missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°110 Breuklijnen

Avri l/ April - 2017
vendredi 5 mai 2017 par Jef Vleugels

[marron]L’ABSURDITE DES ARMES[/marron]

[bleu marine]SYRIE : armes chimiques contre les populations civiles[/bleu marine]

Après les gouvernements britanniques, français et américains, c’est au tour de l’organisation Human Rights Watch d’attribuer l’attaque à l’arme chimique de Khan Cheikhoun au gouvernement syrien. L’attaque au début du mois d’avril avait fait 88 morts dont 31 enfants selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme. Dans son rapport publié hier lundi 1er mai, l’organisation va plus loin et dénonce un usage systématique et généralisé des armes chimiques par le gouvernement syrien.

  Het gebruik van chemische wapens wordt wel vervolgd als een oorlogsmisdaad. Daarbij wordt niet alleen gekeken naar het gebruikte product, maar ook naar de manier waarop de operatie wordt uitgevoerd. Ook het bezit van munitie of uitrusting om een chemische aanval uit te voeren, betekent een inbreuk tegen de mensenrechten en oorlogswetten.

Syrië is alvast één van de landen met productiesites waar chemische wapens kunnen worden gemaakt, net zoals Rusland, Iran, China, Irak, Libië, Groot-Brittannië, de Verenigde Staten, Frankrijk, India, Japan, Servië en Bosnië-Herzegovina. Die installaties bevinden zich in verschillende stadia van afbraak.

[bleu marine]COREE DU NORD [/bleu marine]

La Russie a bloqué mercredi 19 avril au Conseil de sécurité des Nations unies une condamnation du dernier tir de missile nord-coréen, en dépit du soutien de la Chine, alliée de Pyongyang, ont rapporté des diplomates. La proposition américaine de condamnation, demandait à Pyongyang de s’abstenir de mener de nouveaux tests de missiles nucléaire ou balistique, après un nouveau tir (raté) dimanche.

Mais le lendemain le Conseil de Sécurité a condamné à l’unanimité ce dernier essai.

Trump is bereid de Noord-Koreaanse dictator Kim Jong Un te ontmoeten indien « de omstandigheden waarin dat gebeurt goed zijn.”

(1-05-2017, interview met Bloomberg News)
 

[bleu marine]VERENIGDE STATEN droppen voor het eerst ‘Moeder van alle bommen’[/bleu marine]

De VS hebben voor het eerst gebruikgemaakt van de grootste niet-nucleaire bom uit hun arsenaal. De GBU-43 weegt meer dan 10 ton en is negen meter lang. Ze werd gedropt op een complex van grotten en tunnels in het oosten van Afghanistan, waar strijders van de Islamitische Staat zich zouden schuilhouden.

[bleu marine]PAPE FRANCOIS pour un monde sans mine[/bleu marine]

Il écrit le 4 avril : « Aujourd’hui : Journée Mondiale contre les mines antipersonnel. Renouvelons, s’il vous plaît, l’engagement pour un monde sans mines ! » Le Saint-Siège a été parmi les premiers Etats à ratifier la Convention d’Ottawa sur l’interdiction des mines antipersonnel, entrée en vigueur en 1999. Depuis, le Vatican appelle régulièrement les Etats du monde entier à adhérer à la Convention.

[bleu marine]BELGIQUE : vente d’armes[/bleu marine]

Selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, l’Arabie saoudite est le pays au monde qui a les dépenses militaires les plus élevées par habitant. Et la Belgique est son premier fournisseur d’armes légères (pistolets, mitrailleuses, fusils d’assaut, lance-grenades, lance-roquettes, armes-anti-chars) et leurs munitions. La Wallonie, avec les entreprises FN Herstal et CMI, se taille la part du lion (plus de 95%) des licences d’exportation d’armes belges vers l’Arabie saoudite. Le gouvernement flamand nie vendre des armes à l’Arabie saoudite.

La Libre Belgique du 3 mai 2017
 

[marron]PEINE DE MORT[/marron]

[bleu marine]Peine de mort : plus de mille exécutions dans le monde en 2016 [/bleu marine]

Le rapport mondial sur le recours à la peine de mort d’Amnesty International a été publié le mardi 11 avril.

