missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°54 Breuklijnen

Décembre - December 2011
vendredi 30 décembre 2011 par J.V.

[marron]EN GUISE DE VŒUX DE NOËL[/marron]

[vert]LA FOI[/vert]

Si tes enfants ne veulent pas aller à la messe de Noël,
ne dis pas : "Ils n’ont plus la foi".
Dis seulement : "Ils ne vont pas à la messe".
Car qui t’a chargé de déterminer
la mesure et le degré de la Foi des uns et des autres ?

N’oublie jamais l’Evangile !
C’est devant cette païenne de Cananéenne,
ou cet idolâtre de Centurion Romain,
que Jésus ne peut s’empêcher de s’exclamer avec joie :
"Jamais je n’ai vu pareille foi en Israël".

Si ta fille vit avec un copain sans être mariée,
Ne dis pas : "Elle vit dans le péché".
Dis : "Ma fille vit avec un ami".
Car est-ce toi que Dieu a désigné pour organiser le jugement dernier ?

Si tes petits-enfants ne sont pas baptisés ou ne vont pas au catéchisme,
ne clame pas à qui veut l’entendre :
"Ils ont rejeté l’Eglise et les sacrements".
Que sais-tu des rendez-vous secrets que Dieu peut avoir
avec tes petits-enfants ?
Ces surprises bouleversantes dont nul ne connaît ni le jour ni l’heure ?
Sais-tu qu’il n’y a jamais eu autant de baptêmes d’adultes
qu’en ces temps-ci ?
Accepte que la foi de tes petits-enfants ne soit pas qu’en tes seules mains
et ne dépendant que de toi.

Mais parce que je sais que tu souffres de tout ceci,
et que tu risques bien d’en avoir encore plus mal
au cours des réunions de famille qui s’annoncent,
je voudrais pouvoir éclairer ton regard d’une étoile.

Devenir capable de regarder l’autre comme un enfant de Dieu
et non plus comme un non-pratiquant,
le voir avec la tendresse même de Dieu,
écouter l’autre comme quelqu’un à aimer
et non comme un présumé coupable,
c’est le signe le plus concret que Noël est bien arrivé
et que c’est bien vrai que Dieu s’est fait homme.

Jean Debruynne
 

[marron]DE TOEKOMST VAN ONZE PLANEET[/marron]

- [vert]DURBAN[/vert]

De vertegenwoordigers van een 190-tal landen zijn het op de VN-klimaatconferentie in het Zuid-Afrikaanse Durban eens geworden over een verlenging van het Kyoto Protocol, dat in 2012 af zou lopen. Daarnaast zijn ze het ook eens geraakt om tegen 2015 tot een voor alle landen van de planeet bindend akkoord te komen over een verlaging van de broeikasgasemissies. Dat akkoord zou dan tegen 2020 moeten ingaan.

De internationale gemeenschap wil de wereldwijde opwarming van onze planeet beperken tot +2 graden Celsius. Groen ! - Kamerlid Kristof Calvo laat zondagochtend aan Belga al weten dat die doelstelling niet zal gehaald worden met de akkoorden die nu bereikt werden. "Het klimaat is met dit akkoord niet gered, maar de onderhandelingen wel. En de klimaatonderhandelingen zijn nog steeds essentieel om vooruitgang te boeken", zegt Calvo.

Er zou ook overeenstemming zijn over het beheer van een fonds om armere landen te helpen met klimaatinspanningen. Hoe dat fonds dan weer moet gespijsd worden, is nog niet duidelijk.

De klimaatconferentie in Durban draaide uit op een uitputtingsslag en gaat de geschiedenis is als de langste ooit. . Om tot de akkoorden te komen moesten de gedurende twee weken geplande onderhandelingen met twee nachten en een dag verlengd worden. Vooral de VS, India en China lagen dwars, en hadden moeite met het opleggen van een juridisch bindende overeenkomst. De EU bleef echter vasthouden aan een stappenplan voor een bindend klimaatakkoord.

http://www.standaard.be zondag
11 décember 2011
 

- [vert]LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE EST UN ASSASSINAT[/vert]

[bleu marine]« Nous, Africains, n’avons contribué qu’à 4% des émissions de gaz à effet de serre depuis le début de la révolution industrielle »[/bleu marine]

La vie de 1 milliard d’Africains est aujourd’hui en danger. Sur un continent où plus des deux tiers des actifs dépendent, pour leur survie, du secteur agricole, la stabilité du climat est cruciale. Or, nous voyons les périodes de sécheresse se prolonger, les inondations se multiplier et la météo se dérégler. Pour les agriculteurs du Sahel, qui ont déjà des difficultés à se nourrir, un réchauffement de plus de deux degrés (ce que nous n’arriverons vraisemblablement pas à empêcher) est synonyme de mort. Il faut malheureusement s’attendre à ce que la pénurie en eau qui frappe cette région jette les populations sur les routes et provoque des conflits.

