missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Islam

Islam et esclavage

Feuilles Vertes - Janvier 2008
vendredi 18 janvier 2008 par G.Verbist, mafr.
L’Esclavage en Terre d’Islam.
Un tabou bien gardé.

par Malek Chebel – Fayard, 2007 – 500 pages – 26,95 €.

Un auteur musulman, d’origine algérienne, a eu la volonté d’écrire un ouvrage sur le sujet tabou de l’esclavage en terre d’Islam.
« … je touche quelque chose de fondamental et de vrai… c’est qu’il y a encore des esclaves… la traite orientale s’est étalée sur quatorze siècles… plus grand que le nombre d’africains déportés dans les Amériques. »

 Le Cardinal LAVIGERIE et la Traite des Esclaves.

Lavigerie s’en occupe dès le premier instant où il pense à l’établissement de missions dans le centre du continent africain. Sa première pensée fut de susciter un « Royaume chrétien » avec un chef africain. La situation s’avérait dramatique pour les missionnaires établis autour du lac Tanganyika qui constituait une plaque tournante du réseau de traite.
Ce projet n’a pas réussi, mais sur une petite échelle, Louis Joubert, un auxiliaire des missions a essayé sur le pays de Mpala(Congo).
À consulter sur Joubert

Lavigerie se décide alors de lancer en Europe une vaste campagne pour alerter l’opinion, par des conférences à Paris, Londres, Bruxelles, Rome. Il voulait que les gouvernements prennent des mesures humanitaires dans cette traite. Une association dite des « Frères Armés du Sahara » est créé dans le but de fonder des centres de refuge et d’y promouvoir un développement agricole. cf. website de Rome

« Homo sum et nihil humani a me alienum puto. Je suis homme et rien de ce qui est humain ne m’est étranger » (discours à l’Eglise du Gésu de Rome-décembre 1888)

 200e anniversaire de la fin de l’esclavage en Afrique.

(Séminaire au Ghana, novembre 2007)

Les Eglises européennes et africaines ont organisé un séminaire au Ghana.

Le thème : « J’ai vu l’affliction de mon peuple (Exode 3,7)  : L’esclavage et les nouveaux esclavages ». Ils ont lancé un appel dénonçant les nouvelles formes d’esclavage : trafic d’êtres humains, travail forcé, enfants soldats, prostitution, les qualifiant de « probablement pires que l’ancien trafic d’esclaves ».

Le phénomène des enfants soldats touche quelque 300 000 enfants à travers le monde, notamment en Ouganda, au Libéria, en Sierra Leone, en RD Congo, au Soudan, etc... Dans la plupart des cas ces enfants, garçons et filles, sont continuellement abusés sexuellement, utilisés comme agents secrets, « détecteurs de mines », placés aux premiers rangs des combats.

La rencontre était présidée par le cardinal Péter Erdö, primat d’Hongrie (pour la CCEE) et le cardinal Polycarp Pengo, archevêque de Dar es-Salaam (pour le SECAM).

GROUPE RENCONTRE,
par G.Verbist, mafr.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1855 / 948488

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Dialogue   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License