missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Quatorze années de présence dans le Monde Africain de Bruxelles

Famille-Mission n°2/4 - 2010 (avril - juin)
mercredi 30 juin 2010 par Webmaster
Ce furent de belles et fructueuses années, riches en expériences, en partageant les joies et les peines de la communauté africaine de Bruxelles pendant quatorze ans...


Philippe De Vestele


Après les années de guerre, beaucoup de missionnaires de notre continent sont partis en Afrique. Quelques décennies plus tard nombre d’africains ont quitté le continent noir, plus particulièrement en provenance des pays des Grands Lacs, au cœur de l’Afrique, à cause des turbulences politiques et des situations d’insécurité et de guerre.

Ainsi, le quartier d’Ixelles, près de la Porte de Namur, était devenu le lieu de rencontre des africains, devenus de plus en plus nombreux. L’endroit était rebaptisé en ‘quartier MATONGE’ en se référant à un marché très vivant de Kinshasa. L’Église de Bruxelles avait très vitre pris conscience de cette nouvelle situation.

Ainsi on demandait aux Pères Blancs de prendre en charge la pastorale des Africains à Bruxelles. Notre confrère Karel Stuer fut alors nommé pour cette nouvelle communauté naissante. Il s’est mis au travail sans tarder, avec zèle et enthousiasme. De nombreux Africains étaient désemparés en arrivant en Belgique, à la recherche d’une nouvelle patrie. Ce n’est jamais chose aisée d’être acculé à quitter son pays… Les lenteurs administratives, les démarches interminables pour obtenir les « papiers » de séjour indispensables, les problèmes d’adaptation et de logement, d’éducation et de scolarité, d’homologation de diplômes et de recherche de travail…rien n’était simple… !

Le CENTRE AMANI, dans la rue du Noyer à Schaerbeek, était né au bon moment. C’est devenu progressivement une plaque tournante où nos amis africains ont trouvé une écoute et une compréhension de leurs problèmes.

A partir de 1996 j’y ai collaboré avec Karel en accueillant et en aidant les frères et sœurs d’Afrique à réussir une bonne et harmonieuse intégration. A leur arrivée en Belgique, de nombreux africains faisaient l’expérience d’une méfiance et suspicion à leur égard. Surtout lorsqu’il s’agissait de trouver un logement et du travail, ils devaient parfois faire front à un racisme larvé.

Le CENTRE AMANI n’a jamais fonctionné comme centre social, mais souvent les intéressés ont été aidés dans leur recherche de la bonne filière et l’indispensable médiation pour aboutir dans leurs démarches. Des cours et des conférences ont été organisés.

L’affiliation à la Banque Alimentaire a aidé des personnes en situation de précarité. Parfois on faisait appel aux confrères et amis pour aider les nécessiteux. A chaque appel il y a eu une réponse spontanée et généreuse.

Au niveau pastoral, les liturgies africaines rassemblaient beaucoup de monde. Les baptêmes et les mariages étaient des temps forts dans la vie de nos amis venus d’Afrique. Les deuils étaient également vécus dans une profonde communion de foi et d’espérance. Des chorales africaines ont vu le jour. Et les liturgies africaines étaient de plus en plus appréciées par l’église locale. Il y a quelques années, il nous a été proposé de rassembler la communauté africaine de Bruxelles dans une paroisse à Molenbeek-Saint-Jean. Après mûre réflexion cette proposition n’a pas été retenue et l’encouragement à une insertion dans la vie paroissiale de la capitale a été privilégié. Nous craignions en effet la création d’un nouveau ghetto à Bruxelles. Avec le recul, cela semble avoir été la bonne attitude au regard de la présence tonifiante de nombreux africains dans les paroisses de la capitale.

Dans toutes les paroisses il y a une présence très appréciée où les chrétiens africains témoignent de leur ferveur et foi vivante. Ils apportent de l’oxygène aux communautés paroissiales. Il est également réjouissant de constater que nombre d’africains se sont bien intégrés au fil des années dans le tissu socio-économique et culturel de la société.

Il est souhaitable que nos frères et sœurs d’Afrique conservent leurs propres racines. Il ne faudrait pas qu’ils deviennent des Européens ‘à la peau noire’. Ce serait un appauvrissement pour notre société multiculturelle où la diversité dans l’unité constitue un enrichissement pour tous.

Dans tous les domaines, mais plus particulièrement dans le secteur social et médical, la présence africaine est précieuse.

Le problème de l’éducation de la jeunesse est préoccupant. Il n’est pas souhaitable que l’inévitable sécularisation nuise à l’apport positif de l’Afrique au monde occidental. Notre société d’abondance et de gaspillage constitue une tentation qui risque de déboussoler la riche culture africaine. Dans le passé, le Centre Amani a contribué à une meilleure entente entre gens « d’ici et de là », autochtones et allochtones. Le Centre a été un creuset de cultures. Des jeunes d’Europe y rencontrent des jeunes d’Afrique, et des enfants africains sont placés dans des familles européennes pendant les temps de vacances. Cela contribue à une meilleure connaissance et compréhension mutuelles. Des murs de préjugés s’écroulent et des liens d’amitiés se créent.

Ces 14 années de présence dans le milieu africain de Bruxelles ont été pour moi une belle aventure.

La confiance et l’amitié des rencontres ne s’effaceront jamais de ma mémoire. Souvent j’ai été le témoin de la détermination et de la persévérance dans la recherche de solutions aux problèmes de vie. La foi inébranlable et l’espérance jamais défaillante de nos amis africains m’ont souvent édifié.

J’ai beaucoup reçu en partageant ensemble joies et soucis. Souvent j’ai été témoin de la force vitale des nos amis africains face aux obstacles.

« MERCI » pour ces belles années vécues dans la communauté africaine de Bruxelles ! Le moment semble venu pour le Centre Amani de se choisir d’autres priorités en se basant sur un passé riche en expériences ; Les temps ont changé et l’actualité d’aujourd’hui invite à répondre à d’autres impératifs.

Les options du passé ont conduit à une bonne intégration. A l’avenir, la pastorale de la communauté chrétienne de Bruxelles se fera davantage à partir des unités pastorales. Il y a en effet actuellement plus d’un MATONGE à Bruxelles. Dans toutes les communes de la capitale de l’Europe, la présence africaine est une réalité. A l’avenir, le Centre Amani aura encore beaucoup de services à rendre en répondant aux appels qui proviendront de tous les horizons de la ville.


Centre AMANI
Rue du Noyer 322
1040 Bruxelles

 
Tél. : 02 732 45 23
 
Courriel : centreamani@yahoo.fr
De tout cœur, je souhaite aux collaborateurs du CENTRE AMANI et à toute la communauté africaine de Bruxelles « Bon vent et bonne continuation » en répondant aux signes des temps !

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 446 / 575949

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Migrants   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License