missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°106 Breuklijnen

Octobre - Oktober 2016
mercredi 14 décembre 2016 par Jef Vleugels

[marron]Le Pape affirme son opposition à la peine de mort[/marron]

Alors que dans le monde, des centaines de manifestations, expositions, débats, sont organisées dans plus de 45 pays à l’occasion de la 14ème Journée mondiale contre la peine de mort, le Pape réaffirme dans un tweet son opposition à la peine capitale : « Il n’y a pas de peine valable sans espérance », écrit-il. En 2015, François avait été élu abolitionniste de l’année par l’association « Hands off Cain ».

Cette année, l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture et la Coalition mondiale contre la peine de mort ont décidé d’axer leur campagne de sensibilisation sur le recours à la peine capitale dans des cas de terrorisme. Selon ces organisations, la menace mondiale actuelle pousserait les Etats à reconsidérer la peine de mort comme une option possible.

Au cours des dix dernières années, le Nigeria, le Bangladesh, l’Inde ou la Tunisie ont adopté des lois qui élargissent le champs d’application de la peine de mort. Certains actes terroristes ont été ajoutés à la liste des infractions passibles de la peine de mort. Le Pakistan et le Tchad ont, eux, repris les exécutions après des années de moratoire au nom de la lutte contre le terrorisme.

Pourtant, il apparaît que la peine de mort est bien loin de dissuader les terroristes de passer à l’acte. Au contraire, elle entraîne souvent un cercle vicieux de violences et de représailles. En effet, les groupes terroristes utilisent la violence officielle de l’État pour justifier leur propre violence. Aujourd’hui, la peine de mort a été abolie complètement dans 104 pays, mais 65 autres la prévoient encore pour les cas de terrorisme. Or, souligne l’Acat, les actes terroristes relèvent souvent de la compétence de tribunaux militaires ou d’autres tribunaux spéciaux qui ne se distinguent ni par le respect de la légalité, ni par la transparence des procédures.

Marie Duhamel - La Lettre de Radio Vatican, 10/10/2016
 

[marron]L’AFRIQUE et la COUR PENALE INTERNATIONALE[/marron]

C’est en février 2015 que le président de l’Union africaine – cette année-là, le Zimbabwéen Robert Mugabe - avait annoncé l’intention des pays africains de se retirer de la “très raciste CPI, surnommée “Cour pénale indigène” par les nombreux Africains qui lui reprochent de ne juger que des ressortissants de ce continent.

Depuis lors, une enquête a été ouverte, pour la première fois, hors de l’Afrique – en Géorgie, en janvier 2016. Des examens préliminaires hors d’Afrique, traînent depuis des années sans aboutir, notamment sur la Colombie, depuis 2004.

Plusieurs pays – les Etats-Unis en tête – n’ont jamais accepté de reconnaître la CPI. Mais aucun pays membre ne s’est retiré depuis sa création en 2002. Cela commence donc à changer.

[bleu marine]L’Afrique du Sud [/bleu marine] a introduit le 19 octobre 2016 une demande officielle pour se retirer de l’International Criminal Court – ICC – en français la Cour Pénale Internationale - CPI), l’organe juridique le plus important des Nations Unies. C’était une réaction aux nombreuses critiques qui lui furent adressées, parce l’Afrique du Sud n’avait pas arrêté le dictateur soudanais Omar Hassan al-Bashir, lorsque ce dernier, soupçonné par la CPI de nombreux crimes contre les droits humains, était en visite en Afrique du Sud.

Le parlement du [bleu marine]Burundi [/bleu marine] a voté le 12 octobre 2016, à une très grande majorité, de ce retirer des pays adhérents du CPI. Il semble, en outre, que la [bleu marine]Gambie[/bleu marine] s’oriente également dans ce sens.

Notons pour terminer que l’accusation de ‘racisme’ que l’Afrique adresse souvent à la CPI est à nuancer sérieusement. En effet, la Cour est un tribunal de deuxième instance, qui n’intervient que lorsque le pays concerné n’est pas dans la possibilité de traiter l’affaire lui-même, par exemple quand une longue guerre civile a rendu le fonctionnement de la justice inopérante. Il faut aussi signaler que beaucoup d’affaires ont été portées devant la CPI par les pays africains eux-mêmes.

