missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Calendrier interreligieux

Les fêtes de Pâques – Dates et signification

Avril 2019
lundi 1er avril 2019 par Webmaster

- Dim. 14 Semaine sainte et Pâques (du 14 au 21 avril : cal. Grégorien – Catholiques et Protestants)

Des Rameaux (entrée à Jérusalem) à Pâques (résurrection de Jésus) avec Jeudi saint (dernier repas), Vendredi saint (crucifixion) et Samedi saint (silence de la tombe).

  • Rameaux (Dimanche précédant Pâques)

    Les quatre évangiles racontent l’entrée de Jésus dans Jérusalem (Matthieu 21,1-11 ; Marc 11,1-10 ; Luc 19,29-39 ; Jean 12,12-16). Acclamé comme un roi (ou un nouveau David), il est accueilli par des rameaux agités ou posés sur le sol. La tradition de la fête des rameaux remonte au moins au IVe siècle : les chrétiens de Jérusalem y « rejouaient » la scène, sur place, en une célébration joyeuse bientôt reprise dans tout l’Orient chrétien. À Rome, au contraire, l’accent était mis, en ce dernier dimanche de Carême, sur le mémorial de la passion.

    Cette fête marque en effet l’entrée dans la Semaine sainte. C’est pourquoi, l’Église catholique romaine, après le concile de Vatican II (1962-1965), a réuni les deux dimanches des Rameaux et de la Passion en un seul.

    Dans la pratique catholique actuelle, on célèbre une messe durant laquelle est lu le passage relatant cet événement dans l’un des quatre évangiles. Puis les fidèles rapportent chez eux les rameaux bénis qui, dans la croyance populaire, sont réputés assurer la protection divine sur la maison.

    Pour plusieurs Églises protestantes, le dimanche des Rameaux est celui où ont lieu les confirmations ou les bénédictions de catéchumènes. Cette tradition n’a rien à voir avec l’accueil de Jésus à Jérusalem. Mais la cérémonie des Rameaux ouvre la Semaine sainte.
  • Vendredi saint (Vendredi précédant Pâques)

    Le jour de la mort de Jésus est généralement célébré de manière sobre. Pour les protestants, il est l’occasion d’un culte dont la liturgie est marquée par les récits évangéliques de la Passion de Jésus.

    L’Église catholique, quant à elle, met l’accent sur la messe du jeudi soir (en commémoration du dernier repas de Jésus).

    En certains endroits (comme à Romont, dans le canton de Fribourg), des processions rappellent la montée du Christ à Golgotha, alors que les cloches et les orgues des églises restent muettes en signe de deuil. Dans les églises catholiques, on parcourt le chemin de croix dont les quatorze stations évoquent les principaux événements de la Passion.

    Par ailleurs, le vendredi de chaque semaine rappelle la mort du Christ, raison pour laquelle on « fait maigre » ce jour-là dans la tradition catholique.
  • Pâques (Dimanche après la pleine lune ecclésiastique qui suit l’équinoxe de printemps)

    La fête chrétienne de Pâques s’est greffée sur la fête juive de la Pâque ( Pessah ) commémorant la libération d’Égypte.

    Par sa mort et sa résurrection, les chrétiens ont vu en Jésus celui qui libérait l’humanité entière, en lui apportant le salut de la vie éternelle, et ont fait de la fête de Pâques le cœur de leurs célébrations. Il est impossible de dire quand exactement la fête chrétienne a acquis son existence propre, mais il est certain qu’au milieu du IIe siècle elle était déjà la fête essentielle (voire unique) du christianisme, célébrée sous deux formes : celle, hebdomadaire, du dimanche et celle, annuelle, de Pâques. Après de longs débats, le concile (assemblée d’évêques) de Nicée (325) a fixé la fête de Pâques au dimanche après le 14 nizan (pleine lune qui suit l’équinoxe de printemps), soit entre le 22 mars et le 25 avril du calendrier romain. La mobilité de cette fête chrétienne s’explique par la différence entre le calendrier juif, qui est lunaire, et le calendrier usuel, qui est solaire. La réforme du calendrier romain (par Grégoire XIII, 1582) n’ayant pas touché bon nombre d’Églises orthodoxes, ces dernières fêtent Pâques d’après le calendrier julien.

    Si la célébration religieuse de Pâques ne contient pas d’éléments agraires, des coutumes « annexes » (œufs, lapins), fort anciennes et d’origine païenne, la rattachent cependant au printemps.

    L’œuf symbolise le cycle de la nature, sa renaissance, voire son immortalité. L’interdiction de manger des œufs pendant le Carême a également donné de l’importance à leur réapparition sur les tables à Pâques.

    Le lapin ou le lièvre, symboles de fécondité, sont, dès l’Antiquité, rattachés à la lune dans les traditions populaires. Et la lune, qui meurt et renaît périodiquement, est aussi symbole du cycle de la nature. Remarquons d’ailleurs que le mot allemand Ostern, dérivé de Ost, évoque le souvenir d’une fête préchrétienne du soleil levant et du printemps.

- Ven. 19 Vendredi saint. Fête commémorant la mort de Jésus sur une croix.

Le jour de la mort de Jésus est généralement célébré de manière sobre. Pour les protestants, il est l’occasion d’un culte dont la liturgie est marquée par les récits évangéliques de la Passion de Jésus. L’Église catholique, quant à elle, met l’accent sur la messe du jeudi soir (en souvenir du dernier repas de Jésus).

- Sam. 20 Pessah (20 et 21 et jusqu’au 27 avril)

Pâque juive, libération des enfants d’Israël de l’esclavage d’Égypte. Les fêtes juives débutent toujours la veille à la tombée de la nuit.

  Selon certains, elle aurait son origine dans une fête de nomades, qui marquait le départ en transhumance. On immolait un agneau qui avait été rôti sans qu’on lui brise les os. On le mangeait avec du pain sans levain (azyme) et des herbes amères. On enduisait de son sang les piquets de la tente, en signe de protection, et l’on se tenait prêt à partir avec les troupeaux. On aurait ensuite interprété cette fête pour commémorer la sortie d’Égypte et la libération du peuple d’Israël (Exode 12). D’abord célébrée en famille, la Pâque est devenue ensuite l’occasion d’un grand rassemblement à Jérusalem. Après la destruction du Temple, elle a repris son caractère familial.

La Pâque a été la première et la plus importante des trois fêtes de pèlerinage à Jérusalem. Le mot Pâque, de l’hébreu Pessah, signifie le « passage » ou le « saut ». Cette fête, réinterprétée au cours de l’histoire d’Israël, a toujours signifié le renouveau, le passage, la libération.

- Dim. 21 Semaine sainte orthodoxe et Pâques (du 21 au 28 avril : cal. julien)

Des Rameaux (entrée à Jérusalem) à Pâques (résurrection de Jésus) avec Jeudi saint (dernier repas), Vendredi saint (crucifixion) et Samedi saint (tombeau).

- Dim. 21 Pâques. (Catholiques) Fête célébrant la résurrection de Jésus.

- Ven. 26 Vendredi saint (Orthodoxes). Fête commémorant la mort de Jésus sur une croix.

- Dim. 28 Pâques (Orthodoxes). Fête célébrant la résurrection de Jésus.

Source : © - Calendrier des religions
- impressum et droits d’auteur

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 39 / 813025

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Dialogue   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License