missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°81 Breuklijnen

Avril - April 2014
mardi 29 avril 2014 par J.V.

  LA LOI SUR L’EUTHANASIE DES MINEURS

Le Roi a apposé son seing à la loi sur la dépénalisation partielle de l’euthanasie des mineurs. Le Moniteur l’a publiée. L’affaire est close. Qu’on me permette cependant quelques réflexions « post factum » qui n’engagent que moi, mais me tiennent à cœur. De conviction démocratique, en effet, j’accepte. Comme humaniste, je suis inquiet.

Que va donc changer cette loi ? Rien, aurait-on envie de répondre. A partir du moment où l’euthanasie des adultes est devenue un acquis - un droit, pensent les gens -, le tournant a été pris. Comme il fut argué en son temps, c’était la porte ouverte à la banalisation et, plus grave, à l’amplification. C’est ce qui est arrivé. Viendra sans doute ensuite la loi sur l’euthanasie des personnes « démentes ». Quand un interdit fondateur de toute vie en société est franchi, quel autre interdit peut encore empêcher la dérive ? L’individu devient un absolu, sans Dieu ni maître, qui décide du bien et du mal sans autre référence que lui-même. Autre chose de ne pas toujours pouvoir respecter une loi - la faiblesse humaine demande compréhension et bienveillance -, autre chose d’ériger cette faiblesse en quasi droit et de légiférer à partir des exceptions plutôt que de l’idéal.

Les questions éthiques sont de plus en plus idéologiques. Les débats parlementaires, les changements d’alliance (même si la liberté de conscience a été respectée), l’urgence de l’agenda en sont des illustrations. La démocratie a tendance à s’ériger en absolu, comme la monarchie de droit divin en son temps. Or, l’homme est mesuré non pas par le décompte des voix, mais par un idéal qui le pousse à croire en la vie, à l’aimer, même lorsqu’on ne peut la qualifier de belle et que l’envie nous prend de murmurer ou de crier : « J’en ai assez ! » L’amour de la vie est l’honneur de l’humanité. Les peuples pauvres en sont souvent les témoins inattendus, leur joie de vivre étant contagieuse.

Du point de vue des mineurs, cependant, il y a, me semble-t-il, un changement important. « Il y a peu de cas, mais c’est une victoire symbolique », ai-je pu entendre, en substance, à la radio. Symbolique : voilà précisément ce qui suscite en moi une profonde inquiétude. Le rôle des parents est en effet virtuellement transformé, et cela se réalisera chaque fois qu’ils donneront l’autorisation de mourir. C’est symboliquement grave. Jadis, sans loi, cela se faisait, peut-être en âme et conscience, mais c’était un échec (que je ne peux pas juger) et une infraction (non poursuivie dans les faits). Maintenant, c’est un « droit » donné aux parents, même si le mot utilisé est celui de dépénalisation partielle. C’est tout différent.

La loi piège les parents dans un dilemme tragique. Ou je consens et je n’ai pas défendu mon enfant envers et contre tout, et même contre lui-même. Ou je ne consens pas, et je suis un parent indigne qui laisse souffrir son enfant. Les parents deviennent donc, aux yeux de leur enfant, ambivalents : ils ont droit de vie et de mort ; ils ne sont plus ceux qui font pour lui, jusqu’au bout, le choix de la vie. Ils peuvent, en effet, laisser la mort gagner sur la vie. Quelle protection reste-t-il donc à l’enfant contre lui-même (car nul n’est à l’abri de pulsions de mort) ? Quel message aux yeux des autres enfants ?

