missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°31 Breuklijnen

Janvier - Januari 2010
jeudi 14 janvier 2010 par J.V.

NOMBRE RECORD DE PRÊTRES ET MISSIONNAIRES TUÉS A TRAVERS LE MONDE EN 2009

Dans un rapport publié le 30 décembre 2009, l’agence missionnaire Fides, de la Congrégation pour l’évangélisation des peuples, indique que 37 « opérateurs pastoraux », en majorité des prêtres, ont connu une mort violente au cours de l’année écoulée, soit près de 2 fois plus que l’année précédente.

L’agence Fides indique aussi que, selon ses informations, ce sont 30 prêtres, 2 religieuses, 2 séminaristes et 3 volontaires laïcs qui ont perdu la vie de façon violente.

CHRISTENVERVOLGING IN DE WERELD (2009)

Noord-Korea onbetwiste nummer 1 in christenvervolging

Kerknet 6 januari 2010

Noord-Korea blijft de onbetwiste nummer 1 als het gaat om christenvervolging. Het land van de ‘Geliefde Leider’ Kim Jong-Il heeft in 2009 vele christenen opgepakt, gemarteld en vermoord. Dit meldt Open Doors, een organisatie die jaarlijks een Ranglijst Christenvervolging opstelt. Iran en Saoedi-Arabië zijn de nieuwe nummers 2 en 3. Iran ging Saoedi-Arabië op de lijst voorbij vanwege een golf aan arrestaties van christenen.

Open Doors brengt de christenvervolging per land in kaart aan de hand van meer dan 50 onderzoeksvragen. Zo wordt gekeken naar onder meer wetgeving, de vrijheid van de kerk, de houding van de maatschappij ten opzichte van christenen en het aantal christenen dat wordt gediscrimineerd, gemarteld en vermoord.

Noord-Korea staat op eenzame hoogte als het gaat om christenvervolging. Psychologische druk, mishandeling en honger zijn voor Noord-Koreanen dagelijkse realiteit. In 2009 voerde het regime de toch al zware druk op de bevolking nog verder op via strenge controles. Het is de bevolking onmogelijk gemaakt overdag naar voedsel te zoeken of met elkaar te handelen. Het regime richtte via grootscheepse zoekacties haar pijlen speciaal op christenen. Velen zijn gearresteerd en gemarteld, anderen ontvoerd of geëxecuteerd. Sommigen zijn gebruikt om chemische wapens op te testen. Tienduizenden christenen slijten hun dagen in concentratiekampen. In Noord-Korea wonen ongeveer vierhonderdduizend christenen, die alleen in het diepste geheim hun geloof kunnen belijden.

Christenen worden gezien als een groot gevaar voor het regime”, zegt Open Doors-woordvoerder Klaas Muurling. “Noord-Korea beschouwt christenen al sinds de jaren vijftig als landverraders, omdat ze een ‘Amerikaanse godsdienst’ aanhangen. Bovendien houdt Kim Jong-Il christenen verantwoordelijk voor de val van het communisme in Oost-Europa. Daarom doet hij zijn uiterste best om het christendom in zijn land volledig uit te roeien.

Top 5

Naast Noord-Korea staan Iran, Saoedi-Arabië, Somalië en de Malediven in de top 5. In ‘nummer 2’ Iran werden zeker 85 christenen gearresteerd en voor korte of lange tijd vastgezet. Meest opvallend was de gevangenschap van de ex-moslims Maryam Rostampour en Marzieh Amirizadeh. Zij zaten 259 dagen gevangen in mensonterende omstandigheden, maar zwoeren hun christelijk geloof niet af. Saoedi-Arabië zakte een plaats op de lijst. “Toch is de situatie in dit land niet verbeterd”, stelt Muurling. “Nog altijd kunnen moslims die zich tot het christendom bekeren, ter dood worden gebracht. Buitenlandse christenen hebben met grote beperkingen te maken en christelijke lectuur is er niet te krijgen. De reden dat het land naar plaats 3 is gezakt, komt vooral doordat in 2009 voor zover bekend geen christenen zijn vermoord. In 2008 was dat nog wel het geval.

