missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°80 Breuklijnen

Mars - Maart 2014
mercredi 2 avril 2014 par J.V.

  HOOP EN IDEALEN IN PLAATS VAN TUINKABOUTERS EN PANDA’S

Het bezoek van Barack Obama maakte één zaak heel duidelijk. Er leeft een enorme honger naar een boodschap van hoop. Naar geloof in een betere toekomst. Dat is ook wat Obama’s eerste campagne in 2008 uitstraalde. Ondanks de vaststelling dat hij als president daarna de hoge verwachtingen niet volledig inloste, is die droom zes jaar later klaarblijkelijk allesbehalve uitgedoofd. Het staat in schril contrast met de campagne hier. Ik weiger mij neer te leggen bij het feit dat de campagne voor 25 mei zich beperkt tot tuinkabouters en andere panda’s. I want my campaign back !

Politiek heeft soms de neiging mensen tegen elkaar op te zetten. Aan die verleiding mogen we niet toegeven. De Obama Campaign heeft bewezen dat het anders kan. Dat politiek ook het beste in mensen naar boven kan brengen. Hij bracht miljoenen op de been met een boodschap van samenwerking tussen partijen, staten en mensen. Net zoals hij woensdag in de Bozar 2.000 man begeesterde met een toespraak over vrede en democratie, idealen die soms als al te vanzelfsprekend worden beschouwd.

En ook al klinkt een boodschap van hoop vaak wat naïef, Obama won er wel twee verkiezingen mee. Ondanks de modderstroom aan reclamespots die allerhande halve waarheden voor waar moesten doen doorgaan.

Obama toont hoe inspirerend campagne kan zijn : Hoop en idealen in plaats van tuinkabouters en panda’s

Maar gelukkig is ook hier in de campagne beterschap merkbaar. Voor het eerst worden verkiezingsprogramma’s grondig doorgerekend door de partijen zelf, en naderhand door onafhankelijke experts. Het zal de geloofwaardigheid van alle politieke partijen ten goede komen.

Maar politiek gaat over meer dan cijfers alleen. Meer nog dan Obama’s speeches, spreekt vooral zijn onwaarschijnlijke levenswandel tot de verbeelding. Weinigen gaven een zwarte met als tweede naam ’Hussein’ een kans om het tot president van de VS te schoppen. ’They said that this day would never come’, zei hij na zijn overwinning. Het Youtube-filmpje van die toespraak wordt nog altijd geregeld aangeklikt. Heel wat jongeren in de VS kijken er naar wanneer ze het even niet meer zien zitten, om opnieuw moed te vatten. Voor wie een ideaal heeft en doorzet, is alles mogelijk. Zo overstijgt Obama ook de politiek zelf.

Er resten nog een kleine twee maand voor de verkiezingen van 25 mei. Tijd om het niet alleen te hebben over cijfers, maar ook over idealen, waarden en een toekomstvisie op de lange termijn. I don’t want my money back. I want my dream back !

Peter Van Rompuy, parlementslid CD&V
 
« Pensez que la pauvreté est criante dans notre région et que 70% des habitants sont des jeunes, pour la plupart sans emploi, donc sans perspective d’avenir. Comment s’étonner qu’ils se regroupent en bandes armées pour chercher de quoi vivre ? La plus grande urgence, pour moi, c’est d’investir. Dès qu’il y aura des investissements, les milices vont tomber d’elles-mêmes. »
Mgr. Maroy, archevêque de Bukavu
(La Libre Belgique du 21-03-2014)
 

  LA PEINE DE MORT EN 2013

Un petit nombre de pays à l’origine d’une augmentation mondiale des exécutions.

L’Iran et l’Irak sont à l’origine d’une forte augmentation du nombre d’exécutions dans le monde en 2013, allant à l’encontre de la tendance mondiale à l’abolition de la peine de mort, écrit Amnesty International dans son rapport annuel sur les condamnations à mort et les exécutions dans le monde . Le nombre alarmant d’exécutions dans un groupe restreint de pays – principalement ces deux pays du Moyen-Orient – s’est traduit par près d’une centaine d’exécutions supplémentaires dans le monde par rapport à 2012, soit une augmentation de presque 15 %.

« Le rythme quasi frénétique des exécutions dans certains pays comme l’Iran et l’Irak est scandaleux. Toutefois, ces États qui s’accrochent à la peine de mort se situent du mauvais côté de l’histoire et sont, en réalité, de plus en plus isolés », a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International. « Seul un petit nombre de pays sont responsables de la grande majorité de ces meurtres d’État qui n’ont aucun sens. Ces pays ne peuvent défaire les progrès déjà réalisés de manière générale en faveur de l’abolition. »

Le nombre des exécutions en Iran (au moins 369) et en Irak (169) place ces deux pays respectivement en deuxième et troisième positions sur la liste des États qui procèdent à des exécutions, derrière la Chine. Le nombre des exécutions en Chine est tenu secret, mais Amnesty International est convaincue qu’il s’élève à plusieurs milliers chaque année.

L’Arabie saoudite (79) et les États-Unis (39) occupent les quatrième et cinquième places, devant la Somalie (34).

À la connaissance d’Amnesty International, sans compter la Chine, au moins 778 exécutions ont eu lieu en 2013, contre 682 en 2012. Ces exécutions se sont produites dans 22 pays, soit un de plus qu’en 2012. Les exécutions ont repris en Indonésie, au Koweït, au Nigeria et au Viêt-Nam.

Malgré les revers de 2013, le nombre de pays appliquant la peine capitale n’a cessé de diminuer depuis 20 ans, et des progrès ont été constatés dans toutes les régions du monde pendant l’année écoulée.

Beaucoup de pays qui avaient mis à mort des condamnés en 2012 n’ont procédé à aucune exécution en 2013 ; c’est le cas notamment de la Gambie, des Émirats arabes unis et du Pakistan, dont les autorités ont suspendu le recours à la peine capitale. Le Bélarus n’a exécuté personne non plus, ce qui fait que, pour la première fois depuis 2009, aucune exécution n’a été enregistrée en Europe ni en Asie centrale.

Il y a 20 ans, 37 pays appliquaient activement la peine de mort. Ils n’étaient plus que 25 en 2004, et 22 en 2013. Seuls neuf pays dans le monde ont procédé à des exécutions tous les ans ces cinq dernières années.

« La tendance sur le long terme est claire – la peine de mort est en passe de devenir un châtiment du passé. Nous exhortons tous les gouvernements qui continuent de tuer au nom de la justice à instaurer immédiatement un moratoire sur la peine capitale en vue de son abolition », a déclaré Salil Shetty.

Dans beaucoup de pays non abolitionnistes, le recours à la peine de mort est entouré de secret ; aucune information n’est rendue publique et, dans certains cas, la famille du condamné, son avocat ou le grand public ne sont même pas prévenus à l’avance des exécutions.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 105 / 652263

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License