missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°102 Breuklijnen

Avril - April 2016
mardi 3 mai 2016 par Jef Vleugels

 LES VALEURS FONDAMENTALES DE NOTRE DEMOCRATIE

Dossier
 

« La Belgique est un pays ouvert, tolérant et accueillant »

  Voici la déclaration commune du Gouvernement fédéral, des cultes reconnus et de la laïcité dans laquelle ils réaffirment leur engagement de construire ensemble en ne transigeant pas sur leurs valeurs fondamentales :

« A la suite des dramatiques attentats de Bruxelles du 22 mars dernier, nous tenons à réitérer notre engagement permanent et incessant de lutter contre la haine, l’extrémisme et le radicalisme violent.

Nous voulons à nouveau exprimer notre compassion vis-à-vis des victimes, de leurs familles et de leurs proches. Aujourd’hui encore, de nombreuses victimes sont toujours hospitalisées. Un long processus de guérison et de convalescence est devant elles. Nous voulons également souligner le travail remarquable des équipes médicales, des pompiers, de la police et les remercier pour leurs actions auprès des victimes et de leurs familles.

Ces dernières années furent marquées par de trop nombreux événements tragiques en Europe et dans le monde. A chaque fois, des millions de démocrates ont rappelé avec force et détermination les principes fondateurs de nos démocraties.

Ensemble, nous voulons rappeler les principes fondateurs de notre société. Ces principes comme la séparation de l’Eglise et de l’Etat, la liberté d’expression, la lutte contre les discriminations, la liberté de croire et la liberté de ne pas croire mais aussi l’indispensable égalité entre les hommes et les femmes ne sont pas négociables. Ni aujourd’hui. Ni demain.

La Belgique est un pays ouvert, tolérant et accueillant. Le terrorisme, l’intégrisme, le radicalisme et les discours propageant la haine n’y ont pas leur place. Plus que jamais, nous devons éviter de tomber dans le piège tendu par les terroristes visant à monter les citoyens les uns contre les autres. Nous devons éviter toute forme d’amalgame et de polarisation. Nous sommes fiers des valeurs qui sont les nôtres.

Nous ne voulons pas d’une société repliée sur elle-même, méfiante. Pour lutter contre le risque de repli identitaire, nous devons œuvrer inlassablement à une société où chaque individu est respecté et respecte l’autre.

Nous voulons une société libre où chacun, avec sa singularité, avec son histoire, ses racines et avec son parcours de vie, peut trouver sa place et devenir un acteur responsable dans la société. Respecter chaque individu, c’est lui permettre de s’émanciper et d’exprimer sa diversité. Respecter chaque individu, c’est également lui donner la garantie d’une liberté de croire ou de ne pas croire et d’un traitement équitable auquel chaque citoyen a légitimement droit.

Notre volonté est intangible : nous continuerons de défendre et de promouvoir le socle commun de nos valeurs. Le radicalisme doit être combattu sans relâche et sans ambiguïté.

Par les temps troublés que nous connaissions, plus que jamais, l’Etat et les instances officielles des cultes et de la laïcité s’engagent à lutter contre l’obscurantisme. Plus que jamais, l’Etat doit défendre la sécurité de chaque citoyen et sa liberté d’exprimer ses convictions dans le respect de la démocratie et de l’Etat de droit. »

20 avril 2016 par Natacha Cocq
 

Le Prix HUMANISME 2016 remis à Andrea Riccardi

Le fondateur de la Communauté de Sant’Egidio, Andrea Riccardi, s’est vu discerner le “Prix Humanisme”. La prestigieuse reconnaissance, placée sous le patronage du ministre allemand des Affaires étrangères Walter Steinmeier, est attribuée tous les deux ans depuis 1998 par l’association allemande des philologues de langues anciennes à des personnalités européennes qui ont su conjuguer culture humaniste et engagement civil.

Dans les motifs de l’attribution du prix 2016, on lit : “Andrea Riccardi représente de manière exemplaire et à un niveau très élevé les valeurs européennes de la paix, de la solidarité et de la dignité de l’homme, dans lesquelles s’enracine son engagement dans la société en faveur d’un monde meilleur. Les objectifs et les oeuvres d’Andrea Riccardi, qui proviennent d’un véritable humanisme, sont aujourd’hui (face aux défis que nous vivons) plus importants que jamais”.

