missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°78 Breuklijnen

Janvier - Januari 2014
lundi 3 février 2014 par J.V.

[marron]MAMPHELA RAMPHELE : nouvelle figure de proue de l’opposition[/marron]

[vert]Afrique du Sud[/vert]

La campagne pour les élections générales d’avril a commencé. Mamphela Ramphele, chef de file de la toute jeune formation politique Agang ("Construire" en sotho, l’une des onze langues officielles d’Afrique du Sud), a annoncé mardi qu’elle serait finalement candidate à la présidence avec l’Alliance démocratique (DA), le principal parti d’opposition sud-africain (avec laquelle son parti a conclu un accord).

Médecin, anthropologue, première femme noire vice-chancelière de l’université du Cap, ancienne directrice générale de la Banque mondiale, femme d’affaires qui siège dans les conseils d’administration de grandes sociétés du pays, Mamphela Ramphele, 66 ans, affiche un parcours brillant.

[vert]Compagne de Steve Biko [/vert]

Mais elle n’a pas seulement réussi une carrière exemplaire. Elle fut aussi militante du Mouvement de la conscience noire aux côtés de son compagnon Steve Biko, activiste anti-apartheid assassiné en 1977 dans une prison sud-africaine.

Entrée en politique en février 2013, elle se montre très critique envers l’ANC, au pouvoir depuis vingt ans. Lors d’une conférence de presse au Cap, elle a évoqué "l’argent volé, les emplois perdus, la corruption, les écoles sans livres ... ". "Il est temps de restaurer les promesses de 1994", a-t-elle dit.

[vert]A la recherche des "Born free"[/vert]

Helen Zille, présidente de l’Alliance démocratique et ancienne maire du Cap, est une amie de longue date de Mamphela Ramphele, qu’elle a réussi à convaincre d’unir leurs forces au sein de l’opposition. Au cours des dernières années, DA a progressivement gagné du terrain (jusqu’à 24 % des votes aux élections municipales de 2011) face à l’ANC, qui rassemble toujours environ deux tiers des électeurs.

Mais, malgré ses efforts, la formation peine à se débarrasser de sa réputation de "parti blanc". Avec cette fusion, Mamphela Ramphele apporte sa légitimité historique de militante, tandis que l’Alliance démocratique bénéficie d’une expérience et d’une solide infrastructure nationale que n’a pas Agang.

Cela suffira-t-il à déstabiliser Jacob Zuma ? Pour cela, l’opposition devra rassembler au-delà de son électorat traditionnel des classes moyennes et supérieures sud-africaines, noires ou blanches. Elle compte notamment sur les "born free", la génération qui n’a pas connu l’apartheid et vote pour la première fois.

[vert]L’ANC bénéficie de son histoire[/vert]

Mais, malgré les doutes sur sa capacité à combattre la pauvreté, les inégalités ou à relancer la croissance, l’ANC devrait bénéficier une nouvelle fois de l’attachement historique au parti de la lutte pour la liberté.
Bien qu’il soit de plus en plus critiqué pour son piètre bilan et des allégations de corruption, le président Jacob Zuma semble donc promis à occuper la scène jusqu’en 2019. Mais l’alliance entre DA et Agang représente un changement de taille dans le paysage politique sud-africain. Et de nombreux observateurs politiques prévoient une baisse de soutien à l’ANC lors du prochain scrutin.

Patricia Huon dans La Libre Belgique du 30 janvier 2014
 

[marron]MENSENRECHTEN IN BELGIË[/marron]

[vert]Recordboete voor acht geïnterneerden[/vert]

Het Europees Hof voor de Rechten van de Mens in Straatsburg heeft ons land nog maar eens veroordeeld voor het niet aardig behandelen van geïnterneerden. De Belgische staat kreeg een recordboete- opgelegd van 122.500 euro.

’Het gaat om acht geïnterneerden die in de psychiatrische instellingen van de gevangenissen van Leuven en Merksplas zitten’, zegt Peter Verpoorten, advocaat van zeven van de acht geïnterneerden die in Straatsburg gelijk kregen. Het gaat om vijf Belgen tussen 29 en 51 jaar oud, een Fransman van 44, een Nederlander van 70 en een Marokkaan van 43.

De Europese rechters gaven advocaat Verpoorten over de hele lijn gelijk. De acht geïnterneerden krijgen vermoedelijk binnen vier maanden elk rond de 15.000 euro.

