missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°56 Breuklijnen

Février - Februari 2012
dimanche 4 mars 2012 par J.V.

[marron]POUR UN CARÊME QUI ENGAGE[/marron]

[vert]Un appel de l’Alliance Œcuménique "Agir Ensemble"[/vert]

Profitons de ce temps de Carême pour faire [bleu] « Le jeûne pour la vie » [/bleu], réfléchir sur notre consommation et nous engager à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour vaincre la faim et contribuer à la sécurité alimentaire mondiale.

Plus d’un milliard de personnes souffrent de la faim dans le monde. Malgré la bonté et la générosité des dons que Dieu nous accorde dans la création, si nombreuses sont les personnes qui vivent dans la disette : la famine, la faim, la privation et le besoin. En même temps, il y a des gens dans toutes les régions du monde qui souffrent des effets des « excès » : excès de sel, de sucre, de gras, de calories. Ce sont tous des aspects de la consommation alimentaire non durable. Nos décisions individuelles, ainsi que collectives, ont creusé le fossé entre les nantis et les déshérités. En tant que société mondiale, notre sens de l’équilibre et des justes relations est mis à plus rude épreuve.

[vert]STOP à la violence économique des matières premières pour vivre[/vert]

Thème de la Marche de Pâques organisée par le Mouvement International de la Réconcilation (M.I.R.) en Suisse, en collaboration avec de nombreuses organisations laiques et différentes Eglises.

Dans les mines d’or du Pérou, dans les mines de cuivre du Congo ou dans les exploitations d’uranium de Russie : la violence est présente à beaucoup d’endroits où des matières premières sont extraites. Des êtres humains sont oppressés, exploités et chassés. Des femmes, des hommes et des enfants perdent leurs moyens de subsistance. Il s’agit d’une guerre contre la nature et contre la population établie souvent indigène.

La paix signifie que dans le monde entier, des humains se battent pour des alternatives économiques durables, des formes de vie solidaires, des mécanismes de décision sains en ce qui concerne la production et l’alimentation, allant au-delà du capitalisme financier, du gaspillage des matières premières et des contraintes de la croissance. La paix signifie que des
femmes et des hommes du monde entier se liguent pour que tous les êtres humains aient accès aux matières premières, bénéficient de droits égaux et aient une vie digne et bonne.

Nous oeuvrons pour un style de vie qui ne gaspille pas et revendiquons donc pour la Suisse

  • que la Suisse devienne consciente de ses responsabilités et se mobilise internationalement contre l’oppression et la surexploitation au lieu de se salir les mains dans des commerces d’armes.
  • que les entreprises dont le siège est en Suisse soient astreintes à faire adopter aussi dans leurs entreprises à l’étranger les règles en vigueur en Suisse (droits de l’homme etc…).
  • que la Suisse se désarme enfin militairement et se soucie d’une vraie sécurité par l’éducation, le travail social et un rapport durable avec la nature.
[vert]Fast for Life ![/vert]

[bleu marine]De Ecumenical Advocacy Alliance (EAA), een internationaal netwerk van kerken en religieuze organisaties, nodigt christenen wereldwijd uit om in de Vastentijd extra stil te staan bij onze voedselconsumptie en de voedselverspilling wereldwijd.[/bleu marine]

Meer dan een derde van alle voedsel dat wordt geproduceerd op aarde wordt verspild. In ontwikkelingslanden gaat veel voedsel verloren bij de productie, verpakking en transport, omdat er geen goede opslagmogelijkheden zijn of technische kennis ontbreekt. In rijke landen ligt de oorzaak grotendeels bij consumenten en bedrijven, die veel voedsel weggooien.

