missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°101 Breuklijnen

Mars - Maart 2016
dimanche 3 avril 2016 par Jef Vleugels

[marron]Ils ont eu le sang, ils n’auront pas la haine ![/marron]

Les premières pensées des travailleurs et volontaires de Justice et Paix, Pax Christi et Magma vont aux victimes des attentats de ce matin et à leurs proches.

En frappant à Zaventem et au cœur de Bruxelles, les terroristes n’ont pas seulement voulu semer la mort : ils entendent également semer la haine. Il appartient à chacun d’entre nous de ne pas leur offrir ce qu’ils recherchent.
Être à la hauteur de ce qui nous arrive, c’est refuser la fureur et le repli sur soi. C’est continuer à tisser inlassablement un « nous » à la fois fragile et fondamental. Il s’agit là non seulement d’un impératif moral mais de la meilleure garantie de sécurité à long terme.

En frappant le centre d’une capitale cosmopolite, les auteurs des attentats voudraient nous amener à croire en l’impossibilité de la coexistence, de la rencontre et de l’enrichissement mutuel. Nous ne leur offrirons pas ce succès. Notre résistance au terrorisme passera au contraire par un surcroît de rencontres, de débats et de réflexions.

Nous invitons chacun à la solidarité à l’égard des victimes et à la fraternité avec tous. Chaque pensée, chaque acte d’ouverture et de paix constituera une défaite de la terreur et une victoire de l’avenir.

Commission Justice et Paix, Pax Christi et Magma asbl
 

[marron]PEINE DE MORT[/marron]

[vert]Le Pape demande un moratoire sur la peine de mort pendant l’année jubilaire[/vert]

Le Pape François a l’issue de l’angélus ce dimanche 21 février a lancé un nouvel appel pour l’abolition de la peine de mort. A cette occasion, le Pape a rappelé la tenue d’un congrès international sur l’abolition de la peine capitale tenu à Rome le 22 février à Rome, organisé par la communauté Sant’Egidio. Le Pape a formulé le souhait que ce colloque puisse donner une impulsion à l’abolition de la peine capitale.

« Les sociétés modernes ont la possibilité de réprimer efficacement les crimes sans ôter définitivement la possibilité de se racheter à ceux qui les ont commis » a expliqué le Pape. Il a par ailleurs souhaité que cette année jubilaire soit une occasion propice pour promouvoir dans le monde des formes toujours plus matures du respect de la dignité humaine. Le Pape a aussi interpellé la conscience des dirigeants, en particulier catholiques, leur proposant un geste courageux : qu’en cette année jubilaire, aucune peine capitale ne soit exécutée.

Organisé à la chambre des députés à Rome, ce congrès, le neuvième du genre, rassembla les ministres de la justice de trente pays, ainsi que des juristes et des personnalités de la société civile. L’Eglise était représentée par le cardinal Reinhard Marx, l’archevêque de Munich et président de la Comece.

Radio Vatican, 21/02/2016
 

[marron]LE MARCHANDAGE AVEC LA TURQUIE[/marron]

“Dit is het moreel faillissement van Europa”
De Standaard 10-03-2016
“Europa grendelt zich af”
De Standaard, id.

[vert]De vluchtelingencrisis[/vert]

“We leggen ons lot volledig in de handen van de Turkse regering, die in onze plaats zal bepalen wie vluchtelingen zijn en wie gewone migranten, wie binnen mag en wie niet. We geven de sleutels van de poorten van Europa aan de opvolgers van het Ottomaanse rijk. Syrische vluchtelingen maken waarschijnlijk nog een kans. Afghanen en Irakezen misschien ook nog. Maar Koerden zeker niet. Zij zullen opnieuw hun toevlucht moeten nemen tot mensensmokkelaars.