’Het belangrijkste is dat ze worden overgeplaatst’, zegt Verpoorten, ’anders trekken we naar de burgerlijke rechtbank om dwangsommen per dag af te dwingen.’

De Standaard van 10-01-2014
 

[vert]Nutteloze opsluitingen van niet-repatrieerbare sans-papiers[/vert]

Vluchtelingenorganisaties uit België, Frankrijk, het Verenigd Koninkrijk en Hongarije schrijven in een rapport dat in Europese landen nog altijd migranten zonder papieren worden opgesloten van wie de autoriteiten zouden moeten weten dat ze niet kunnen worden teruggestuurd. Vluchtelingenwerk Vlaanderen zegt sinds september 2012 weet te hebben van minstens dertig gevallen van niet-repatrieerbare vluchtelingen die toch een tijdlang werden opgesloten in een gesloten centrum.

[marron]RDC : l’Eglise se penche sur le trouble commerce de la cassitérite[/marron]

C’est une première : l’Eglise congolaise se penche sur l’exploitation minière et la redistribution de ces ressources. Dans un premier rapport de 150 pages, la Commission épiscopale pour les ressources naturelles a analysé l’impact de l’exploitation de la cassitérite - ce composant qui sert dans la fabrication de téléphones portables - sur l’économie de Walikale, dans l’est du Congo. Les conclusions ne sont pas très positives.

Plus gros producteur de cassitérite du pays, avec 22 tonnes sortis de ces terres depuis 2008, Walikale n’est pourtant pas beaucoup plus développé qu’il y a cinq ans. Les 77 millions de dollars produits par le minerai n’ont pas amélioré les conditions de vie des 10.000 "creuseurs" et de leurs familles sur place : telle est la principale conclusion de la Commission épiscopale pour les ressources naturelles après cinq mois d’enquête.

La route qui mène à la bourgade de Walikale, à 250 km de Goma, a bien été réhabilitée. Trois écoles primaires et un hôpital ont été construits ces cinq dernières années. Mais aucune de ces infrastructures n’a été financée par la cassitérite selon la commission. A la place, des groupes armés se disputent l’accès aux mines et à une production, dont presque rien ne revient dans les caisses de l’Etat.

[vert]Des entreprises étrangères peu regardantes[/vert]

Pour Henri Muhiya, qui a rédigé ce rapport, le premier responsable de cette situation est l’Etat congolais. "Si le territoire de Walikale est à des groupes armés et si le minerai est exploité dans le désordre, c’est que l’Etat n’a pas assuré la sécurité. Mais l’Etat est mis à mal par d’autres acteurs, ceux qui profitent des minerais qui sortent de Walikale". Une allusion aux entreprises étrangères indiennes, belges, rwandaises ou anglaises, encore trop peu regardantes sur les conditions d’extraction de ce minerai. La commission épiscopale appelle donc l’Etat à chasser les groupes armés et restaurer son autorité sur son territoire. Des conclusions qui ont un air de déjà vu, et dont le plus difficile reste la mise en œuvre.

 

[marron]EDUQUER AU DIALOGUE[/marron]

[vert]Les écoles catholiques appelées à cultiver le dialogue inter-religieux[/vert]

L’Eglise catholique a appelé le 19 décembre ses 209.000 écoles dans le monde à favoriser le dialogue entre les cultures et avec les autres religions, tout en réaffirmant leur identité chrétienne. Un document de la Congrégation pour l’éducation catholique, intitulé [bleu] « Éduquer au dialogue interculturel » [/bleu] constate qu’avec la multiculturalité croissante et les migrations massives, les écoles catholiques accueillent de plus en plus d’élèves qui observent d’autres religions ou sont non-croyants.

C’est pourquoi le dialogue inter-religieux « ne doit pas être compris comme un compromis au rabais mais comme un dialogue dans un rapport constructif  », soulignent ses auteurs, en rappelant que le « dialogue  » est un « mot clé » du message du pape François. Les écoles doivent « fournir les instruments pour connaître et apprécier les autres cultures ». En même temps, remarque le «  ministre » de l’éducation du Vatican, le cardinal Zenon Grocholewski, l’école catholique, « pour avoir un rôle constructif, ne doit pas affaiblir sa propre identité, mais la renforcer ». Et elle doit toujours « insérer au sein de ses disciplines l’enseignement de la religion catholique ».