(Compilation de plusieurs journaux)
 

[marron]NAAR EEN CRIMINALISERING VAN KERNWAPENS[/marron]

Samen met de NAVO-grootmachten stemde België tegen het opstarten van onderhandelingen over een verdrag dat kernwapens verbiedt.

In de overzichten van de geschiedenis van kernwapens en nucleaire proliferatie zal een nieuwe datum opgenomen worden, vrijdag 28 oktober 2016. Op die dag gaf de Algemene Vergadering van de Verenigde Naties het startschot voor internationale onderhandelingen over een verdrag dat kernwapens verbiedt. Net zoals er al verdragen bestaan die biologische en chemische wapens verbieden, zal er dus heel waarschijnlijk in 2017 een verdrag tot stand komen dat nucleaire wapens verbiedt.

[bleu marine]België stemde, samen met onder meer de VS, Frankrijk en Rusland, tegen[/bleu marine] het opstarten van de onderhandelingen. Daarmee heeft ons land de verkeerde kant van de geschiedenis gekozen. Kernwapens zullen de volgende jaren stap voor stap een even crimineel imago krijgen als biologische en chemische wapens. Willen wij dit soort wapens op ons grondgebied houden ?

Het non-proliferatieverdrag, ondertussen een tekst uit 1968, bepaalt dat enkel de vijf vaste leden van de Veiligheidsraad, de VS, Rusland, China, Frankrijk en het Verenigd Koninkrijk kernwapens mogen bezitten. Andere landen mogen kernenergie wel voor civiele doeleinden gebruiken. Dat verdrag werd door 190 landen geratificeerd.

Het weerspiegelt de machtsverhoudingen van een halve eeuw geleden, maar die zijn ondertussen veranderd. We leven in een complexe, multipolaire machtsorde. Die werd bij de stemming in de Algemene Veiligheidsraad zichtbaar. Ondanks heel zware druk van de VS, Rusland, Frankrijk en het Verenigd Koninkrijk op hun bondgenoten, kreeg de resolutie toch heel veel bijval : 123 stemmen.

[bleu marine]VN-resolutie L.41[/bleu marine]

Wie waren de trekkers van de “VN-resolutie L.41” ? Mexico, Zuid-Afrika, Brazilië, Nigeria, Oostenrijk en Ierland. Ze konden dus vele tientallen andere landen overtuigen om de resolutie mee goed te keuren.

De VS, Rusland, Frankrijk en het VK gingen niet mee in die logica (China onthield zich bij de stemming). De resolutie zou niets oplossen, beweerden ze. Het aantal kernwapens moet verminderd worden via onderhandelingen, zegden ze. Maar dat liedje horen we al decennia en de resultaten blijven uit. Meer nog, de vijf officiële kernwapenstaten moderniseren hun kernwapens, wat flagrant in tegenstelling is met het non-proliferatieverdrag dat een afbouw naar nul voorziet. Zo wil de VS de volgende 30 jaar niet minder dan 1000 miljard dollar (!) investeren in haar kernwapenprogramma.

Interessant is de houding van de vijf NAVO-leden die Amerikaanse kernwapens op hun grondgebied hebben : België, Nederland, Duitsland, Italië en Turkije. Nederland onthield zich onder druk van het parlement. De andere vier, waaronder dus België, stemden tegen. Dat ligt in de lijn van het buitenlandse beleid van ons land, maar daarmee plaatst ons land zich langs de verkeerde kant van de geschiedenis.

Kijken we even kort naar de houding van India, Pakistan, Noord-Korea en Israël. Deze landen zijn geen lid van het non-proliferatieverdrag. India en Pakistan onthielden zich en Noord-Korea stemde voor de resolutie. Israël heeft sinds de jaren zestig kernwapens, maar ontkent noch bevestigt het bestaan ervan. Israël heeft zoals verwacht tegengestemd.