Het is cynisch te zien hoe snel we onder druk van de vluchtelingencrisis onze Europese waarden overboord gooien. We leggen het Europees Handvest van de Grondrechten naast ons neer. We onderhandelen over blinde pushback van alle vluchtelingen en het tegenhouden van mensen die vluchten voor dood en verderf. De Verenigde Naties waarschuwden al dat deze praktijk ingaat tegen het internationaal recht. De VN vragen zich luidop af ‘wat de Europese rechters hierover te zeggen gaan hebben’ ? De afgelopen jaren bezwoeren Franrijk en Duitsland dat Turkije moest afzien van EU-lidmaatschap. Alle gesprekken moesten worden gestaakt. En op het ogenblik dat de mensenrechtensituatie in Turkije verder afglijdt, knopen we de gesprekken weer aan. De Turkse democratie heeft er nog nooit zo slecht voorgestaan. Het regime van Erdogan blokkeert met de regelmaat van de klok sociale media, vreedzaam protesten worden manu militari neergeslagen en afgelopen week werd een nieuw dieptepunt bereikt toen de grootste onafhankelijke krant Zaman en het daaraan gelieerde persagentschap door het regime werden overgenomen.

We moeten stoppen met te denken dat we deze vluchtelingencrisis kunnen uitbesteden. Eerder dan aan deze deal met Turkije te werken, moeten we het heft in eigen handen nemen en een Europees beleid uittekenen. Artikel 78,3 van het Europees Verdrag staat toe om onmiddellijk te handelen, zonder langdurige procedures en omslachtige wetgeving.

Eerst en vooral moeten we een Europese grens- en kustwacht oprichten. We kunnen morgen ambtenaren en agenten naar Italië en Griekenland sturen om onze grenzen te beheren : vluchtelingen opvangen, registreren en het onderscheid maken tussen economische migranten en vluchtelingen. Wie economische motieven heeft, moet worden teruggestuurd. Wie bescherming nodig heeft, moet dat krijgen in een van de 28 lidstaten. Dat is meteen de tweede actie die ondernomen moet worden : op Europees niveau beslissen over een spreidingsplan dat bepaalt wie waar terechtkomt.

De derde actie bestaat eruit dat we, in plaats van het geld van de belastingbetaler aan Erdogan te geven, het rechtstreeks overmaken aan de vluchtelingen in de kampen. Zodat ze in plaats van de 7 dollar par maand vandaag voldoende middelen krijgen om in voedsel, onderwijs en een deftig onderdak te kunnen voorzien. Dat neemt meteen de druk weg om naar Europa te reizen.”

Guy Verhofstadt, fractieleider Europese liberalen,
in De Standaard van 9-03-2016
 

[vert]Les eurodéputés éreintent l’accord avec la Turquie[/vert]

“Faillite morale”, “ignoble marchandage où l’on met nos valeurs à l’encan”, “refoulement collectif”… Le moins qu’on puisse dire du projet d’accord conclu lundi soir entre l’Union européenne et la Turquie pour tarir les flux de réfugiés, c’est qu’il passe mal au Parlement européen. Fondamentalement, ce qui reste en travers de la gorge des eurodéputés c’est de voir l’Union se soumettre aux diktats du “sultan Erdogan”, selon le mot de l’eurodéputé belge Guy Verhofstadt.

Certes, les deux principaux groupes politiques que sont le Parti populaire européen (PPE, centre droit) et les Socialistes et Démocrates se sont réjouis qu’un accord se profile mais ils ne le font pas sans bémol. “Il faut un partenariat et pas une dépendance. La Turquie ne peut pas mettre l’Union sous pression permanente”, a ainsi averti Manfred Weber, président du PPE alors que Gianni Pittella (S&D) insistait sur la dimension - “non négociable” - des droits de l’homme. “Si elle veut avancer sur la question des visas et sur celle de l’adhésion, la Turquie doit d’abord faire ce qu’elle a à faire”, a ajouté l’Italien, fustigeant les mesures de rétorsion d’Ankara à l’égard de la presse et de la population kurde.

Chef de file du groupe libéral démocrate, Guy Verhofstadt s’est montré beaucoup plus critique. “Là, on délocalise nos problèmes et on livre les clefs de l’Europe aux Turcs puisque ce ont eux qui décideront de qui est réfugié et qui ne l’est pas, alors qu’ils n’ont même pas ratifié tous les protocoles de la Convention de Genève relatifs au droit d’asile. Demander à un autre pays de faire le travail à notre place, c’est comme si les Américains demandaient aux Mexicains de gérer leurs frontières !”