(Source : Fait Religieux /20.12.13/ Rédaction)
www.fait-religieux.com
 
"Rien n’est anodin en matière d’antisémitisme, comme pour la xénophobie ou la discrimination religieuse. Il est scandaleux que nous soyons insensibles à la dépréciation progressive des seuils à ne pas franchir. Une culture du respect de l’autre, des autres religions, doit se réimplanter d’une manière forte. Que l’on apprenne aux enfants qu’il y a des choses qui ne se font pas !”
Mgr. André Vingt-Trois, archevêque de Paris. Interview du 3 janvier 2014
 

[marron]LES ARCHIVES DE PIE XII au cœur des relations entre juifs et Église[/marron]

Journée de la mémoire de la Shoah ce 27 janvier, jour anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz, en 1945. Une journée importante pour tous les juifs mais pas seulement, tant la mémoire de la Shoah concerne tout le monde.

A cette occasion, le Pape François a envoyé au rabbin argentin Abraham Skorka, un ami de longue date, une lettre qui doit être lue lors d’un concert organisé à Rome ce lundi soir dans laquelle il déclare notamment qu’il ne veut pas qu’une « telle horreur se répète  » en parlant de la Shoah, la décrivant comme une « honte pour l’humanité ».

Il y a quelques jours, ce rabbin, reçu au Vatican par le Pape, a confié à la presse que François serait prêt à ouvrir les Archives du Saint-Siège, afin de faire toute la lumière sur le rôle de Pie XII et de l’Église durant l’Holocauste.

La question de ces archives apparaît comme centrale dans les relations qu’entretiennent les catholiques et les juifs, et plus particulièrement l’Église et les juifs. Elle est latente depuis plusieurs dizaines d’années, et le Saint-Siège y est sensible, et ce, depuis longtemps comme le confirme à Xavier Sartre, [bleu] Sylvie Bernay , historienne, auteure d’une thèse sur L’Église catholique et la persécution des Juifs pendant l’Occupation en France (1940−1944), entre incompréhension et sauvetages [/bleu]

La Lettre de Radio Vatican (27-01-2014)
 

[marron]DE ATOOMBOMMEN IN KLEINE BROGEL[/marron]

[vert]De atoombommen in Kleine Brogel[/vert]

"Nu overheerst de inertie : ze liggen er, er is niets dringends aan de hand, dus laten we ze maar liggen." En een uitleg is snel gevonden, meer dan een overbodig symbool van de trans-Atlantische solidariteit zijn ze niet. Maar wat dan met de Navo-solidariteit, een geliefd argument van minister De Crem ? "Als soeverein land beslist België wat het wil. En wat gebeurt erna ? De praktijk leert : weinig. Canada zag al af van de ’nuclear strike mission’, mogelijk deed Turkije dat ook al en in het volgende decennium volgt wellicht Duitsland. Worden zij daardoor als deloyaal of zwak bejegend ? Veel Navo-leden hebben helemaal geen kernwapens en een aantal ervan verbiedt ze in vredestijd zelfs op hun grondgebied. Interessant voor België, dat de F-16 moet vervangen, is dat Griekenland al in 2001 zijn kerntaak afstootte : omdat het anders te dure nieuwe vliegtuigen moest kopen."

(rapport van Marc Reynebeau over een conferentie van Hans Kristensen, expert nucleaire bewapening, De Standaard du 30-1-2014)
 

[vert]De njet van de SP.A[/vert]

De SP.A is vastbesloten haar verzet tegen de vervanging van de F-16-jachtvkiegtuigen vol te houden, ook tijdens eventuele formatiegesprekken na de verkiezingen. "Dat is onzinnig in de huidige budgettaire situatie." – "Wij kopen geen F-35’s, dan zijn we meteen ook van die onzinnige kernbommen af." (SP.A-kamerlid Dirk Van der Maelen). Tot nu toe is vooral CD&V groot voorstander van de vernieuwing van de F-16-straaljagers.

Volgens De Standaard van 31-01-2014
 

[marron]IN’T KORT – EN BREF[/marron]

[vert]Tunisie : l’égalité hommes-femmes dans la Constitution[/vert]

L’égalité « sans discrimination des citoyens et citoyennes  » déclare la nouvelle Constitution. Un texte unique dans le monde arabe. Il s’ajoute à d’autres concessions faites par les islamistes d’Ennahda, majoritaires à l’Assemblée.

