missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°87 Breuklijnen

Octobre - Oktober 2014
samedi 1er novembre 2014 par J.V.

 MIGRATIONS

L’UE APPELÉE À (RÉ)AGIR

Le 30 septembre Amnesty International publiait un rapport intitulé : « Des vies à la dérive. Réfugiés et migrants en péril en Méditerranée ». Depuis janvier 2014, plus de 2.500 migrants sont morts en tentant désespérément d’atteindre l’Eldorado européen pour fuir les conflits et la pauvreté. Un chiffre vertigineux sous-évalué vu le nombre de corps jamais retrouvés.

AI plaide pour une modification de Dublin II [1] et désire favoriser des itinéraires sécurisés et légaux. Des visas humanitaires, le travail saisonnier, des programmes de réinstallation ou encore des mesures facilitant le regroupement familial devraient être envisagés. "L’Europe doit fournir d’urgence des navires de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale, munis d’un mandat clair de sauvetage de vies humaines en haute mer et des ressources nécessaires à cet effet, déclare l’ONG.

  « En haute mer, il faut parfois cinq à six heures pour rejoindre une embarcation de migrants qui a émis un signal de détresse. Et ces cinq ou six heures font toute la différence entre la vie et la mort ».

L’Italie, avec l’opération Mare Nostrum, est la seule à avoir déployé une partie importante de sa marine pour ce type d’opérations. Mais rappelant son coût (neuf millions d’euros par mois) et l’absence de soutien, le pays à fait savoir que l’opération n’est pas durable à long terme. «  Seul un effort collectif de la part des membres de l’UE pour assumer une responsabilité partagée pourrait pallier ce problème » dit AI.

Metro 1 octobre 2014 // La Libre Belgique 1 octobre 2014
 

 LA BELGIQUE, CINQUIEME EMPREINTE ÉCOLOGIQUE MONDIALE

C’est ce qu’explique le rapport « Planète Vivante » du Fonds mondial pour la Nature (WWF) publié mardi. Elle a « gagné » une place par rapport au dernier rapport datant de 2012 et n’est désormais plus devancée que par le Koweït, le Qatar, les Émirats arabes unis et le Danemark. Si tous les citoyens du monde vivaient comme les Belges, l’humanité aurait besoin de 4,3 planètes pour subvenir à ses besoins , ressort-il du rapport.

Le royaume se situe en effet dans le top cinq des plus grosses empreintes écologiques, avec une estimation de 7,47 hectares consommés par habitant, pour 7,11 hectares dans le rapport de 2012. A titre de comparaison, la moyenne mondiale se situe à 2,3 hectares et il faudrait actuellement, selon le WWF, une planète et demie pour produire les ressources écologiques renouvelables nécessaires au soutien de l’empreinte de l’humanité.

La Belgique fait donc partie des mauvais élèves, ce qui s’explique en partie par le fait que la surface bâtie y est sept fois supérieure à la moyenne mondiale, mais pas seulement.

Concrètement, « les bâtiments belges sont très mal isolés, il y a très peu d’énergies renouvelables, le transport routier est très dense et la politique des voitures de société n’incite pas à l’utilisation des transports en commun », résume Frank Hollander du WWF.

Seuls le Koweït, le Qatar, les Émirats arabes unis et le Danemark font moins bien que la Belgique. Les Etats-Unis, qui nous devançaient encore il y a deux ans, ont pour leur part « perdu » 4 places. Un mieux qui s’explique par deux raisons, selon Frank Hollander. D’une part, « la baisse de l’empreinte écologique est directement liée à la crise économique. Faute de moyens, les citoyens américains ont consommé moins », avance-t-il. D’autre part, « les réductions d’émissions de CO2 sont également dues au passage graduel de l’énergie du charbon à celle du gaz de schiste ».

En Belgique, certaines pistes sont avancées par le Fonds pour réduire l’empreinte écologique. Chaque citoyen peut y travailler, souligne encore Frank Hollander. Au niveau individuel, « consommer moins et mieux » serait déjà une bonne base. « Le Belge pourrait notamment consommer moins de viande, puisque sa production a une empreinte assez importante, mais il pourrait aussi mieux s’informer sur les écolabels présents sur les produits de consommation comme le poisson. » Il serait également préférable de limiter l’usage de la voiture, en favorisant les transports en commun, et de mieux isoler les habitations pour en limiter les pertes énergétiques.
/…/ (APF)

La Libre Belgique du 30 septembre 2014
 
TIPS OM JOUW VOETAFDRUK TE VERKLEINEN

- Eten : geef eens de voorrang aan verse groenten en fruit in plaats van diepgevroren, of probeer twee keer per week vlees te vervangen door een vegetarisch alternatief.
- Energie : laat geen lampen nutteloos branden en laat je apparaten niet op stand-by staan. Zet de verwarming niet nutteloos op noch nutteloos hoog.
- Vervoer : moet je minder dan 5 km afleggen ? Ga te voet of neem de fiets. Of anders het openbaar vervoer.
- Papierverbruik : gebruik gerecycleerd papier in plaats van gewoon ; hergebruik langs één kant bedrukt papier ; plak een sticker op je brievenbus om reclame te vermijden.

[1En vertu duquel c’est le pays membre dans lequel arrivent en premier les personnes en quête d’asile qui est responsable du traitement des demandes. Ce dispositif crée une défaillance dans le partage des responsabilités entre les pays d’Europe du sud et du nord. Ce règlement décourage les pays du sud de secourir et de ramener les réfugiés et les migrants dans leurs ports.

[2De vette lettertjes zijn van de redactie.

[3l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), parfois désigné par l’acronyme arabe Da’ech / Daesh principalement par les opposants à l’EI ou l’IS.

[4Mots mis en lettres grasses par la rédaction.


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 65 / 584235

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License