De EAA wijst op de volgende feiten :

  • Alle mensen die chronisch ondervoed zijn, zouden zich goed kunnen voeden van slechts 25 % van al het voedsel dat in de VS en Europa wordt verspild.
  • Momenteel gaat in Afrika ten zuiden van de Sahara 25 % van fruit en groente verloren bij de oogst, opslag en verpakking, en een verdere 17 % tijdens de distributie.
  • Ongeveer 10% van de CO2 uitstoot van rijke landen is te wijten aan de productie van voedsel dat verloren gaat. Door verspilling in de keten tegen te gaan, zal ook het milieu gespaard worden. Deze enorme verspilling is zonde (ook in theologisch opzicht !) in een wereld waarin per jaar 15 miljoen kinderen sterven door honger. De Vastentijd is een uitgelezen moment om daarbij stil te staan. Op de website van de EAA staan (in het Engels) praktische tips voor wat wij kunnen doen en ook gebeden en liturgische suggesties die tijdens de Vastentijd gebruikt kunnen worden.

http://www.e-alliance.ch/en/s/food/2011-churches-week-of-action-on-food/

[vert]BROEDERLIJK DELEN

Campagne 2012 : Laat ze hun plan trekken. Wij trekken mee ![/vert]

Het hout van onze meubels, het ijzer in onze wagens, het aluminium van onze fiets, het aardgas voor onze verwarming, het goud in onze juwelen, de aardolie voor onze benzine… we kunnen zo nog wel even doorgaan. We staan er niet bij stil, maar in ons dagelijks leven gebruiken we tientallen grondstoffen. Van sommige kunnen we het bestaan of de eindeloze toepassingen niet eens vermoeden. Wie is ervan op de hoogte dat aardolie ook gebruikt wordt om plastiek, textielvezels, verven, isolatiematerialen, medicijnen of asfalt te vervaardigen ? Wie weet dat goud ook een onderdeel is van zijn gsm ? Bovendien heeft de komst van moderne technologieën als gsm’s, laptops, mp3-spelers en LCD-schermen, maar ook van zonnepanelen en batterijen in elektrische auto’s, een nieuw verlanglijstje van zeldzame grondstoffen gecreëerd. Cadmium, tantalium, lithium, antimoon, kobalt, neodymium of samarium, niet alleen hun namen zijn moeilijk, maar ze ontginnen met respect voor de omgeving is dat ook.

De campagne gaat over de ontginning van allerlei grondstoffen (mineralen, olie en gas) en de gevolgen daarvan op de mensen in Latijns-Amerika. Vaak wordt hun recht op inspraak, gezondheid, voedsel, enzovoort flagrant met de voeten getreden. Ze worden verdreven van hun land, zijn het slachtoffer van watervervuiling, worden fysiek bedreigd. Een bijzonder zwaar en acuut probleem dat steeds maar groter wordt.


"In mijn gebied hebben de mensen niet genoeg water om te drinken of te irrigeren. En dan komt er zo’n mijn, en die verbruikt elke dag duizenden en duizenden liters grondwater. Wat winnen we al we goud hebben maar geen water ? Dit is geen ontwikkeling."
Mgr. Alvaro Ramazinni Imeri

- [bleu marine]Spectaculaire stijging[/bleu marine]

Elke twintig jaar verdubbelt het wereldverbruik van delfstoffen. Ook ons energieverbruik blijft stijgen. We produceren er de eindeloze stroom goederen mee die onze winkelrekken en onze huiskamers vult. In groeilanden als Brazilië, India en China, stijgt de consumptie en daarmee ook de behoefte aan dezelfde grondstoffen. Door de sterk rijzende vraag ontstonden er spectaculaire prijsstijgingen. De prijs van metalen als goud, koper of tin is op tien jaar tijd met meer dan 200% gestegen. Sommige zeldzame aardmetalen werden zelfs 700% duurder. Met grondstoffen is tegenwoordig véél geld te verdienen.

Steeds hoger, verder, dieper De westerse industrielanden zijn altijd al afhankelijk geweest van geïmporteerde grondstoffen, vaak uit hun (ex-)kolonies in het Zuiden. Dat is vandaag niet anders. De vanouds gekende en meest bereikbare vindplaatsen zijn helaas uitgeput. Maar de stijgende prijzen en nieuwe technologieën maken het tegenwoordig toch weer economisch interessant om ertsen te ontginnen op moeilijk toegankelijke plaatsen, of in gesteenten die slechts een kleine hoeveelheid van de gezochte mineralen bevatten.

