missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Sœurs Blanches (SMNDA)

Retour aux sources

Contact Août 2009
dimanche 20 septembre 2009 par Sr Lucienne Fraipont (SMNDA), Webmaster

C’était en 1866. Monseigneur Charles Lavigerie, évêque de Nancy accepte de quitter son beau diocèse de Nancy pour prendre la responsabilité de celui d’Alger qui vient de perdre son évêque. ( A cette époque, l’Algérie était colonie française)

Le 15 mai 1867, le nouvel Archevêque débarque à Alger et se rend compte bien vite des besoins de l’apostolat chrétien en Afrique. A cette époque, l’Algérie connaît des années de sécheresse. Vers la fin de 1867, la famine puis le typhus font un grand nombre de victimes, si bien que des dizaines puis des centaines d’enfants, devenus orphelins, viennent demander asile à l’Archevêché. Monseigneur les accueille avec compassion mais qui s’occupera d’eux ? Il fait appel à des Congrégations françaises établies dans le pays. Elles viennent prêter main forte mais se voient rapidement obligées de reprendre leur apostolat habituel : l’enseignement aux enfants et jeunes français ou autres étrangers présents dans le pays, soin des malades...

Ne trouvant pas sur place de solution durable à ce problème et très préoccupé par les besoins urgents de ceux qui l’entourent, Monseigneur Lavigerie va parler de cette situation en Europe où il appelle jeunes gens et jeunes filles à venir travailler avec lui, non seulement en Algérie mais dans toute l’Afrique, car dans son ardeur apostolique il voit déjà plus loin et aime dire : « L’Algérie n’est qu’une porte ouverte sur un continent de deux cents millions d’âmes…Ce n’est donc pas seulement dans les pays arabes qu’il faut porter l’Evangile mais dans toute l’Afrique noire. »

En janvier 1968, trois jeunes français, séminaristes à Alger, se présentent à leur évêque et lui expriment leur désir de se consacrer à l’apostolat auprès des musulmans. D’autres les suivent et le 19 octobre ils sont dix pour commencer leur noviciat.

En septembre 1869, huit jeunes filles se présentent comme postulantes. Elles viennent de Bretagne, accompagnées par un des prêtres d’Alger qui avait reçu ordre du Cardinal de faire connaître en France ses projets de fondation et leur but. Quatre d’entre elles persévéreront et deviendront les 4 piliers de la fondation des « Sœurs agricoles » , ainsi nommées parce qu’elles s’engagent à travailler de leurs mains (cultures et vignes) pour gagner leur vie et celle des pauvres.

Quelques années plus tard, l’une d’entre elles : Sœur Salomé , deviendra leur première supérieure générale.

Pères et sœurs adoptent l’habit du pays : gandouras et burnous pour les hommes, robes et voile blancs pour les femmes, d’où le nom populaire qui leur est donné : Pères Blancs, Sœurs Blanches . Monseigneur Lavigerie place la jeune société apostolique regroupant des Pères et les Frères ainsi que la Congrégation religieuse sous la protection de Notre-Dame d’Afrique (vénérée dans la basilique d’Alger). C’est ainsi que quelques années plus tard, toutes deux reçoivent définitivement leur dénomination officielle : la « Société des Missionnaires d’Afrique » et la « Congrégation des Sœurs Missionnaires de Notre-Dame d’Afrique » .

140 ans se sont écoulés depuis la fondation de notre Congrégation et le visage de l’Afrique du Nord a bien changé ainsi que les structures de la Congrégation !

Rappelons-nous que la Congrégation comprend actuellement trois Provinces, dont la Province d’Afrique qui compte quatre Régions : Afrique du Nord, Afrique de l’Est, Afrique de l’Ouest, Afrique Centrale.

Dans ce « Contact » nous vous présentons quelques flashs sur ce que vivent aujourd’hui les SMNDA qui sont actuellement en mission dans la Région d’Afrique du Nord dans les trois pays suivants :


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 230 / 601317

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site Algérie   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License