missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°92 Breuklijnen

Mars - Maart 2015
mardi 31 mars 2015 par Jef Vleugels

[marron]Dossier : LA PEINE DE MORT[/marron]

- [vert]Le Saint-Siège demande "un moratoire mondial sur la peine de mort" [/vert]

Mgr Silvano M. Tomasi, représentant permanent du Saint-Siège aux Nations-Unies à Genève, est intervenu en ce sens au cours de la vingt-huitième session du Conseil des droits de l’homme (2-27 mars 2015).
Pour le Saint-Siège, a-t-il expliqué, il est évident qu’il existe aujourd’hui d’autres moyens que la peine de mort « pour défendre de l’agresseur les vies humaines et pour protéger l’ordre public et la sécurité ».
Mgr Tomasi a souligné « qu’aucun effet positif de dissuasion ne résulte clairement de l’application de la peine de mort, et que le caractère irréversible de cette peine ne permet pas d’éventuelles corrections en cas d’erreurs judiciaires ».
Lançant un appel en faveur d’un « moratoire mondial sur l’usage de la peine de mort » pour son abolition, il a exhorté à « améliorer les conditions de détention, afin de garantir le respect de la dignité humaine des personnes privées de leur liberté ».

- [vert]La peine mort : faits et chiffres (Amnesty International)[/vert]

[bleu marine][1] PAYS ABOLITIONNISTES ET NON ABOLITIONNISTES[/bleu marine]

Plus de deux tiers des pays du monde ont aboli la peine de mort en droit ou en pratique.

  • 98 pays ont aboli la peine capitale pour tous les crimes ;
  • 7 pays ont aboli la peine de mort pour tous les crimes sauf les crimes exceptionnels, tels que ceux commis en temps de guerre ;
  • 35 pays peuvent être considérés comme abolitionnistes de fait  : la peine de mort est toujours prévue par leur législation, mais ils n’ont procédé à aucune exécution depuis au moins dix ans. Ce sont ainsi 140 pays qui ont aboli la peine capitale de jure ou de facto. Mais 58 pays et territoires maintiennent la peine de mort et appliquent ce châtiment alors que 22 pays ont procédé à des exécutions en 2013.

[bleu marine][2] PROGRÈS RÉALISÉS VERS L’ABOLITION MONDIALE[/bleu marine]

Depuis 2002, 22 pays ont aboli la peine capitale pour tous les crimes : Albanie, Argentine, Arménie, Bhoutan, Bolivie, Burundi, les iles Cook, Chypre, Gabon, Grèce, Kirghizstan, Lettonie, Mexique, Monténégro, Philippines, Rwanda, Iles Samoa, Sénégal, Serbie, Togo, Turquie, Ouzbékistan.

  • [bleu]Sur le continent américain[/bleu], les États-Unis étaient le seul pays à procéder à des exécutions en 2013.
  • [bleu]En Afrique sub-saharienne[/bleu], seuls cinq Etats ont, de façon certaine, exécuté des prisonniers : le Botswana, le Nigéria, la Somalie, le Soudan et le Sud-Soudan.
  • [bleu]En Europe[/bleu], seule la Biélorussie continue à appliquer la peine capitale et à procéder à des exécutions. En 2013, la Biélorussie n’a procédé à aucune exécution.

[bleu marine][3] CONDAMNATIONS À MORT ET EXÉCUTIONS[/bleu marine]

Au cours de l’année 2013, au moins 778 prisonniers (en dehors de la Chine) ont été exécutés dans 22 pays et 1925 personnes ont été condamnées à mort dans 57 pays. Ces chiffres reflètent uniquement les cas dont Amnesty International a eu connaissance et sont certainement en deçà de la réalité.
En 2013, la grande majorité des exécutions recensées ont eu lieu en Chine, en Iran, en Irak, en Arabie Saoudite et aux États-Unis.

[bleu marine][Asie][/bleu marine]
Amnesty International n’a donné aucune estimation concernant le nombre d’exécutions en Chine. Les statistiques nationales officielles sur l’application de la peine capitale restent un secret d’État. Plusieurs milliers d’exécutions auraient eu lieu en 2013.
En Asie, il n’y a pas eu d’exécutions en Mongolie depuis la cinquième année consécutive et le Pakistan a suspendu, une fois encore, l’application de la peine de mort. Cependant, la reprise des exécutions en Indonésie et au Vietnam est particulièrement préoccupante.

