missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Nouvelles de Jérusalem

Famille - Mission n°1/4 - 2010 (janvier-mars)
jeudi 1er avril 2010 par Guy Theunis, Webmaster
Après avoir vécu plusieurs années à Rome, la ville éternelle, comme responsable de la formation permanente de la Société, me voici maintenant dans la ville sainte, responsable des sessions de renouveau que la Société y organise.

Sainte Anne - Jérusalem - Pères Blancs

Que peut-on rêver de mieux que de vivre dans le pays où Jésus lui-même a vécu et d’y guider des personnes, tant dans la visite des lieux saints qu’à travers les différents livres de la Bible, principalement les évangiles, et les méandres de leur propre vie humaine et spirituelle ?

Après être venu plusieurs fois dans ce pays merveilleux, m’y voici maintenant à demeure, faisant partie d’une communauté diverse et dynamique. En effet, à Jérusalem, notre communauté des Missionnaires d’Afrique compte 20 membres de 14 nationalités différentes. Parmi eux, 10 étudiants en théologie, originaires d’Afrique ou d’Inde. 6 y ont été ordonnés diacre l’an passé et seront ordonnés prêtre dans leur pays d’origine cette année, en juin et en juillet. Cela donne un air jeune à notre communauté qui accueille beaucoup de gens de passage.

‘Sainte Anne’ est en effet un lieu bien connu à Jérusalem : non seulement, la tradition y vénère le lieu de naissance de la vierge Marie mais, selon toute vraisemblance, c’est le lieu où Jésus a guéri le paralytique de Bethesda, comme mentionné dans l’Évangile de Jean au chapitre 5 (v. 1-9).

Ces dernières années, de plus en plus de pèlerins viennent visiter à la fois la magnifique église romane, construite par les Croisés vers l’an 1130, et les fouilles faites sous la responsabilité des pères blancs d’abord, puis des pères dominicains, et maintenant de l’État français, car Sainte Anne est propriété française !

On y trouve des restes de différentes époques : du 8e siècle avant Jésus-Christ jusqu’à l’époque byzantine où une grande église y a été construite. Après avoir connu du temps de Charlemagne une période florissante avec de nombreux prêtres et moniales, elle a été détruite par le calife Al-Hakim en 1010. Au contraire, l’église croisée de Sainte Anne n’a pas été détruite par le sultan Saladin, mais transformée en Ecole de droit coranique.

En 2008, nous avons accueilli plus de 385.000 visiteurs, soit une moyenne de plus de 1.000 par jour ; ce fut un peu moins en 2009 (312.000 visiteurs) et, cette année, en janvier, nous en avons accueilli plus que toutes les années précédentes ; bonne augure pour le futur !

Sainte Anne accueille aussi évêques, prêtres, religieux, religieuses et missionnaires laïcs pour des sessions de renouveau depuis les années 1970. En effet, après la guerre des six jours de 1967, notre séminaire grec-melkite, destiné aux prêtres arabes, a été transféré au Liban et les supérieurs ont décidé d’utiliser les grands bâtiments restés presque vides, pour des sessions de recyclage.

Depuis la fin de 1976, ces programmes de renouveau spirituel ont accueilli en priorité des Missionnaires d’Afrique (1516 jusqu’ici, ce qui est extraordinaire), mais aussi des membres du clergé africain et d’autres missionnaires qui travaillent avec nous en Afrique. Ainsi nous avons été heureux d’accueillir au cours de ces années 295 membres du clergé africain (dont 40 évêques) et 352 autres missionnaires de différentes congrégations, hommes et femmes.

Ces sessions durent trois mois et comportent plusieurs éléments : une partie biblique, la visite des lieux saints, y compris une semaine en Galilée, des partages en petits groupes, la rencontre de personnalités chrétiennes, juives et musulmanes vivant en Israël ou dans les territoires occupés, une relecture personnelle de vie, avec accompagnement individuel. Elles se terminent par une retraite, soit de 30 jours, soit de 8 jours.

La session du printemps s’adresse davantage aux plus jeunes (les 35-50 ans), celle d’automne qui comporte aussi une réflexion sur la mission, l’oecuménisme et le dialogue interreligieux surtout, à des missionnaires ayant une expérience plus longue (45-60 ans).

Différents pères de la communauté, vivant ici à Jérusalem depuis de longues années et ayant une expérience des rencontres œcuméniques et interreligieuses, collaborent à ce projet, de même que d’autres personnes ressource. Il faut savoir en effet qu’à Jérusalem, outre les juifs et les musulmans de diverses tendances, on rencontre des chrétiens de toutes sortes : 13 églises y sont présentes dont 6 églises catholiques de rites différents : latin, grec melkite, maronite, syrien, arménien et chaldéen. Pour beaucoup, c’est d’ailleurs une grâce de découvrir comment on peut vivre la foi chrétienne et la célébrer de façons aussi diverses.

Sainte Anne est donc un lieu de passage où l’on rencontre des gens de tous horizons. Elle est aussi connue à l’étranger, car elle édite une revue intitulée ‘Proche Orient Chrétien’ depuis 1951. Cette revue, publiée actuellement en collaboration avec la Faculté des Sciences Religieuses de l’Université Saint-Joseph de Beyrouth (Liban), a pour but de faire connaître la richesse de la théologie, de la spiritualité et de ces liturgies orientales. Elle couvre aussi d’autres domaines : archéologie, histoire, dialogue œcuménique, etc.

Je suis persuadé que plusieurs d’entre vous sont déjà venus en Terre sainte. Sinon, je vous invite à le faire, surtout en cette période où un calme relatif y règne. Car ici, on vit au jour le jour, ne sachant jamais ce que l’avenir nous réserve !

Père Guy Theunis,
Jérusalem, le 24 février 2010
Nota bene : Guy a aussi publié en 2009 un livret de 80 pages
‘Attitudes d’amour de Jésus’.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 468 / 575273

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Afrique  Suivre la vie du site Proche-Orient   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License