missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Le Père Michel d’Huart

jeudi 28 janvier 2010 par J.V.


 

Il a plu au Seigneur de rappeler son serviteur le
 
Père Michel d’Huart



 

Arrivé en congé le 11 septembre, Michel comptait repartir le 10 décembre, car il était en train de fonder une nouvelle paroisse dans la périphérie de la ville de Goma, à Mugunga.

Quelques semaines avant son départ, des examens médicaux – car il ne se sentait pas bien - révélaient une leucémie avancée… On parlait d’abord de 12 mois à vivre, puis de 9, puis de 6, puis de quelques semaines et quand il arrivait chez les Petites Sœurs des Pauvres, à Namur, il y a une semaine à peine, on parlait de quelques jours… « L’homme propose, Dieu dispose ». Que sa volonté soit faite.


Quelques Sœurs Blanches le veillaient, quand il mourut ce 27 janvier 2010, à 14 heures .

Henri-Michel d’Huart est né le 31 mars 1927, à Tintigny-sur-Semois, dans la province du Luxembourg. Ses humanités, il les fit successivement au Collège St-Jean Berchmans à Bruxelles, au Collège St-François à Marche et au Collège St-Joseph à Virton. En septembre 1946 il entra chez les Pères Blancs à Thy-le-Château. Noviciat à Varsenare et études de théologie à Heverlee, où il fut ordonné prêtre le 5 avril 1953 par Mgr. Durrieu. Le 18 septembre de la même année, le voici en route pour Bukavu avec Sobelair.

Le 27 septembre il commence son initiation à la langue et au travail pastoral à Nyakiriba (Vicariat apostolique de Bukavu) comme vicaire, économe du poste et directeur des écoles primaires. En 1957 il exerce les mêmes fonctions à Mutongo. En août 1958 Michel devient curé à Bobandana et prépare la fondation de Matanda, paroisse qu’il fonde en avril 1959. En juin 1959 le Vicariat apostolique de Goma est créé et érigé en diocèse en novembre de la même année.

Premier congé de Michel en 1961, avec un recyclage à Paris et la grande retraite à Rome.

De retour au Congo en janvier 1962, Michel est nommé curé de Masisi, jusqu’à la reprise de la paroisse par les Pères Carmes espagnols en 1968. Michel passe alors quelques mois à Karambi et devient curé de Birambizo, en septembre 1968, où il construit l’église paroissiale, relance une coopérative importante, installe une turbine, lance la pastorale des communautés de base. Il y restera jusqu’en 1983. En février 1983, il devient vicaire à Matanda et en septembre vicaire à Jomba.

Congé en 1987, avec la session-retraite à Jérusalem.

De retour, Michel est nommé curé et responsable de la communauté à Katwe. En décembre 1993 nous le trouvons à Katoy, toujours comme curé et responsable. Il y restera de longues années, construira énormément, rendra la paroisse vivante. Il y construit un orphelinat, s’occupe de la jeunesse défavorisée, lance des projets pour les filles-mères. Pour soutenir la mère et l’enfant, il créa et soutint l’association APROFIME (Autopromotion de la Fille-Mère), œuvre pour laquelle il reçut en 2004 le prix bisannuel de la Fondation Sœur Emmanuelle. Le 31 août 2008, Michel s’installe à la Maison Lavigerie, d’où il fonde la paroisse de Mugunga. Tout y est à faire : son programma comportait la construction de 10 chapelles, des écoles, des…

La messe des funérailles aura lieu le samedi 30 janvier, dans la chapelle des Sœurs des Pauvres au « Home St-Joseph », à 10,30 heures (rue Ernotte 10 – 5000 Namur). Le corps sera ensuite transféré à notre cimetière à Varsenare.

Les confrères qui désirent concélébrer sont priés d’apporter aube et étole violette. Après l’eucharistie une collation sera offerte à La Plante. Veuillez prévenir l’économe de votre présence.

Jef Vleugels
Secr. Sect.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 874 / 602404

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos défunts   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License