Somalië steeg van de vijfde naar de vierde plaats. Om aan populariteit te winnen, heeft de overgangsregering strenge islamitische wetgeving aangenomen. De grootste vervolging kwam echter van de moslimrebellen El Shabaab (‘De Jeugd’). Zij vermoordden tenminste elf christenen, onder wie een vrouw die weigerde een hoofddoek te dragen en een man die bijbels bij zich had

Het vakantieparadijs de Malediven (5e) blijft systematisch christenen vervolgen. De overheid verbiedt elke andere vorm van godsdienst dan de islam. De sociale controle in het land is bovendien enorm. Het handjevol inheemse christenen op de Malediven kan niet uitkomen voor hun geloof. Een aantal buitenlandse christenen is gedeporteerd nadat christelijke materialen in hun bagage werden gevonden.

Mauritanië sterkste stijger

Sterkste stijger op de Ranglijst Christenvervolging is Mauritanië. Muurling : “In het land is een kleine maar groeiende groep christenen, onder wie christenen met een moslimachtergrond. Deze geheime gelovigen zijn in 2009 extra onder vuur komen te liggen, zowel door moslimextremisten als door de staat. In juni is een christelijke hulpverlener vermoord door een met Al Qaeda verbonden terroristische groepering. Twee maanden later werd een groep van 35 Mauritaanse christenen met een moslimachtergrond gearresteerd en gemarteld. Een groep van 150 christenen uit andere Afrikaanse landen is in september in Mauritanië gearresteerd omdat ze een kerkelijke samenkomst hielden. De lokale politie verricht deze arrestaties in een doelbewuste poging een toch al kleine kerk te intimideren.

Toename vervolging

Waar het aantal inheemse christenen groeit, neemt de vervolging toe, constateert Open Doors. “De meeste landen op onze Ranglijst hebben officieel de vrijheid van godsdienst opgenomen in de grondwet, maar toch kan de maatschappij of een deel daarvan het niet verkroppen dat mensen christen worden. In 2009 zien we dat de druk op bijvoorbeeld ex-moslims in de Moslimwereld en ex-hindoes in verschillende Indiase deelstaten verder toeneemt. Christenen worden bedreigd en hun bijeenkomsten worden verstoord. Ook krijgen christenen vaak geen toegang meer tot lokale winkels of waterbronnen”, aldus Klaas Muurling.


LA LIBERTÉ DE LA PRESSE

RAPPORT ANNUEL DE REPORTERS SANS FRONTIERES (publié en octobre 2009)

Classement mondial 2009
 
DE LA LIBERTÉ DE LA PRESSE

L’effet Obama aux Etats-Unis, alors que l’Europe recule encore,
Israël en chute libre, l’Iran aux portes du trio infernal.


« La liberté de la presse doit être défendue partout dans le monde, avec la même force et la même exigence », a déclaré Jean-François Julliard, à l’occasion de la publication du huitième classement mondial de la liberté de la presse par Reporters sans frontières, le 20 octobre 2009.

« Il est inquiétant de constater que des démocraties européennes comme la France, l’Italie ou la Slovaquie continuent, année après année, de perdre des places dans le classement. L’Europe doit faire preuve d’exemplarité dans le domaine des libertés publiques. Comment dénoncer les violations commises dans le monde si l’on n’est pas irréprochable sur son territoire ? L’effet Obama, qui a permis aux Etats-Unis de regagner 16 places, ne suffit pas à nous rassurer. Dans le bas du classement, nous sommes particulièrement préoccupés par la situation en Iran. Le pays se rapproche dangereusement du trio infernal pour la liberté de la presse, constitué depuis des années par l’Erythrée, la Corée du Nord et le Turkménistan », a ajouté le secrétaire général de l’organisation.