Daardoor trekken mijnbedrijven niet alleen naar de Noordpool of de diepzee.

[bleu marine]Quelques faits saillants tirés du Rapport sur la Cohérence des Politiques au service du Développement (C.P.D) de l’Union Européenne.[/bleu marine]

- 1. La quantité d’aliments est actuellement plus que suffisante pour nourrir chaque habitant
de la planète, cependant près d’1 habitant sur 7 se couche le ventre vide chaque soir. Et
1/3 de la nourriture produite pour la consommation humaine est perdu ou gaspillé.

- 2. L’équivalent de la surface de l’Allemagne – soit 35.000.000 ha de terre cultivable en
dehors du territoire européen – sont actuellement nécessaires pour couvrir les besoins actuels des pays de l’Union Européenne en importation de produits alimentaires.

- 3. Les revenus des exportations de ressources naturelles d’Afrique, d’Asie et de l’Amérique latine équivalent à plus de 24 fois l’aide au développement de l’Union Européenne à ces pays. Par conséquent pour une aide de 50 millions de dollars, le bénéfice pour les pays européens à cause des revenus de ces exportations de ressources naturelles atteint 1.000 millions de dollars.

- 4. A l’échelle mondiale plus de mille milliards de dollars américains sortent illégalement
des pays en développement chaque année.

- 5. L’Union Européenne doit réduire à tous les niveaux la consommation de ressources naturelles et évoluer vers un modèle économique peu exigeant en ressources et qui aug-
mente les niveaux de recyclage et de réutilisation des produits.

- 6. En 2010 les dépenses militaires à l’échelle mondiale se sont maintenues à un niveau très haut : 382 milliards de dollars, malgré la crise économique.


[marron]Le P. Guy Theunis raconte ses 75 jours de prison à Kigali[/marron]


voir article 986
[bleu marine] À l’occasion de la publication de «  Mes 75 jours de prison à Kigali  », un journal écrit lors de sa détention en 2005, le Père Blanc Guy Theunis, apôtre de la non-violence, attire l’attention sur le sort de milliers de compagnons d’infortune, jamais jugés, et appelle Hutus et Tutsis à s’unir pour préparer l’après Kagamé.[/bleu marine]

Le 19 janvier dernier, devant une salle comble à Bruxelles, le père Guy Theunis a commencé par demander une longue minute de silence en mémoire notamment d’Alison Desforges, infatigable défenseur des droits de l’homme, la seule à être venue témoigner à décharge lors de son procès devant un tribunal populaire (« gacaca ») le 11 septembre 2005. « Ce fut mon 11 septembre », explique paisiblement le missionnaire, soudainement arrêté pour « incitation à la haine et implication dans le génocide » lors d’un passage en transit au Rwanda où il avait travaillé comme missionnaire de 1970 à 1994. En réalité, le prêtre, qui est également journaliste et historien, payait sans doute son franc-parler, sa dénonciation des crimes commis par le FPR sous l’autorité de Paul Kagamé, et la jalousie féroce du sénateur Antoine Mugesera, qui n’avait pas apprécié le transfert en Belgique de la revue « Dialogue », à laquelle il collaborait, comme lui, en son temps. Le dossier a finalement été transféré en Belgique où après une longue et minutieuse enquête, il a été classé sans suite.

« De mes 75 jours d’emprisonnement, je ne retiens que le positif », poursuit Guy Theunis, évoquant l’extraordinaire solidarité entre prisonniers, quelle que soit leur ethnie. Entre les murs de l’immense prison « 1930″ à Kigali, le prêtre, chaleureusement accueilli, a vécu ce séjour forcé comme une « nouvelle mission » au sein d’une paroisse, écoutant et confessant à longueur de journée. Il a d’ailleurs gardé contact avec son « capita », un détenu chargé de jouer le gardien, et bien d’autres prisonniers.

