missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

DIALOGUE & RENCONTRE - D O S S I E R

vendredi 21 octobre 2016 par G.Verbist, mafr.
Spiritualités comparées

La mondialisation est également religieuse et spirituelle. On assiste à une quête renouvelée de sens et de spiritualité, favorisant l’approfondissement de ses propres convictions et l’intérêt pour des formes de spiritualité jusqu’alors inconnues.

L’Église nous appelle aujourd’hui à un dialogue interreligieux indispensable à un véritable vivre-ensemble.

 (3) L’hindouisme, entre rites et renoncement

Troisième en termes de nombre de fidèles (un milliard), l’hindouisme est l’une des plus anciennes religions du monde.

Les Vedas, textes sacrés.
L’apparition, vers 1500 avant J-Chr, des textes sacrés, les ’Vedas’.
Considérés comme révélés, les Vedas contiennent des chants et des prières adressés à différentes divinités, et la description de nombreux rites et sacrifices qui sont des éléments essentiels de la religion hindoue.

Une spiritualité de l’harmonie cosmique.
La notion de ’ dharma ‘ est au cœur de l’hindouisme. C’est la Loi cosmique, l’ordre harmonieux du monde. Cette vision est liée au système des castes.
Au sommet de la société, on trouve les prêtres (brahmanes).
La spiritualité consiste à remplir ses devoirs envers les dieux et la société, en vue de perpétuer et de renforcer l’ordre des choses. Les dieux sont alors perçus comme faisant partie de ce tout.

Le ’karma’ et les réincarnations.
Ce mot renvoie au fait que, en posant des actes, j’entretiens le désir et mon attachement aux biens de ce monde. Et cet attachement m’entraine dans une succession infernale de réincarnations, plus ou moins favorables en fonction du poids accumulé du karma, qui est comme une sorte de carburant que je n’arrive jamais à épuiser. Les dieux eux-mêmes sont soumis à ce cycle...

Une spiritualité du renoncement.
En-deçà de l’ego et de ses désirs illusoires, il existe un autre ’MOI’, le véritable Moi, qui est esprit (atman), éternel, et non soumis à l’impermanence des choses, à la naissance et à la mort. Il s’agit dès lors, par la méditation, par l’ascèse, par le renoncement à tout désir, de se replonger dans cet esprit éternel, qui n’est pas différent de l’Absolu. Ce faisant, l’homme échappe au cycle des réincarnations, et rejoint l’Absolu. En rejoignant l’Absolu, le Moi prend conscience qu’il n’est pas différent de l’Absolu.
Cette vision des choses entraîne encore aujourd’hui certaines personnes en Inde à se couper radicalement de la société, à vivre en ermite ou en vagabond, dans un renoncement et un dénuement extrêmes.

Une spiritualité de l’union à Dieu.
Le renoncement total étant pratiquement impossible, il s’agit de remplir tous ses devoirs dans le monde, mais avec détachement, sans être mû par le désir qui nous enchaîne aux réincarnations.
Pour parvenir à cet objectif, il s’agit de s’unir à Dieu, conçu comme Absolu personnel, avec lequel l’homme peut donc entrer en relation. Il s’agit d’une relation d’amour, dans laquelle on entre par la faveur de Dieu, et par des pratiques de dévotion.

Différence avec la spiritualité chrétienne.
Là où la philosophie hindoue considère l’Absolu comme impersonnel ; là où le moi de l’homme doit se fondre dans cet Absolu, la différence est évidente.
Pour entrer en relation avec Dieu, le chrétien s’unit à Jésus-Christ.

( C. HERINCKX. Dimanche 18/09/16)
 

La relation avec les non chrétiens.

Evangelii Gaudium N° 254.

254. Les non chrétiens, par initiative divine gratuite, et fidèles à leur conscience, peuvent vivre “justifiés par la grâce de Dieu “, et ainsi “être associés au mystère pascal de Jésus Christ “.
Mais, en raison de la dimension sacramentelle de la grâce sanctifiante, l’action divine en eux tend à produire des signes, des rites, des expressions sacrées qui à leur tour rapprochent d’autres personnes d’une expérience communautaire de cheminement vers Dieu. Ils n’ont pas la signification ni l’efficacité des Sacrements institués par le Christ, mais ils peuvent être la voie que l’Esprit lui-même suscite pour libérer les non chrétiens de l’immanentisme athée ou d’expériences religieuses purement individuelles.
Le même Esprit suscite de toutes parts diverses formes de sagesse pratique qui aident à supporter les manques de l’existence et à vivre avec plus de paix et d’harmonie.
Nous chrétiens, nous pouvons aussi profiter de cette richesse consolidée au cours des siècles, qui peut nous aider à mieux vivre nos propres convictions.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 191 / 764098

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Dialogue   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License