Le classement mondial de la liberté de la presse est établi comme chaque année par Reporters sans frontières, grâce aux centaines de journalistes et experts des médias qui ont répondu à son questionnaire. Il prend en compte les violations de la liberté de la presse commises entre le 1er septembre 2008 et le 31 août 2009.

La fin du modèle européen ?

L’Europe a longtemps été exemplaire en matière de respect de liberté de la presse, mais cette année, plusieurs pays européens reculent très nettement. Même si les treize premières places restent occupées par des Etats européens, d’autres tels que la France (43e), la Slovaquie (44e) ou l’Italie (49e), continuent leur descente, perdant respectivement huit, trente-sept et cinq places. Ils se font distancer par de jeunes démocraties africaines (Mali, Afrique du Sud, Ghana) ou latino-américaines (Uruguay, Trinidad et Tobago). Des journalistes sont encore menacés physiquement, en Italie, en Espagne (44e), mais aussi dans les Balkans, notamment en Croatie (78e) où le 23 octobre 2008 le propriétaire et le directeur marketing de l’hebdomadaire Nacional ont été tués dans un attentat à la bombe. Mais la principale menace, plus grave à long terme, vient des nouvelles législations en vigueur. De nombreuses lois promulguées depuis septembre 2008 viennent remettre en cause le travail des journalistes. En Slovaquie (44e), elle a permis d’introduire la notion dangereuse de droit de réponse automatique et accroît fortement l’influence du ministre de la Culture dans les publications.

Israël : opération chape de plomb sur la presse

L’opération militaire "Plomb durci" menée par Israël contre la bande de Gaza a eu également des répercussions sur la presse. Israël perd quarante-sept places et se retrouve au 93e rang du classement. Cette chute libre fait perdre à Israël son statut de premier pays du Moyen-Orient, en le faisant passer derrière le Koweït (60e) et les Emirats arabes unis (86e). Sur son territoire, Israël commence à appliquer les mêmes méthodes qu’à l’extérieur. Reporters sans frontières a ainsi pu recenser cinq arrestations, parfois en dehors de tout cadre légal, et trois emprisonnements de journalistes. La censure militaire appliquée à tous les médias fait également planer une menace sur la profession. En dehors de son territoire, Israël atteint la 150e place. Le bilan de la guerre est très lourd : une vingtaine de journalistes ont été blessés dans la bande de Gaza par les forces armées israéliennes et trois ont péri alors qu’ils couvraient le conflit.

L’Iran aux portes du trio infernal

Les journalistes ont souffert plus que jamais cette année dans l’Iran de Mahmoud Ahmadinejad. La réélection contestée du Président a plongé le pays dans une véritable crise et instauré une paranoïa à l’égard des journalistes et blogueurs. Censure préalable et automatique, surveillance des journalistes par l’Etat, mauvais traitements, journalistes obligés de fuir le pays, arrestations illégales et emprisonnements, tel est le tableau de la liberté de la presse cette année en Iran. Déjà proche de la fin du classement les années précédentes, l’Iran est arrivé aux portes du trio infernal [1] , toujours composé par le Turkménistan (173e), la Corée du Nord (174e) et l’Erythrée (175e), où la presse a été tellement bâillonnée qu’elle y est aujourd’hui inexistante.

L’"effet Obama" ramène les Etats-Unis parmi les vingt premiers pays

En un an, les Etats-Unis sont remontés de 16 places, passant du 36e au 20e rang. L’arrivée du nouveau président Barack Obama et son attitude moins belliqueuse que celle de son prédécesseur à l’égard de la presse y est pour beaucoup. Mais cette forte remontée ne concerne que l’état de la liberté de la presse sur le territoire américain. Si Barack Obama a obtenu le Nobel de la paix, son pays reste engagé dans deux guerres. Malgré une légère amélioration de la situation, l’attitude des Etats-Unis à l’égard des médias en Irak et en Afghanistan est préoccupante. Plusieurs journalistes ont été blessés ou détenus par l’armée américaine. L’un d’eux, Ibrahim Jassam, est toujours détenu en Irak.