La publication de ce livre est l’occasion pour lui d’attirer l’attention sur le sort des prisonniers (100.000 ?), dont l’immense majorité croupit depuis des années, sans jugement ! Parmi eux, des cultivateurs, dont on a confisqué les terres, des opposants et non des moindres, telle la principale rivale du Président Kagamé aux dernières élections, des défenseurs des droits de l’homme ou journalistes, accusés, comme lui, de « participation au génocide ». Un vrai déni de justice, puisqu’au Rwanda, la plupart des détenus ne répondent de pareils crimes que devant des tribunaux populaires, sans avocat.

- [bleu]Fin de règne[/bleu]

Pour le père Guy Theunis, Paul Kagamé est de plus en plus isolé. Les crimes commis jusqu’à l’étranger poussent à bout même ses proches collaborateurs, qui font défection les uns après les autres. Depuis le génocide de 1994, la majorité des Hutus – 80 à 85% de la population ! – sont emprisonnés, les Tutsis, venus de l’étranger, se sont emparés de leurs maisons. L’État impose et commercialise toutes les cultures, privant les paysans de toute liberté et les regroupant dans des bidonvilles. Les internats ont été fermés, les gens des campagnes, c’est-à-dire les Hutus, ne peuvent plus étudier. « Pareil régime ne peut tenir », explique le missionnaire belge, qui lance un appel aux Rwandais de toutes ethnies : « Le seul espoir réside dans le dialogue. Préparez-vous ! »

Interpellé sur le récent rapport français des successeurs du juge Bruguière, dont l’expertise balistique disculperait l’actuel Président dans les tirs de missiles sur l’avion présidentiel, déclencheurs du génocide, le fin connaisseur de l’histoire rwandaise fustige la présentation restrictive, voire mensongère faite par les médias. Pour lui, rien ne prouve que les hommes de Kagamé ne sont pas entrés dans le camp de l’armée pour faire feu. Un de ses officiers l’aurait d’ailleurs avoué. Reste aussi et toujours la présence mystérieuse d’un ou plusieurs Blancs sur les lieux du crime. Et puis, à qui appartenait ce onzième corps, jamais réclamé, trouvé à côté de ceux des dix paras belges à la morgue de Kigali ? Était-ce un vendeur d’armes belge, habitant Gisozi ? Guy Theunis avait eu l’audace de faire part de ses observations devant l’assemblée nationale française comme lors de la Commission Rwanda en Belgique…

[bleu marine]Texte et photo : Béatrice PETIT[/bleu marine]

« Mes soixante-quinze jours de prison à Kigali », Guy Theunis, Karthala, 264 pages.

Légende photo : À son arrivée en Belgique après son emprisonnement, Guy Theunis montre une carte signée par des codétenus, lui souhaitant « Bon voyage, Père »

Texte : CATHOBEL InfoCatho.be 17/02/2012
 

[marron]Un KOSOVAR S’EST SUICIDÉ[/marron]

Rexhep Salijaj venait de rejoindre sa famille, en Belgique, après dix années de séparation. Sa femme et ses enfants étaient en Belgique depuis plus de dix ans. Son fils aîné, Berat, avait acquis la nationalité belge et lancé une société de construction plutôt florissante. Rexhep, le père, obtint un visa en janvier 2011. Il travaille dans l’entreprise familiale. Le 17 octobre l’Office des étrangers lui signifie qu’il doit quitter le pays. Consternation ! Le 3 février – date butoir – Rexhep se suicide. Berat porte plainte contre l’Etat belge. Betim, le cadet de la famille, écrit cette lettre ouverte :

"Papa s’est suicidé. Il s’appelait Rexhep. Ils diront sans doute qu’il était dépressif ou quelque chose comme ça. Moi, il m’a appelé Betim. J’ai 14 ans. Papa s’est battu, armes à la main ; pour l’indépendance du Kosovo, peu après ma naissance. Il disait qu’à l’époque, il combattait d’abord pour sa famille et qu’il savait à ce moment pourquoi, contre qui et avec quels moyens. Mais la guerre nous a séparés. Ma mère s’est réfugiée en Belgique avec ses enfants.