Pour les petits pays insulaires, comme le Cap-Vert, les Seychelles, São Tome e Principe ou Maurice, c’est au contraire la montée des eaux qui menace de faire des centaines de milliers de réfugiés. Les régions côtières du Golf de Guinée sont également concernées. Alors que le continent marque des points dans sa lutte contre les épidémies comme le paludisme, le changement climatique risque de remettre en question ces succès en provoquant l’extension des zones infestées et la contamination de celles qui, en altitude, étaient jusque-là préservées.

Pourtant, [bleu] nous, Africains, n’avons contribué qu’à hauteur de 4% [/bleu] aux émissions de gaz à effet de serre depuis le début de la révolution industrielle. Les pays développés portent la responsabilité historique des drames climatiques de notre continent. Ce n’est pas là de l’anti-occidentalisme primaire, mais une réalité objective, attestée par les rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), dont la plupart de membres sont des Occidentaux. Les pays africains sont désormais unis autour des mêmes positions dans toutes les négociations sur le climat. Il faut évidemment faire en sorte que les émissions de CO² diminuent. C’est indispensable. L’objectif est clairement défini : les pays développés doivent réduire, d’ici à 2020, leurs émissions d’au moins 40% par rapport à leur niveau de 1990, et, d’ici à 2050, de 80% à 95%. Ils doivent également faire des efforts d’adaptation. De leur côté, les Etats africains doivent, quand cela leur est possible, préférer les énergies renouvelables aux énergies fossiles. Nous ne devons pas répéter les erreurs des nations du Nord en empruntant le même chemin excessivement polluant.

Tout cela ne doit pas se faire, et ne se fera pas, au détriment de la croissance économique et de la réduction, de la pauvreté. Nous le rappelons à certains pays riches tentés d’instrumentaliser le débat climatique pour empêcher les puissances émergentes de les rattraper. Pour ouvrir cette nouvelle voie vers un développement durable en Afrique, les pays occidentaux doivent absolument limiter le coût des technologies « propres ». Car le second front sur lequel nous devons livrer bataille est celui du financement.

Les discussions sur le Fonds vert, promis l’année dernière à Cancun, ne progressent pas, et les financements à démarrage rapide («  fast start  ») institués à Copenhague se sont révélés un marché de dupes. Sur les 30 milliards de dollars (22,4 milliards d’euros,NDLR) promis pour la période 2010-2012, moins de 3 milliards ont effectivement été déboursés.

La conférence sur le climat qui vient de s’achever à Durban, en Afrique du Sud, n’a malheureusement laissé aucune place au doute : le réchauffement climatique se poursuit. Il est désormais urgent de prendre des mesures pour adapter nos sociétés à cette nouvelle donne avant qu’elles ne subissent un terrible choc. Cela relève de la responsabilité des gouvernements africains. Mais, c’est justement via leur mode de développement polluant, dont les Africains n’ont pas fini de payer les conséquences, que les pays du Nord ont acquis les moyens et les connaissances qui permettraient de limiter la casse. Ils ont le devoir d’agir, dès aujourd’hui.

Tosi Mpanu Mpanu, président du groupe africain
des négociateurs sur le climat,
in Jeune Afrique, 11/12/2011
 

[marron]DROITS DE L’HOMME DANS LE MONDE[/marron]

- [vert]Ontwikkelingshulp afhankelijk van homorechten[/vert]

De Verenigde Staten gaan hun beslissingen over de toekenning van ontwikkelingshulp aan een land mee laten afhangen van de wijze waarop dat land omgaat met homoseksuelen en transseksuelen. Dat maakte minister Hillary Clinton van Buitenlandse Zaken bekend tijdens een toespraak in Genève. Het Witte Huis publiceerde een beleidsdocument terzake.

President Obama geeft Amerikaanse ambassades de opdracht om te vechten tegen "het criminaliseren van homoseksuelen". Ook zullen de VS homoseksuele asielzoekers zo veel mogelijk beschermen.

In twee van de grootste ontvangers van hulp, Pakistan en Afghanistan, zijn homoseksuele activiteiten bij wet verboden. In Saudi-Arabië, Iran en de Verenigde Arabische Emiraten staat er zelfs de doodstraf op.

