missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Islam

L’Exécutif des musulmans

DOSSIER : l’Islam en Belgique (2)
dimanche 2 novembre 2008 par Jan Geypens

L’organisme musulman le plus élevé en Belgique.

Sa création, son fonctionnement, ses grands problèmes !
# # # # # # # # # # # # # # # # # # # # #

Situation précaire ...

L’islam est un des six cultes reconnus par l’Etat belge.

Il fut légalement reconnu le 19 juillet 1974, mais la mise à exécution des résolutions pratiques dues à cette reconnaissance tarde à se réaliser.

Comme à cette époque, l’islam n’était pas subsidié comme les autres cultes, la communauté musulmane s’était sentie discriminée par l’autorité belge. Mais pour remédier à cette situation l’Etat belge avait besoin d’un interlocuteur unique qui soit représentatif et accepté par toutes les communautés disparates des musulmans en Belgique. Alors seulement, celui-ci serait en mesure de parler en leur nom.

Dès le début, celà s’avérera très difficile à réaliser . Longtemps, la communauté musulmane et le Ministère de la Justice belge se sont mutuellement accusés de retarder les choses. La communauté musulmane trouvait que le Ministère de la Justice interférait trop dans leurs affaires de religion et qu’il posait trop de conditions et de restrictions, par ex. screening des candidats (élimination des personnes soupçonnées d’être favorables aux fondamentalistes) ; mais la raison fondamentale était en réalité que la communauté musulmane était trop divisée de l’intérieur par des tendances religieuses différentes et des nationalités diverses.

L’islam ne reconnaît pas une autorité centrale ; chaque membre entretient, sans intermédiaire, un lien direct avec Dieu et suit, à côté du Coran et de la Sunna, une des quatre écoles juridiques.

Des années de tâtonnements ...

Au début le ’Centre Culturel Islamique’ à Bruxelles essaya de jouer ce rôle d’interlocuteur avec le gouvernement belge, mais il ne pouvait satisfaire la communauté dans son ensemble.

Avec l’aide de quelques intellectuels belges convertis à l’islam, les différents ministres de la Justice (Wathelet, Van Parijs, De Clerk, Onkelinx) et le Centre pour l’égalité des chances (Lemann) sont passé par des étapes intermédiaires. On créa d’abord ’le Haut Conseil des Musulmans de Belgique’ qui fut ensuite remplacé par ’le Conseil Provisoire des Sages’ afin de préparer, avec la consultation des communautés musulmanes, une ’ Constituante ’ (68 membres) obtenue après une élection générale par les musulmans.

De cette ’Constituante’ on élit ou on coopte 17 membres pour constituer l’Exécutif. On est déjà le 22 novembre 1994 et l’Art.2 de l’arrêté royal dit : « Cet exécutif, agréé par le ministère de la Justice est composée de 17 membres islamiques, établis en Belgique depuis cinq ans au moins, résidant dans les différentes parties du pays et représentant les diverses tendances et nationalités y vivant ». L’exécutif est accepté pour un an, après quoi on fera une évaluation à propos de ses activités et de son rayonnement auprès des communautés musulmanes. Ce premier exécutif est composé de 7 Marocains, 4 Turcs, 3 Belges et 3 autres. Cette répartition peut (et va) changer avec l’exécutif suivant.

Fonctionnement et Compétences ...

Dans l’article 3 de l’arrêté royal on lit aussi : « L’Exécutif a pour mission, à la demande du Ministère de la Justice, de donner des avis concernant les différents problèmes relatifs à la représentation de l’ensemble de la communauté islamique et notamment, l’enseignement de la religion islamique et sa représentation dans les prisons et les hôpitaux. » Les compétences énumérées dans cet article ne sont pas limitatives. D’autres compétences pourraient être ajoutées s’il s’avère dans l’avenir que l’exécutif fonctionne bien.

Ainsi, par exemple, on pourrait ajouter : composer un programme officiel pour l’enseignement, créer des cimetières musulmans, une liste de mosquées à reconnaître ...

Pour le moment une trentaine de prisons désirent la nomination d’un aumônier islamique pour accompagner les prisonniers. De même il y a des problèmes spécifiques qui se posent à des malades musulmans qui se trouvent dans un hôpital belge.

Cependant, malgré l’installation de l’Exécutif, il n’est pas toujours sur pied d’égalité comme ’Organe chef du Culte’ avec les cinq autres cultes reconnus par l’Etat belge. Il reçoit un crédit (1 million d’euros par an) permettant de couvrir les frais de fonctionnement. Ce crédit est inscrit au budget du Ministère de la Justice.

