi un nom. On était en train de boire un verre après une réunion et on toastait « A la lucha ! », à la lutte, en espagnol. Le nom est resté. Comme on ne donne pas un nom espagnol à une organisation congolaise, on a gardé le nom Lucha comme sigle pour la « Lutte pour le Changement ».

    Mais nous n’étions pas une organisation et nous n’avons aucune ambition d’en devenir une. Encore moins une ONG. Les ONG ne se battent pas pour le changement, elles se battent pour l’argent. Dans une certaine mesure, la société civile est devenue une caste de Mandarins qui font partie de « l’establishment ». Nous ne nous sentons pas liés à ces gens-là.

    Nous ne sommes pas une organisation. Nous ne voulons pas de structure, pas de hiérarchie, nous n’avons pas besoin de statuts, ni de président et encore moins de trésorier… Nous n’essayons pas d’être agréés. Nos actions coûtent de l’argent mais nous ne cherchons pas de bailleurs. On essaye de mobiliser le nécessaire avec nos petits moyens. Même si ça nous est déjà arrivé d’annuler une action parce qu’il nous manquait quelques francs…

[vert]Nous voulons rester un mouvement. [/vert]

  • Entretemps, à peu près huit cents personnes avaient déjà participé d’une manière ou une autre à une de nos actions. Personne ne dépasse l’âge de 35 ans. La seule structure que nous connaissons est le G10, une cellule stratégique d’une dizaine de nos gens les plus expérimentés. Nous faisons beaucoup pour stimuler le débat interne. Quel genre de démocratie voulons-nous ? Comment pouvons-nous l’atteindre ? Vous savez dans quelle mesure l’enseignement s’est dégradé ici. Le niveau d’analyse est très faible. La formation des cadres est un défi majeur pour nous.

    Nous sommes en train d’écrire un « Manifeste pour le nouveau Congo. » Il est d’ailleurs presque prêt. Le gouverneur, ici, a tenté de nous mettre avec le M23, mais personne ne l’a suivi. Nous faisons une analyse qui ne leur permet pas de nous mettre dans un camp ou un autre. Personne d’entre nous n’adhère à un parti politique. »

[vert]Eau, électricité, travail[/vert]

D’autres les rejoignent : Fred, un étudiant économie, et Serge, un jeune médecin.

[bleu marine]Fred reprend la relève :[/bleu marine]

  • « Au début de l’année 2013, nous avons organisé plusieurs sit-ins devant le siège de la MONUSCO, chaque fois que des « bonzes onusiens » comme Mary Robinson ou Hervé Ladsous étaient de passage ici. Nous trouvons que la MONUSCO ne se préoccupe pas vraiment de la population. Celle-ci ne se sent pas du tout protégée. Nous sommes de la génération qui exige la paix qu’elle n’a jamais connue. Nous avons mené une campagne contre l’arrivée d’une force neutre. Comment peut-on rester neutre dans le contexte annuel ? Par contre, nous avons plaidé pour une extension du mandat de la Monusco. Nous sommes contents du nouveau mandat de la MONUSCO (un mandat plus « offensif », ndlr) et qui a tout de suite contribué au changement.

    Nos interlocuteurs directs sont les élus provinciaux. Nous les avons élus, on a le droit de leur demander de rendre des comptes. Mais nous restons sur notre faim. Nous trouvons qu’ils mettent trop peu de pression sur le gouvernement provincial pour rendre l’eau, l’électricité et l’emploi accessibles pour tout le monde. Ce sont les priorités pour la population. Le parlement provincial est donc une cible majeure de nos actions.

[vert]L’affaire Nzangi[/vert]

Et puis il y a bien sûr l’affaire Nzangi . Le 11 août, le député national Muhindo Nzangi Butondo a été arrêté. Quelques jours plus tard, il a été transféré à Kinshasa pour le condamner à trois ans de prison. Nzangi avait pourtant été élu sur la liste du MSR, un parti de la majorité présidentielle.

[bleu marine]Serge explique :[/bleu marine]

  • « Nzangi a été condamné parce qu’il a dit ce qu’il pensait à la radio. Il a dit ce que nous tous, on pense ici. Pendant les vacances parlementaires, il avait visité les territoires de Rutshuru et de Niyaragongo qui étaient encore occupés par le M23. Sur la radio locale, il a parlé des souffrances et de la frustration de la population sur le terrain. Il a appelé le Commandant suprême de l’armée (le Chef d’Etat donc) et la MONUSCO à mener une action militaire urgente contre M23. Il leur reprochait leur immobilisme. Tout de suite après, il se trouvait en prison ! La façon dont il a été arrêté et condamné nous a fortement choqué. En tant qu’élu du peuple, il devrait pouvoir compter sur l’immunité parlementaire. Si lui est traité ainsi, qu’est-ce qui peut nous protéger en tant qu’activistes pour la liberté d’expression et pour les droits de l’homme ?