En ne comptant pas la Chine, les États à travers le monde ont exécuté 1.032 personnes en 2016. Selon Amnesty International, la Chine a exécuté davantage de condamnés que tous les autres pays réunis, mais les chiffres restent inconnus.

[bleu marine]Etats Unis[/bleu marine]

Pour la première fois depuis 2006, les États-Unis ne font plus partie des cinq pays ayant exécuté le plus grand nombre de condamnés. Et depuis 1991, le nombre d’exécutions (20) recensé en 2016 est le plus faible. Le nombre de condamnations à mort (32) est le plus faible enregistré depuis 1973. Ce qui montre que les juges, les procureurs et les jurés se détournent de la peine de mort comme moyen de rendre justice. Toutefois, 2.832 personnes se trouvent toujours dans le couloir de la mort aux États-Unis.

« Les cinq États (Géorgie, Texas, Alabama, Floride et Missouri) isolés qui ont procédé à des exécutions l’an dernier sont en retard sur leur temps. Ils vont à l’encontre de la tendance non seulement mondiale mais aussi régionale. Depuis huit ans à présent, les États-Unis sont le seul pays du continent à pratiquer des exécutions »

[bleu marine]Vietnam [/bleu marine]

Des nouvelles informations publiées en février 2017 dans les médias vietnamiens ont permis à Amnesty International de révéler qu’en Malaisie et au Vietnam, le nombre d’exécutions était plus élevé que ce qu’ils pensaient. Sans le savoir, le Vietnam se plaçait au troisième rang des pays ayant procédé au plus grand nombre d’exécutions, avec 429 exécutions entre août 2013 et juin 2016. Seuls la Chine et l’Iran ont exécuté un plus grand nombre sur cette même période.

[bleu marine]En Malaisie[/bleu marine], plus d’un millier de personnes se trouvaient dans le couloir de la mort en 2016 et neuf condamnés ont été exécutés. L’idée selon laquelle la criminalité justifie la peine de mort continue de s’implanter dans la région puisque les Philippines veulent rétablir le châtiment (aboli en 2006) et les Maldives menacent de reprendre les exécutions après une trêve de plus de 60 ans.

[bleu marine]Ce qu’il faut retenir [/bleu marine]

  • Il y a eu 1.032 exécutions dans le monde en 2016. C’est 37 % de moins qu’en 2015 avec 602 exécutions de plus (1634).
  • Les cinq pays qui ont exécuté le plus grand nombre de condamnés en 2016 sont : la Chine, en première position, l’Iran, l’Arabie saoudite, l’Irak et le Pakistan.
  • Les États-Unis ont quitté le « top 5 » pour la première fois depuis 2006. Le nombre d’exécutions recensées dans le pays est le plus bas depuis 1991.
  • Deux pays (le Bénin et Nauru) ont aboli la peine de mort pour tous les crimes. La Guinée l’a abolie pour les crimes de droit commun uniquement.

[marron]“GIJ ZULT ZWIJGEN, ALLOCHTOON !”[/marron]

Nadat [bleu]Youssef Kobo[/bleu] de politieke bühne verliet op het kabinet van Brussels CD&V-minister Bianca De Baets na een te kritische jeugdige tweet, en het vertrek van [bleu]Dyab Abou Jahjah[/bleu] bij De Standaard omdat ‘hij geweld zou verdedigen’ met broodroof als gevolg, valt het zoveelste ontslag bij kritische stemmen met migratieachtergrond. Een te kritische Vlaamse diversiteitsambtenaar [bleu]Alona Lyubayeva[/bleu] werd de laan uitgestuurd door de Vlaamse regering, omdat ze überhaupt een diversiteitsbeleid binnen de Vlaamse overheid wil realiseren, in tegenstelling tot de bevoegde minister. Ze reageert : ‘Het is een afrekening met iemand die anders denkt. Het is zorgwekkend voor de toekomst van de ambtenarij’.