[vert]Pakistan : Un jeune héros[/vert]

Un adolescent pakistanais tué cette semaine dans un attentat-suicide est devenu un héros post-mortem pour s’être sacrifié en se jetant sur le kamikaze qui allait attaquer l’école de sa ville, sauvant de nombreuses vies, ont indiqué jeudi sa famille et des responsables. Aitzaz Hassan, un adolescent de 15 ans de la petite ville chiite d’Ibrahimzai, avait intercepté lundi le kamikaze alors qu’il se dirigeait vers t’école locale fréquentée par 1 000 étudiants, selon la police locale. Le kamikaze avait été contraint de se faire exploser à 150 mètres de l’école. Les élèves et les professeurs de l’établissement ont été épargnés, hormis le jeune adolescent. "Je suis fier de savoir que mon fils s’est sacrifié pour une cause noble", a dit son père, affirmant recevoir sans cesse des messages de condoléances.

(AFP) 11-01-2014
 
"Je moet al een ezel of een ideoloog zijn om de invloed van het christendom in onze cultuur te ontkennen."

[mauve fonce]René Brague, Frans filosoof en schrijver[/mauve fonce]

Ndlr. Dan zitten er bij onze politici toch veel …

[vert]Christenvervolging neemt toe[/vert]

In Syrië is het aantal christenen dat vervolgd wordt het afgelopen jaar opvallend gestegen. In 2013 werden ten minste 1.213 christenen om hun geloof gedood. Vooral in de zogenaamde mislukte staten stijgt het aantal christenvervolgingen. Naast Syrië, is het ook in Somalië, Irak of Afghanistan niet veilig voor christenen. Dat is de conclusie van de ngo Open Doors, een christelijke organisatie, die jaarlijks de christenvervolgingen in de wereld in kaart brengt op basis van eigen onderzoek. Noord-Korea blijft het land waar de meeste christenen vervolgd worden.

[bleu]Consultez leur website en français :[/bleu] www.portesouvertes.fr/

[vert]Nigeria. Président keurt controversiële homowet goed[/vert]

De Nigeriaanse president Goodluck Jonathan heeft een wet ondertekend die seks tussen mensen van hetzelfde geslacht expliciet verbiedt en de rechten van holebi’s inperkt.

Dat betekent onder meer dat holebi’s die trouwen voortaan een celstraf van 14 jaar kunnen krijgen. Wie in het openbaar toont dat hij een relatie heeft met iemand van hetzelfde geslacht, riskeert 10 jaar gevangenis.

ln mei vorig jaar werd de wet al unaniem goedgekeurd door het Nigeriaanse parlement. Jonathan heeft de wet nu goedgekeurd omdat die ’overeenstemt met de culturele en religieuze overtuigingen’ van de Nigerianen, van wie ’meer dan 90 procent gekant is tegen een huwelijk tussen mensen van hetzelfde geslacht’, aldus de woordvoerder van de president. De internationale verontwaardiging is groot. Volgens Amnesty International zal de wet ’catastrofale’ gevolgen hebben voor de holebigemeenschap. De Britse premier David Cameron heeft ervoor gewaarschuwd dat zijn land de hulp zal inperken aan landen die de holebirechten niet erkennen.

(BELGA)
 

[marron]LE MONDE NE PEUT PAS MANGER AUTANT DE VIANDE QU’EN EUROPE[/marron]



[bleu marine]Ndlr.[/bleu marine] La mise en évidence [bleu]en gras[/bleu] est du rédacteur

Fin des années 50, un Belge consommait en moyenne 150 g de viande par jour. [bleu]En 2013, il a mangé le double[/bleu], et cette tendance est en train de gagner la Chine, le Brésil, la Russie, et tous les autres pays de la planète dont le niveau de vie est en augmentation. L’industrie qui a fourni l’année passée près de 310 millions de tonnes de viande de par le monde devrait donc logiquement intensifier l’élevage et combler ces nouvelles et lucratives attentes, à une limite près : son usage intensif de ressources naturelles.

La production mondiale de viande et d’alimentation destinée au bétail consomment à elles seules

  [bleu]70 % des réserves d’eau fraîche de la planète,

un tiers des 14 milliards d’hectares de terres cultivées,

et 40 % des productions annuelles de maïs, blé, seigle et avoine.[/bleu]