Papa s’est pendu. C’est mon grand frère qui l’a trouvé. J’ai trois grands frères et une grande sœur. Nous sommes tous en séjour légal en Belgique depuis plusieurs années. Mon frère aîné est d’ailleurs devenu belge. Il y a longtemps que mon père tentait de nous rejoindre. Il disait qu’il avait mal à ses enfants. Mais il voulait vivre avec nous dans le respect des lois. Le visa lui était refusé parce que nous étions trop pauvres et que seuls ceux qui ont suffisamment d’argent peuvent vivre en famille.

Papa est mort. Pourtant, une nouvelle vie s’ouvrait devant lui. Quand mon grand frère a gagné suffisamment d’argent, comme entrepreneur, papa a reçu son visa et il est arrivé en Belgique. J’avais cru qu’il se jetterait dans mes bras, mais ce n’est pas comme cela que ça s’est passé. Il m’a regardé longtemps et ne m’a embrassé qu’après, comme s’il devait d’abord déposer quelque chose après un long voyage.
Papa vivait près de nous. Il a reçu une carte orange. L’avocat disait qu’après six mois maximum, la commune était obligé de donner une carte pour plus longtemps, mais ils n’ont pas respecté leurs lois. Ils ont fait traîner le dossier en attendant que le nouveau système de regroupement familial s’applique. Dans la nouvelle loi, il est écrit qu’un enfant majeur, comme mon frère aîné, ne peut pas se faire rejoindre par son père. C’est nouveau, c’est pour qu’il y ait moins d’étrangers en Belgique. Les autres enfants ne pouvaient donner les garanties financières.

Papa est enterré à présent au Kosovo. Le dernier jour du délai qu’ils lui ont accordé, il a préféré mourir plutôt que nous perdre à nouveau. Il a obéi à l’ordre de quitter la Belgique mais dans un cercueil. Il disait qu’ici, il se battait encore pour sa famille, mais qu’il ne savait pas contre qui, ni quelles étaient les armes à utiliser. Cette fois-ci, il a perdu la guerre, et nous avec lui.

Moi, je suis encore un enfant. J’ai fui la violence pour venir en Belgique mais je ne m’en souviens pas parce que j’étais trop petit. C’est un pays où l’on dit et où on écrit partout qu’il n’y a rien de plus important qu’un enfant et l’amour dans la famille. J’ai la haine."

Betim.

La Libre Belgique, 23 février 2012.

 

Ndlr. Je ne voudrais pas être à la place de celui qui a pris la décision dans ce dossier, où le simple bon sens aurait dû triompher manifestement. "L’homme n’est pas fait pour le sabbat, mais…"


[marron]E N B R E F[/marron]

  • [bleu marine]In Uganda heeft een radicaal parlementslid opnieuw de antihomowet ingediend[/bleu marine] die in 2009 een internationale storm van protest veroorzaakte. Dat wetsvoorstel dreigt met doodstraf en levenslang. Van zijn Ugandese collega’s kreeg hij een staande ovatie.
  • [bleu marine]En souvenir de la fameuse ’marche d’espoir’ du 16 février 1992 à Kinshasa…[/bleu marine]

    Ils s’étaient regroupés tôt, ce 16 février 2012, derrière leurs prêtres, abbés et religieuses, en des cortèges conduits par des soutanes blanches et brandissant des images saintes. La Marche des chrétiens, annoncée depuis le 7 janvier, entendait "réclamer la légitimité et la légalité du pouvoir au Congo" après les élections présidentielle et législative frauduleuses du 28 novembre. La police - par des gaz lacrymogènes et des arrestations – parfois précédée de voyous munis d’armes blanches qui ont terrorisé et frappé les fidèles, a empêché la marche.

