missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

EN ROUTE POUR COMPOSTELLE - 3

(Jean-Michel Laurent était en route depuis le 15 août)
vendredi 5 décembre 2008 par Webmaster
    Logroño - Santiago. 27 oct. - 16 nov. 2008    

27 octobre.

Priez pour les pécheurs et les pèlerins car il semble qu’on annonce du mauvais temps dans les jours qui viennent avec des températures de 5 degrés seulement pour demain. Ce matin il faisait beau et le soleil brillait mais il a commencé à pleuvoir lorsque j’étais au café internet, ici à Burgos.

Il y a des moments en effet où j’ai envie d’arrêter et d’autres où je suis vraiment heureux de cette expérience surtout de tout ce qu’elle m’a apporté au niveau spiritue l : Je ne savais pas trop dans quoi je me lançais mais j’ai découvert pourquoi le pèlerinage est considéré par l’Eglise comme un exercice spirituel. C’en est un en effet, une façon d’être ouvert à Dieu et de le laisser parler,

La messe est souvent célébrée seul mais en union avec mes frères

Expérience d’accueil fantastique chez les Pères Blancs et Sœurs Blanches, à Pampelune et Logroño.

Il me reste encore environ 500 km pour Santiago mais ce sera sans doute la partie la plus difficile,

29 octobre

Je suis maintenant sur la « meseta » un plateau un peu vallonné mais désert et avec très peu d’arbres. Tout est nu, dénudé, vide. De grands espaces et des champs déjà labourés. Tout est en brun, un peu de jaune ou de gris, Pas de couleurs chaudes ou brillantes mais j’ai bien aimé la marche aujourd’hui.

Hier je suis arrivé à Hornillos del Camino et aujourd’hui à Itero de la Vega. Si vous voulez savoir où ces villages se trouvent, il vaut mieux aller sur Internet car même une bonne carte d’Espagne ne suffirait pas. Ce sont des villages qui seraient en train de mourir de leur belle mort sauf pour les quelques grosses fermes car cette meseta semble être un des greniers à blé de l’Europe. Il semble que les pèlerins en ont peur en été à cause de la chaleur mais ça n’a pas été le cas aujourd’hui, je peux vous l’assurer.

31 octobre... un temps de chien !

J’avais un peu peur de cette partie-ci du voyage et avec raison. Depuis Burgos, le temps est de plus en plus exécrable.

Hier j’avais logé à Itero et il pleuvait lorsque je suis parti vers 8.15, après une mauvaise nuit. Il y avait un vent à décorner les bœufs. Il y avait des moments où il fallait vraiment faire effort pour avancer. Après deux heures, je me suis arrêté dans un bar, ai demandé de vieux journaux et m’en suis mis sur la poitrine pour être mieux protégé ; avec la cape de pluie, je tenais assez bien le coup.

Il y a eu du brouillard jusque Carion de los Condes où il m’a fallu une demi heure pour obtenir un peu de vin de messe chez les Clarisses, cloîtrées, je ne vous dis que ça. Il y a même un « tour » à travers lequel j’ai finalement reçu ce que je demandais.

Il a plu tout le temps, la route était toute droite dans les champs mais surtout il y avait une caillasse infâme qui rendait la marche difficile. Il y en avait pour 17 km en ligne droite !!! Voila donc où j’en suis en espérant qu’il y aura une légère amélioration du temps mais nous verrons. Un jour a la fois et j’ai survécu aux deux derniers !

3 novembre

Je viens de faire un peu de tourisme en allant visiter le musée de St Isidore à Leon où je suis arrivé ce matin.

Les journées se suivent et je crois que j’ai fini une partie difficile du voyage, cette plaine immense où par moment j’étais vraiment comme seul au monde. Ce matin, il devait faire 2 ou 3 degrés et ce soir 7, ici à Leon.

Il reste deux passes à franchir surtout celle de la Croix de Fer qui monte à presque 1500 mètres. Je crois que je finirai par mettre des pantalons parce que maintenant, je suis encore en short mais c’est froid quand même !

11 novembre

La dernière fois que j’écrivais, j’étais à Pontefarrada où il me restait un peu plus de 200 km a faire. De là, ce fut Villafranca del Bierzo , puis la montée vers O Cebreiro un des villages les plus hauts de la partie espagnole et hier, j’étais au Monastère de Samos.

Je crois qu’hier était une des plus belles journées de mon pèlerinage. Et un pèlerin m’a fait part de ce qu’il avait vécu durant le sien ; ce fut une joie supplémentaire.

A l’allure où je vais, je devrais être à Santiago ce samedi ou au plus tard Dimanche. De là, j’irai peut-être jusqu’au cap Finistère ce qui prendrait encore trois ou 4 jours de marche et là, ce serait la fin,

Dimanche 16 Novembre...SANTIAGO de COMPOSTELA

Je suis arrivé hier vers deux heures, un peu trop tard pour la messe des pèlerins. Je suis passé au bureau du pèlerinage et j’ai eu le papier qui indique que j’ai effectivement fait le pèlerinage. En fait l’arrivée est un peu décevante car il n’y a rien. On arrive et c’est tout !

Voilà donc l’aventure finie ou presque. Demain, je compte continuer vers le Cap Finisterra et Muxia où selon la légende, la barque amenant le corps de St Jacques serait arrivée en Espagne.

Je vais essayer de passer un peu de temps à mettre mes impressions de pèlerin par écrit.

Un grand merci à tous ceux qui ont écrit pour me féliciter mais ce n’était pas si difficile. Je ne dirai qu’une chose :

« Ce fut une expérience forte et très belle ! »
Jean-Michel
 
JPEG - 11 ko
Jean-Michel Laurent
    - Joindre Jean-Michel par Courriel

- Lire le début de son récit


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 489 / 582830

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Témoignages - Actualités   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License