missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°39 Breuklijnen

Septembre-September 2010
jeudi 30 septembre 2010 par J.V.

 DÉVELOPPEMENT - ONTWIKKELINGSSAMENWERKING

België scoort goed op ontwikkelingshulp

De Belgische ontwikkelingssamenwerking presteert goed. Dat staat te lezen in een rapport van de OESO (Organisatie voor Economische Samenwerking en Ontwikkeling). Binnen afzienbare tijd zal ons land 0,7 procent van het bbp (bruto binnenlands product) aan ontwikkelingshulp spenderen.

De Commissie voor de Ontwikkelingssamenwerking (DAC) van de OESO licht om de vier jaar de ontwikkelingssamenwerking in elke lidstaat door. Dat gebeurt door collega-lidstaten, deze maal Zwitserland en Canada. De DAC trok naar Burundi, een van de Belgische partnerlanden, om na te gaan hoe de Belgische sector werkt.

De voorzitter van de commissie, de Duitser Eckhard Deutscher, stelde het recentste rapport donderdag in Brussel voor. Volgens Deutscher behoort België qua ontwikkelingssamenwerking tot de top van een middengroep van OESO-lidstaten. Zijn rapport geeft ons land meer punten dan in 2005 en 2001. De sector is ondertussen ook hervormd en gemoderniseerd. En dat heeft resultaat opgeleverd. België heeft serieuze inspanningen geleverd om de kwaliteit van de hulpverlening te verbeteren, luidt het.

Zo zal België nog niet dit jaar, zoals voorzien, de symbolische 0,7%-grens van het bbp doorbreken, maar toch binnenkort. Dan zal ons land net zoals Denemarken, Luxemburg, Nederland, Noorwegen en Zweden 0,7% van zijn budget aan ontwikkelingssamenwerking besteden. Het ziet ernaar uit dat dit jaar tussen 0,66 en 0,69% zal worden gehaald. Deutscher waarschuwde wel dat bijkomende inspanningen nodig zijn om de 0,7% te kunnen aanhouden.

Ons land legt grote nadruk op landbouw en voedselzekerheid.

Bron : belga 2/9/2010

OIKOCREDIT-BE - 25 JAAR INVESTEREN IN HET ZUIDEN

Krediet geven aan armen

Oikocredit-be is de Belgische partnerorganisatie van de wereldwijde coöperatieve Oikocredit. Oikocredit verschaft krediet aan economische projecten van en voor kansarme mensen in ontwikke¬lingslanden. Via de 800 projectpartners bereikt Oikocredit vandaag met haar leningen al meer dan 17 miljoen armen in het Zuiden. Dit is enkel mogelijk dank zij de gelden beschikbaar gesteld door zowat 35.000 investeerders wereldwijd. De vraag van (micro)krediet-instellingen, coöperatieven, fairtradeproducen-ten… naar kredieten en kapitaal blijft sterk toenemen.

Investeert u ook ?

Zowel als particulier, als groep, organisatie, bedrijf, kunt ook u participeren. Niet via giften, maar door tijdelijk te investeren ; m.a.w. uw geld blijft uw geld. Elke euro die u ter beschikking stelt wordt voor 100% effectief omgezet in kredieten. U ontvangt zelfs jaarlijks een weliswaar beperkt financieel rendement, maar uw investering genereert vooral een hoog maatschappelijk rendement.

Wordt vennoot van Oikocredit-be !

U kunt investeren door aandelen te kopen van de Belgische coöperatieve Oikocredit-be. Een aandeel kost € 50 en om te beginnen dient u minimaal 5 aandelen (of € 250) aan te kopen. Daartoe dient u enkel het bedrag dat u wenst te investeren over te schrijven op 799-5372738-07 van Oikocredit-be – 2020 Antwerpen, met als mededeling : ‘aankoop aandelen’.

Neem contact voor meer informatie !