    Le régime Kabila, profondément déstabilisé par son absence de crédibilité électorale et par la mort de son homme fort, Augustin Katumba, ne s’appuie plus aujourd’hui, que sur la force. S’il avait mis autant de moyens et d’efforts à soulager la profonde misère des Congolais (76% d’entre eux sont sous-nourris) qu’il en a placés dans la constitution de son appareil policier, Joseph Kabila n’aurait pas eu besoin de recourir à la fraude pour se maintenir au pouvoir. Que devra-t-il faire, dorénavant, pour y rester ? [mauve fonce]La Libre Belgique 17/2.[/mauve fonce]

  • [bleu marine]China en Rusland leveren nog altijd wapens aan Sudan[/bleu marine], die gebruikt worden in de door oorlog geteisterde streek [bleu] Darfour [/bleu]. Dat stelt Amnesty International in een nieuw rapport. Dat bewijst volgens A.I. dat beide landen het wapenembargo schenden dat de Verenigde Naties al in 2004 voor Darfour hebben afgekondigd.
  • [bleu marine]L’ONU accuse la Syrie de crimes contre l’humanité[/bleu marine]

    L’ONU a estimé lundi 13 février que les forces syriennes avaient "vraisemblablement’ commis des crimes contre l’humanité dans leur campagne de répression et a fait état de bombardements aveugles à Homs. "La communauté internationale doit s’assurer que ces crimes sont sanctionnés", a martelé La Haut commissaire de l’ONU aux droits de l’homme Navu Pillay. L’UE quant à elle, a annoncé soutenir l’initiative de la Ligue arabe concernant la Syrien y compris sa demande au Conseil de sécurité de former une force conjointe ONU-Arabes pour mettre fin aux violences sur le terrain. L’organisation panarabe a annoncé dimanche 12 février qu’elle allait fournir un soutien politique et matériel à l’opposition syrienne et "demander au Conseil de sécurité d’adopter une résolution pour la formation d’une force de maintien de la paix arabo-onusienne. (www.un.org/fr)

  • [bleu marine]Honderd mensen in koelen bloede geëxecuteerd in Mali[/bleu marine]

    In het noorden van Mali zijn onlangs zo’n honderd mensen geëxecuteerd, zo heeft de Franse minister van Ontwikkelingssamenwerking Henri de Raincourt gemeld. De slachtoffers werden volgens de minister gedood door Malinese regeringstroepen, maar niet in een gevecht. "We hebben het hier over 100 mensen die in koelen bloede werden geëxecuteerd", aldus de Raincourt, die het had over "barbaarse methodes". Volgens verschillende mensenrechtenorganisaties zijn de voorbije weken al zeker 50.000 Malinezen gevlucht voor het geweld tussen regeringstroepen en leden van de opstandelingenbeweging MNLA, die vechten voor een eigen staat. [mauve fonce]Metro 14-02-2012[/mauve fonce]

  • [bleu marine]Le courage de la vérité

    Message de la Conférence épiscopale nationale du Congo (extrait)[/bleu marine]

    "Nous ne nous lasserons pas de dénoncer tout ce qui met en péril l’édification d’un Etat démocratique. L’on ne construit pas un Etat de droit dans une culture de tricherie, de mensonge et de terreur, de militarisation et d’atteinte flagrante à la liberté d’expression. Si la démocratie est un pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple, l’on doit respecter ce peuple. Dans le contexte actuel, le peuple meurtri et frustré, assiste impuissant à un processus qui ne reflète toujours pas sa volonté et qui s’apparente par endroits à un arrangement entre certains acteurs politiques."

    /…/ "Nous voulons la paix. Mais, celle-ci a des exigences auxquelles l’on ne saurait déroger, notamment la vérité, la justice et le respect du peuple."


Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 887 / 1035513

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License