De president van de Human Rights Campaign, Joe Solmonese, ontmoette minister Clinton vandaag. "De regering van Obama heeft een gigantisch verschil gemaakt in het leven van homoseksuelen en transseksuelen in de VS. Zijn leiderschap zal nu ook in de rest van de wereld voor hen strijden", zei hij.

(AP) in De Standaard 07/12/2011
 

- [vert]Nouveau code de la famille au Mali[/vert]

"Une régression", selon les organisations de défense des droits de l’homme. "Une victoire", pour les associations islamiques.

Le 2 décembre, le nouveau code de la famille a été adopté à l’unanimité des 121 députés présents, mettant un terme à deux ans de débats entre élus et société civile.

Une première version, votée en 2009, n’avait jamais été promulguée, le président Amadou Toumani Touré s’étant heurté à l’opposition des islamistes, qui avaient organisé des marches de protestation. Cette fois, il aura fallu de longues heures de discussions à l’Assemblée pour venir à bout des 49 articles litigieux (sur un total de 1143).

Désormais, l’homme est l’unique chef de famille, la "puissance paternelle" remplaçant la notion d’"autorité parentale", qui consacrait l’égalité hommes-femmes. Dans la même veine, les époux ne se doivent plus "mutuellement fidélité, protection, secours et assistance" : la femme doit "obéissance" à son mari, et le mari "protection" à sa femme. Celle-ci pourra avoir un domicile distinct ou garder son nom en cas de divorce, avec l’accord de son époux. Enfin, le mariage religieux devient l’égal du mariage civil – cette disposition avait été écartée dans la première mouture.

Cependant, ce code, soulignent les députés, donne à chacun le choix d’opter pour les règles du droit civil ou bien pour celles issues des coutumes et de la religion. Un consensus qui ne plaît ni aux islamistes ni aux tenants de la parité.

(Malika Groga-Bada, in Jeune Afrique, 11.12.2011.)
 

- [vert]Le fracassant silence du président Barack Obama[/vert]

Que jamais plus, tant qu’elle n’aura pas aboli l’odieuse et ancestrale peine de mort, l’Amérique ne prétende donner des leçons de démocratie – et surtout pas au nom des droits de l’homme – au reste du monde !

Car cette Amérique, en exécutant froidement Troy Davis ce 21 septembre 2011 n’avait que mépris et indifférence pour ces millions d’hommes et de femmes qui réclamaient, à cor et à cri, une justice plus humaine et compassionnelle, tout simplement plus "juste", envers un innocent.

Oui : c’est là une tache indélébile désormais, aux yeux effarés des vrais démocrates, sur cette Amérique qui, loin d’être cette grande nation moderne qu’elle se vante d’être, ne vaut guère mieux, en la circonstance, que ces pays ayant recours, en matière de justice, aux méthodes les plus barbares et moyenâgeuses, telles la lapidation ou la pendaison, pratiques communément appliquées là où sévit, de sinistre mémoire, l’obscurantiste "charia".

Davantage : il vaut apparemment mieux se voir condamné à mort en Iran, là où l’on peut encore sauver sa peau, comme Sakineh [1], lorsque l’opinion publique internationale implore la clémence des autorités politico-religieuses, qu’aux Etats-Unis, là où nul ne peut venir à votre secours, comme pour Troy, lorsque cette même opinion publique internationale implore une même clémence aux autorités politico-religieuses.

Paradoxe consternant : les ayatollahs et autres enturbannés de Téhéran, pour intégristes qu’ils soient, se sont avérés moins fanatiques, au bout de ce sordide compte, que les juges en costume et cravate de Géorgie !

Quant à Barack Obama, n’en parlons pas : son fracassant silence, sur cette douloureuse affaire Davis, est indigne, par-delà son manque de courage politique et de clairvoyance intellectuelle, de ce prix Nobel de la paix que la prestigieuse Académie de Stockholm lui a, sur l’unique et très mince base de ses beaux mais seuls discours théoriques, un peu trop vite accordé. Ainsi est-ce bien plus qu’une simple tache sur la justice américaine que cet assassinat de Troy Davis révèle en négatif : c’est l’institution du Nobel de la paix elle-même, son sens profond et sa portée philosophique, qui, à travers cette lâcheté de Barack Obama, dont les véritables préoccupations sont manifestement plus électoralistes qu’humanistes, se voit éclaboussée là.