    Nzangi est notre député, il a été élu par les jeunes. Il faisait partie du parlement provincial depuis 2006. En 2011 il a été élu à l’Assemblée nationale. Le fait qu’il appartenait à la majorité ne l’a jamais empêché de faire son travail parlementaire et de suivre l’action de l’exécutif d’un œil critique. Comme député provincial il avait déjà déposé une motion de censure contre le gouverneur ici, et sous son mandat actuel, il a critiqué un ministre de son propre parti. Pour lui, l’intérêt public vient loin devant la discipline de parti.

    Son arrestation montre que la paranoïa est totale au sommet de l’Etat. Evoquer Joseph Kabila est devenu un sujet tabou. La moindre critique entraine une répression immédiate. Une fois de plus, nous avons organisé une action dans la rue. Aussi à cette occasion, les policiers nous ont dispersés violemment. Cinq d’entre nous ont passé une nuit en prison. Les médias ont été interdits de publier des photos de notre action. »

[vert]Le passage de Kabila [/vert]

Récemment, la ville de Goma a reçu la visite de plusieurs ministres nationaux pour préparer le passage de Kabila à l’Est. On a saisi chaque occasion pour ouvrir la discussion sur l’affaire Nzangi. Les instances officielles de la société civile ne réagissaient pas. « Ici, nous ne pouvons pas prendre position, c’est une question politique, c’est délicat. C’est en dehors de notre mandat… »

[bleu marine]Micheline :[/bleu marine]

  • « Nous avons apporté notre message sur Nzangi et sur le reste de nos revendications jusque chez Kabila lui-même. Il y avait beaucoup de monde dans la rue ce jour-là pour l’applaudir. Mais les gens qui étaient venus pour l’acclamer étaient grosso modo les mêmes gens qui acclamaient le M23 quand les rebelles entraient dans nos murs en novembre 2012. Ils seront encore là quand Kamerhe ou un autre leader de l’opposition vont venir demain ou après-demain. Vous savez comment ça marche ici : avec un peu d’argent, un coca ou un pagne, il est possible de mobiliser beaucoup de monde.

    Alors, on était là, avec nos banderoles et nos pancartes. Nous avons demandé la libération de Nzangi, mais nous parlions aussi des promesses non respectées concernant l’électricité, l’eau et les infrastructures. L’un de nous a même réussi à parler au président lui-même. Il lui a demandé : ‘Excellence, avez-vous vu nos messages ?’ Il a répondu qu’il les avait vus. Il l’a répété après dans un discours public.

    Il existe un tas d’ONG congolaises et étrangères qui font circuler des beaux textes avec toutes sortes de recommandations et de solutions à tous nos problèmes. Ils les lancent sur internet. Mais ce jour-là, dans la rue, entouré par tous ces acolytes, « paillassons et applaudisseurs », nous étions les seuls avec des messages critiques. »

[bleu marine]Kris Berwouts[/bleu marine] est analyste et spécialiste de la région des Grands Lacs. Il a travaillé pendant 25 ans pour des ONG belges et internationales œuvrant sur la construction de la paix, la réconciliation, la sécurité et les processus démocratiques. Jusqu’en 2012, il était directeur du réseau des ONG européennes pour le plaidoyer sur l’Afrique centrale, EurAc. Depuis un an et demi, il travaille comme expert indépendant sur cette même région. Sa dernière visite de terrain a été appuyée par le Pascal Decroos Fund for Investigative Journalism.

http://afrikarabia.com/wordpress/la-lucha-les-indignados-de-goma/


[marron]DE CRIMINALISERING VAN HET ACTIVISME[/marron]

Een van de vele donkere aspecten van ons tijdperk is zeker de criminalisering van sociaal en politiek activisme. U valt uit de lucht ? Geen wonder : activisten zijn een stelletje ongeregeld, als het al geen terroristen of criminelen zijn. Dus als je die vervolgt of verdacht maakt, is er geen haan die er naar kraait. Ik leg u kort uit waarom (u uit de lucht valt en er geen haan naar kraait).

Na 9/11 werd er, ook in Europa, een heel pakket van uitzonderingsmaatregelen aangenomen. Er was nauwelijks een parlementair, laat staan maatschappelijk debat hierover, De media en de publieke opinie keken de andere kant op. Er kwam een federaal procureur die zich gedroeg als een antiterrorisme-tsaar. Eén van de neveneffecten was een grootschalige criminalisering van het activisme. Luiksevredesactivisten werden jarenlang afgeluisterd. Het stakingsrecht werd ingeperkt door allerhande vakbondsacties systematisch met juridische middelen aan te vechten. Zelfs Greenpeace werd door Electrabel voor de rechter gedaagd voor bendevorming, met tientallen vrijwilligers die herhaaldelijk ondervraagd werden door de politie. Het ontslag begin juni 20 Il van Barbara van Dyck, onderzoekster aan de KU Leuven, wegens deelname aan en verdediging van de actie tegen een genetisch gemanipuleerd testaardappelveld in Wetteren, levert een ander interessant voorbeeld van dit ’antiterrorismeklimaat’ .

