missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°109 Breuklijnen

Mars / Maart - 2017
lundi 3 avril 2017 par Jef Vleugels

 M I G R A N T S

Cijfers over migratie in de EU

De Europese Commissie heeft cijfers vrijgegeven van de asielzoekers die door de verschillende EU-landen van uit Italië en Griekenland werden opgenomen volgens de akkoorden van 9/2015. België heeft 396 vluchtelingen opgenomen (10% van het beloofde quotum). De koplopers zijn Ierland (53%), Finland (51%), Portugal (37%) en Nederland (25%). Oostenrijk, Hongarije, Tsjechië en Polen namen niemand op. In totaal zijn over de ganse EU al 13.546 vluchtelingen geherlokaliseerd, 14% van het beloofde aantal. Ouch...

EXPRESS.be newsletter 3-03-2017
 

Le pape plaide pour un « changement d’attitude », du rejet à l’accueil

Le pape François a plaidé pour « un changement d’attitude envers les migrants et les réfugiés » : « d’une attitude de défense et de peur, de désintérêt », de « rejet », à « une attitude généreuse d’accueil ». Devant les participants à la 6e édition du Forum international « Migrations et paix », qu’il a reçus le 21 février 2017 au Vatican, le pape a expliqué que la réponse à la crise migratoire devait « s’articuler autour de quatre verbes : accueillir, protéger, promouvoir et intégrer  ».

Fustigeant le « refus », « l’égoïsme » et les « démagogies populistes », le pape a appelé à « dépasser l’indifférence et préférer aux craintes une attitude généreuse d’accueil envers ceux qui frappent à nos portes ». « Protéger ces frères et sœurs est un impératif moral », a-t-il insisté en encourageant la lutte contre les « trafiquants de chair humaine ».

Evoquant la question de l’intégration, il a précisé qu’il s’agit d’un « processus bidirectionnel, qui se fonde essentiellement sur la reconnaissance mutuelle de la richesse culturelle de l’autre ».

Pour le pape François, l’aide aux migrants est « un devoir de justice, de civilisation et de solidarité ». La question « Où est ton frère ? », « n’est pas une question adressée à d’autres, c’est une question adressée à moi, à toi, à chacun de nous ».

ZENIT, Constance Roques, 21 février 2017
 

Angela Merkel réveille notre conscience

« Wir schaffen das. » Nombre de personnes en veulent à Angela Merkel pour sa fameuse boutade au sujet du drame des réfugiés. Il ne s’agissait pourtant pas pour elle d’ouvrir toutes les portes de son pays ou de l’Europe. Elle voulait tout simplement que l’accueil pratique et pragmatique du flot des réfugiés se réalise dans la solidarité, l’humanité et la charité.

La chancelière d’Allemagne sait ce dont elle parle. Après la chute du Mur elle a expérimenté ce qu’une politique d’hospitalité peut susciter. Beaucoup prétendaient alors que la réunification de l’Allemagne plongerait tout le pays dans le chaos. Mais l’Allemagne schaffte das !

S’il a été possible d’intégrer 16 millions d’Allemands et un pays économiquement caduc dans une république de 65 millions de citoyens, pourquoi ne réussirait-on pas d’accueillir un ou un million et demi de réfugiés dans un continent de 500 millions d’habitants ?

Pour Merkel c’était avant tout une question de devoir. Pour cette protestante pratiquante, l’accomplissement du devoir fait partie de ses motivations éthiques. Et pour faire son devoir, il faut pouvoir être pragmatique. Et cette fille de pasteur a prouvé qu’elle était capable d’être pragmatique. Pour sortir son pays de la crise, elle estimait une politique socio-économique assez dure inévitable, dont elle a pu par la suite lâcher les brides progressivement.

Dans l’approche que Merkel avait du drame des réfugiés, sens pragmatique et réalisation idéaliste allaient de pair. Là aussi son origine a joué un rôle prépondérant. Merkel est luthérienne et non pas calviniste. Là où le catholicisme suit une éthique axée sur les vertus, l’éthique calviniste est axée sur les devoirs. Mais le luthéranisme connaît les deux et est même ‘plus proche de Rome que de Genève’.

C’est la vertu de Merkel qui indispose plus d’un, parce qu’elle griffe leur conscience. Pour le dire dans la langue de Trump, elle « grabs them by their conscience ». Merkel nous rappelle un élément essentiel de notre vie en société. Ce dont beaucoup ne veulent pas.

  • Un but supérieur

Sans la vertu des citoyens un pays devient ingouvernable. Mais la vertu est devenue une denrée rare chez les politiciens. Une bonne partie de la politique n’est même plus pragmatique, c’est-à-dire axée sur ce qui est réalisable afin d’atteindre progressivement un bien supérieur. La seule question qui reste très souvent est de savoir ce que cela rapporte (en vue des élections ou de la popularité).