Son compatriote Philippe Lamberts, coprésident du groupe des Verts, se désole que les Vingt-huit soient “en train de dérouler le tapis rouge à un régime qui soumet la justice et la police à la vindicte d’un seul homme qui muselle et emprisonne toute presse libre, qui disqualifie toute opinion démocratique et qui, pour gagner une élection, relance la guerre civile et bombarde sa propre population”.

Véronique Leblanc, Strasbourg, in La Libre Belgique 10-03-‘16
 

[vert]Erdogan wil de islamisering van Europa[/vert]

“De Turkse leider Recep Tayyep Erdogan heeft maar één doel, schrijft de Bulgaarse krant Dnevnik, en dat is de islamisering van Europa.”

“Het startpunt daarvoor is de mogelijkheid voor 78 miljoen Turken om visa-vrij door de EU te reizen. De uitbreiding van de moslim- en boven alles de Turkse gemeenschap in Europa is een van de langetermijndoelstellingen van het islamitische bewind in Ankara. Het visa-vrij reizen binnen de EU van Turkse onderdanen is daarbij een zeer effectief middel. […] Erdogan heeft de inwoners van vele Arabische landen toegelaten zonder visum Turkije te bezoeken. Op die manier heeft het land zijn grenzen geopend en is het diepgeworteld geraakt in de Midden-Oosterse samenleving. Het openen van de EU-grenzen voor 78 miljoen Turken betekent niets meer of niets minder dan de éénmaking van Europa en het Midden-Oosten tot één groot grondgebied zonder grenzen. We kunnen enkel raden hoeveel mensen uit die regio daarna naar Europa zullen verhuizen.”

Express.be 14-03-16
 
Om van een paar Syriërs af te raken openen we de deur voor 78 miljoen Turken … ‘De strijd tegen het terrorisme is de hoogste prioriteit van Turkije en staat zelfs boven de wet. Democratie, vrijheid en de rechtsstaat hebben absoluut geen waarde meer.’

Recep Tayyip Erdogan, lors d’un meeting populaire.
Express,16 maart 2016

[marron]LA MERVEILLEUSE SOLIDARITE DES GRECS[/marron]

Cela fait longtemps que le petit village de Xerso, situé à quelques kilomètres de la frontière gréco-macédonienne d’Isomeni, n’avait pas connu une telle animation. Sur la place communale, les réfugiés qui arrivent par groupes de dix, vingt sont bien reçus.

Souvent, les bus les emmènent directement du Pirée au camp. Trois mille personnes sont déjà logées là. Les militaires leur servent trois fois par jour un repas chaud. « Ils ont le même menu que nous », déclare fièrement le commandant du camp. Pour lui, seuls les militaires peuvent faire face à ce type de situation. « On a des tentes imperméables – alors qu’à Idomeni, elles ne le sont pas -, les cuisines, les infrastructures et le savoir-faire. L’armée devrait être mieux exploitée. » Un peu plus loin, deux cars des forces antiémeute veillent discrètement, selon les ordres du gouvernement. Jusqu’à présent, on n’a déclaré aucun incident impliquant des réfugiés dans la région.

« Dans le coin, on est tous réfugiés nous-mêmes ou descendants de réfugiés », explique Giorgios Perperidis, journaliste et propriétaire d’un hebdomadaire. « Quand on les voit arriver sur la place de la ville, on a tous en tête les images des histoires que nos parents en grands-parents nous ont racontées. » Giorgios Perperidis est lui-même descendant de réfugiés d’Asie mineure arrivés en 1922 après les guerres gréco-turques. A l’époque, 1,5 million de Grecs ont été déplacés. Après, en 1945, c’était au tour des Grecs de Bulgarie de débarquer. Puis, plus récemment, en 1989 lors de la chute du mur de Berlin, ce sont les Grecs du Pont-Euxin (mer Noire) ou d’Abkhazie (dans le Caucase) qui sont arrivés par milliers.