Car c’est le puissant lobby des défenseurs du port d’armes tout autant que l’imposante frange des partisans de la peine de mort (trente-six des cinquante Etats composant les Etats-Unis l’ont encore inscrite dans leur système judiciaire), lesquels constituent une part non négligeable de son électorat, que le futur candidat à un deuxième mandat présidentiel aura finalement écouté là, bien plus que sa propre conscience (…).

Ainsi, en d’aussi pénibles et révoltantes conditions, ne peut-on que concorder avec la toute récente déclaration, à ce sujet, du très estimable Robert Badinter, ancien Garde des Sceaux (le ministre français de la Justice) et, à ce titre, glorieux père, il y a trente ans très exactement, de l’abolition de la peine de mort, sous la présidence de François Mitterand, en France : "Cette exécution est un crime, un crime judiciaire, et le pire qui soit : l’exécution d’un innocent par la machine judiciaire aveugle", vient-il en effet de marteler, très justement, sur les ondes d’une importante radio de l’Hexagone. Et d’ajouter, non moins opportunément, que c’était la "une défaite pour l’humanité".
(…)

Daniel Salvatore Schiffer, philosophe et écrivain,
in La Libre Belgique, 24-25 sept. 2011
 

- [vert]China vroeg niet deel te nemen aan de uitreiking van de Vredesprijs[/vert]

China had alle landen gevraagd geen ambassadeur naar de uitreiking van de Nobelprijs voor de Vrede te sturen, die plaats had op vrijdag 9 december te Oslo.

Afghanistan, China, Columbia, Cuba, Egypte, Iran, Irak, Kazachstan, Marokko, Pakistan, Filipijnen, Rusland, Saudi-Arabië, Servië, Sudan, Tunesië, Oekraïne, Venezuela en Vietnam woonden de ceremonie niet bij. De meeste van die landen hebben belangrijke handelsbetrekkingen met China.

Tijdens de ceremonie bleef de stoel van de Chinese dissident Liu Xiaobo onbezet.

"Voor de Chinese regering is Liu Xiaobo een crimineel die een inbreuk heeft gepleegd op artikel 105 van de strafwet, dat bepaalt dat het een misdaad is om anderen aan te zetten de staat omver te werpen. Liu heeft deelgenomen aan de protesten op het Tienanmenplein in 1989 en heeft daarna verschillende oproepen gedaan voor politieke hervormingen. Hij was een van de auteurs van Charter 08, een manifest dat door 350 intellectuele en mensenrechtenactivisten was ondertekend naar aanleiding van de zestigste verjaardag van de Volksrepubliek China in 2008."

(De Standaard, 8-12-2011)
 

Op een persconferentie zei de woordvoerster van het Chinese ministerie voor Buitenlandse Zaken : "Wij gaan onze politiek niet veranderen omdat enkele clowns zich bemoeien met ons land."

De idealen die we koesteren, onze zoetste dromen en goede hoop worden misschien geen werkelijkheid tijdens ons leven. Maar dat is het punt niet. De wetenschap dat jij in jouw dagen je plicht deed en de verwachtingen van je medemensen waar hebt gemaakt, is op zich een waardevolle ervaring en een geweldige prestatie.
Nelson Mandela, 1 april 1985
aan Sheena Duncan, een antiapartheidsactiviste
 

[marron]À TABLE ![/marron]

[vert]L’alimentation s’expose à Tour & Taxis (Bruxelles)[/vert]

[bleu marine]Une exposition fascinante qui pose aujourd’hui les questions pour demain[/bleu marine]

Répartie sur 2 000 m2 dans les caves de Tour &  Taxis, [marron]“A Table  !”[/marron] s’organise autour de [bleu] cinq espaces thématiques [/bleu]. La visite débute par une installation parlante  : une table penche sous le poids de la démographie mondiale, sur laquelle un compteur renseigne en temps réel sur l’évolution de la population   : déjà plus de sept milliards d’êtres humains sur Terre et environ 220 000 bouches de plus à nourrir par jour  ! Au cœur de la réflexion des organisateurs, on retrouve en effet une question   :

[bleu marine]Comment nourrira-t-on neuf milliards d’humains en 2050   ?[/bleu marine]

- Le premier espace, [bleu marine]“Cultiver”[/bleu marine], est consacré aux premiers gestes de l’homme depuis le néolithique  : la culture et l’élevage. Une grande salle met en scène, sur de belles vitrines, les paysages créés par l’agriculture aux quatre coins de la planète. Où l’on découvre aussi que sur les 30 .000 espèces comestibles, seules 9 assurent 75 % de notre alimentation. Qu’un milliard de paysans n’ont que leurs mains pour produire, là où, en Occident, un seul homme peut cultiver 2. 000 tonnes de blé sur 200 ha  ! Ou encore que la production de biocarburants représente désormais 2 % des champs cultivés dans le monde…