Durant la cérémonie, qui s’est déroulée dans la Aula Magna de l’université berlinoise von Humboldt, devant une salle comble, le cardinal Walter Kasper, qui a prononcé l’éloge, a souligné que “nous devons honorer Andrea Riccardi pour son humanisme fait d’amitié pacificatrice entre les peuples, les cultures et les religions”. Le cardinal a conclu ainsi : “L’histoire n’est pas seulement une histoire du progrès de l’humanité ; il y a toujours des rechutes dans la barbarie. Mais il existe aussi des signes d’espérance et il y a toujours besoin de la créativité et du courage de nouveaux signes et de témoignage d’humanité. Andrea Riccardi a contribué à cet humanisme de l’espérance. C’est pour cela qu’il est récompensé aujourd’hui”.

31 mars 2016
 

Van het gematigde midden geen spoor

  Onderzoek wijst uit dat de Belgen steeds meer verdeeld zijn over thema’s als migratie en integratie. Hier volgt een samenvatting van een column, geschreven door een bekende wetenschapper…

In de nasleep van de gruwelijke aanslagen in Brussel circuleerden er in de klassieke en op de sociale media talrijke beelden van samenhorigheid : moslims hand in hand met niet-moslims, Brusselaars van allerlei slag vreedzaam met krijt in de weer op de stoep van de Anspachlaan. De berichtenschrijvers die ik op Facebook las, deden hun uiterste best om gematigd over te komen. Zij benadrukten dat niet alle moslims terroristen zijn, dat we vooral de voedingsbodem van het radicalisme moeten neutraliseren en dat het sluiten van de grenzen geen oplossing biedt.

Maar klopt dat beeld ?
De meeste burgers zijn namelijk helemaal niet zo ‘gematigd’ of ‘centrum’…

Verscheidene opiniepeilingen laten ons toe dieper in te gaan op de houding van Belgen en Europeanen ten aanzien van migranten en de islam.

Uit de cijfers van de European Social Survey blijkt dat de houding van autochtone Belgen ten aanzien van migranten eerder negatief dan positief is. Liefst 39 procent vindt dat migranten jobs stelen, 36 procent is neutraal en 25 procent is het niet met de stelling eens. De helft van de respondenten vindt dat migranten meer kosten aan de staat dan ze ertoe bijdragen. Ook de cijfers met betrekking tot criminaliteit zijn duidelijk : 67 procent van de autochtone Belgen is geneigd te geloven dat migranten meer criminaliteit veroorzaken. Van het gematigde midden is ook op het eerste gezicht geen spoor meer.

Dit beïnvloedt in aanzienlijke mate de verwachtingen die Belgen van het overheidsbeleid koesteren. Van de autochtone Belgen vindt 46 procent dat de overheid niet genereus mag zijn in het toelaten van vluchtelingen tot ons land, 25 procent is neutraal en 29 procent positief. 48 procent vindt dat slechts weinig of helemaal geen migranten uit arme landen mogen worden binnengelaten. 50 procent is gewonnen voor een zeer beperkte of helemaal geen toelating voor islamitische nieuwkomers. Slechts 10 procent van de respondenten vindt dat migranten steun mogen genieten. Het draagvlak voor een open migratiebeleid is dus klein.

Onderzoek door Eurobarometer toont dat 53 procent van de Belgen zich er niet geheel comfortabel bij zou voelen als hun kind een relatie met een moslim zou aangaan. 31 procent zou zich niet geheel comfortabel voelen om met een moslim samen te werken. Dit fenomeen blijft niet beperkt tot ons land. Onderzoek door Pew in het voorjaar van 2014, dus vóòr de aanslagen in Parijs en Brussel, wees uit dat zowat 40 procent van de Europeanen een negatieve houding heeft ten aanzien van de islam. Een peiling in 2011 gaf aan dat 40 procent van de Fransen en de Duitsers de islam beschouwt als een bedreiging voor hun identiteit. Vooral ouderen, laaggeschoolden en mensen met een laag inkomen staan negatief tegenover migranten…

Het beeld van het ‘grote gematigde midden’ klopt dus niet. Migratie en de islam verdelen de autochtone bevolking. En dat is nog maar één kant van het verhaal. 40 procent van de moslims in Spanje, Frankrijk, Duitsland en het Verenigd Koninkrijk ervaart de Europeanen als vijandig ten aanzien van hun gemeenschap. Ongeveer 30 procent van de moslims in Europa geeft aan te worden gediscrimineerd. Dat gevoel van discriminatie zet hen doorgaans aan om zich verder terug te trekken uit de samenleving. Het wederzijds onbegrip is dus groot. Daarmee zijn in Europa voldoende elementen aanwezig voor een botsing der beschavingen, een clash tussen gemeenschappen. Ze zien hun cultuur als onverzoenbaar met de andere.