Evaluation et problèmes ...

- Sur papier, tout semblait très beau ; espoir et fierté étaient au menu. Mais dès le début tout dérailla vite et la communauté musulmane n’a pas longtemps gardé confiance dans l’Exécutif. On lui reproche une incompétence, des abus financiers, un manque de transparence, trop peu de réalisations pendant le mandat des élus. A cela s’ajoute encore une prise de distance insuffisante vis à vis du terrorisme et une représentation trop faible de femmes et de musulmans d’expression néerlandaise. Certains proposent même d’avoir un Exécutif d’expression française et un autre d’expression néerlandaise, mais chacun lié alors à la Région respective.

- La grande cause de ce malaise est, comme déjà dit plus haut, la diversité des tendances et des nationalités. De plus, plusieurs communautés musulmanes trouvent qu’elles ne sont pas représentées à cause du ’screening’ par la Sureté d’Etat, qui garde un œil vigilant sur les personnes soupçonnées d’avoir des liens avec les fondamentalistes. Ainsi aux dernières élections du 20 mars 2005, préparées avec trop de hâte, quand il fallut renouveler certains membres de l’exécutif, la communauté marocaine a boycotté l’élection. Il en résulta qu’elle est devenue minoritaire dans l’exécutif (6 Marocains et 8 Turcs) alors qu’elle est majoritaire dans le pays. (350 000 Marocains et 180 000 Turcs). Le cabinet de la Justice a chargé les Sénateurs Meryem Kaçar (Agalev) et Philippe Moureaux (PS) de jouer les médiateurs pour sortir de l’impasse. Certains membres préconisent un autre système pour composer l’exécutif et voient plutôt une espèce de ’fédération’ où chaque grande communauté peut envoyer un ou plusieurs représentants.

- Ce qu’on peut cependant mettre à l’actif de l’exécutif c’est la nomination de 18 aumôniers, la reconnaissance de 6 mosquées en Flandre (bien que 34 dossiers de demande aient été présentés), 5 à Bruxelles et 43 en Wallonie. On constate que les critères de reconnaissance des mosquées ne sont pas les mêmes en Flandre qu’en Wallonie. D’autres dossiers ont été mis en route.

De l’actualité ...

Un musulman de Gent qui était mécontent, a demandé l’aide d’un avocat pour assigner en justice quelques membres de l’exécutif. Il les accusait de mauvaise conduite pour les raisons mentionnées plus haut. S’y ajoutait qu’il y avait un trou de 220.000 €. Il demande non seulement la démission de l’exécutif, mais aussi son abolition. Un ex membre de l’exécutif a été mis en prison. Le nouveau ministre de la Justice, Jo Vandeurzen, a suspendu provisoirement les subsides au début février 2008 et une enquête judiciaire est en cours. Dix membres ont, ou bien démissionné, ou ont été évincés et on n’arrive pas à se mettre d’ accord pour les remplacer.

Le président à ce moment, Mr.Coskun Beyazgül (de la communauté turque), était complètement découragé et a démissionné. Il ne croit pas en de nouvelles élections et plaide pour une autre forme de constitution. La diversité entre Turcs, Marocains et Belges convertis à l’islam est, pour lui, trop grande. Que penser, dit il, si les Anglicans, les Catholiques, les Protestants et les Orthodoxes n’avaient qu’une seule représentation auprès du Ministère de la Justice ?

Cependant le Ministère belge tient à avoir un seul interlocuteur au nom de tous les musulmans pour contrecarrer les tendances fondamentalistes et pouvoir donner des subsides. Il demande de continuer les pourparlers afin d’arriver à une réconciliation entre les différentes communautés.

Finalement le 15 mars 2008, on a reconstitué un nouvel EXECUTIF des musulmans. (cfr.Feuille Verte d’avril).

C’est sûrement à suivre ...

Nous, les Belges, nous ne pouvons pas faire trop de commentaires à ce sujet, car notre propre difficulté à former un gouvernement (après 9 mois) avec Wallons et Flamands ne peut les inspirer beaucoup ni leur servir d’exemple.
DOSSIER : l’Islam en Belgique (2)
réalisé par J. Geypens, mafr.
pour le GROUPE RENCONTRE,

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 699 / 610793

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Dialogue   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License