missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Communiqué de presse

BIO ouvert au capital privé

vendredi 5 février 2016 par Webmaster

Le gouvernement fédéral ouvre le capital de BIO aux investisseurs privés

  Le Conseil des ministres a marqué son accord aujourd’hui avec l’avant-projet de loi modifiant la loi du 3 novembre 2001 relative à la création de la Société belge d’Investissement pour les Pays en Développement (BIO). Ce projet vise à ouvrir BIO aux investisseurs privés pour que le secteur privé belge puisse lui aussi investir dans la constitution d’un tissu économique solide dans les pays partenaires de la Coopération belge au développement. La réforme s’intègre dans la stratégie du vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo de mettre davantage l’accent sur une croissance économique inclusive et durable dans les pays partenaires de la Belgique, dans le cadre de sa politique de développement international. Il y a quelques jours, le ministre De Croo avait déjà réuni une quarantaine de chefs d’entreprises belges pour mettre en place un partenariat autour des objectifs de développement durable.

En septembre 2015, les Nations unies ont approuvé à New York de nouveaux objectifs universels et globaux de développement durable pour le Nord et le Sud. Dans ce nouveau contexte, le développement international ne concerne pas uniquement les pouvoirs publics mais aussi la société civile, le secteur privé et les individus désireux de se mobiliser pour le changement.

Le gouvernement souhaite clairement miser sur le développement du secteur privé dans les pays du Sud. Ces pays ont besoin d’une croissance économique qui soit à la fois inclusive et durable. Le secteur privé recèle un potentiel énorme pour réaliser cette croissance. Selon le rapport Coopération pour le Développement 2015 de l’Organisation de Coopération et de Développement économiques (OCDE), le secteur privé est le principal vecteur de progrès dans les pays en développement. Il représente 60% du Produit intérieur brut, 80% des flux internationaux de capitaux entrants et 90% de l’emploi. Les entreprises génèrent de la croissance économique et contribuent à la lutte contre la pauvreté. Bon nombre de pays ont élaboré des politiques et des instruments d’appui au secteur privé dans les pays du Sud. C’est aussi ce qu’a fait la Belgique avec la Société belge d’Investissement pour les Pays en Développement SA (BIO), comme principal acteur.

Avec BIO, la politique belge de développement dispose d’un excellent instrument. La mission de la Société belge d’Investissement pour les Pays en Développement est de soutenir le secteur privé local dans les pays émergents et dans les pays en développement pour permettre la croissance économique et le développement durable dans le cadre des objectifs de développement durables.

Le but est d’ouvrir le capital de BIO aux investisseurs privés qui ne recherchent pas uniquement le rendement mais se préoccupent aussi de l’impact social et environnemental des projets dans lesquels ils investissent. Cela se fera via la création d’un fonds d’investissement dans lequel BIO prendra une participation minoritaire.

Cette modification de la loi relative à BIO sera suivie d’une révision du contrat de gestion entre l’État belge et BIO, qui date du 1er avril 2014.

  Grodent Jean-Jacques
Responsable du Service Information
SOS FAIM

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 58 / 575690

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License