Wie heeft nog tegengestemd ? Een hele reeks Europese landen en enkele bondgenoten van de VS, zoals Canada, Australië en Japan.

[bleu marine]Criminalisering van kernwapens[/bleu marine]

Wat zal dat nu in de praktijk betekenen ? Volgend jaar starten onderhandelingen over een verdrag dat kernwapens buiten de wet stelt. Eens de onderhandelingen rond zijn, zal het snel door vele tientallen landen goedgekeurd en geratificeerd worden.

De landen die deze week geen groen licht gaven, zullen hun houding niet onmiddellijk veranderen. Ze zullen het verdrag niet ratificeren en zullen dus ook niet verplicht zijn het na te leven. Maar ze worden dan wel verdedigers van wapens die voor pakweg 70% van alle landen ter wereld criminele wapens zijn, wapens die hetzelfde statuut hebben als biologische en chemische wapens.

Bij elke verkiezing zal de vredesbeweging alle politieke partijen vragen te beloven om na de verkiezingen het nieuw verdrag te ratificeren.

Er zal heel zware druk komen op alle politieke partijen van die landen, op hun regeringen en ministers. De kans is groot dat er de volgende jaren in een van die landen een regering aan de macht komt die toch het verdrag tekent en de kernwapens op haar grondgebied opdoekt. Dan is het hek van de dam en kunnen andere landen volgen. Het nieuwe verdrag creëert dus voor het eerst in tientallen jaren een realistisch perspectief op een kernwapenvrije wereld.

Luc Barbé MO* 28 octobre, ingekorte tekst
 

[marron]UNE JUSTICE FISCALE POUR LES CITOYENS[/marron]

“La Commission Justice et Paix soutient que les contribuables de même capacité contributive, c’est-à-dire de même revenu global (la somme des différents revenus d’une personne), doivent contribuer de même aux recettes publiques de la Belgique. Or, dans le système actuel, les revenus du capital et, dans une moindre mesure, les revenus immobiliers sont favorisés par rapport aux revenus du travail. Il s’agit d’arriver, à terme, à une réelle globalisation des revenus c’est-à-dire à inclure dans la base imposable les revenus de toute origine – revenus professionnels, immobiliers, du capital et de solidarité.

“Dès lors, il est nécessaire que les revenus qui constituent la base imposable soient correctement évalués et que cette base imposable inclue effectivement tous les revenus y compris les revenus générés à l’étranger, tout en évitant les doubles taxations qui seraient injustes. Ensuite, au départ de cette base imposable, un système équitable et simple doit être mis en place.

“En parallèle, il est essentiel de procéder à une sensibilisation du citoyen afin qu’il exerce un contrôle démocratique sur l’utilisation de ses contributions et prenne conscience qu’elles sont sa participation au coût du bien commun de l’ensemble de la société.”

Extrait d’un article, rédigé par un groupe de travail de Justice et Paix, in Justice et Paix, n° 96, 3ème trimestre 2016
 

[marron]EN BREF - IN’T KORT [/marron]

[bleu marine]L’Accord sur le climat entrera en vigueur en ce mois de novembre[/bleu marine]

Pour entrer en vigueur, le texte devait être ratifié par 55 pays responsables d’au moins 55% des émissions de gaz à effet de serre au total. C’est désormais chose faite. Selon les Nations unies, septante-deux Etats, représentant 56,75% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, ont maintenant ratifié l’Accord conclu au Bourget, en décembre dernier.

Les trois grands émetteurs que sont les Etats-Unis, la Chine et l’Inde l’ont ratifié récemment et le Parlement européen l’a approuvé mardi 5 octobre, par 610 voix contre 38 et 31 abstentions. Il entrera officiellement en vigueur le 4 novembre.

[bleu marine]De nee-stem van de Columbianen [/bleu marine]

In een referendum mocht het Colombiaanse volk zich uitspreken over het vredesakkoord dat de Colombiaanse regering op 24 augustus 2016 sloot met de FARC, de Revolutionaire Strijdkrachten van Colombia (Fuerzas Armadas Revolucionarias de Colombia). Het akkoord zou officieel een einde maken aan een burgeroorlog die meer dan 50 jaar duurde en meer dan 200.000 mensen het leven kostte. Een kleine meerderheid van de kiezers verwierp het akkoord.