De uitdaging zal alleen maar groter worden. Aanslagen zoals in Parijs en Brussel vergroten het wederzijds wantrouwen.

De migratiedruk op Europa wordt gigantisch. De bevolking in Noord-Afrika en het Midden-Oosten zal de komende 25 jaar met 130 miljoen groeien. Terzelfdertijd zal de moslimbevolking in ons eigen land groeien van 6 tot minstens 9 procent. In het Brussels Gewest zal tegen 2030 ongeveer 30 procent van de bevolking moslim zijn, in Antwerpen 25 procent.

Dat het tolerante deel van de bevolking niet kan vatten voor welke uitdagingen we staan, is gevaarlijk.

Als we het goed menen met onze maatschappij en willen bouwen aan een harmonieuze samenleving, mogen we ons niet beperken tot hoeraberichten over tolerantie. Door het ideaal van een multiculturele samenleving verkeerdelijk voor de realiteit te nemen, zouden we dezelfde fout maken als in het verleden. Erkenning van de spanningen is een eerste stap. Er wacht ons onvermijdelijk een lange, moeizame weg.

Jonathan Holslag , professor internationale betrekkingen aan de VUB,
in Knack van 30 maart 2016
 

La démocratie menacée en Europe

La démocratie et les droits de l’homme sont menacés par la montée des populismes et des nationalismes en Europe, a averti mercredi 27 avril le Secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorbjørn Jagland. La montée du populisme place l’Europe “dans une situation très dangereuse”, a averti le secrétaire général à l’occasion de la publication de son troisième rapport annuel sur la démocratie, les droits de l’homme et l’Etat de droit en Europe.

“L’Europe se débat actuellement avec un certain nombre de graves difficultés, parmi lesquelles le terrotisme, les migrations et des conflits. A bien des endroits, cette situation est instrumentalisée à des fins nationalistes et populistes, ce qui érode la confiance dans les institutions nationales et européennes”, a ajouté M. Jagland. Et de citer le premier tour des élections en Autriche.

M. Jagland observe également “une montée dangereuse du nationalisme législatif” à l’heure où les Etats élaborent des lois qui risquent d’aller à l’encontre des normes internationales, dont celles qui concernent le traitement des immigrés et des réfugiés. Dans certains pays comme le Royaume-Uni ou la Russie, c’est même la légitimité de la Cour européenne des droits de l’homme qui est contestée.

Dans son rapport de 112 pages, M. Jagland critique aussi la situation des médias, dont la pluralité est jugée insatisfaisante dans 26 des 47 Etats membres du Conseil de l’Europe. Le rapport cite les poursuites à l’encontre de journalistes en Azerbaïdjan ou en Turquie, ainsi que des problèmes de protection des sources journalistiques dans des pays comme les Pays-Bas, le Royaume-Uni ou la Macédoine. (Belga)

La Libre Belgique du 28 avril 2016
 

Le Conseil de l’Europe ne digère pas l’accord entre l’UE et la Turquie

L’accord passé entre l’Union européenne et la Turquie pour tenter de briser la vague migratoire a fait l’objet d’un débat d’urgence mercredi 20 avril dans l’hémicycle de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (l’institution gardienne des droits de l’homme en Europe). L’Assemblée a approuvé – par 58 voix “pour” contre 47 refus (provenant essentiellement du PPE) et 7 abstentions – une résolution qui étrille sévèrement l’accord en question. Ce deal, dit en substance le texte, enfreint les droits fondamentaux. Le rapport détaille également une série de recommandations, demandant notamment à l’Union européenne et à la Grèce de renvoyer à la Cour de justice européenne la question de l’interprétation de la notion de “protection suffisante” dont jouiraient les demandeurs d’asile et les migrants renvoyés en Turquie. Dans l’attente de cette décision, est-il précisé, le renvoi des réfugiés syriens vers la Turquie doit être suspendu. Il y a peu de chances que cette résolution du Conseil de l’Europe infléchisse la politique de l’UE mais elle montre au moins que, parmi les institutions paneuropéennes, il en reste une où la question des droits de l’homme n’est pas qu’un principe creux.

La Libre Belgique du 22 avril 2016
 

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 122 / 601317

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License