Le bien et le mal sont de plus en plus machiavéliquement définis en termes d’utilité en vue de garder le pouvoir. Ce qui profite au bien commun importe moins. Le comportement de Merkel est diamétralement opposé à cette attitude. Et cela dérange nombre de politiciens et de citoyens.

Merkel nous rappelle le sens exact de ce qui est juste. Liberté personnelle et bien commun y occupent la première place. Je veux garder ma liberté, mais sans que cela nuise à autrui.

La justice cherche l’équilibre entre les deux. Idéologie et éthique orientent le jugement personnel sur ce qui favorise la liberté d’une part, le bien commun d’autre part. Mais comment trouver ce juste équilibre entre moi et nous ?

  • La vertu

Pour obtenir un équilibre stable un troisième pilier s’avère indispensable : la vertu. Aux dires du philosophe et politologue Américain, Michael J. Sandel, Merkel remet en place ce troisième pilier oublié de la justice. Aussi longtemps que les autorités et les citoyens ne se comportent pas comme il faut, il n’y aura pas de société juste.

D’après Michael Sandel, nous portons tous fermement ancrée en nous la conviction qu’à côté du bien commun et de la liberté, la vertu est tout aussi nécessaire. A notre époque où droits et devoirs sont de plus en plus dépendants de procédures, lois, règlements et contrats, cette vérité semble de plus en plus remise en question.

  • Têtue

Avec sa déclaration « Wir schaffen das » Merkel nous incite à examiner notre propre cœur. Or, on n’aime pas cela.

Ne fût-ce que pour avoir remis en avant la valeur de la vertu, la chancelière allemande a plus que mérité le doctorat honoris causa. Et aussi parce qu’elle est têtue, se rappelant sans doute le dicton anglais : la renommée est volatile et la popularité hasardeuse, la richesse est passagère et il n’y a qu’une seule chose qui reste : le caractère.

Mark Van de Voorde in De Standaard du 12 janvier 2017.
Traduction de notre rédaction.
 

One year of humanitarian corridors !

27 February and 2 March we will celebrate welcoming in Italy other 125 people.

The first group of refugees from the war in Syria arrived in Italy in February 2016. It seemed a dream, for them and for us, to help whole families, who had lost everything, to start a new life. Around them an extraordinary movement of solidarity has grown up : many have offered help, even offering homes. This has shown the beautiful face of Italy, which encourages and supports us to continue. And so, one year after the first arrivals, we reach the number of 700 people rescued from Damascus, Homs, Aleppo. Among them many children born with the war, who have known the peace in our country.

Sant’Egidio 25-02
 

Rapport van de Hoge commissaris voor de Vluchtelingen, Filippo Grandi

‘De armste gemeenschappen bieden het vaakst onderdak aan ontheemden’
Meer dan de helft van de nieuwe vluchtelingen die Syrië ontvluchtten in de eerste helft van 2016, bleef in de directe omgeving : Turkije, Jordanië, Libanon en Egypte. In verhouding tot hun bevolking, tellen Libanon en Jordanië het grootste aantal vluchtelingen. Als gekeken wordt naar de economische prestaties van een land, dragen Zuid-Soedan en Tsjaad de grootste last.

Van alle landen telt Turkije het hoogste aantal vluchtelingen. Halverwege 2016 telde het land 2,8 miljoen vluchtelingen. Daarna volgen Pakistan met 1,6 miljoen, Libanon met 1 miljoen, Iran met 978.000, Ethiopië met 742.700, Jordanië met 691.800, Kenia met 523.500, Oeganda met 512.600, Duitsland met 478.600 en Tsjaad met 386.100 vluchtelingen.

Eerder deze maand bekritiseerde Grandi de politisering van het vluchtelingenprobleem in Europa, de Verenigde Staten en andere geïndustrialiseerde landen en regio’s. ‘Dit zijn mensen die vluchten voor gevaar, ze zijn zelf niet gevaarlijk’, zei hij.

MO* Daily 2-03-2017
 

Hongarije : automatische arrestatie van alle asielzoekers

Het Hongaarse parlement heeft met overgrote meerderheid (138 stemmen voor, 6 tegen en 22 onthoudingen) en ondanks scherpe kritiek van mensenrechtenorganisaties de automatische arrestatie van alle asielzoekers goedgekeurd.

Volgens premier Viktor Orban is de nieuwe maatregel een gevolg van de recente terreuraanslagen in Europa. Op een inhuldigingsceremonie voor nieuwe grenswachten, die lokaal als ‘grensjagers’ bekend staan, zei Orban dat Hongarije ‘wordt belegerd’ en enkel op zichzelf kan rekenen voor bescherming. Hij noemde immigratie al meermaals ‘een vergif’.

Deze maatregel was al in voege, naar hij werd in 2013 – onder druk van Brussel, de VN-vluchtelingenorganisatie en het Europese Hof voor de Rechten van de Mens – opgeschort.

EXPRESS.be 8-03-17
 

Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 29 / 583598

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License