De inperking van het recht op activisme, als deel van het recht op vrije meningsuiting, of erger de criminalisering ervan, is een van de fundamentele tekenen aan de wand van deze donkere tijd. In het antiterrorismeklimaat worden rechtstermen misbruikt : ngo’s doen aan bendevorming, ze worden gekwalificeerd als criminele organisaties en een actie wordt meteen gebrandmerkt als intimidatie of geweld. Sinds de oorlog tegen de terreur is aIle protest verdacht. We zijn er ons niet van bewust, maar we bevinden ons er nog altijd middenin - want de War on Terror is nog steeds niet officieel afgeblazen, ondanks Obama, ondanks de dood van Osama Bin Laden, ondanks de Arabische lente, ondanks de indignado- en Occupy-beweging. En het ergst is : we zijn eraan gewend. De uitzonderingstoestand) is de regel geworden.

Lieven De Cauter is filosoof, kunsthistoricus en schrijver.
In ’Verdraaid’ van Broederlijk Delen, december 2013.
 

[marron]NOUVELLES BRÈVES[/marron]

[bleu marine]Eerste succesvol Europees burgerinitiatief[/bleu marine]

’Water is een publiek goed, geen handelsproduct’. Meer dan 1.6 miljoen Europese burgers hebben een petitie met die eis ondertekend. Daarmee komt de eis op tafel van de Europese Commissie.

Europese burgers kunnen sinds 1 april 2012 de Europese Commissie dwingen zich te buigen over een bepaald onderwerp. Het initiatief moet uitgaan van een burgercomité, dat meer dan één miljoen handtekeningen moet verzamelen in minstens 7 van de 28 lidstaten van de Europese Unie.

[bleu marine]Les banques belges ont "une part de responsabilité" dans l’accaparement des terres[/bleu marine]

BNP Paribas Fortis, Deutsche Bank, ING, KBC, Belfius ou AXA : toutes ces banques ont, de par les fonds qu’elles gèrent, une part de responsabilité dans le phénomène mondial d’accaparement de terres au profit d’entreprises de production d’huile de palme et au détriment de l’écologie et du bien-être de la population locale. Ce constat est issu d’un rapport présenté par plusieurs associations, dont le CNCD 1111-11. Basée sur l’examen de 10 banques actives en Belgique et 10 entreprises controversées pour leurs pratiques, l’étude indique que les directions des banques se sont montrées ouvertes au dialogue, mais 6 d’entre elles gèrent des fonds qui investissent notamment dans les entreprises contestées. (Belga)

La Libre Belgique du 4 décembre 2013
 

[bleu marine]Tappen van NSA is ongrondwettig[/bleu marine]

Volgens rechter Richard Leon van de federale rechtbank van het District of Columbia is het tappen van telefoongegevens "bijna orwelliaans" et hoogstwaarschijnlijk in strijd met het Vierde Amendement van de Amerikaanse Grondwet. Dat verbiedt het doorzoeken van privégegevens zonder redelijk doel of goedkeuring van een rechter. Een definitieve uitspraak doet de rechter vanwege veiligheidsbelangen pas als de Amerikaanse regering in beroep is gegaan. De rechter oordeelde dat de NSA moet ophouden met het verzamelen van de telefoongegevens en verzamelde gegevens moet vernietigen. Wegens het mogelijke beroep hoeft dit echter nog niet.

De kans is groot dat Obama de NSA verbiedt nog langer in bulk telecomgegevens te verzamelen. Wellicht kan dat voortaan enkel met een gerechtelijk bevel.

[bleu marine]Kim Jong-Un instaure la terreur[/bleu marine]

Le limogeage et l’exécution de l’ancien numéro deux du régime communiste nord-coréen Jang Song-Thaek, par ailleurs oncle du dictateur Kim Jong-Un, confirment qu’une crise politique majeure secoue la dernière citadelle stalinienne de la planète et que le pouvoir en place entend y faire face en instaurant un climat de terreur susceptible de n’épargner personne, pas même les dignitaires jusque-là les plus craints.
/…/
Le mutisme observé par Pékin sur les purges en cours à Pyongyang ne peut que dissimuler embarras et irritation. La Chine soutient à bout de bras son voisin exsangue, mais n’a pourtant aucune prise sur lui.

Philippe Paquet in La Libre Belgique, déc. 2013
 
Ma vie durant, je me suis consacré à la lutte des Africains. J’ai combattu la domination blanche et j’ai combattu la domination noire. J’ai chéri l’idéal d’une société libre et démocratique, où tout le monde vivrait ensemble en harmonie et doté de chances égales. C’est un idéal que j’espère atteindre et pour lequel j’espère vivre. Mais c’est un idéal pour le quel, si cela est nécessaire, je suis prêt à mourir.
NELSON MANDELA, lors de son procès en 1964
 

Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles

[1Ndlr. bourdonnement


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 535 / 1014783

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License