missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°62 Breuklijnen

Août - Augustus 2012
lundi 3 septembre 2012 par J.V.

 LES PETITIONS REMISES EN CAUSE ???

L’utilisation de caractères gras est l’œuvre de la rédaction de Lignes de Fracture. Texte pas facile. Accrochez-vous !


Certaines ONG utilisent la puissance des médias sociaux afin de susciter un ralliement de masse à leur action, quitte à véhiculer une version simplifiée de la réalité. Les actions visant à susciter l’intervention de la communauté internationale au nom de la responsabilité de protéger n’échappent pas à cette tendance. Analyse à la lumière des campagnes controversées menées récemment par ’Invisible Children’ et ‘Avaaz’. Comme tout message, celui des ONG mérite d’être lu avec esprit critique.

’Kony 2012’ . Depuis le lancement de sa campagne virale, l’ONG américaine ‘Invisible Children’ a (re)mis les exactions commises par la ‘Lord Resistance Army’ en Ouganda sur le devant de la scène. En l’espace de quelques jours, la vidéo a été visionnée par des dizaines de millions d’internautes, jouant à plein l’effet démultiplicateur des réseaux sociaux. Réalisée comme un pitch de campagne électorale, elle présente l’objectif que s’est assigné ‘Invisible Children’ pour l’année 2012 : faire arrêter Joseph Kony. Il s’agit de mobiliser l’opinion publique internationale afin que les gouvernements sortent de leur mutisme et interviennent militairement au côté de l’Ouganda. ‘Invisible Children’ en est convaincue : si le monde en avait connaissance, les crimes commis par la LRA ne resteraient pas impunis et son leader serait mis hors d’état de nuire. En cette année d’élection présidentielle américaine, le moment est propice pour obtenir des engagements des partis en campagne.

- Une campagne au retentissement médiatique sans précédent…

Et les résultats me direz-vous ? Bien que l’objectif ultime – l’arrestation de Joseph Kony – n’ait pas encore été atteint à ce jour, la campagne jouit d’une énorme visibilité médiatique. Sur le plan politique, l’ONG a réussi à mettre la problématique à l’ordre du jour des assemblées législatives américaines et de l’administration Obama. Les Etats-Unis se sont engagés à poursuivre leur présence militaire symbolique en Ouganda. Depuis novembre 2011, une centaine de soldats issus majoritairement des forces spéciales y est présente, exerçant principalement un rôle de conseil auprès des forces armées ougandaises.

- …qui suscite de nombreuses critiques

En dépit de son impact médiatique, la méthode utilisée par ‘Invisible Children’ n’en suscite pas moins de nombreuses interrogations et critiques. La vision de la problématique suscitée par la LRA est simplifiée à outrance pour la rendre compréhensible par le plus grand nombre. La campagne de l’ONG insiste sur les exactions commises par la rébellion en Ouganda, alors même que Kony et ses sbires n’y officient plus depuis plusieurs années. Suite à l’échec des négociations de Juba en 2008, la LRA s’est dispersée sur une zone couvrant le Sud-Soudan, la République Centrafricaine et le nord de la République Démocratique du Congo. Jouant la carte des rivalités régionales, elle sévit auprès des populations civiles sans être véritablement inquiétée. L’arrestation de Joseph Kony et sa traduction devant la Cour Pénale Internationale revêtiraient une importance symbolique forte, mais elle ne marquerait pas, loin s’en faut, la fin des exactions commises par les combattants de la LRA. L’intervention militaire réclamée par ‘Invisible Children’ n’est que le point de départ d’un long processus – impliquant actions civiles et militaires - en vue de mettre un terme aux exactions et de régler les séquelles laissées par la rébellion. Ce processus implique une coopération régionale renforcée, la poursuite des infractions commises par la LRA, la réinsertion des personnes enrôlées de force et le retour des populations déplacées.

Le message simpliste et manichéen véhiculé par la campagne ‘Kony 2012’ fait largement abstraction de cette réalité complexe. En cette année électorale, l’administration Obama se devait de répondre favorablement à la pression de l’opinion publique. Sa politique d’intervention s’en sort renforcée et légitimée au nom d’un idéal louable largement partagé. Mais, les récentes découvertes de vastes réserves d’hydrocarbures dans la région des Grands Lacs et l’omniprésence de la Chine en Afrique Centrale n’est sans doute pas étrangère à l’envoi de soldats américains pour soutenir un régime allié de Washington. Une nouvelle fois, se pose la question des motivations réelles qui poussent un état à intervenir militairement au nom de la responsabilité de protéger. Ou, dit autrement, l’administration Obama aurait-elle été aussi prompte à intervenir, en l’absence d’intérêts géostratégiques et économiques ?

