missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Feuilles vertes - Janvier 2015

lundi 5 janvier 2015 par G.Verbist, mafr.
Pour un œcuménisme approfondi


Au cours de son voyage en Turquie (28-29-30 novembre), le pape François a notamment renouvelé son engagement en faveur de l’œcuménisme, c’est-à-dire du rapprochement entre chrétiens.

Le 30 novembre, fête de saint André, le pape a assisté à la Divine Liturgie de S.André.

« Nous n’avons plus le luxe d’agir séparément », a déclaré le patriarche Bartholomaios Ier.

  « Les problèmes que la conjoncture historique dresse aujourd’hui devant nos Églises nous prescrivent de surmonter l’introversion, et y faire face en collaborant le plus étroitement possible. Les persécutions contemporains des chrétiens ne demandent pas à quelle Église appartiennent leurs victimes. L’unité qui occupe tant nos réflexions est en train de se réaliser dans certaines régions, malheureusement, par le martyr. Tendons ensemble la main à l’être humain de notre temps, la main de Celui qui seul peut sauver par Sa Croix et Sa Résurrection »

A la fin de la célébration, le pape a prononcé un discours, soulignant l’importance de la rencontre sur le chemin de l’unité des Églises.

  « Un authentique dialogue est toujours une rencontre entre des personnes avec un nom, un visage, une histoire ; et pas seulement une confrontation d’idées ».

« Dans le monde d’aujourd’hui se lèvent avec force des voix que nous ne pouvons pas ne pas entendre… » et le pape énumère ces voix.

  • La première étant « celle des pauvres… malnutrition, du chômage croissant, de l’exclusion sociale… »
  • « Une seconde voix qui crie fort est celle des victimes des conflits en tant de parties du monde ».
  • La troisième voix qui crie est « celle des jeunes », dont beaucoup « vivent sans espérance ». Évoquant l’exemple de la communauté de Taizé, le pape a souligné : « Ce sont justement les jeunes qui aujourd’hui nous demandent de faire des pas en avant vers la pleine communion… ils savent voir au-delà, ils sont capables de recueillir l’essentiel qui déjà nous unit. »td>

Le pape et le patriarche ont ensuite signé une déclaration commune.

  « La terrible situation des chrétiens et de tous ceux qui souffrent au Moyen-Orient demande non seulement une prière constante, mais aussi une réponse appropriée de la part de la communauté internationale » déclarent-ils.

Ils affirment aussi l’importance du dialogue avec l’islam. « Nous reconnaissons l’importance de la promotion d’un dialogue constructif avec l’Islam, basé sur le respect mutuel et sur l’amitié. »
« Inspirés par des valeurs communes et affermis par un authentique sentiment fraternel, musulmans et chrétiens sont appelés à travailler ensemble par amour de la justice, de la paix et du respect de la dignité et des droits de chaque personne… »
(Zenit 30.11.14)
 

Unité et diversité

L’un des enjeux majeurs de la réconciliation entre catholiques et orthodoxes est la question de rapport entre unité et diversité.

Historiquement et théologiquement, l’Église catholique a fortement insisté sur l ’unité de l’ Église autour du successeur de Pierre avec, pour conséquence, une uniformité certaine, tendant à gommer la diversité légitime dans l’expression conceptuelle ou liturgique de la foi.

De leur côté, les Églises orthodoxes, séparées de Rome depuis 1054, ont souvent privilégié leur autonomie, jusqu’à sacrifier parfois l’unité entre Eglises, au profit d’un certain nationalisme spirituel et politique.

Depuis Vatican II il y a des progrès dans la promotion de l’unité dans la diversité.

Il s’agit de chercher l’unité dans la foi de tous les chrétiens. Foi unique dont le contenu inépuisable peut cependant être décliné sous différentes formes théologiques et liturgiques, chacune dévoilant un aspect irremplaçable du dogme, au profit de l’Église toute entière.

(Christophe HERINCKX, fondation Saint-Paul)
 

« L’Esprit Saint est l’âme de l’Église » a souligné le pape François, lors de la Messe célébrée à la Nonciature à Istanbul.

« Les catholiques et les orthodoxes sont des frères dans l’espérance » a déclaré le pape François au patriarche œcuménique Bartholomaios Ier à Istanbul.


Semaine de prière pour l’Unité chrétienne
du 18 au 25 janvier


Jésus lui dit : « Donne-moi à boire » (Jn 4,1-42)


 

Les carnets avec les commentaires et prières pour cette semaine sont en vente dans les Centres Diocésains.

Des outils pour vivre pleinement la semaine de prière pour l’Unité Chrétienne ici

Heureuse Année 2015
G.Verbist, mafr.
GROUPE RENCONTRE
 

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 79 / 653193

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Dialogue   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License