Au nom de la liberté ! Mais elle n’est jamais pleine et entière. Lui laisser, en matière de vie ou de mort, la décision ultime est risqué. Car après, il est toujours trop tard. L’euthanasie est, de fait, une « liberté individuelle », une possibilité, mais elle doit rester, estime Axel Kahn, un « interdit collectif » [1]. Je le rejoins. Qui peut en effet empêcher cet acte, qui peut juger la personne qui le pose ? Mais de là à l’inscrire dans la loi…

Charles Delhez, sj, sociologue, chroniqueur
In La Libre Belgique du 9 avril 2014
 

  IN’T KORT – NOUVELLES BRÈVES

Le Prix de la Paix 2014 de Pax Christi International

Le Prix de la Paix 2014 de Pax Christi International a été attribué au Service Jésuite aux Réfugiés en Syrie (Jesuite Refugee Service – JRS Syria) pour son exceptionnel engagement dans l’apport de secours d’urgence aux Syriens depuis le début de la guerre en 2011. Créé en 1988, le Prix est financé par le Fond pour la Paix du Cardinal Bernardus Alfrink et récompense des personnes ou des organisations contemporaines qui œuvrent pour la paix, la justice et la non-violence à travers le monde.

Pax Christi International genomineerd voor de Nobelprijs voor de Vrede

Het Nobelprijscomité ontving een record aantal kandidaturen voor de Nobelprijs voor de Vrede 2014. De identiteit van de genomineerden wordt niet prijsgegeven maar toch is geweten dat onder de 278 kandidaten die in aanmerking komen 47 organisaties zijn waaronder Pax Christi International.
Verder heeft men ook weet van de A merikaanse klokkenluider Edward Snowden, het Pakistaanse schoolmeisje Malala Yousafzai en de Russische president Vladimir Poeten (ndlr. ?!?! ?!?!)
Op 10 december zal de Nobelprijs in Oslo overhandigd worden.

In SpoedEcho, ACAT-België, n° 2, april 2014
 

La Charia au Brunei

Ces jours-ci, est entré en vigueur au Brunei le Nouveau Code pénal fondé sur la charia (la loi islamique) qui comprend des sanctions archaïques telles que la flagellation et la lapidation jusqu’à ce que mort s’ensuive, certaines étant applicables également aux non musulmans. (Fides)

Het derde geslacht

In India worden transgenders formeel door het Indiase Hooggerechtshof erkend als het derde geslacht. Het gaat om wie zich man noch vrouw voelt, en niet tussen beide geslachten wil kiezen. Ze voelen zich niet, of niet helemaal, thuis in de geslachtrol die past bij hun uiterlijke geslachtskenmerken. India loopt zo voor op Europa, en eigenlijk ook op de rest van het Westen.

De Standaard van 16-04-2014
 

De plus en plus de super-riches

Ces individus « à valeur nette très élevée » – dont le patrimoine hors résidence principale se monte à plus de 21,6 millions d’euros – sont aujourd’hui 167 669, soit une augmentation de 59% sur les dix dernières années. Ils totalisent plus de 14,4 milliards d’euros de patrimoine – plus que le PIB cumulé des Etats-Unis et de l’Allemagne.

D’après The Guardian, cité in Courrier International
joint à La Libre Belgique du 26-27 avril 2014
 

Geld voor ontwikkelingshulp stijgt naar recordhoogte

Ondanks de mondiale economische crisis hebben de Oeso-landen in 2013 het hoogste bedrag ooit uitgegeven aan ontwikkelingssamenwerking : 134,8 miljard dollar (98 miljard euro). België gaat in tegen die trend. Van de 28 Oeso-landen verhoogden zeventien hun ontwikkelingsbudget. Opvallendste stijger is het Verenigd Koninkrijk, dat onder druk van een grote ngo-campagne het budget in 2013 verhoogde naar 0,72 procent van het Britse bruto nationaal inkomen.

Tegenover de 17 stijgers staan ook elf landen die hun budget verkleinden. Ons land is een van hen : met een besparing van 280 miljoen euro gaven we in 2013 0,45 procent van het BNI aan ontwikkelingshulp. Met de daling komt België op een gedeelde negende plaats met Ierland in de lijst van de Oeso-landen. « Een slecht signaal, dat bovendien tegen de eigen engagementen van deze regering ingaat », zegt Bogdan Vanden Berghe, directeur van 11.11.11.

In De Standaard van 9 april 2014
 

Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles

[1Axel Kahn, Un type bien ne fait pas ça… NiL, 2010


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 492 / 949508

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License