missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Mgr Henri Teissier

Un évêque « trop ami » des musulmans.

Africa n.6 nov - dec 2008
jeudi 22 janvier 2009 par Webmaster
Nous avions déjà annoncé le changement qui se profilait pour l’archidiocèse d’Alger qui fut, à partir de 1867, celui de Charles Lavigerie, le fondateur des Pères Blancs. Le 10 octobre 2008, le français de nationalité algérienne, Henri Teissier (photo ci-contre), a en effet cédé le siège épiscopal au jordanien Ghaleb Moussa Abdallah Bader (photo plus bas), qui devient ainsi le premier évêque arabe d’Algérie. Un signe des temps et, certainement, un changement de route pour une Eglise qui se transforme aussi au milieu du monde musulman.

Changement mais pas rupture. Rencontre, dialogue, fidélité au peuple algérien, signes distinctifs de la longue présence dans ce pays (soixante ans) de Monseigneur Teissier, resteront aussi un impératif absolu pour le nouvel archevêque dans un pays marqué par de fortes tensions. La survie de la petite communauté chrétienne – quelques milliers de fidèles éparpillés au milieu de 34 millions de musulmans – est liée aux évènements politiques controversés qui enflamment le pays à la veille des élections. Elle dépend aussi de la nouvelle vigueur acquise par les intégristes islamistes, des caprices d’une bureaucratie tentaculaire et arbitraire qui ne favorise en aucune façon la présence des chrétiens.

Monseigneur Teissier a été l’homme de la rencontre, bien souvent incompris, surtout par la hiérarchie vaticane. Trop ami des musulmans, trop discret en public en face d’un pouvoir hostile aux chrétiens. Et pourtant Monseigneur Teissier n’est pas quelqu’un qui se tait. Au contraire. En Algérie comme en Europe, il n’a jamais cessé de saisir toutes les occasions propices pour raconter et dénoncer, pour faire connaître et chercher de la solidarité. Pour dire, comme durant ces deux dernières années, que les chrétiens sont confrontés à des difficultés de plus en plus grandes – expulsions, refus de visas, restrictions administratives… - mais aussi pour répéter avec insistance qu’une rencontre est toujours possible entre personnes de bonne volonté. A quelque religion qu’elles appartiennent.

« Nous sommes l’Eglise d’Algérie » a-t-il écrit dans un des derniers éditoriaux de Rencontre, la revue diocésaine d’Alger. « Les positions prises par le pays, par ses responsables ou par les groupes divers de la société définissent, en dehors de nous, le cadre de notre témoignage et de la vie de notre communauté. Cela fait partie de la vocation de notre Eglise, appelée à situer ses activités a l’intérieur de l’évolution de la société algérienne. En effet, nous ne voulons pas être, en Algérie, un groupe d’étrangers qui organisent leur vie culturelle entre eux et pour eux seuls. Nous sommes une communauté de disciples de l’Evangile qui expriment leur fidélité au Christ à travers la relation avec les frères et sœurs de ce pays ».
Pendant la sombre période du terrorisme islamique qui a secoué l’Algérie dans les années 90, Mgr Teissier n’a jamais cessé de condamner la violence et de chercher toutes les voies possibles pour la paix et la réconciliation. Menacé de mort à plusieurs reprises, il a vécu l’assassinat de 19 religieux et religieuses - parmi lesquels l’évêque d’Oran, Pierre Claverie – comme la perte d’autant de frères et de sœurs. Comme beaucoup d’autres, il a décidé de rester, en signe de fidélité à l’Eglise et au peuple algérien.

Mgr Ghaleb Moussa Abdallah Bader
Anna Pozzi
in Africa n.6
novembre-dicembre 2008
(Traduit de l’italien)

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 575 / 591833

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site Algérie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License