missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Le Père Guy Weemaes

1938 - 2011
dimanche 12 juin 2011 par J.V.
BMP - 146.7 ko
Le jeudi 9 juin 2011, vers la fin de l’après-midi, notre confrère
 
 
le Père Guy Weemaes


 
s’est endormi tout doucement. Il avait perdu sa lutte contre le cancer.

Guy Weemaes naquit le 26 juin 1938 à Brasschaat dans la province d’Anvers, dans une famille ouvrière toute simple. Il suivit les humanités gréco-latines au Petit séminaire de Hoogstraten. En september 1958 il entra chez les Pères Blancs à Boechout. Suivirent alors le noviciat à Varsenare et la théologie à Heverlee. Il y était « vader », aumônier d’une section de la Chiro et le propagandiste le plus efficace du scholasticat pour la vente des calendriers. Il prononça son serment le 28 juin 1964 et fut ordonné prêtre le 26 juin 1965. Il formula ainsi ses desiderata pour sa future nomination : « Je préfère une région où il n’y a pas encore une chrétienté formée. Le travail dont on ne voit pas les fruits ne me fait pas peur : comme parmi les fétichistes ou les mahométans par exemple. »

En décembre 1965 il partit pour ce qu’on appelait encore la Haute-Volta. Son premier poste : Bomborokuy dans le diocèse de Nouna. En juillet 1968 il devient vicaire à Nouna même. En juin 1973 il est nommé responsable de la procure de Nouna. Après son congé et la grande retraite à Jérusalem en 1979, Guy est envoyé à Dedougou comme curé. En 1980 les confrères le choisissent comme membre du conseil régional. Au mois de novembre 1986 Guy retourne à Bomborokuy, d’abord comme vicaire, ensuite en octobre 1989 comme curé. En mai 1993 nous le trouvons pour quelques mois à Solenso (toujours dans le diocèse de Nouna). Il restera curé et responsable de la communauté de Bomborokuy jusqu’en octobre 1999. Il part alors en Belgique pour une année sabbatique.

Début septembre 2000 Guy est de retour au Burkina. Un régionaal avait écrit un jour à son sujet : « Pour arrêter le Père Weemaes il faut le sortir de son milieu. » Parce que le travail en brousse demande trop de la santé de Guy, il est nommé responsable de la maison d’accueil à Ouagadougou, la capitale. L’aéroport, les compagnies d’aviation, les ambassades et leurs bureaux pour les visas n’ont bientôt plus de secrets pour lui. Guy s’occupait de l’accueil des confrères et de nos candidats du Premier cycle situé dans un faubourg de la ville. Sa cordialité était simple et direct. « Le sourire est sa principale qualité » écrivit quelqu’un en parlant de Guy.

En 2009 le Secteur belge demande que Guy soit nommé en Belgique. On cherche, en effet, un économe pour notre maison d’accueil de la rue de Linthout. A peine vraiment lancé dans sa nouvelle fonction, la maladie le frappa. Avec les conséquences que l’on sait.

Pendant ses années de formation les formateurs étaient unanimes pour dire que Guy était un travailleur tranquille, infatigable, efficace et sûr ; pas un intellectuel mais fort doué pour la pratique ; un organisateur excellent, mais pas un vrai chef ; timide et plutôt effacé ; agréable en compagnie, serviable, humoristique. Ainsi l’avons-nous connu en Afrique : sérieux et solide mais discret et à l’abri des regards ; méticuleux et attentif aux besoins concrets des gens ; sans façons, n’ayant pas peur de mettre la main à la pâte ; généreux, le sourire aux lèvres, blagueur…

Voilà l’image que nous garderons de Guy, pour toujours.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 323 / 574402

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Nos défunts   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License