- Dans l’espace dédié à la [bleu marine]“Transformation”[/bleu marine], le plus intéressant, on explore le secteur agroalimentaire. Même si, dans les pays développés, on en est déjà au stade “agrotertiaire”, où la distribution et les services pilotent désormais la chaîne alimentaire. De quoi placer le visiteur face à ses responsabilités de consommateur pour lui faire prendre conscience que les choix qu’il fait dans son alimentation ont des répercussions à tous les niveaux  : additifs alimentaires, déchets, pollution… Dans des tableaux marquants, on découvre ainsi que pour fabriquer un pot de yaourt bio aux fraises, il faut compter 9 .000 km de transport  ! Ou que dans un repas “sain” (pain, saumon, fruit…), on retrouve jusqu’à 54 résidus chimiques (pesticides, retardateur de flammes, plastique,…).

Même un pot de yaourt Bio est gourmand en transport : 9.000 km !

- De quoi déboucher logiquement sur la partie [bleu marine]“Manger”[/bleu marine], consacrée à nos habitudes alimentaires. Si, en 1920, l’alimentation représentait 60 % du budget d’un ménage, elle ne dépasse plus les 15 %. Avec cette question   : est-on réellement prêt à dépenser plus pour manger mieux  ? Deux frigos retracent par ailleurs l’évolution de l’assiette des Belges de 1950 à aujourd’hui, vers plus de viande et de produits manufacturés. Et la FAO estime que moins de trois milliards d’hommes se nourrissent correctement, et pas seulement à cause de la sous-nutrition…

- L’expo se termine par ses deux volets les plus faibles. Vide, la salle [bleu marine]“Imaginer”[/bleu marine] tente une prospection sur l’alimentation en 2050. Où ne frappe qu’une belle représentation 3D d’une ville du futur, où les champs pourraient envahir les immeubles.

- Le cinquième et dernier espace s’intéresse, lui, à la gastronomie et au plaisir que doit représenter l’acte de manger. Au menu, un [bleu marine]“Cook Théâtre”[/bleu marine] accueillera démonstrations culinaires et conférences et une galerie de portraits de quelques-uns des plus grands chefs belges.

Parfaitement inscrite dans son temps, [marron]“A Table  !”[/marron] se veut très didactique et ludique (avec de nombreux écrans interactifs, des témoignages vidéo). Si les visiteurs les plus conscientisés seront sans doute un peu déçus, notamment par le côté peu polémique de l’expo, celle-ci s’adresse clairement au grand public. Lequel devrait en ressortir avec l’envie de réfléchir à ce qu’il met dans son assiette…

[marron]“A Table  !”[/marron], jusqu’au 3 juin à Tour & Taxis à Bruxelles.
Du lundi au vendredi de 9 à 17 h, samedi et dimanche de 10 à 19 h.
Entrée  : 8-9-12 €.
Rens.  : www.expo-a-table.be ou 02.549.60.49.
Après Bruxelles, l’exposition se rendra à Libramont…

NDLR. J’y ai passé près de trois heures fort intéressantes, et je n’ai pas tout lu ni regardé de près…

Une étude menée en France par l’association de consommateurs "Que choisir ?" sur plus de 700 spots publicitaires télévisés diffusés lors de programmes s’adressant aux enfants et adolescents a montré que 11% de ces spots seulement portaient sur des aliments ayant un intérêt nutritionnel.

Les 89 autres vantaient des aliments déséquilibrés : produits laitiers sucrés ou gras, biscuits, pâtisseries, boissons sucrées, etc. Or il a aussi été démontré que les enfants préfèrent toujours les produits "vus à la télé". Et très souvent, les parents suivent…



L’accroissement de population exigera un accroissement de la production de denrées alimentaires. Si les tendances actuelles ne se modifient pas, la viande et les produits laitiers seront les aliments les plus réclamés. Leur consommation croîtra d’ailleurs plus vite que la population. Ce qui signifie qu’une part de plus en plus grande des cultures servira à nourrir les animaux. Est-ce humainement et écologiquement tenable ?

_________________________________________________

Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles

[1Sakineh Mohammadi Ashtiani, femme iranienne de 43 ans, condamnée à la lapidation pour cause d’adultère et libérée en juillet 2011 sous pression internationale (ndlr).


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 761 / 1025446

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License