Ici, donc, personne n’a fermé sa porte aux réfugiés et aux migrants. Bien au contraire, les dons affluent dans la salle communale. Helena, la trentaine très énergique, ses longs cheveux tirés en queu-de-cheval, est visiblement sur les rotules. Cela fait une semaine qu’elle trie ces dons et les mets dans des cartons. « On est débordé, on ne sait plus où les mettre. J’ouvre la porte le matin et il y en a partout. Des gens nous appellent de toute la Grèce, de Ioannina pour nous demander quoi envoyer, de Crète pour nous prévenir qu’ils envoient un conteneur. Une fille m’a appelée de la Chalcidique aussi : elle veut envoyer des palettes… Où allons-nous stocker tout ça ? »

Pas question pour cette belle brune de passer la main aux nombreuses volontaires venues prêter main-forte. « Elles ne savent pas comment trier, il faut d’abord que je les forme, et puis les réfugiés syriennes sont habituées à moi. Je suis ‘Madame vêtements propres’. Elles me font confiance. Elles savent que si elles demandent quelque chose de spécial que seule une femme peut demander à une femme, comme des protections hygiéniques, je ferai tout pour le trouver. »

Pendant que les femmes vont à la pêche aux vêtements, les hommes rechargent leur téléphone sur la place du village. Personne ne s’offusque de voir les compteurs d’électricité mis à nu pour que les réfugiés puissent y brancher leur téléphone, seul moyen pour communiquer avec les leurs restés au pays ou avec les passeurs. « Mon grand-père et ma grand-mère ont vécu exactement la même chose il y a presque 100 ans », se rappelle Giorgios Perperidis. « L’histoire se répète en sens inverse : pendant la guerre, ils ont cherché refuge en Syrie. »

Quelques kilomètres plus loin, dans la ville de Kilkis, même effervescence. Dans la zone piétonnière, Kosta, pharmacien, la soixantaine, s’active pour empaqueter les dons. Ce communiste pur et dur se rend trois fois par semaine au camp d’Idomeni pour distribuer des douceurs, des médicaments et de la bonne nourriture aux enfants. Son frère, qui habite la Suisse, lui a envoyé 1000 francs suisses. « Je longe la route et dès que je vois un groupe de réfugiés, je m’arrête, je les appelle et leur donne ce que j’ai. »

Les mêmes scènes de solidarité se répètent un peu partout dans le pays. Dimanche, à des milliers de kilomètres de là, une collecte géante était organisée place de la Constitution à Athènes. Plusieurs tonnes de nourriture, vêtements, jouets et médicaments ont été récoltées. Selon un récent sondage, 66% des Grecs refusent que les frontières du pays se ferment aux réfugiés.

Le Premier ministre Alexis Tsipras l’a confirmé, dimanche. « Nous sauvons le visage humain de l’Europe mais nous ne pouvons incarner seuls ce visage. Les Vingt-huit doivent ouvrir leurs frontières et procéder aux relocalisations comme prévu. » Et d’insister : « Il n’est pas question que la Grèce maintienne enfermés dans ces camps des gens qui n’ont commis aucun crime ».

Angélique Kourounis, envoyée spéciale, in La Libre Belgique du 8 mars 2016
 

[marron]Le Rwanda fait marche arrière en matière d’accès à la justice[/marron]

Jusqu’à ce mois-ci, le Rwanda faisait partie d’un groupe restreint de seulement huit pays qui reconnaissaient à leurs citoyens le droit de déposer plainte directement devant la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples. Mais juste avant la date où cette Cour devait siéger pour entendre une plainte contre le Rwanda, le gouvernement rwandais a annoncé qu’il retirait sa déclaration autorisant les citoyens rwandais à porter plainte devant cette juridiction.

Le Rwanda a soumis ce retrait le 29 février. L’Union africaine a informé la Cour le 3 mars, la veille du jour où les juges devaient siéger pour entendre une plainte déposée contre le gouvernement rwandais par Victoire Ingabire, présidente du parti d’opposition FDU-Inkingi.