- Instrumentalisation de la R2P [1]

Le risque d’instrumentalisation de la responsabilité de protéger à des fins autres que celles qui lui sont assignées est une réalité. A cet égard, le rôle de la société civile, et plus particulièrement des ONG, n’est-il pas de veiller à ce que le recours à la responsabilité de protéger ne soit pas détourné de son objectif initial : assurer la protection des populations civiles contre les crimes de droit international humanitaire, quand cette protection n’est pas assurée par l’état dont elles sont ressortissantes ? Dans le cas de la LRA, une nouvelle intervention armée pourrait même s’avérer contre-productive et nuire à la protection des populations civiles. Lors de la dernière offensive menée conjointement par les armées congolaise, ougandaise et sud-soudanaise, avec l’aide des Etats-Unis, la LRA a mené plusieurs opérations de représailles à l’égard des populations civiles. Résultat ? Plus de 800 victimes civiles et des centaines de personnes enrôlées de force par la LRA. D’un point de vue militaire, l’opération fut un échec. Malgré quelques succès engrangés, elle n’a pas empêchée la LRA de continuer à opérer dans la zone dite des trois frontières (Sud-Soudan, RDC et Centrafrique). Une nouvelle offensive contre la LRA nécessiterait une coopération accrue des états concernés et une plus grande protection des populations civiles contre les inévitables représailles. La composition de la LRA représente une difficulté supplémentaire. Selon Oxfam, Joseph Kony est entouré d’un groupe de 150 à 200 combattants. Le reste de ses poursuivants se compose de personnes enlevées ou enrôlées de force. Une action militaire ferait d’inévitables victimes collatérales parmi ce deuxième groupe.

Se pose alors la question suivante : en plaidant pour une intervention armée, la campagne ‘Kony 2012’ ne se trompe-t-elle pas d’objectif ?
C’est en substance la critique formulée par la représentante spéciale du Secrétaire Général de l’ONU pour les questions liées à l’enfance et les conflits armés, Radhika Coomaraswamy. Au lieu de plaider pour une intervention armée, ’Invisible Children’ aurait été mieux inspirée de concentrer ses efforts sur le financement de la réinsertion des enfants soldats, enrôlés de force par la LRA. (Benjamin Petteau)

http://paceperilcongo.it/fr CONGO ACTUALITÉ N° 153 2/07/2012
 

 Pas intégrés les musulmans ? « C’est tout le contraire »

Une étude a évalué les valeurs qui unissent ou qui séparent les musulmans et les non-musulmans dans six pays d’Europe dont la Belgique. Constat : les musulmans sont fiers d’être belges.
L’analyse de l’étude dans Le Soir (22-06-2012)

© Belga
 

Selon l’étude européenne Eurislam, commanditée par la Commission européenne et menée dans six pays, dont la Belgique, une très large majorité (entre 56 % et 69 %, selon l’origine ex-yougoslave, marocaine ou pakistanaise) des musulmans sondés se disent fiers, voire très fiers, d’être belges. Seule exception, le groupe turc, où à peine 24 % proclament leur fierté d’être belges.

Les migrants interrogés se considèrent très majoritairement musulmans, quelle que soit leur ethnie : 88 % dans le groupe d’ex-Yougoslaves, 95 % dans le groupe marocain et 98 % dans les groupes turc et pakistanais. Entre 77 % (chez ceux d’origine pakistanaise) et 89 % (chez ceux d’origine turque) ont la nationalité belge. La Belgique et les Pays-Bas se caractérisent par un taux élevé de naturalisations.

D’après Dirk Jacobs, sociologue à l’ULB, l’étude montre par ailleurs qu’ « en Belgique et au Royaume-Uni, ils sont davantage partisans de la liberté d’expression que le groupe national majoritaire  ». Selon l’ethnie, 71 % à 92 % des musulmans interrogés pensent que tout le monde a le droit de dire ce qu’il veut en public, contre 67 % chez les Belges non musulmans.

L’enquête a été menée auprès de 7.256 personnes, dont 1.197 en Belgique (386 Belges « de souche », 153 ex-Yougoslaves, 256 Turcs, 255 Marocains et 147 Pakistanais).

  «  Le contraire de la guerre n’est pas de s’abstenir de meurtres mais d’agir pour la dignité de tous les hommes sans exclusive .  »  
    André Trocmé (1901 – 1971)

Pasteur français, secrétaire international du M.I.R. (Mouvement International de la Réconciliation). Il organisa le sauvetage des juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale en Haute-Loire.

 

 EN BREF

- Procès historique en Argentine

Jorge Rafael Videla, de oud-dictator van Argentinië werd op 5 juli 2012 tot vijftig jaar cel veroordeeld voor babyontvoering tijdens de militaire dictatuur. De grootmoeders van de Plaza de Mayo krijgen wat ze hoopten.

- Yad Vashem nuance le rôle de Pie XII

Qu’a-t-on donc changé sur le panneau évoquant Pie XII où il était question qu’« il ne s’était pas élevé contre les exactions antijuives des nazis durant la Seconde Guerre mondiale » ? Le nouveau texte remet en fait les pendules à l’heure. Il reconnaît « qu’il est intervenu, dès son message radiophonique de Noël en 1942, en faveur de centaines de milliers de personnes qui, sans avoir commis de faute, mais pour des raisons de classe ou nationalité, sont destinées à la mort ou à des conditions progressives de dépérissement ». Le nouveau texte évoque également le « nombre considérable d’activités de secours entreprises par l’Eglise pour sauver les Juifs et l’intervention personnelle de Pie XII pour les encourager ».