Unia-medewerkster [bleu]Rachida Lambrabet[/bleu] volgt snel. De Unia-juriste wordt de laan uitgestuurd omdat ze in haar vrije tijd als kunstenares genuanceerd en gelaagd haar mening geeft over “de boerka” en “het boerkaverbod” in een project ‘Deburkanisation’ van de KVS. In het interview stelde Lambrabet letterlijk dat ze ‘niet voor de boerka is, maar ook niet voor een boerkaverbod. Zeker niet in een land dat de mensenrechten hoog in het vaandel draagt’. De N-VA heeft nu ook het ‘MCarthyisme by proxy’ ontdekt : hoe je een al te kritisch vrijdenkend mens de laan uitstuurt door voldoende druk op derden te zetten.

De voorzet in de zaak ‘Unia torpederen’ kwam van N-VA boegbeeld Zuhal Demir, die net staatssecretaris van Gelijke Kansen was geworden in opvolging van Elke Sleurs die het N-VA lijsttrekkerschap in Gent opnam. Homans kopt de voorzet meteen binnen dat weekend door Unia een centrum voor “klagende allochtonen” te noemen. Gevolgd door een politieke raad van bestuur van Unia die de druk opvoert na het Knack interview met Lambrabet, een stuk zelfdisciplinering vanuit Unia, en wat druk vanuit lieden als Joods Actueel, leidt dat tot de exit van Rachida Lambrabet./.../

Daarnaast speelt er nog een andere realiteit die dag na dag aan ‘complexiteit’ verliest en zijn ware gelaat toont. De N-VA en bij uitbreiding deze regeringen houden niet van al te kritische stemmen uit de superdiverse samenleving. Knuffelallochtonen, dat wel. Kijk maar naar de knullige reactie van Vincent Van Quickenborne (Open VLD) op een ironische bijdrage van Fikry El Azouzi met de titel ‘Beste medeallochtoon, wees aaibaar, proper en vooral nooit boos’. Van Quickenborne tweette vlug : ‘That’s the spirit. Niet klagen maar vooruit gaan’. In zijn partij heet dat sinds kort ‘Doe normaal, of ga weg !’, bij monde van Gwendolyne Rutten. De kritische stemmen hierboven ervaren aan den lijve wat die lijfspreuk van Open VLD concreet betekent.

Pascal Debruyne, stadsonderzoeker aan de UGent (MENARG)
eMO* 7 april 2017 (uittreksels)
 

La vraie démocratie ne viendra pas de la prise de pouvoir par quelques-uns, mais du pouvoir que tous auront un jour de s’opposer aux abus du pouvoir
  Gandhi

[marron]JAMAIS LA LIBERTE DE PRESSE N’A ETE AUSSI MENACEE[/marron]

Les violations de la liberté de la presse et d’informer ne sévissent plus seulement au sein de régimes autoritaires et dictatoriaux. On observe aujourd’hui une dangereuse détérioration de ces libertés dans les pays démocratiques et, plus particulièrement, dans les démocraties européennes. L’édition 2017 du classement mondial de la liberté de la presse de [bleu]Reporters sans frontières[/bleu] (RSF) fait état "d’une ampleur et d’une nature" sans précédent des atteintes portées à ces libertés au sein de régimes démocratiques.

[bleu marine]Le basculement des démocraties[/bleu marine]

Si l’Europe reste le continent le plus respectueux de la liberté de la presse, il est celui qui en présente la plus forte érosion, selon l’analyse de RSF. "Il faut relier cela à la montée des populismes dans plusieurs pays d’Europe", explique Julie Majerczak de RSF. "La Hongrie de Viktor Orban et la Pologne de Jaroslaw Kaczynski ont notamment vu arriver au pouvoir des gouvernements qui tentent de mettre la main sur les médias, qui restent le poil à gratter de ces politiques ne souhaitant pas que certains de leurs agissements soient dévoilés."

Et si certains pays décident d’attaquer la liberté de la presse de front en légiférant et en transformant, à l’exemple de la Pologne, les médias publics en instruments de propagande en les plaçant entre les mains de l’exécutif, d’autres moyens, plus insidieux, ont vocation à nuire à la crédibilité des médias.

