missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°78 Breuklijnen

Janvier - Januari 2014
lundi 3 février 2014 par J.V.

  MENSENRECHTEN IN BELGIË

Recordboete voor acht geïnterneerden

Het Europees Hof voor de Rechten van de Mens in Straatsburg heeft ons land nog maar eens veroordeeld voor het niet aardig behandelen van geïnterneerden. De Belgische staat kreeg een recordboete- opgelegd van 122.500 euro.

’Het gaat om acht geïnterneerden die in de psychiatrische instellingen van de gevangenissen van Leuven en Merksplas zitten’, zegt Peter Verpoorten, advocaat van zeven van de acht geïnterneerden die in Straatsburg gelijk kregen. Het gaat om vijf Belgen tussen 29 en 51 jaar oud, een Fransman van 44, een Nederlander van 70 en een Marokkaan van 43.

De Europese rechters gaven advocaat Verpoorten over de hele lijn gelijk. De acht geïnterneerden krijgen vermoedelijk binnen vier maanden elk rond de 15.000 euro.

’Het belangrijkste is dat ze worden overgeplaatst’, zegt Verpoorten, ’anders trekken we naar de burgerlijke rechtbank om dwangsommen per dag af te dwingen.’

De Standaard van 10-01-2014
 

Nutteloze opsluitingen van niet-repatrieerbare sans-papiers

Vluchtelingenorganisaties uit België, Frankrijk, het Verenigd Koninkrijk en Hongarije schrijven in een rapport dat in Europese landen nog altijd migranten zonder papieren worden opgesloten van wie de autoriteiten zouden moeten weten dat ze niet kunnen worden teruggestuurd. Vluchtelingenwerk Vlaanderen zegt sinds september 2012 weet te hebben van minstens dertig gevallen van niet-repatrieerbare vluchtelingen die toch een tijdlang werden opgesloten in een gesloten centrum.

  RDC : l’Eglise se penche sur le trouble commerce de la cassitérite

C’est une première : l’Eglise congolaise se penche sur l’exploitation minière et la redistribution de ces ressources. Dans un premier rapport de 150 pages, la Commission épiscopale pour les ressources naturelles a analysé l’impact de l’exploitation de la cassitérite - ce composant qui sert dans la fabrication de téléphones portables - sur l’économie de Walikale, dans l’est du Congo. Les conclusions ne sont pas très positives.

Plus gros producteur de cassitérite du pays, avec 22 tonnes sortis de ces terres depuis 2008, Walikale n’est pourtant pas beaucoup plus développé qu’il y a cinq ans. Les 77 millions de dollars produits par le minerai n’ont pas amélioré les conditions de vie des 10.000 « creuseurs » et de leurs familles sur place : telle est la principale conclusion de la Commission épiscopale pour les ressources naturelles après cinq mois d’enquête.

La route qui mène à la bourgade de Walikale, à 250 km de Goma, a bien été réhabilitée. Trois écoles primaires et un hôpital ont été construits ces cinq dernières années. Mais aucune de ces infrastructures n’a été financée par la cassitérite selon la commission. A la place, des groupes armés se disputent l’accès aux mines et à une production, dont presque rien ne revient dans les caisses de l’Etat.

Des entreprises étrangères peu regardantes

Pour Henri Muhiya, qui a rédigé ce rapport, le premier responsable de cette situation est l’Etat congolais. « Si le territoire de Walikale est à des groupes armés et si le minerai est exploité dans le désordre, c’est que l’Etat n’a pas assuré la sécurité. Mais l’Etat est mis à mal par d’autres acteurs, ceux qui profitent des minerais qui sortent de Walikale ». Une allusion aux entreprises étrangères indiennes, belges, rwandaises ou anglaises, encore trop peu regardantes sur les conditions d’extraction de ce minerai. La commission épiscopale appelle donc l’Etat à chasser les groupes armés et restaurer son autorité sur son territoire. Des conclusions qui ont un air de déjà vu, et dont le plus difficile reste la mise en œuvre.

 

  EDUQUER AU DIALOGUE

Les écoles catholiques appelées à cultiver le dialogue inter-religieux

L’Eglise catholique a appelé le 19 décembre ses 209.000 écoles dans le monde à favoriser le dialogue entre les cultures et avec les autres religions, tout en réaffirmant leur identité chrétienne. Un document de la Congrégation pour l’éducation catholique, intitulé « Éduquer au dialogue interculturel » constate qu’avec la multiculturalité croissante et les migrations massives, les écoles catholiques accueillent de plus en plus d’élèves qui observent d’autres religions ou sont non-croyants.

C’est pourquoi le dialogue inter-religieux « ne doit pas être compris comme un compromis au rabais mais comme un dialogue dans un rapport constructif  », soulignent ses auteurs, en rappelant que le « dialogue  » est un « mot clé » du message du pape François. Les écoles doivent « fournir les instruments pour connaître et apprécier les autres cultures ». En même temps, remarque le «  ministre » de l’éducation du Vatican, le cardinal Zenon Grocholewski, l’école catholique, « pour avoir un rôle constructif, ne doit pas affaiblir sa propre identité, mais la renforcer ». Et elle doit toujours « insérer au sein de ses disciplines l’enseignement de la religion catholique ».

(Source : Fait Religieux /20.12.13/ Rédaction)
www.fait-religieux.com
 
"Rien n’est anodin en matière d’antisémitisme, comme pour la xénophobie ou la discrimination religieuse. Il est scandaleux que nous soyons insensibles à la dépréciation progressive des seuils à ne pas franchir. Une culture du respect de l’autre, des autres religions, doit se réimplanter d’une manière forte. Que l’on apprenne aux enfants qu’il y a des choses qui ne se font pas !”
Mgr. André Vingt-Trois, archevêque de Paris. Interview du 3 janvier 2014
 

Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 612 / 948488

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License