Oikocredit-be – Groenenborgerlaan 149 – 2020 Antwerpen
Contactpersoon : Bert Van Thienen - bvanthienen@oikocredit.org
gsm : 0478.500.438
http://www.oikocredit.be

LES RAVAGES D’UNE AIDE INUTILE

Dambisa MOYO, L’aide fatale. Les ravages d’une aide inutile et de nouvelles solutions pour l’Afrique, Préface de Niall Ferguson, traduit de l’anglais par André Zavriew, ISBN 978-2-7096-3360-4, JCLattès, Paris, avril 2010, 252 pages, 20 euros

Dambisa Moyo est née et a grandi en Zambie. Elle est diplômée en économie d’Oxford et de Harvard. Elle a travaillé pour la Banque mondiale avant d’entrer chez Goldman Sachs. Le magazine Time l’a choisie parmi les femmes les plus influentes de notre époque.

Dans ce livre provocateur et implacablement documenté, Dambisa Moyo affirme que l’assistance financière a été et continue d’être pour une grande partie du monde en développement un total désastre sur le plan économique, politique et humanitaire.

Entre 1970 et 1988, quand le flux de l’aide à l’Afrique était à son maximum, le taux de pauvreté des populations s’est accru de façon stupéfiante : il est passé de 11 % à 66 %. Pourquoi ? Adressée directement aux gouvernements, l’aide est facile à subtiliser, elle encourage la corruption à grande échelle et fragilise le pouvoir, objet des plus vives convoitises. Plus grave encore, l’aide sape l’épargne, les investissements locaux, la mise en place d’un vrai système bancaire et l’esprit d’entreprise.

Dambisa Moyo propose une série de mesures souvent assez radicales pour sortir de cette spirale. On comprend pourquoi son livre a suscité de si vives réactions et débats au Nord comme au Sud et au cœur des institutions financières nationales et internationales.

De l’eau pour tous

www.eaudefieurop.eu

Campagne 2010 - 2012

L’accès pour tous à l’eau potable constituera à coup sûr un des défis majeurs de ce siècle. Un combat qu’entend promouvoir la campagne « L’eau, bien commun pour la vie ». Mise sur pied par l’Institut européen de recherche pour la politique de l’eau (IERPE) et l’ASBL « Kréativa », celle-ci a pour but d’amener les citoyens européens à prendre conscience du fait que ce banal et précieux liquide n’est pas un produit marchand comme les autres, mais « un bien essentiel et non substituable ». Un credo que les promoteurs de cette initiative souhaitent voir gravé dans la législation européenne.

Les terres africaines achetées pour faire rouler les voitures occidentales

Selon un rapport publié par l’ONG « Les amis de la Terre Europe » (ATE) en juin 2010, 4,5 millions d’hectares de terres africaines sont accaparées par les pays développés pour y produire des agrocarburants tels que le jatropha (un arbuste qui produit de l’huile) ou la canne à sucre. A titre d’exemples, en Tanzanie, un millier de petits riziculteurs ont été expulsés de leurs terres pour laisser la place à la canne à sucre. Au Mozambique, plus de 183.000 hectares sont destinés au jatropha et en République Démocratique du Congo (RDC), une entreprise italienne prévoit une plantation de palmiers à huile de 70.000 hectares. Pour Christian Berdot, référent de la campagne Agrocarburants des Amis de la Terre France, « il est révoltant de voir les firmes européennes s’abattre sur l’Afrique comme un nuage de criquets, confisquant des millions d’hectares à des communautés déjà démunies, dans le seul but de faire rouler des autos et des camions en Europe. Les agrocarburants sont une tragique illustration de la surconsommation européenne de ressources mondiales ». Les pays, dont les multinationales sont épinglées par le rapport, sont notamment la Suisse, l’Italie, la Norvège, Israël, l’Espagne, la Belgique, le Japon, l’Allemagne, le Canada, le Royaume Uni, le Portugal et l’Ukraine.

EURAC, septembre 2010

Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 804 / 982603

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License