missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°57 Breuklijnen

Mars - Maart 2012
mardi 3 avril 2012 par J.V.

 WASHINGTON A « LE DROIT » DE TUER SES CITOYENS

Le gouvernement américain a « le droit » d’éliminer des citoyens américains en cas « de menace imminente » pour la sécurité des Etats-Unis, a déclaré lundi 5 mars à Chicago le ministre de la Justice Eric Holder.

« Notre gouvernement a le droit et je dirais même la responsabilité, dans certains cas, d’utiliser la force pour défendre les Etats-Unis de manière appropriée et légale, a-t-il lancé devant l’Ecole de droit de la Northwestern University de Chicago. Notre autorité légale ne s’arrête pas aux champs de bataille d’Afghanistan, a ajouté le ministre. Nous sommes en guerre contre un ennemi sans Etat et notre gouvernement a, à la fois, la responsabilité et le droit de protéger notre nation et son peuple face à des menaces. »

Des organisations de défense des droits de l’homme, en premier lieu l’Union américaine de défense des libertés civiles (Aclu), ont réclamé la publication des documents secrets autorisant l’élimination de citoyens américains sans procès, comme Anwar al-Aulaqi, imam radical d’al Qaeda, assassiné en septembre dernier par un drone au Yémen.

C’est la première fois qu’un responsable américain justifie ces attaques de drones qui ont tué au moins trois citoyens américains au cours des cinq derniers mois, selon l’Aclu. « Certains appellent ces opérations des assassinats, a poursuivi le ministre. Ce n’en sont pas [...] des assassinats sont des meurtres illégaux. Or l’utilisation de la force par le gouvernement américain comme moyen d’autodéfense face à un responsable d’al Qaeda ou une organisation affiliée qui représenterait une menace imminente d’attaque violente ne serait pas illégale. »

Le ministre a cependant ajouté que ce type d’opérations ne devait être mené qu’à trois conditions : qu’une enquête « profonde et minutieuse » ait déterminé que l’individu présentait une menace imminente ; que sa capture soit impossible ; et que l’opération soit conduite « conformément aux principes des lois sur la guerre ».

M. HoIder a cependant précisé que « la décision d’utiliser la force contre un citoyen des Etats-Unis [...] compte parmi l’une des plus graves que les responsables gouvernementaux puissent avoir à prendre ». (AFP)

( La Libre Belgique du mercredi 7 mars 2012)
 

Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 870 / 987534

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License