ISRAËL : Le poids des mots, le choc des sous

Le 29 décembre 2009, Radio Israël annonçait que la filiale israélienne de Dexia refusait de financer l’implantation de nouvelles colonies en territoires occupés « au-delà de la ligne verte ».

Certaines municipalités ont ainsi reçu de la banque un courrier notifiant son refus de leur accorder des financements, refus justifié par des arguments d’ordre économique : en cas d’accord de paix et de démantèlement des colonies, le remboursement de ces prêts ne serait plus garanti, selon Dexia. La banque aurait pu invoquer l’argument du droit international. En tout état de cause, on ne peut que se réjouir de voir celui-ci désormais pris en compte par un acteur financier de premier plan.

Formalisée début 2009, la plate-forme citoyenne, "Palestine occupée, Dexia impliquée", coordonnée par Intal, savoure sa victoire mais rappelle que Dexia ne respecte pas encore le droit international en ne reconnaissant pas la municipalité de Jérusalem comme une entité illégale et occupante pour sa partie orientale.

www.financite.be Dépêche n° 137


CLIMAT : UNE CONFÉRENCE ALTERNATIVE EN BOLIVIE ?

Le président bolivien Evo Morales a annoncé mardi la tenue en avril en Bolivie d’une "conférence mondiale" sur le changement climatique et les droits de la Terre à laquelle il a convié gouvernants, scientifiques et mouvements sociaux, après "l’échec de Copenhague". "La conférence mondiale des peuples sur le changement climatique et les droits de la Terre mère" visera à "analyser les causes structurelles du changement climatique" et à "proposer des mesures de fond pour le bien-être de l’humanité, en harmonie avec la nature", a-t-il déclaré.

Selon lui, cette conférence devra réfléchir à un projet de Déclaration universelle des droits de la "Terre mère", à un projet de "référendum mondial" sur un plan de lutte contre le changement climatique et la mise en place d’une "Cour internationale de justice climatique". Il a également réaffirmé que le capitalisme est le responsable numéro un du réchauffement climatique, soutenant l’idée d’une "justice climatique" qui ferait payer les pays riches pour l’impact de l’industrialisation sur l’environnement. Plusieurs glaciers sont menacés de disparition dans ce pays andin, en raison du réchauffement. (APF)

La Libre Belgique du 8/1/2010

ZORG VOOR DE SCHEPPING

Message de Benoît XVI pour la Journée Mondiale de la Paix (01-01-2010)

Extraits

Comment demeurer indifférents face aux problématiques qui découlent de phénomènes tels que les changements climatiques, la désertification, la dégradation et la perte de productivité de vastes surfaces agricoles, la pollution des fleuves et des nappes phréatiques, l’appauvrissement de la biodiversité, l’augmentation des phénomènes naturels extrêmes, le déboisement des zones équatoriales et tropicales ? Comment négliger le phénomène grandissant de ce qu’on appelle les « réfugiés de l’environnement » : ces personnes qui, à cause de la dégradation de l’environnement où elles vivent, doivent l’abandonner…

L’héritage de la création appartient donc à l’humanité tout entière. Par contre, le rythme actuel d’exploitation met sérieusement en danger la disponibilité de certaines ressources naturelles non seulement pour la génération présente, mais surtout pour les générations futures. Il n’est pas difficile dès lors de constater que la dégradation de l’environnement est souvent le résultat du manque de projets politiques à long terme ou de la poursuite d’intérêts économiques aveugles, qui se transforment, malheureusement, en une sérieuse menace envers la création.

