missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Pour ceux qui prennent de l’âge

Jésus n’a pas vieilli

La chronique inattendue de Jean Debruynne
mercredi 14 octobre 2015 par Webmaster

Vous le savez bien, dit Dieu, que si j’ai envoyé mon Fils sur la Terre, c’est pour être plus proche de vous, humain parmi les humains. Je l’ai envoyé pour partager votre pain humain, vos regards humains, vos gestes et votre cœur humains. C’est très différent, dit Dieu, de voir les choses de loin ou de les vivre avec tout le monde . Ce n’est pas la même chose de découvrir la Terre vue d’avion et d’être dans les rues, sur les chemins de campagne, derrière les volets des maisons, chez le boulanger ou chez le boucher, partout où les hommes, les femmes, les enfants, les petits-enfants se rencontrent dans la vie de tous les jours. Mon Fils a vécu votre vie, il a eu froid, chaud, soif, il a ri, il a pleuré, il a eu mal... il n’y a que la vieillesse qu’il n’a pu connaître parce qu’il a été assassiné avant.

Et moi, dit Dieu, je vois bien que vous êtes tous en train de vieillir. Tous les jours, je reçois le message de vos prières. Je vois bien vos cheveux blancs, je vois bien que les escaliers sont plus hauts qu’avant, je vois bien que votre vue baisse... Mais mon Fils n’a jamais pu connaître l’âge de l’arthrose, il était mort avant. Alors, c’est à vous que je fais appel, dit Dieu.

Ce qui m’intéresse, dit Dieu

ce n’est pas ce qui est rentable,

c’est ce qui est humain.



Mais je ne vous mentirai pas, dit Dieu. Je ne vous dirai pas que vous êtes éternellement jeunes, je ne prétendrai pas que vous n’avez pas changé et que vous avez toujours vingt ans ! Je ne sais pas pourquoi tout le monde veut s’imaginer que ceux qui vieillissent sont tout juste bons à être mis au rencart !

Laissez-les dire, dit Dieu, moi, je sais bien que j’ai trop besoin de vous.

Tout ce que mon Fils n’a pas eu le droit de vivre, c’est vous qui êtes en train de le vivre. Tout cet amour que mon Fils n’a pas eu le temps de planter en vieillissant, c’est vous qui l’inventez. Toute cette espérance que mon Fils n’a pas eu le temps de semer, c’est sur vous que je compte pour la faire pousser. Moi, je ne suis pas un commercial, dit Dieu, ce qui m’intéresse, ce n’est pas ce qui est rentable, c’est ce qui est humain. Je ne cherche pas à faire du chiffre, je cherche à faire de l’amour. Mais, j’ai beau être Dieu, je ne peux pas vieillir à votre place ; par contre, vous, vous pouvez vieillir à la place de mon Fils, qui n’a pas eu le droit d’aller jusqu’à votre âge !

N’ayez pas peur ! Le vieillissement n’est pas une maladie ! Vieillir, c’est vivre... Il n’y a que dans les cimetières qu’on ne vieillit plus. Ne me demandez pas comment il faut faire, c’est vous qui allez l’inventer. Il faut bien que vous vous y mettiez puisque, mon Fils, ils l’ont assassiné !

  Jean Debruynne
(J’ai rêvé d’un Galiléen, Ed DDB)

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 83 / 610435

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Croire aujourd’hui   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License