missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Feuilles vertes - Octobre 2014

mardi 7 octobre 2014 par G.Verbist, mafr.

*APPEL des religions pour la paix – Anvers 2014*

Voici le texte de l’appel des religions pour la paix, signé le 9 septembre 2014, à Anvers, Belgique, lieu du rassemblement organisé par Sant’Egidio.

Appel de paix

Hommes et femmes de religions différentes, nous nous sommes rassemblés à l’invitation de la Communauté de Sant’Egidio à Anvers, au cœur de l’Europe. Dans une terre qui a subi l’horreur de la Grande Guerre Européenne et Mondiale, il y a un siècle. Nous nous inclinons devant la mémoire de tant de victimes et nous répétons : Jamais plus la guerre !

Mais aujourd’hui la guerre sévit à nouveau sur le sol européen, secouant des cohabitations millénaires dans d’autres terres, elle fait souffrir trop d’êtres humains. Nous avons écouté la prière de millions de réfugiés et de personnes déplacées, de ceux qui demandent de ne pas mourir de faim et de soif, de maladies guérissables dans d’autres parties du monde. La demande de dignité des pauvres , le besoin de justice des peuples, des périphéries du monde…

La guerre et la violence dans beaucoup de parties du monde veulent redessiner les frontières, les formes de vie, la manière de regarder autrui. Le monde risque de perdre la dimension d’un destin commun alors qu’il est devenu global…

Les religions du monde disent aujourd’hui avec plus de force qu’hier : il n’y a pas de guerre sainte, l’élimination de l’autre au nom de Dieu est toujours un blasphème… Celui qui est aveuglé par la haine, n’appartient plus à la religion pure et anéantit la religion dont il se dit le défenseur…

Nous travaillons ensemble pour bâtir l’avenir du monde… Lorsque l’on ne parvient pas à imaginer les chemins de la paix, il ne reste plus que des décombres et de la haine. Il faut avoir l’audace de concevoir la paix, car, soit l’avenir est la paix, soit il n’y a plus d’avenir, aussi bien pour le gagnant que pour le perdant.

Nous disons aux jeunes générations :

Ne vous laissez pas tromper par le réalisme triste qui prétend que le dialogue et la prière ne servent à rien.
Le monde étouffe sans prière et sans dialogue . La violence peut être arrêtée. Celui qui recourt à la violence discrédite toujours sa propre cause. Tout est perdu avec la guerre.

Oui ! Que DIEU accorde au monde l’avenir, qui est la paix.

Anvers, le 9 septembre 2014.
 

« Le dialogue interreligieux est normalement précédé par le dialogue de la vie entre croyants : des hommes et des femmes, parfois voisins de palier, confrontés aux mêmes problèmes. Il s’agit de se connaître, de se comprendre, de s’apprivoiser… Or nous ne nous connaissons pas assez… nous avons peur les uns les autres »

(Cardinal Tauran, le 14 septembre 2014, à Versailles)
(AA. ARCRE)
 

Un exemple interreligieux : l’Albanie, signal pour le monde

Dimanche 21 septembre, le pape François s’est rendu à Tirana, la capitale albanaise pour une visite express. Le pape est venu honorer la cohabitation pacifique entre catholiques, orthodoxes, musulmans sunnites et bektachis (issus du soufisme musulman) du pays. Sous le régime communiste du dictateur Enver Hoxha, le pays fut proclamé ‘premier Etat athée du monde’ en 1967. Des centaines de religieux et religieuses et de nombreux laïcs ont été persécutés, torturés et tués.

Le pape a qualifié le pays de ‘terre de martyrs’ et il a rendu hommage à ceux qui, au nom de la foi, ont eu le courage de résister.

Il a souligné le caractère européen de ce petit pays des Balkans. Ce n’est « pas un pays musulman  », mais « européen ». L’Albanie a 3,25 millions d’habitants, dont environ 56% sont de confession sunnite, mais où vivent aussi d’importantes communautés catholique (15%) et orthodoxe (11%).
« Ce n’est pas de la tolérance, c’est la capacité à la fraternité » a dit le pape.

(Dimanche n° 34/ 28.09.14.)
 

LETTRE ouverte au calife de l’État islamique

Plus de 120 savants musulmans du monde ont publié sur internet une « lettre ouverte » à Abu Bakr Al-Baghdadi et aux combattants du soi-disant ’Etat islamique’. L’Égypte (via l’institution Al Azhar), mais aussi d’autres signataires viennent de Jordanie, du Maroc, de Tunisie, du Liban, du Pakistan, d’Indonésie, d’Irak, du Soudan et même d’Arabie saoudite. L’Europe est représentée avec des signatures anglaises, néerlandaises et allemandes.