La Libre Belgique, 5-07-2012
 

- VS waarschuwen Kagame voor Strafhof

« De steun van Rwanda aan de rebellenbeweging M23 in Oost-Congo en aan andere gewapende groepen moet ophouden. Er is een lijn die je kan overschrijden onder het internationale recht, waarna je verantwoordelijk kan worden gehouden voor hulp aan een groep die wreedheden begaat. »

De openlijke Amerikaanse kritiek aan het adres van Paul Kagame, de president van Rwanda, komt niet van de eerste de beste. Ambassadeur Stephen Rapp leidt het Office of Global Criminal Justice, dat expertise en samenwerking met internationale tribunalen opbouwt, en advies verleent aan de Amerikaanse minister van Buitenlandse Zaken. Stephen Rapp was hoofdaanklager bij het Rwandatribunaal in Arusha, en zette daarna de vervolging van de Liberiaanse oud-president Charles Taylor in gang.

De Standaard 27-07-2012
 

- Des habitants de Gao empêchent l’application de la charia

Des habitants de Gao, dans le nord du Mali, ont empêché les islamistes qui contrôlent la ville d’appliquer la charia et de couper la main d’un voleur, rapportent des témoins. « Très tôt dimanche, des centaines de jeunes ont pris d’assaut la place de l’Indépendance de Gao (située au centre-ville), pour empêcher l’application de la sentence », a déclaré un enseignant.

- Un tribunal pour juger Hissène Habré ou comment les dictateurs se protègent entre eux

  • Hissène Habré gouvernait le Tchad de 1982 à 1990.
  • Renversé par Idriss Déby, il s’enfuit au Sénégal avec 5 millions d’euros prélevés dans les caisses de l’Etat tchadien.
  • En 1999 les familles des victimes d’assassinats politiques et de torture (quelque 40 000 selon la Commission tchadienne pour la vérité), inspirées par les démarches des victimes de Pinochet au Chili, demandent à Human Rights Watch de les aider. En janvier 2000 une plainte est déposée à Dakar.
  • Habré est placé en résidence surveillée, mais le Conseil supérieur de la magistrature, présidé par le nouveau chef d’Etat, Abdoulaye Wade, ôte le dossier au juge et la justice sénégalaise estime qu’elle est incompétente pour juger des crimes non commis au Sénégal.
  • Les plaignants demandent l’extradition de Habré en Belgique, où une plainte a été déposée contre lui par un Belge d’origine tchadienne, en vertu de la « loi de compétence universelle » pour les crimes contre l’humanité.
  • Après quatre ans d’enquête, le juge d’instruction belge Daniel Fransen délivre en 2005 un mandat d’arrêt international. Bruxelles demande l’extradition de Habré. La Belgique la redemandera trois autres fois jusqu’en 2012, sans jamais être exaucée par le régime de Wade. L’argent que Habré fait circuler dans les milieux du pouvoir à Dakar y serait pour quelque chose…
  • En mai 2006, le Comité de l’Onu contre la torture demande au Sénégal de juger Habré ou de l’extrader.
  • En 2008, Habré est condamné à mort par contumace au Tchad.
  • En 2009, Bruxelles saisit la Cour internationale de Justice de la Haye. Les donateurs réunissent 8,5 millions d’euros pour financer le procès.
  • En 2012 Wade perd les élections. En juin, son rival et successeur, Macky Sall, refuse l’extradition vers la Belgique, mais promet un procès au Sénégal. La Cour de la Haye exerce de la pression.
  • Mercredi 22 août 2012, Aminata Touré, nouvelle ministre sénégalaise de la justice et un représentant de l’Union Africaine ont signé un accord à Dakar portant création d’un tribunal spécial pour juger l’ancien dictateur tchadien. Il faut espérer que des donateurs seront trouvés, car les 8,5 millions mentionnés plus haut « n’existent plus ».

- Driekwart van alle wapens komt uit de VS

De wapenverkoop vanuit de Verenigde Staten is vorig jaar verdrievoudigd tot een nieuw recordbedrag van 66 miljard dollar. Drie van de vier wapens die wereldwijd verkocht worden, komen uit Amerika.

Van de 85,3 miljard dollar (68,2 miljard euro) aan wapens die vorig jaar wereldwijd verkocht werden, waren er 71,5 miljard bestemd voor ontwikkelingslanden. De VS namen daarvan 56,3 miljard voor hun rekening. Dat is dubbel zoveel als in het vorig recordjaar 2009.

Rusland is – op basis van de vrijgegeven verkopen – op grote afstand de tweede wapenleverancier ter wereld, met slechts 4.8 miljard dollar leveringen.

De beste klanten van de VS : Saudi-Arabië (33,4 miljard dollar ; o.a. 84 nieuwe F-15 gevechtsvliegtuigen) ; Verenigde Arabische Emiraten (4,4 miljard dollar ; o.m. een antirakettenschild) ; India (4,1 miljard dollar ; 10 C-17 transportvliegtuigen) ; Taiwan (2 miljard dollar ; Patriot-antiraketteninstallaties) ; