missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°22 Breuklijnen

Mars - Maart 2009
lundi 23 mars 2009 par J.V.

Manifeste de CONCORD
pour les élections parlementaires européennes de 2009

L’Union européenne et sa responsabilité dans le monde

CONCORD est la confédération européenne des ONG de coopération au développement, d’urgence et d’éducation au développement. Ses associations nationales et réseaux internationaux, représentant ensemble plus de 1.600 ONG, soutenues par des millions de citoyens européens.

www.concordeurope.org

RESUME DU DOCUMENT

Introduction

En juin 2009, les citoyens des 27 États membres de l’Union européenne (UE) seront appelés à élire leurs représentants au Parlement européen pour la législature 2009-2014.

Les députés européens nouvellement élus devront orienter le Conseil européen et la Commission européenne dans de nombreux processus décisionnels importants. Le résultat de ces négociations ne doit pas empêcher un développement centré sur les droits humains, que ce soit pour les citoyens de l’UE ou pour le reste du monde.

À cette occasion, CONCORD lance un appel à un partenariat entre la société civile et le Parlement européen afin de trouver la voie du développement durable.

1. Développement durable

L’UE doit se doter de politiques économiques, sociales, commerciales et de sécurité qui sont cohérentes et favorisent le droit à un développement durable et à une citoyenneté responsable pour les citoyens de l’Europe et du reste du monde. Une attention particulière doit être accordée à la justice climatique et aux questions de genre.

Justice climatique : La diminution des ressources naturelles, la réduction de la biodiversité et le changement climatique risquent de ruiner le fruit de dizaines d’années d’efforts en faveur des droits humains et de menacer les moyens d’existence de millions de gens. L’UE doit conclure des partenariats politiques et économiques afin de promouvoir un développement durable fondé sur un accès équitable aux ressources, la répartition des richesses et un engagement réciproque envers les droits humains, l’égalité entre les hommes et les femmes et la justice économique et sociale.
Égalité des genres : Il n’y aura pas de développement durable sans un respect total du principe d’égalité entre les femmes et les hommes. L’UE doit veiller à ce que son engagement envers l’égalité des genres soit systématiquement mis en œuvre et doit afficher sa volonté politique et son leadership en défendant constamment l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes et des filles.

2. Quantité et qualité de l’aide publique au développement

Dans son cadre juridique, l’UE a déjà inscrit l’éradication de la pauvreté parmi les objectifs de sa coopération au développement. Il incombe à l’UE de s’assurer que son engagement en faveur de l’amélioration qualitative et quantitative de l’aide se fonde sur des démarches respectueuses des droits humains et qui contribuent à la réduction des inégalités sociales de même qu’à un engagement fort, éclairé et actif de la société civile.

3. Responsabilité démocratique

Le cadre financier et institutionnel de l’UE promeut la responsabilité démocratique et la transparence et assure une meilleure participation des organisations de la société civile et des citoyens à la définition et à la mise en œuvre des politiques. Les députés européens doivent veiller à ce que les réformes institutionnelles destinées à rendre l’UE plus démocratique, plus transparente et plus ouverte à ses citoyens, soient effectivement mises en œuvre.


Avant de voter, vérifiez si vos candidats expriment clairement les orientations et les valeurs exprimées dans ce Manifeste de CONCORD.
 

OORLOGSWAPENS

- LANDMIJNEN

Handicap International roept president Obama op het verdrag tegen landmijnen te ondertekenen.

"Landmijnen de wereld uit helpen is mogelijk, maar daarvoor is de steun van de Verenigde Staten cruciaa1" verklaarde Stan Brabant, het hoofd van de politieke eenheid van Handicap International, op donderdag 26 februari, op een persconferentie naar aanleiding van de tiende verjaardag van het verdrag van Ottawa, dat het gebruik van landmijnen verbiedt. Volgens de hulporganisatie voeren de VS het verdrag al de facto uit : ‘Sinds de eerste Golfoorlog gebruikt Amerika geen antipersoonsmijnen meer. Dit omdat het sindsdien altijd samenwerkt met landen die het verdrag hebben ondertekend. Het zou dan ook een lovenswaardig signaal zijn, mocht president Obama het verdrag ondertekenen’

De VS zijn met 10,4 miljoen stuks de op twee na grootste bezitter van landmijnen ter wereld. Enkel China en Rusland hebben een nog grotere voorraad.

(DS van vrijdag 27 februari 2009)

- KERNWAPENS

Bisschop van Luyn, president van Pax Christi Nederland, presenteerde aan de pers het rapport : "Een kernvrije wereld. Nieuwe kansen voor nucleaire ontwapening".

"Veertig jaar geleden hebben de kernwapenstaten zich in het Non-Proliferatieverdrag verplicht tot nucleaire ontwapening. Het falen van de internationale gemeenschap om deze verplichting na te komen is een politieke schande." Pax Christi is ervan "overtuigd dat het bezitten, ontwikkelen, moderniseren en testen van kernwapens immoreel is en dus ook politiek onaanvaardbaar." – "Opvallend is dat steeds meer (voormalige) ministers, regeringsleiders en presidente beseffen dat radicale uitbanning van kernwapens de beste garantie biedt dat deze wapens nooit gebruikt worden en roepen op tot het kernwapenvrij maken van de wereld."

"Het lijd geen twijfel dat op het gebied van non-proliferatie en nucleaire ontwapening de VS een doorslaggevende stem heeft. We zijn verheugd dat de nieuwe Amerikaanse president Barack Obama nucleaire ontwapening tot prioriteit heeft verklaard."

"Ik sluit me aan bij de woorden van Paus Benedictus XVI die in 2006 zei : "De waarheid van de vrede vraagt dat allen (…) gezamenlijk van koers veranderen met heldere en vaste keuzes, in de richting van een progressieve en eensgezinde nucleaire ontwapening."

(Wereld vrede dag, 1 januari 2006)

BELGIQUE : LES SANS-PAPIERS

Pendant que les 103 sans-papiers poursuivent leur grève de la faim dans le parking souterrain B de l’Université Libre de Bruxelles, les appels en faveurs des sans-papiers se multiplient dans tout le pays, qui attend depuis une année déjà la circulaire officielle énonçant clairement les critères de régularisation, promise par le gouvernement fédéral.

"A quand la politique migratoire humaine promise ?". La question, directement posé au gouvernement fédéral, émanait, le 25 février, des cultes et communautés philosophiques officiellement reconnus dans le pays. Ainsi, dans un texte commun – fait inédit – l’Eglise anglicane en Belgique, l’Union bouddhique belge, l’Eglise catholique de Belgique, le Consistoire israélite central de Belgique, le Centre d’action laïque, l’Exécutif des Musulmans de Belgique, l’Eglise orthodoxe de Belgique et le Conseil administratif du Culte protestant évangélique demandent ensemble que l’équipe Van Rompuy "décide d’une législation globale qui sorte les sans-papiers du désarroi causé par l’incertitude juridique" – "Vu l’urgence humanitaire de la situation, tout atermoiement à solutionner cette question serait moralement irresponsable."

(LLB du 26-2-2009)

Avant cette intervention, les Syndicats et le monde universitaire francophone avaient déjà exprimé leur soutien aux sans-papiers. Début mars les 6 recteurs des Universités du Nord du pays se sont joints à l’appel en faveur des sans-papiers.

Comme toute réponse, la ministre en charge de la Politique de migration et d’asile, Annemie Turtelboom, rejette la responsabilité du blocage politique actuel et déclare : "L’équilibre entre l’humanitaire et la nécessité d’éviter un effet d’attrait n’a pas encore été trouvé."

(LLB du 3 mars 2009)

NOUVELLES BRÈVES – NIEUWS IN’T KORT

Broederlijk Delen en Pax Christi Vlaanderen veroordelen met kracht de recente daad van agressie en geweld tegen vier Joodse medeburgers in Antwerpen. Elke burger en elke bevolkingsgroep verdient respect en waardering. Geen enkele bevolkingsgroep mag het voorwerp zijn van haatcampagnes of fysiek geweld. Broederlijk Delen en Pax Christi Vlaanderen verwerpen ondubbelzinnig elke vorm van antisemitisme, racisme of direct geweld tegen burgers.

 31 maart, Brussel, Bijstandskerk, 20 uur. Spreker : Mgr. Henri Tessier, bisschop van Algiers toen in Tibhirine in de nacht van 26 op 27 maart 1996 zeven trappisten werden ontvoerd en twee maand later terechtgesteld. Organisatie : El Kalima, KMS-Brussel, Missio, Pax Christi, Sant’Egidio en Relatieopbouw Moslims-Christenen.

Nieuwsbrief Israël-Palestina via e-mail. Een initiatief van Broederlijk Delen en Pax Christi Vlaanderen. Rechtstreeks aanvragen via dit adres : nieuwsbrief-israel-palestina-join@broederlijkdelen.be

 Deux courts messages lus dans La Libre Belgique :

  • 9 mars : un sermon a été prononcé pour la première fois officiellement en langue kurde , ce week-end, dans une mosquée du sud-est de la Turquie, dans le cadre des efforts du gouvernement d’Ankara pour se soumettre aux normes politiques de l’Union européenne en développant les droits de l’importante minorité kurde du pays.
  • 19 mars : le Coran va être traduit en kurde dans le cadre des efforts de la Turquie pour renforcer les droits de cette communauté et répondre aux critères politiques de l’Union européenne, a annoncé mercredi la Direction des affaires religieuses du pays. La Turquie compte entre 12 et 14 millions de Kurdes sur une population de 70 millions d’habitants.

 In Rwanda heeft het Hoog militair gerechtshof in beroep de vrijspraak bevestigd van een generaal en een majoor die beschuldigd waren van medeplichtigheid bij de moord op drie Rwandese bisschoppen in juni 1994. Het gerechtshof oordeelde dat de twee hogere officieren niet op de hoogte waren van de moordplannen van hun onderdanen.

 Het Internationaal Strafhof voor Rwanda, dat in Arusha zetelt, heeft op 27 februari 2009, de Rwandese priester Emmanuel Rukundo, die toen legeraalmoezenier was, veroordeeld tot 25 jaar cel. Hij werd schuldig bevonden aan betrokkenheid bij de genocide. De nu 50-jarige priester werd in juli 2001 gearresteerd in Zwitserland. Eerder zijn al twee andere priesters veroordeeld.

        

WIJ ZIJN NIET ZO GUL ALS WE DENKEN

Patrick Develtere schreef een boek "De vrije markt van de ontwikkelingssamenwerking", waarin hij het volgende stelt :

" Het Westen is ervan overtuigd dat het heel veel geeft. Maar als je die 100 tot 120 miljard euro per jaar vergelijkt met wat we besteden aan defensie en marketing, verzinkt dat in het niets. En we zjjn ook vrij bijziend : we zijn nu vier keer rijker dan in de jaren zestig, toen we begonnen met ontwikkelingssamenwerking, maar we zijn in die periode niet vier keer collectief guller geworden. Als groep werden we eigenlijk krenteriger."

"Ook in de individuele perceptie overschatten mensen hun eigen gulheid. Een gemiddelde gift van 10 tot 30 euro op jaarbasis per persoon moet je maar eens afzetten tegen het aantal koffie’s dat we drinken of het dierenvoedsel dat we kopen. Maar wat het meeste opvalt, is dat mensen denken dat ze met hun kleine gift een betekenisvolle bijdrage leveren om die landen te helpen om uit de problemen te raken. Taiwan kreeg indertijd nog 170 dollar per hoofd per jaar, de Afrikanen nu ongeveer 25 dollar waar ze zelf iets mee kunnen doen. Daarmee ga je een Afrikaans continent niet uit het moeras trekken."



OPINION


 

BRÉSIL. Le schisme de la hiérarchie catholique

par Ivone Gebara, théologienne brésilienne.
Article paru dans la revue brésilienne ADITAL et écrit avant l’intervention de Mgr. Rino Fisichella, président de l’Académie pontificale pour la Vie, qui parla au nom d’une Eglise experte en humanité et déclara "Avant de penser à une excommunication, il était nécessaire et urgent de sauvegarder une vie innocente".

Docteur en philosophie (Sao Paulo) et en sciences religieuses (Louvain), elle a travaillé pendant 18 ans à côté de Dom Helder Camara à Récife. Elle participa à la théologie de la libération, subit les foudres de la Congrégation pour la doctrine de la foi, mais elle n’a jamais voulu quitter l’Eglise.


La traduction est de Claude Lacaille, p.m.é. Trois-Rivières
claudelacaille@cgocable.ca

Les derniers évènements concernant l’interruption de grossesse d’une fillette de neuf ans au Pernambuco (Nord-Est du Brésil) a mis en évidence un fait qui était déjà présent depuis longtemps dans l’Église catholique romaine. Les évêques ont perdu le sens du gouvernement par rapport aux défis de l’histoire et de la foi de la communauté et ils s’estiment plus fidèles à l’Évangile de Jésus que la communauté elle-même. Pour maintenir une compréhension centralisatrice et anachronique de leur fonction et de la théologie correspondante, ils se sont éloignés de nombreuses souffrances et douleurs concrètes des personnes surtout des femmes. Ils ont fini par être les défenseurs de principes abstraits, d’incertaines hypothèses et ont même prétendu être les défenseurs de Dieu. Cet évènement de distanciation est ce que j’appelle schisme. Les évêques, autant au niveau national qu’international (et ici j’inclus aussi le pape, comme évêque de Rome) sont devenus schismatiques par rapport aux communautés chrétiennes catholiques, c’est-à-dire qu’ils ont rompu avec une grande partie de celles-ci en diverses occasions. L’incident relatif à la prohibition de l’interruption de grossesse de la fillette dont Mgr José Cardoso Sobrinho, archevêque d’Olinda et Recife s’est fait un protagoniste en est un exemple irréfutable. Sans doute y a-t-il de nombreuses personnes et groupes qui pensent comme lui et renforcent son schisme. Cela fait partie du pluralisme dans lequel nous vivons toujours.

La hiérarchie de l’Église, servante de la communauté des fidèles, ne peut sur certaines questions s’éloigner du sens commun et pluriel de la vie de foi. Elle ne peut également dans des affaires de for intérieur et même de groupe se substituer à la conscience, aux décisions et au devoir des personnes. Elle peut émettre une opinion, mais non pas l’imposer comme une vérité de foi. Elle peut s’exprimer, mais non pas forcer les personnes à assumer ses positions. En ce sens, elle ne peut instaurer une guerre sainte au nom de Dieu pour sauvegarder des choses qu’elle juge être volonté et prérogative divine. La tradition théologique dans la ligne prophétique et sapientielle n’a jamais permis qu’un fidèle, même évêque, ne parle au nom de Dieu. Et cela parce que le dieu dont nous parlons en notre nom est à notre image et ressemblance. Le Mystère Sacré qui traverse tout ce qui existe est inaccessible à nos jugements et à nos interprétations. Le Mystère qui habite en tout n’a justement pas besoin de représentants dogmatiques pour défendre ses droits. Notre parole n’est rien de plus qu’un balbutiement d’approximations et d’idées changeantes et fragiles, même concernant l’ineffable Mystère. C’est dans cette perspective également qu’on ne peut non plus obliger l’Église hiérarchique à devenir, par exemple, la promotrice de la légalisation de l’avortement, mais que simplement elle n’empêche pas une société pluraliste de s’organiser en accord avec les nécessités de ses citoyennes et citoyens et que ceux-ci aient le droit de décider de leurs choix.

Les communautés chrétiennes ainsi que les personnes sont plurielles. Dans un monde d’une telle diversité et complexité comme le nôtre nous ne pouvons pas admettre que seulement l’opinion d’un groupe d’évêques, hommes célibataires et avec une formation limitée au registre religieux, soit l’expression de la fidélité à la tradition du mouvement de Jésus. La communauté chrétienne est davantage que l’Église hiérarchique. Et la communauté chrétienne existe dans la réalité de multiples communautés chrétiennes, et celles-ci sont également constituées de nombreuses personnes, chacune ayant son histoire, ses choix et ses décisions propres devant la vie.

Je suis impressionnée par l’anachronisme des postures philosophiques et éthiques épiscopales, en commençant par les évêques brésiliens et jusque dans les instances romaines comme on peut le lire dans l’entrevue donnée par le cardinal Giovanni Batista Re, président de la Congrégation pour les évêques, à la revue italienne Stampa, laquelle concorde avec la position des évêques brésiliens. Les temps ont changé. Il est urgent que la théologie des évêques sorte d’une conception hiérarchique et dualiste du christianisme et perçoive que c’est dans la vulnérabilité face aux douleurs humaines que nous pourrons être plus près des actions de justice et d’amour. Bien sûr nous pourrons toujours nous tromper même quand nous pensons avoir raison. C’est le lot de la fragile condition humaine.

Je crois que nos entrailles ressentent en premier lieu les douleurs immédiates, les injustices contre les corps visibles et c’est face à celles-ci qu’il nous incombe d’intervenir tout d’abord. La consternation et la commotion provoquée par la souffrance de la fillette de neuf ans ont été grandes. Et cela parce que c’est à cette vie présente et actuelle, à cette vie de fillette devenue femme violée et violentée parmi nous que nous devons en premier lieu respect et assistance. Ainsi comme membre de la communauté chrétienne, je salue l’attitude du Dr. Rivaldo Mendes de Albuquerque et l’équipe de CISAM de Recife ainsi que la mère de la fillette et toutes les organisations et personnes qui lui sont venues en aide en ce moment de souffrance qui certainement laissera des marques indélébiles dans sa vie.

Certains lecteurs diront que ma position n’est pas la position officielle de l’Église catholique romaine. Mais d’ailleurs, que signifie aujourd’hui la parole officielle ? Qu’est donc l’Église officielle ? L’institution qui se présente comme la représentante de son dieu et ose condamner la vie menacée d’une fillette ? L’institution qui se considère sans doute comme la meilleure observante de l’Évangile de Jésus ?

Je n’identifie pas l’Église à l’Église hiérarchique. La hiérarchie n’est qu’une infime partie de l’Église. L’Église est la communauté de femmes et d’hommes disséminée de par le monde et attentive aux personnes tombées sur les routes de la vie, aux porteurs de souffrances concrètes, aux cris des peuples et des personnes en recherche de justice et de soulagement de leurs douleurs aujourd’hui. L’Église est l’humanité qui s’entraide à supporter ses douleurs, à soulager ses souffrances et à célébrer ses espérances.

Continuer à excommunier, à inclure et à exclure, semble de plus en plus favoriser la croissance de relations autoritaires, irrespectueuses de la dignité humaine, surtout quand cela surgit d’institutions qui prétendent enseigner l’amour du prochain comme loi suprême. De qui Mgr José Cardoso et certains évêques se sont-ils faits les prochains dans ce cas-ci ? Des fœtus innocents, diront-ils, ceux précisément qui ont besoin d’être protégés contre l’ « holocauste silencieux » commis par des femmes et leurs alliés. En réalité, ils se sont faits prochains du principe qu’ils défendent et se sont distanciés de la fillette agressée et violentée tant de fois. Ils ont condamné qui a recueilli cette fillette tombée sur la route de la vie et ont sauvegardé leurs lois et la volonté de leur dieu. Ils croient que l’interruption de grossesse de la fillette serait une atteinte à la seigneurie de Dieu. Mais les guerres, la violence sociale croissante, la destruction de l’environnement ne seraient-elles pas également des atteintes qui mériteraient davantage dénonciation et condamnation ?

Pardonnez-moi si, sans vouloir juger les personnes, mais devant l’inconsistance de certains arguments et l’insensibilité aux problèmes vécus par la fillette de neuf ans, je suis prise aux entrailles d’une espèce de colère solidaire.

En fait, un schisme historique est entrain de se construire et de croître dans différents pays. La distance entre les fidèles et une certaine hiérarchie catholique est marquante. L’incident relatif à l’interruption de grossesse de la fillette de Pernambuco n’est qu’une action d’autoritarisme entre tant d’autres et de méconnaissance de la complexité de l’histoire actuelle que la hiérarchie a commis.

Dans la mesure où ceux qui se croient responsables de l’Église prennent leurs distances de l’âme du peuple, de ses souffrances réelles, ils établiront un nouveau schisme qui accentuera encore plus l’abîme entre les institutions de la religion et les vies simples du quotidien avec leur complexité, leurs défis, douleurs et petites joies. Les conséquences d’un schisme sont imprévisibles. Il suffirait d’apprendre les leçons de l’histoire du passé.

Je termine ce court texte en rappelant ce qui est écrit dans l’Évangile de Jésus de différentes manières. Nous sommes ici-bas pour vivre la miséricorde entre nous. Et tous, nous avons besoin de cette miséricorde, unique sentiment qui nous permet de ne pas ignorer la douleur des autres et nous aide à porter les lourds fardeaux des uns et des autres.

        

DEBAT : VREDE versus GERECHTIGHEID in Centraal Afrika

Donderdag 2 april 2009 – 19:30 tot 22/00 – "De Markten", Oude Graanmarkt 5, Brussel (métro Sint-Katelijke ; op 15 min. Wandelafstand van Centraal Station)

Zijn vrede en gerechtigheid in Centraal-Afrika twee onverzoenbare begrippen ? Is amnestie voor oorlogsmisdadigers nodig om vrede een kans te geven ? Draagt het Internationale Strafhof bij tot vrede en verzoening ?

Debat met Laura Davis (International Center for Trasitional Justice), Stef Vandeginste (Instituut voor Ontwikkelingsbeleid en –beheer, UA), Chantal Van Cutsem (Advocaten zonder Grenzen), Kris Berwouts (EurAc – Europees Netwerk voor Centraal-Afrika). Moderator John Vandaele (MO*).

Een organisatie van 11.11.11., Broederlijke Delen en Pax Christi-Vlaanderen.

        

ACTIE : WERELD EEN UUR LANG IN DUISTERNIS GEHULD
ACTION : Le 28 mars 2009 de 20h30 à 21h30 : ÉTEIGNEZ TOUT !

EARTH HOUR, actie van de natuurorganisatie WWF

WANNEER ? 28 maart tussen 20:30 et 21:30
WAT ? De lichten gaan uit in duizend steden wereldwijd.
DOEL ? Met een symbolische actie aantonen dat wij door samen te werken het verschil kunnen maken tegen de klimaatsverandering.

Par cette action symbolique, le WWF veut démontrer qu’ensemble nous pouvons faire la différence contre le changement climatique !
Le 28 mars 2009, un milliard de personnes, dans plus de 1000 villes au monde, éteindront toutes les lumières pendant une heure.
En Belgique, nous espérons que 500.000 familles participeront à notre action afin d’envoyer un message fort pour protéger le climat !
L’Atomium, la Grand Place de Bruxelles, la tour de la RTBF seront plongés dans le noir, le gouvernement bruxellois s’est engagé à participer ainsi que d’autres grandes villes comme Anvers.

Et vous ?

  • Vous pouvez tout simplement éteindre les lumières de votre habitation entre 20h30 et 21h30.
  • Encouragez votre famille, vos amis, vos voisins à participer
  • Vous pouvez également organiser une fête de quartier aux bougies…

Het begon allemaal in Sydney, Australië, op 31 maart 2007. De Australische regering had het Kyoto-akkoord - het wereldwijde klimaatplan om de C0² uitstoot te verminderen - nog steeds niet ondertekend. De milieuorganisatie WWF vond het dringend tijd voor actie. Die dag doofden in de hoofdstad 2,2 miljoen mensen en 2.100 bedrijven gedurende een uur alle lichten. Een jaar later namen al 370 steden in 35 landen deel.
In 2012 loopt het Kyoto-protocol ten einde. 0m de strijd tegen de klimaatverandering verder te kunnen zetten is een nieuw akkoord nodig dat veel verder gaat. Dat akkoord moet tijdens de conferentie in Kopenhagen in december dit jaar onderhandeld worden.

Daarom wil WWF deze keer de hele wereld bij Earth Hour betrekken. "De wereldleiders die in december samenkomen in Kopenhagen, moeten de ogen van de wereld op zich gericht weten", zegt Damien Vincent, directeur van WWF-Belgiê.

681 grote steden in 76 landen hebben tot nu toe hun deelname aan Earth Hour al bevestigd. Bekende gebouwen zoals de Eifel toren in Parijs, het standbeeld van Christus de Verlosser in Rio de Janeiro en de Tafelberg in Kaapstad zullen in duisternis gehuld zijn.

In België : zo’n 68 steden en gemeenten en 30 grote bedrijven zoals Coca Cola, Dexia, Ikea, Belgacom, Colruyt zullen om 20u.30 een uur lang de lichten doven en hun personeelsleden sensibiliseren om mee te doen. Om 20u.30 zullen ook de lichten op de autosnelwegen in zowel Vlaanderen, WaIlonië als Brussel gedoofd worden, alleen op de op- en afritten, ringwegen en knooppunten zullen ze blijven branden.

www.earthhour.be (Nederlands et Français)

PENSEZ-Y : le 28 MARS

DENK ER AAN : 28 MAART


Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1102 / 1034388

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License