Il s’agit de 24 points qui exposent les fautes commises par le chef autoproclamé du « califat ».

« Il est interdit dans l’islam de tuer des innocents »

Il est interdit en islam d’émettre des fatwas sans posséder toutes les connaissances nécessaires. Il est interdit de citer une partie d’un verset du Coran pour en déduire une règle... Il est interdit de tuer des innocents, des émissaires, des ambassadeurs et des diplomates ; par conséquent de tuer les journalistes et les travailleurs humanitaires...

« Des amis, des voisins »

Concernant les « Gens du Livre », vous avez peint leurs maisons en rouge, détruit leurs églises, pillé leurs maisons et leurs biens... Ces chrétiens ne sont pas combattants contre l’islam ou des transgresseurs mais des amis, des voisins et concitoyens. Les décisions du djihad ne s’appliquent pas à eux. Ils sont les peuples autochtones de ces terres avant l’époque islamique ; ils ne sont pas ennemis, mais amis.

Dans le texte consacré aux Yézidis, considérés comme « des adorateurs de Satan » et tués par centaines et enterrés dans des fosses communes, les savants musulmans affirment que les Yézidis doivent être considérés eux aussi comme des ’Gens du Livre’.

L’esclavage interdit par consensus.

Mohammed lui-même avait affranchi ses esclaves. Depuis plus d’un siècle la pratique de l’esclavage est interdite par consensus. « Vous portez la responsabilité de ce grand crime et toutes les réactions auxquelles il peut conduire contre l’ensemble des musulmans ».

Revenir à la religion de la miséricorde.

« C’est un grand mal et une atteinte à l’islam, aux musulmans et au monde entier », affirment les auteurs de cette lettre ouverte, qui appellent les coupables à « se repentir », à « cesser de nuire à autrui et revenir à la religion de la miséricorde ».

(Anne-Bénédicte Hoffner – La Croix du 26/9/14)
 

S’attaquer aux causes profondes du terrorisme

(intervention à l’ONU du cardinal Parolin)
 

Citant le pape saint Jean-Paul II, le cardinal a rappelé que « le droit de défendre les pays et les peuples ne fournit pas de licence pour répondre à la violence par la violence » : il doit être exercé « dans le respect des limites morales et légales » et en choisissant les moyens adaptés. En outre, « le coupable doit être correctement identifié, car la responsabilité pénale est toujours personnelle et ne peut être étendue à la nation, à un groupe ethnique ou à la religion à qui appartiennent les terroristes ».

On doit également s’attaquer aux causes profondes qui nourrissent le terrorisme international. Le cardinal diagnostique notamment «  une forte composante socio-culturelle  » : « les jeunes de l’étranger qui rejoignent les rangs des organisations terroristes sont souvent issus de familles d’immigrants pauvres, déçus par ce qu’ils ressentent comme une situation d’exclusion et par un manque d’intégration des valeurs de certaines sociétés  ».

(ZENIT 25.09.14.)
 

Quel islam va l’emporter ?

« La question de fond n’est-elle pas celle de quel islam va l’emporter dans l’avenir : un islam fondamentaliste, ou un islam d’ouverture ?

De même, quelle laïcité ? Une laïcité excluante et intolérante, ou une laïcité ouverte et inclusive ?

L’enjeu est énorme (la paix mondiale), mais la tâche aussi et elle requiert notre effort à tous , musulmans comme non-musulmans »

(Ph.De Briey)
 

Evangélisation

« Le terme d’évangélisation souffre d’un long malentendu. Il n’est pas synonyme de prosélytisme. Restreindre l’évangélisation à la seule proclamation publique, c’est l’amputer de sa plus belle dimension : la manifestation de l’Amour universel de Dieu pour toute personne...

L’œuvre d’évangélisation est Charité effective, Fraternité partagée, Miséricorde manifestée, Pardon donné. Et les chrétiens ne sont pas les seuls à se laisser interpeller par ces vertus divines.

’Mes petits enfants, n’aimons pas en paroles et de langue, mais en acte et dans la vérité’. 1 Jean 3,18. »

+ Claude Rault. Bulletin diocèse Laghouat- Ghardaia. Sept. 2014.
 




« J’ai toujours considéré que le contact avec des personnes appartenant à des traditions religieuses différentes était une partie importante de mon ministère »

Tout au long de son pontificat saint Jean-Paul II a vécu selon sa parole.
Aux autres croyants il se présente soit comme pèlerin de paix et
de bonne volonté, soit comme un frère en humanité
et dans l’adoration du Dieu unique,
soit simplement comme ami.


G.Verbist, mafr.
GROUPE RENCONTRE
 

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 64 / 574808

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Dialogue   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License