[bleu marine]Désinformation, "média bashing" et insultes[/bleu marine]

Si l’Europe peut encore compter sur ses meilleurs éléments, comme la Norvège, la Suède et la Finlande, respectivement première, deuxième et troisième du classement, un vent de "média bashing" souffle sur l’Europe en provenance des Etats-Unis (43e), récemment entrés dans l’ère Trump.

Celui qui aime qualifier les journalistes "d’êtres humains parmi les plus malhonnêtes du monde" et se délecte de les accuser de diffuser de fausses informations menace une vieille tradition démocratique américaine de lutte pour la liberté de la presse. "Ses propos haineux et ses accusations contribuent aussi à désinhiber les attaques contre la presse un peu partout à travers le monde, y compris dans les pays démocratiques", souligne RSF dans son rapport.

Dans le même registre, la campagne du Brexit portée par Nigel Farage au Royaume-Uni (40e), autre pays aux fortes valeurs démocratiques, a été l’occasion d’une véritable guerre aux médias. Une guérilla menée à coups de "fake news" qui servaient à légitimer son discours.

En France (39e), la campagne présidentielle a également été le théâtre de vives insultes lancées par certains candidats à l’égard des "médias menteurs".

Parmi les autres facteurs mettant à mal la liberté de la presse dans les régimes démocratiques, RSF pointe du doigt "le manque de protection croissant des sources d’information mettant à mal le journalisme d’investigation, l’obsession de la surveillance sous couvert de lutte contre le terrorisme, la concentration des médias et le manque d’indépendance qui en résulte…"

A l’échelle mondiale, les temps n’ont jamais été aussi difficiles pour la liberté de la presse. Le rapport de RSF indique que "près de deux tiers (62,2 %) des pays répertoriés ont enregistré une aggravation de leur situation". Parmi les bons derniers du classement, on retrouve la Syrie, le Turkménistan, l’Erythrée, et la Corée du Nord.


[marron]EN BREF – IN’T KORT[/marron]

[bleu marine]L’OMS LANCE UN CRI D’ALARME[/bleu marine]

« Aujourd’hui, près de deux milliards de personnes utilisent une source d’eau potable contaminée par des matières fécales, ce qui les expose à contracter le choléra, la dysenterie, la typhoïde et la polio », a expliqué la directrice du département Santé publique à l’OMS, le Dr. Maria Neira. « On estime que l’eau potable contaminée cause plus de 500.000 décès provoqués par la diarrhée chaque année ».

Le Soir du 13 avril
 

[bleu marine]NA DE OVERWINNING VAN ERDOGAN [/bleu marine]

“Na de eerste waarschuwende woorden zullen de Europeanen compromissen sluiten met de nieuwe heerser – de oppositie, de Koerden en de democratie zullen de prijs betalen”.

Il Sole 24 ore, Italiaans dagblad.
 

[bleu marine]MONSANTO VEROORDEELD[/bleu marine]

Op 14-16 oktober 2016 werd tijdens een conferentie in Den Haag het Monsanto-tribunaal opgericht. Doel van dat tribunaal is de chemie- en zadenreus Monsanto ter verantwoording te roepen voor schendingen van de mensenrechten over heel de wereld. Met dat doel werd een panel van internationale experten samengesteld om een aanklacht van milieuverenigingen, organizaties van landbouwers en van inheemse volkeren te beoordelen. Dit internationaal panel van juridische experten is tot het besluit gekomen dat agrogigant Monsanto het recht op een gezonde leefomgeving, het recht op voedsel en het recht op gezondheid schendt. Bovendien werkt het bedrijf actief mee aan de ondermijning van wetenschappelijk onderzoek, dat deze rechten ondersteunt. Meer dan 500 organizaties uit heel de wereld steunen het tribunaal, waaronder Greenpeace, Bioforum Vlaanderen en De Groenen in het Europees Parlement.

Lode Vanoost, 18 april 2017
 

[bleu marine]MIGRANTS A VENDRE[/bleu marine]

“Vous allez au marché et vous pouvez payer entre 200 et 500 dollars pour avoir un migrant. »

(Othman Belbeisi, chef de la mission de l’OIM en Libye, mardi 2 mai à Genève)
 

__0__

Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – 1040 Bruxelles


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 691 / 1006796

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License