(Source : le dernier apport d’AI sur le peine de mort)
 

- [vert]« La peine de mort est inacceptable et injustifiée » pour le Pape François[/vert]

(Radio Vatican du vendredi 20 mars 2015) [bleu]« La peine de mort ne rend pas justice aux victimes, elle ne fait qu’encourager la vengeance »[/bleu] : le Pape François a eu des mots forts contre la peine capitale, dans une lettre remise à une délégation de la Commission internationale contre la peine de mort, qu’il a reçue en audience privée au Vatican.

[bleu]Les précisions de Jean-Baptiste Cocagne :[/bleu]

Dans la conception de l’Evangile, « la vie humaine est sacrée, écrit François, de la conception jusqu’à la mort naturelle. (…) La vie, en particulier la vie humaine, appartient seulement à Dieu. Même celui qui tue ne perd pas sa dignité personnelle et Dieu lui-même s’en fait le garant ». Estimant qu’il n’existe pas de « forme humaine pour tuer une autre personne  », François réaffirme avec force que la peine de mort est donc « inadmissible, quelque soit la gravité du délit du condamné. C’est une offense à l’inviolabilité de la vie et à la dignité de la personne humaine qui contredit le dessein de Dieu pour l’homme et la société, et sa justice miséricordieuse. Elle empêche également d’accomplir les peines avec une finalité juste ». Rappelant que la peine capitale est un recours utilisé fréquemment par « les régimes totalitaires et les groupes fanatiques  » contre les opposants politiques et les minorités, François souligne également que certains chrétiens aujourd’hui en sont victimes et que l’Eglise en pâtit avec « ses nouveaux martyrs  », comme il y a plusieurs siècles.

« Pour les Etats de droit, la peine de mort représente un échec, car elle les oblige à tuer au nom de la justice. On n’arrive jamais à rendre justice en donnant la mort à un être humain », condamne le Pape, qui n’hésite alors pas à citer Dostoïevski : « Tuer quelqu’un qui a tué est un châtiment incomparablement plus grand que le crime lui-même. L’assassinat dans le cadre d’une sentence est plus horrible que l’assassinat commis par un criminel  » écrivait l’écrivain russe.

[bleu]Le couloir de la mort et la prison à perpétuité également dénoncés [/bleu]

La condamnation du Pape ne s’arrête pas au seul moment de l’exécution : « c’est un traitement cruel, inhumain et dégradant, comme l’angoisse avant l’exécution et la terrible attente entre la lecture de la sentence et l’application de la peine », une « torture  » qui dure souvent plusieurs années et conduit pas si rarement « à la folie ou la maladie dans l’antichambre de la mort  ». Pour autant, les peines de prison à perpétuité « peuvent être considérées comme des peines de mort cachées  » car elle annihile toute forme d’espoir pour le détenu.

Pour François, la peine de mort «  perd toute légitimité en raison de la sélection faillible du système pénal et devant la possibilité d’une erreur judiciaire. La justice humaine est imparfaite et ne pas le reconnaître peut la transformer en source d’injustices, avertit le Saint-Père. Avec l’application de la peine capitale, on nie au condamné la possibilité de réparation ou de la correction du dommage causé ; la possibilité de la confession, par laquelle l’homme exprime sa conversion intérieure ; et de la contrition, seuil du repentir et de l’expiation, pour arriver à la rencontre avec l’amour miséricordieux de Dieu qui assainit  ».

[bleu]Combattre la peine de mort, un devoir pour tout chrétien[/bleu]

« Les conditions de la légitime défense personnelle ne sont pas applicables à la société. Quand on applique la peine de mort, on tue des gens, non pas pour des agressions en cours, mais pour des méfaits causés par le passé » estime le Saint-Père. C’est d’autant plus inacceptable et injustifiée pour lui que la peine capitale concerne « des personnes dont la capacité de nuisance a déjà été neutralisée, et qui se retrouvent privée de liberté  ».

Ainsi, formulant un encouragement à la Commission pour qu’elle continue son travail, le Pape François exhorte chacun à se battre contre la peine. Il estime que le chrétien a «  le devoir de lutter contre la peine de mort, dans toutes ses formes  », et pour « que les conditions carcérales soient meilleures, dans le respect de la dignité humaine des personnes privées de liberté  ».

Vatican Radio - All the contents on this site are copyrighted ©.
 

- [vert]Après 23 ans dans le couloir de la mort, elle est innocentée[/vert]

Toutes les charges ont été abandonnées à l’encontre d’une femme d’origine allemande, qui, après 23 ans dans le couloir de la mort, est devenue la 151e personne condamnée à mort à être innocentée en quarante ans aux Etats-Unis.

Debra Milke, 51 ans, avait toujours clamé son innocence du meurtre de son fils de 4 ans en 1990 en Arizona (sud-ouest). Mais elle avait été condamnée à mort sur la base du seul témoignage non corroboré du principal enquêteur, qui avait prétendu avoir recueilli ses aveux.

