missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Témoignage

Témoignage d’un Frère-Missionnaire d’Afrique
par Staf Van de Velde
alias Frère Augustin

Band N° 1/4 - 2014
mercredi 9 avril 2014 par D.F. (Vertaling), Manu Quertemont, Webmaster

La vocation c’est un peu un mystère. Parce qu’il est unique, chaque appel possède un brin de sainteté et a quelque chose à voir avec le divin, mais un divin qui se glisse dans la réalité humaine. Le fait que je suis entré chez les Pères Blancs était en grande partie dû à la proximité de leur séminaire dans ma paroisse de Boechout. Quand nous y allions avec les scouts ou avec les enfants de la croisade eucharistique, pour une récollection, je m’y sentais chez moi.

Eh, oui, je suis né à Boechout en 1922. J’ai ainsi grandi dans une communauté chrétienne où l’enthousiasme missionnaire était une tradition. Quand nous étions à l’école, nous avons été fort édifiés par l’engagement pour les missions des demoiselles Van den Bussche et Léontine Van Hoof. Les fréquentes visites à Boechout de missionnaires en partance pour les missions ont certainement aussi influencé ma vocation et donné un petit coup de pouce à mon entrée chez les Missionnaires d’Afrique.

Pour quelle raison suis-je devenu Frère et non pas Père ? J’étais alors détenteur d’un diplôme de menuiserie obtenu à l’école technique de Lierre et pour me familiariser à la langue française, j’avais suivi des cours du soir, organisés par la Centrale des Employés Ruraux de Mortsel. Je n’envisageais pas du tout de continuer des études pendant des années. Plus tard des amis me demandèrent : « Quelle est la différence entre un Père et un Frère ? », je leur ai alors répondu : « un Père c’est un prêtre et il a comme tâche de prendre à cœur les affaires spirituelles, telles que célébrer la sainte Messe et administrer les sacrements. »

Le Frère, lui, est l’homme des questions matérielles, c’est sur lui qu’on compte pour la construction des églises, des écoles , des hôpitaux et de n’importe quelle autre entreprise pour laquelle un prêtre n’est pas nécessaire. Les deux vocations se complètent réciproquement ; chacune a sa grâce d’état spécifique.

Quand dans une mission il n’y pas de Frère présent, le prêtre doit alors prendre sur lui l’aspect plus tangible de l’apostolat. Il y a alors un double danger : celui du travail matériel risquant d’être mal fait et dans le cas où le Père y prendrait goût, celui de négliger ses devoirs sacerdotaux.

Je suis parti en mission en 1948, au vicariat du Lac Albert au Congo. Là-bas, pendant trois ans, j’ai mis sur pied la menuiserie centrale du vicariat. Après cela, pendant quarante années, j’ai été pris par la fondation et la direction de l’école technique « ALFAJIRI ».Pour réussir à avoir un institut de bonne qualité avec un cycle de 4 ans d’études, j’ai dû partir de zéro. C’est moi qui ai tout construit ; mais j’ai également dû m’occuper de trouver les fonds nécessaires à ces constructions par des collectes tant en Afrique qu’en Europe. J’ai écrit deux petits livres techniques. J’ai composé dix-huit pièces de théâtre, et pour neuf d’entre elles j’en ai réalisé personnellement la mise en scène. Dans cette école, la formation chrétienne et civile des étudiants était à l’honneur. Une fois leurs études finies, j’ai pris l’habitude de rester en contact avec nos jeunes maintenant à l’ouvrage et je les visitais régulièrement chez eux dans leurs lieux de travail ; je me suis toujours soucié des activités de l’association des anciens élèves.

Dans le temps, je partageais des vues qui provoquèrent du mécontentement chez certains ; je trouvais qu’au cours de leur formation, quand il y avait des décisions à prendre au sujet de la vie des Frères et de leur apostolat, on ne tenait pas assez compte de ce que, eux, en pensaient. Heureusement, en 1958, lors de sa visite aux participants à la retraite de trente jours qui se tenait à Heverlee, le Supérieur Général, le Père Léon Volker, a remis les pendules à l’ heure en insistant que, selon notre Fondateur le Cardinal Lavigerie, Pères et Frères ont la même et unique vocation missionnaire : rien d’autre que de construire l’Eglise du Christ en Afrique.

  Staf Van de Velde

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 3306 / 568721

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Témoignages - Actualités   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License