"Si la consommation de viande devait continuer à augmenter aussi rapidement, il faudrait deux fois plus d’eau qu’aujourd’hui pour faire pousser suffisamment d’alimentation en 2050", explique Adrian Bebb de l’ONG Friends of the Earth qui a publié l"’Atlas mondial de la viande" pour dénoncer l’impact environnemental de cette industrie massive et les risques pour la santé d’une production aussi difficilement contrôlable. " [bleu]Il est tout simplement impossible que tout le monde mange autant de viande qu’en Europe[/bleu] . La population mondiale augmente, les réserves en eau potable sont limitées, et 2,5 milliards d’individus vivent déjà, dans des zones de stress hydrique." Sans parler de l’impact sur l’alimentation d’une telle monopolisation des terres, de l’usage intensif de nitrates et autres produits chimiques répandus sur des milliers d’hectares pour fertiliser les champs, et de l’impact climatique de l’élevage intensif, responsable selon la Food and Agriculture Organization des Nations unies (FAO) de [bleu]15 % des émissions globales de gaz à effet de serre.
[/bleu]

"[bleu] La production de viande est devenue tellement importante qu’elle est dangereuse pour l’environnement[/bleu] , et tellement globalisée qu’elle est incontrôlable pour les consommateurs", poursuit Adrian Bebb. "La taille des fermes a augmenté, leur nombre a diminué, et les multinationales brésiliennes ou américaines peuvent désormais tuer et exporter en une journée des millions d’animaux dans le monde entier [bleu]sans que le consommateur puisse déterminer dans quelles conditions[/bleu] les porcs, bovins et autres poulets nourris au grain, au fourrage et aux antibiotiques ont été élevés."

[vert]Consommer moins de viande[/vert]

Contenir la demande serait une idée judicieuse, mais les consommateurs européens et américains peuvent difficilement demander aux classes moyennes des pays émergents de limiter leur propre consommation de viande. [bleu]Il semble donc inévitable que les premiers réduisent les quelque 260 grammes de viande engloutis quotidiennement [/bleu] pour provoquer une diminution ou une stagnation de la consommation globale. "On ne peut pas forcer les gens", regrette Marta Messa du mouvement Slow Food. "L’alimentation est un sujet personnel et difficile à aborder, mais nous n’avons pas le choix. [bleu]Le système comme il existe est tout simplement intenable[/bleu]. Il faut inciter les gens à acheter différemment et recréer le lien entre producteurs et consommateurs pour cesser de soutenir une production industrielle. C’est un bon moyen de faire pression sur l’industrie et d’inciter les autorités à changer les règles." Les règles, justement, ne sont pas si évidentes à modifier. Les enjeux économiques sont considérables. Des millions de producteurs "durables", en Afrique notamment, n’ont pas accès au marché, et "les tractations commerciales entre l’Europe et les Etats-Unis risquent d’entraîner une révision à la baisse des réglementations sur l’élevage et l’alimentation des deux côtés de l’Atlantique", précise l’Atlas. Ce qui renforcerait de facto [bleu]la position dominante de l’industrie[/bleu]. "Le système a besoin d’antibiotiques, de tarifs douaniers accessibles et de solutions abordables pour se débarrasser des déchets issus de l’élevage", conclut Bastian Hermisson de la Fondation Heinrich Böll qui a coécrit l’ouvrage, "tant que tout cela restera bon marché, on ne pourra pas faire grand- chose".

Voir aussi www.hgr-css.be

Valentin Dauchot in La Libre Belgique du 10 janvier
 

__5__

Nous avons au moins trois arguments de poids pour diminuer notre consommation de viande :

  1. [bleu marine]Par solidarité[/bleu marine] avec ceux qui ne peuvent pas se permettre notre niveau de consommation de viande et auxquels par ailleurs notre surconsommation porte préjudice. Pensez aux énormes terrains accaparés par l’agro-industrie pour nourrir le bétail.
  2. [bleu marine]Par respect pour la création[/bleu marine]. Il faut 15 455 litres d’eau pour produire un kilo de viande de bœuf. Or l’eau potable est un bien destiné à tous mais dont les réserves sont limitées.
  3. [bleu marine]Par souci de notre propre santé[/bleu marine]. Le Belge mange deux fois trop de viande rouge, d’après un avis rendu le 15 janvier 2014 par les experts du Conseil supérieur de la santé (CSS). Il consomme en effet 640 grammes par semaine de viande, alors que le maximum recommandé par les autorités est 500 grammes, mais que la réduction à 300 grammes par semaine pourrait faire chuter le risque de cancer colorectal de plus de 20 %. En attendant, ils conseillent carrément d’éviter autant que possible les charcuteries à base de viande rouge et de se tourner vers le poulet, la dinde et la volaille en général, qui ne présentent pas le même caractère de risque. Ils proposent aussi comme solution d’introduire un repas végétarien par semaine et de manger deux fois du poisson par semaine.
    Jef Vleugels
     

Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 771 / 1078021

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License