missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°58 Breuklijnen

Avril - April 2012
mardi 24 avril 2012 par J.V.

 EN BREF

  • Le Soudan du Sud a annoncé le 20 avril qu’il retirerait ses soldats de la controversée zone pétrolifère de Heglig. Un communiqué signé du président sud-soudanais Salva Kiir indique que le retrait des troupes débutera dès ce vendredi et s’étendra sur trois jours. Sans reconnaître la souveraineté de Khartoum sur la zone en question, Juba a ainsi décidé de donner suite aux récents appels du Conseil de sécurité de l’Onu et de l’Union africaine (UA).
  • Groot-Brittannië  : Verloren gewaande geheime documenten uit het koloniale tijdperk zijn door de Britse regering vrijgegeven. Dat gebeurde nadat vier Kenianen vorig jaar naar de rechter trokken om de verantwoording te eisen van de regering voor gruweldaden tijdens de koloniale periode. De documenten tonen aan dat heel wat bezwarende informatie werd vernietigd. Zoals rapporten van inlichtingendiensten omtrent foltering en de ’eliminatie’ van vijanden van het koloniale regime in Maleisië en Kenia.
  • Journée anniversaire de la Shoah. A cette occasion, du mercredi soir 18 au jeudi 19 avril, des dizaines de jeunes se sont relayés à la synagogue Beth Hillel – qui dépend de la communauté israélite libérale de Belgique – à Forest (Bruxelles) pour une lecture ininterrompue des 24 036 noms des déportés juifs de Belgique disparus pendant la Shoah mais également des 244 résistants juifs tombés les armes à la main pendant la Seconde Guerre mondiale.
UNE ARMÉÉ POUR QUOI FAIRE ?

Depuis la chute du mur de Berlin, en 1989, la justification humanitaire avancée de plus en plus souvent pour le maintien des forces militaires et leur intervention comme moyen ultime (ultima ratio) pour créer la paix et la justice dans le monde aide à nous cacher à nous-mêmes la vraie justification : pour maintenir la répartition inégale existante des biens vitaux de cette terre, il faut la force militaire et le pouvoir économique porté par ces forces militaires . Pour rendre justice aux innombrables victimes de l’injustice économique, il n’y a besoin ni de forces militaires, ni d’interventions non militaires, mais d’un changement de comportement des états riches qui ne sont pas puissants militairement par hasard. D’un côté, les forces militaires sont un pilier du système du partage inégal entre pauvres et riches, d’un autre côté elles sont elles-mêmes, par leur coût énorme, une partie importante du problème de l’injustice mondiale qu’elles s’offrent de résoudre ponctuellement. Le fait de croire que nous devons garder les forces militaires en réserve pour rétablir ailleurs la paix, l’ordre et la justice, en d’autres termes, retirer la paille de l’œil des groupes de population souffrants, nous empêche de voir la poutre de l’injustice dans notre propre œil."

Ullrich Hahn du MIR (Mouvement international de la réconciliation) allemand
 

Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 836 / 988164

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License