L’usage des ressources naturelles devrait être tel que les avantages immédiats ne comportent pas de conséquences négatives pour les êtres vivants, humains et autres, présents et futurs ; que la sauvegarde de la propriété privée ne fasse pas obstacle à la destination universelle des biens ; que l’intervention de l’homme ne compromette pas la fécondité de la terre, pour le bien d’aujourd’hui et celui de demain. (Et le pape de parler "d’une loyale solidarité intergénérationnelle"…

Si tu veux construire la paix, protège la création. La recherche de la paix de la part de tous les hommes de bonne volonté sera sans nul doute facilitée par la reconnaissance commune du rapport indissoluble qui existe entre Dieu, les êtres humains et la création tout entière. Les chrétiens, illuminés par la Révélation divine et suivant la Tradition de l’Église, offrent leur contribution propre.

Hondurese kardinaal :

“Alleen rijken profiteren van globalisering”

Kardinaal Oscar Rodriguez Maradiaga, primaat van Honduras en aartsbisschop van Tegucigalpa, is van mening dat alleen de rijken in de wereld van de globalisering profiteren.

“De welvaart in de wereld komt meer en meer terecht in een alsmaar kleiner wordend aantal handen”, zei kardinaal Rodriguez Maradiaga, op een bijeenkomst in Münster. Hij brengt op dit moment een bezoek aan Duitsland,

Hebzucht van een minderheid

“Er wordt een wereld gecreëerd waarin de hebzucht van een minderheid de meerderheid naar de rand van de geschiedenis voert”, aldus kardinaal Rodriguez Maradiaga, voorzitter van de commissie voor Rechtvaardigheid en Solidariteit van de Latijns- Amerikaanse bisschoppenconferentie en lid van de pauselijke Raad voor Latijns- Amerika.

Alleen rijken geglobaliseerd

De aartsbisschop van Tegucigalpa beschuldigt de rijke landen een schutting te plaatsen tussen de bewoners van het noordelijk halfrond en de mensen uit het arme zuiden. Tegelijkertijd bestaat de behoefte om alle grenzen te openen voor de handel. “Je zou kunnen zeggen dat alleen de rijken in de wereld geglobaliseerd zijn”, aldus kardinaal Rodriguez Maradiaga.

(RKnieuws.net) 11/01/2010

WAPENS

Paus veroordeelt terrorisme

Paus Benedictus XVI heeft tijdens de jaarlijkse nieuwjaarsaudiëntie van het diplomatiek korps bij de H. Stoel het terrorisme veroordeeld en alle personen die in conflicten betrokken zijn opgeroepen de wapens neer te leggen.

De kerkleider wees erop dat het terrorisme het leven van zoveel onschuldige levens in gevaar brengt en een enorme angst veroorzaakt. Ook andere bedreigingen zoals de klimaatveranderingen en de wapenwedloop wegen op de mensheid, aldus de paus.

Benedictus XVI uitte ook scherpe kritiek op de verhoging van de militaire uitgaven en op het behoud en de ontwikkeling van nucleaire arsenalen. De enorme bewapeningsuitgaven zouden beter aangewend worden voor de ontwikkeling van de volkeren, vooral van de armsten, stelde de kerkleider.

De paus zei ook te hopen dat op de Conferentie van het niet-profileratie verdrag van nucleaire wapens, dat in mei in New York wordt gehouden, efficiënte maatregelen worden genomen met het oog op een progressieve ontwapening gericht op het bevrijden van onze planeet van nucleaire wapens.

RKnieuws.net (maandag 11 januari 2010)

Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles

[1La Libre Belgique du 7 janvier 2010 signale : "Les autorités iraniennes ont arrêté plus de 90 personnalités de l’opposition au gouvernement du président Mahmoud Ahmadinejad après les violentes manifestions du 27 décembre en Iran/…/Les 17 journalistes arrêtés travaillaient pour divers médias proches de l’opposition réformatrice."


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 861 / 1013115

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License