missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be
Dialogue & Rencontre.

SEMAINE DE PRIERE pour l’unité des chrétiens – 18 au 25 janvier.

Edition SPECIALE – 15 janvier 2017.
mardi 17 janvier 2017 par G.Verbist, mafr.

Catholiques et protestants, qu’est-ce qui nous sépare encore ?

Cinq cents ans que nous nous opposons, cinquante ans que nous nous rapprochons (depuis le Concile Vatican II).
Il y a, bien sûr, des divergences théologiques : surtout sur l’Eucharistie et les ministères, car celles sur Marie ont été élucidées et, surtout, la question du Salut (est-on sauvé par sa foi ou ses œuvres ?) est résolue avec un accord historique en 1999 avec les luthériens.
Il y a aussi le plan éthique, où le protestantisme est réputé plus ouvert que Rome, notamment en matière d’économie, de famille et de sexualité.
Mais les Églises évangéliques sont souvent rigoristes en ces domaines.

Face à ce qui sépare, nous avons en commun des trésors de foi, de spiritualité et d’action, de la parole de Dieu (en une même traduction, la TOB) au service des pauvres et des exclus en passant par des médias animés ensemble ou par des foyers mixtes, tous annonçant le même Christ dont nous sommes disciples.

Tout va bien alors ? Presque, car il y a l’Église « sacrement du salut » pour les catholiques alors que les protestants y voient un simple instrument.

Notre unité, quelle qu’en soit la forme, passe par l’accueil de nos différences : non pour les bénir toutes, mais pour qu’elles cessent d’être des obstacles entre nous et, donc, entre l’ Évangile et le monde.

(Père Michel Kubler. Prions en Eglise N°361. 2017.)
 

In 1999 kwam het akkoord rond « de leer van de rechtvaardiging », centrale vraag van de Hervormde Kerken. Dit akkoord werd ook bevestigd door andere Kerken.
Onder Paus Franciscus komt er meer vaart rond de beweging voor éénheid. In dialoog met de ’ Hervormden ’ , bij de 5OO jaar viering van Luther in Zweden, nodigt hij ons uit ’samen een gemeenschappelijk getuigenis ’ te beleven. Hij noemt het ’een oecumenisme op de weg’ : het gemeenschappelijk gebed en de werken van barmhartigheid brengen ons samen.

(Jan Lenssen, mafr.)
 

Hoever staan we met onze oecumene vandaag ?

Bekijken we kort de gebeurtenissen die in het afgelopen jaar de verschillende Kerken dichter samen brachten. Ze zijn dragers van hoop en ontmoeting !

= Orthodoxen : de ontmoeting te Havana (Cuba) van de Paus en patriarch Kyrill van Moskou, werd de eerste beloftevolle ontmoeting met de Russische Orthodoxen. De herkenning van de Verklaring van Balaman staat in de gemeenschappelijke verklaring : « Uniatisme kan niet aanvaard worden als een weg naar eenheid ».
In de maand juni slaagde patriarch Bartholomeüs van Constantinopel erin de verwachte Orthodoxe Synode samen te brengen op Kreta, ondanks de afwezigheid van 4 Kerken(Rusland, Antiochië, Géorgië, Bulgarije). De ervaring was positief voor hun gemeenschappelijke getuigenis en toenadering tussen de Kerken.

= Anglicanen : hun interne problemen schijnen geen hinder te zijn voor een vruchtbaar voortzetten van de externe dialoog.
Een teken van eenheid werd de ivoren bisschopsstaf van Paus Gregorius de Grote, geschonken door paus Franciscus als ’ een teken van band en geestelijke vereniging ’.
Te Rome werd met de anglicanen de 5O jarige ontmoeting gevierd van Paus Paulus VI met aartsbisschop Ramsey, na het Concilie Vatikaan II.
In die viering werd het werk van de Internationale Commissie met veel lof voorgesteld.

= Reformatie : Paus Franciscus werd persoonlijk uitgenodigd door de Lutherse Wereldfederatie, op de opening van de viering van de 500ste verjaardag van de Hervorming.
Antwoordend op de vraag of het wel paste naar Zweden te gaan als Paus zei hij : « We vieren tegelijker tijd een schuldbelijdenis, een dankzegging en een voornemen om te getuigen.... we leren met hen de Bijbel te bestuderen ». En dan voegde hij er nog aan toe : « Ecclesia semper reformanda ».

( Jan Lenssen, mafr. )
 

A lire aussi dans notre édition du 1er janvier l’article du Cardinal Koch
« Sans but commun, l’œcuménisme ne peut pas avancer »
.

Saint Éphrem le Syrien

Vénéré dans les Églises orientales comme occidentales, ce saint est un diacre et un théologien syrien qui a vécu au 4e siècle.

Né en 306, il meurt à 67 ans, en 373, après avoir contracté la lèpre.
Sa famille est païenne. Á 18 ans il choisit la religion chrétienne. Son père le chasse. Il est alors accueilli par l’ évêque local.
Ascète et mystique, il est ordonné diacre et sert activement l’Église de Nisibe (Nesaybin en Turquie actuelle). Il fonde une école théologique.
Il écrit en langue syriaque. Ses hymnes inaugurent la pratique du chant liturgique. Son oeuvre sert de modèle en Asie Mineure.

Proclamé docteur de l’ Église par le pape en 1920, il est célébré le 9 juin.
Sa renommée dans le monde arabophone de nos jours, tient à ses écrits accessibles au grand public et traduits en plusieurs langues : en arabe, en grec, en arménien, en éthiopien.

(Oeuvre d’Orient. Prions en Eglise N°361. 2017.)
 

Op nieuwjaarsdag 1 januari 2017 vond in de Syrisch-orthodoxe kathedraal van Aleppo een indrukwekkend vredesgebed plaats met de leiders van de belangrijkste christelijke Kerken.
De oecumenische viering werd bijgewoond door de Syrisch-orthodoxe patriarch Ignatius Afrem II, de maronitische bisschop Joseph Tobji, de chaldeewse bisschop Antoine Audo en pastor Ibrahim Nseir (van de Arabische Evangelische Kerk)

(Kerknet 4.1.17.)
 

OECUMENISME dans nos documents

Dans les ACTES capitulaires (2016) :

  • 3.1.m) Collaborer au niveau œcuménique dans les questions de JPIC avec toutes les Églises et les Nouveaux Mouvements Religieux.
  • p. 62. Action : collaboration œcuménique. Pourquoi ? : Pour une action JPIC commune. Comment ? : en faisant connaître le document « Together towards life » du conseil œcuménique.
  • p. 64. Œcuménisme : Action : connaître et collaborer avec les Églises orientales et autres dénominations chrétiennes. Pourquoi ? : Préserver la communauté entre Latins et Orientaux et pour un dialogue de vie et de service. Comment ? : Par la connaissance mutuelle et en osant la rencontre et la collaboration.

Textes de la postcapitulaire de l’Europe (PEP) :

  • Mission. Justice et Paix......L’œcuménisme doit être traité comme faisant partie intégrale de JPIC et RD.

L’Église orthodoxe russe

Le Patriarcat de Moscou : ce sont 193 diocèses, 354 hiérarques, 36 000 églises, et près un millier de monastères.
Le 4 décembre 2016 le patriarche de Moscou a consacré à Paris la cathédrale de la Sainte-Trinité.
A cette occasion il a appelé au réchauffement entre la Russie et la France.
L’état russe s’est beaucoup appuyé sur l’Eglise pour retricoter le sentiment national.

  G.Verbist, mafr.

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 80 / 645238

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site Dialogue   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License