De nee-stem van de Colombianen tegen het vredesakkoord tussen de Colombiaanse regering en de rebellen van de FARC moet een stapsteen betekenen naar een sterker vredesproces. Dat zegt Pax Christi International in een verklaring van 3 oktober 2016.

[bleu marine]Wat bezielt de Filippijnse president Rodrigo Duterte ?[/bleu marine]

“Drie miljoen drugsverslaafden, ik slacht ze met plezier af”. Dat zijn critici hem het neefje van Adolf Hitler noemen schrikt hem niet af.

[bleu marine]Des armes chimiques au Darfour[/bleu marine]

Amnesty International a accusé les forces gouvernementales soudanaises d’avoir procédé depuis janvier dernier à une trentaine d’attaques à l’arme chimique contre des civils au Darfour, dans l’Ouest du pays, en proie à une rébellion depuis 2003. Khartoum a rejeté ces accusations, qualifiant le rapport d’”incorrect”, mais limite toujours l’accès du Darfour aux journalistes et aux travailleurs humanitaires. Paris demande une enquête.

La Libre Belgique du 1 octobre 2016
 

[bleu marine]L’Unesco adopte le texte polémique[/bleu marine]

Malgré le tollé en Israël, l’Unesco a adopté mardi 18 octobre une résolution sur Jérusalem-Est portée par les pays arabes au nom de la protection du patrimoine culturel palestinien. Selon Israël, ce texte nie le lien millénaire entre les juifs et la ville. Le texte est présenté par l’Algérie, l’Egypte, le Liban, le Maroc, Oman, le Qater et le Soudan. Israël y étant décrit comme puissance occupante, le texte avait suscité la contestation du gouvernement israélien, qui avait annoncé la suspension de sa coopération avec l’Unesco.

La Libre Belgique du 19 octobre 2016
 

[bleu marine]Syrië kost Rusland zitje in Mensenrechtenraad[/bleu marine]

Voor het eerst sinds 2006 maakt Rusland geen deel meer uit van de 47 leden tellende VN-Mensenrechtenraad in Genève. Kroatië en Hongarije kregen meer stemmen van de 193 leden van de Algemene Vergadering van de VN dan Rusland. Aan de stemming was een campagne van een tachtigtal ngo’s voorafgegaan. Zij vonden dat Rusland geen plaats had in de raad wegens zijn optreden in Syrië. (belga)

De Standaard van 31 oktober 2016
 

[bleu marine]Pas de taxe Tobin avant 2018[/bleu marine]

L’idée de taxer les transactions financières remonte aux années 1970, avec la proposition de la taxe Tobin, du nom du prix Nobel d’économie James Tobin (1981). Elle avait connu un nouvel élan en 2011 en pleine crise financière dans l’Union européenne. Les Etats avaient alors déboursé des milliards d’euros pour sauver les instituts financiers et il semblait légitime d’associer ces derniers au coût des crises futures.

La taxe, négociée depuis des mois par dix pays de l’Union européenne – France, Allemagne, Belgique, Portugal, Autriche, Slovénie, Grèce, Espagne, Italie, Slovaquie – ne pourra pas être effective avant au moins 2018. Bien que les discussions avancent et qu’un accord clair ait été dégagé, le projet reste “techniquement difficile”.

La Libre Belgique du 12 octobre 2016
 

  “Il ne suffit pas d’être pacifiste, même si c’est du fond du cœur et dans une farouche sincérité ; il faut que ce pacifisme soit la philosophie directrice de tous les actes de votre vie. Toute autre conduite n’est que méprisable lâcheté."
Jean Giono , Ecrits pacifistes, 1934
 




  A vouloir étouffer les révolutions pacifiques on rend inévitables les révolutions violentes.
John Fitzgerald Kennedy, 1962
 

Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 674 / 1007927

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License