La Dernière Heure du 24 mars 2015
 

- [vert]Le peloton d’exécution est de retour dans l’Utah[/vert]

Passer devant un peloton d’exécution est redevenu une possibilité pour les condamnés à mort de l’Utah, Etat de l’Ouest américain. L’Utah a été le seul Etat de l’Union à utiliser ce mode d’exécution au cours des dernières décennies (la dernière exécution eut lieu en 2010).

Si le procédé est aujourd’hui réhabilité, il ne pourra, toutefois, être employé que si les produits nécessaires à une exécution par injection létale ne sont pas disponibles – on sait que les Etats-Unis, qui importent ces substances, ont de plus en plus de mal à s’en procurer. Dans l’Etat de l’Oklahoma ce mode d’exécution est également encore prévu.

Les aspects pratiques de cette forme de mise à mort ne le cèdent en rien aux préparatifs d’une injection létale. Le condamné est attaché sur une chaise ; derrière lui, une paroi en bois, et sur les côtés, des sacs de sable pour empêcher les balles de ricocher. Une cible en carton est accrochée sur sa poitrine pour aider les tireurs à viser le cœur. Armés de fusils Winchester, ceux-ci sont placés à moins de huit mètres du condamné. L’une des armes est chargée à blanc. Le peloton est formé de cinq policiers volontaires. Préférence est donnée à ceux qui sont originaires de la même région que la ou les victimes du crime imputé au condamné. Il y toujours plus de volontaires qu’il n’en faut, assurent les autorités…

La Libre Belgique du 25 mars 2015
 

[mauve fonce] Ndlr. Ces dernières précisions montrent dans quel état d’esprit ces exécutions se pratiquent.[/mauve fonce]


[marron]PESTEN[/marron]

- [vert]Persbericht : Minister Crevits, durf te investeren in ‘Peer mediation’ ! [/vert]

Antwerpen, 27 februari 2015

Gisteren kondigde minister Crevits aan te willen investeren in ‘peer mediation’. Pax Christi Vlaanderen en Netwerk Onderwijs Mediation juichen dit voorstel toe. Zij investeren al jaren in deze methode, omdat zij in de praktijk ondervinden dat het werkt.

Hoe banaal het ook klinkt, praten werkt echt om conflicten op te lossen. Je kan niet vroeg genoeg beginnen om mensen hiervan te overtuigen en hen de juiste vaardigheden aan te leren. Leerlingen – zowel van lagere als middelbare schoolleeftijd – bewijzen dat zij perfect in staat zijn om zelf conflicten op te lossen, eventueel via bemiddeling (peer mediation). Jongeren vaardiger maken in het omgaan met conflicten geeft niet alleen meer rust op de speelplaats en in de klas, maar versterkt ook hun eigenwaardegevoel.

Iedereen reageerde geschokt bij het horen van de zelfdoding van 13-jarige Lars vorige week. Dat pestgedrag tot zo’n wanhoopsdaad kan leiden, schudt ons telkens opnieuw dooreen. We weten dat er alternatieven zijn, maar toch durft onze overheid nog steeds niet om voluit de kaart te trekken van preventie. Peer mediation of leerlingbemiddeling is zo’n preventieve methode : kinderen en jongeren leren als bemiddelaar op te treden bij kleine en middelgrote conflicten. De leerlingen leren om stapsgewijs een gesprek tussen ruziemakers te begeleiden en laten hen zo zelf oplossingen zoeken. Door anders te leren kijken naar hun eigen conflicten en door zelf aan een oplossing te werken, krijgen ze meer zelfvertrouwen en een positiever zelfbeeld. Leerkrachten ervaren minder stress, omdat er minder conflicten zijn op school en hierdoor wordt het schoolklimaat beter.

Meer weten over peer mediation ? Kijk op www.onderwijsmediation.be

[marron]MINDER EN MINDER OORLOGSSLACHTOFFERS[/marron]

De veelvuldige reportages omtrent de conflicten in Oekraïne, Irak en Syrië creëren de foute indruk dat meer mensen sterven in crises en oorlogen dan ooit tevoren, [bleu]schrijft psycholoog Steven Pinker in The Guardian :[/bleu]

‘Onderzoekscentra in Oslo en Uppsala hebben alle oorlogen sinds 1946 in kaart gebracht en daaruit blijkt een onmiskenbare neerwaartse trend. Tussen de piek van de Tweede Wereldoorlog en de Koreaanse oorlog daalde het aantal doden pro capita met een factor tien. In het midden van de jaren 2000 bleef de trend neerwaarts evolueren, deze keer zelfs met een factor 100.