Victoire Ingabire purge actuellement une peine de 15 ans de prison au Rwanda. En 2012, un tribunal de Kigali, la capitale rwandaise, l’a déclarée coupable de complot contre le gouvernement et de déni du génocide, et l’a condamnée à huit ans de prison. Plusieurs des chefs d’accusation retenus contre elle étaient à motivation politique, relatives aux critiques qu’elle avait formulées à l’encontre du gouvernement avant l’élection présidentielle de 2010, et son procès a été entaché d’irrégularités. En décembre 2013, la Cour Suprême a alourdi sa peine à 15 ans d’emprisonnement.

Le ministre rwandais de la justice a démenti tout rapport entre son retrait de la déclaration autorisant les citoyens rwandais de se pourvoir individuellement devant la Cour et l’affaire Ingabire… (ndlr : ce qu’aucune personne tant soit peu informée ne pourrait croire)

Daniel Bekele in Euracinfo, mars 2016
 

[marron]EN BREF – IN’T KORT[/marron]

[bleu marine]Burundi[/bleu marine]

Après la Belgique, les Pays-Bas et les Etats-Unis, c’est au tour de l’Union européenne de couper son aide directe à l’administration burundaise y compris l’aide budgétaire. L’UE était le principal donateur du pays et contribuait à hauteur de 20% du budget national.

RFI 14-03-2016
 

[bleu marine]Klacht tegen België[/bleu marine]

Het federaal migratiecentrum Myria heeft bij de Europese Commissie een klacht tegen België ingediend omdat het vindt dat ons land bij de behandeling van asielzoekers het Dublin III-reglement en de Grondrechten van de EU schendt. Het Centrum viseert onder meer de brieven die staatssecretaris Theo Francken aan asielzoekers heeft geschreven, officieel om hen over de asielprocedure in informeren, maar in feiten vooral om als ‘afschrikkingsmiddel’ te dienen.

De Standaard van 8-03-2016
 

[bleu marine]Genocide[/bleu marine]

Een primeur voor het Joegoslavië-tribunaal : Radovan Karadzic, de leider van de Bosnische Serviërs, krijgt 40 jaar gevangenis voor onder meer misdaden tegen de menselijkheid, genocide et oorlogsmisdaden.

[bleu marine]Tweedehandskledij in Afrika[/bleu marine]

95 procent van de bij ons ingezamelde oude kleren gaat naar Afrika. Maar als het van een aantal Afrikaanse landen afhangt, komt daar binnenkort verandering in. Op een vergadering van de Oost-Afrikaanse gemeenschap eerder deze maand, besloten Tanzania, Kenia, Oeganda, Burundi en Rwanda een plan uit te werken om de import van tweedehandskledij te verbieden. Dat moet gefaseerd gebeuren tegen eind 2018. De landen willen ook de import van tweedehandsauto’s beperken.

[bleu marine]Schoonzoon of –dochter met een andere huidskleur[/bleu marine]

20 procent van de Belgische bevolking zou zich eraan storen als hun kind thuiskomt met een partner met een andere huidskleur. Dat blijkt in de marge van een bekendheidsonderzoek dat Unia, of het Gelijkekansencentrum, zopas deed. ’Bijzonder verontrustend’, zegt Unia-directeur Els Keytsman. ’Nogmaals is aangetoond dat racistisch gedrag op basis van huidskleur nog heel sterk is in onze samenleving.’

[marron]PRAKTISCHE ECOLOGIE PRATIQUE[/marron]

[bleu marine]L’EAU[/bleu marine]

  • Si l’on n’y prend garde, l’eau est trop souvent gaspillée.
    N’oubliez pas de fermer le robinet quand vous vous rasez ou vous lavez les dents : en une minute, vous économisez 12 litres d’eau…

[bleu marine]LEKKENDE KRAAN[/bleu marine]

  • Laat een lekkende kraan zo snel mogelijk repareren.
  • Een kraan die druppel na druppel lekt, verliest ongeveer 36 liter water per dag.

[bleu marine]L’EAU DU ROBINET[/bleu marine]

  • L’eau du robinet est d’une excellente qualité.
  • L’eau achetée en bouteilles coûte 150 à 600 fois plus cher.
  • L’eau du robinet a-t-elle un petit goût de chlore qui vous déplait ? Gardez-la une heure en carafe et le chlore se sera évaporé.

    Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 968 / 1013227

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License