Ook de recente oorlogen in Irak en Syrië hebben de cijfers niet eens in de buurt gebracht van de dodentallen van de recente decennia. Ander data-onderzoek bracht eerder al grote dalingen in het aantal genocides en massamoorden aan het licht....

Maar zo lang het geweld niet totaal wordt uitgeroeid zullen er altijd voldoende explosies en wapengekletter overblijven om het nieuws te vullen. Dat alles terwijl het overgrote deel van de planeet een vervelend vreedzaam leven leidt zonder ooit een reporter te zien.’

Pinker schreef in 2012 het boek [bleu]The Better Angels of Our Nature : Why Violence Has Declined[/bleu], waarin hij het aantal oorlogsconflicten in een grafiek samenbracht.

’Ondanks de doemberichten die dagelijks in grote getallen de nieuwsmedia domineren is er maar een woord om 2012 te omschrijven en dat woord is ‘briljant’, schreef Pinker toen :

‘Wie te veel naar politici luistert dreigt van het tegenovergestelde overtuigd te raken, namelijk van een gevaarlijke, wreedaardige wereld waarin onheil om elke hoek loert en de zaken er alleen maar op achteruit gaan. maar het tegenovergestelde is waar. De grootouders van vele van de huidige babyboomers maakten twee wereldoorlogen mee. [bleu]Vandaag groeit een ganse generatie op die er geen idee van heeft wat oorlog betekent[/bleu]. Volgens het Vredesinstituut in Oslo zijn de voorbije tien jaar minder oorlogsslachtoffers gevallen dan eender wanneer in de vorige eeuw.

Express.be van 24-03-2015
 

La qualité d’une civilisation se mesure au respect qu’elle porte aux plus faibles de ses membres. Il n’y a pas d’autre critère de jugement. Tout l’amour, tout le dévouement, tout l’argent qui seront dépensés pour protéger les éclopés de la vie sont le prix, et le prix juste, qu’une société doit payer pour rester humaine.
Jérôme Lejeune
 




La violence commence là où se termine la parole. J’ai toujours dit que si je me trouvais en face de quelqu’un avec une Kalachnikov, et qu’il me laissait parler, il ne me tuerait pas. Quand on s’intéresse à quelqu’un, on ne peut plus le haïr. Vous n’êtes pas obligé de l’aimer, mais vous ne pouvez plus le haïr. Pour l’instant, c’est la seule chose que j’ai à proposer.

Marek Halter, écrivain juif d’origine polonaise
et naturalisé français
 

[marron]EN BREF – IN ‘T KORT[/marron]

[bleu marine]Elections présidentielles au Burundi[/bleu marine]

L’Eglise catholique du Burundi réputée très réservée et « diplomate » a cette fois pris position. Il y a quelques temps, l’archevêque de Gitega, Mgr Simon Ntamwana, une des voix respectées du Burundi, s’était opposé clairement à un éventuel troisième mandat du président Nkurunziza. L’entourage de l’actuel chef de l’Etat avait minimisé et évoqué , « une opinion personnelle de Mgr Ntamwana ». Cette fois, la déclaration est signée par les huit prélats et doit être lue dans toutes les églises catholiques. Sur cette prise de position de l’Eglise catholique, sous anonymat, un haut cadre du parti interrogé par Iwacu a
lâché « c’est de l’artillerie lourde. »

[bleu marine]Mieke Van Hecke nieuwe voorzitter Vlaams Vredesinstituut[/bleu marine]

Mieke Van Hecke is de nieuwe voorzitter van het Vlaams Vredesinstituut. Zij komt samen met de nieuwe ondervoorzitter Dirk Rochtus en een nieuw samengestelde Raad van Bestuur aan het roer van het Vredesinstituut tot januari 2020.

Vandaag (24/3) werd Mieke Van Hecke door de Raad van Bestuur van het Vlaams Vredesinstituut verkozen tot voorzitter. Mieke Van Hecke is het voormalige hoofd van het Vlaams Secretariaat van het Katholiek Onderwijs (VSKO). Voorheen was ze onder meer Vlaams Volksvertegenwoordiger. Dirk Rochtus werd verkozen tot ondervoorzitter. Hij is docent internationale politiek en Duitse politieke geschiedenis aan de KU Leuven/Campus Antwerpen. Samen met de Raad van Bestuur zullen de nieuwe voorzitter en ondervoorzitter het Vredesinstituut de komende vijf jaar verder uitbouwen.

Vlaams Vredesinstituut 25-03-2015
 

Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 483 / 1014438

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License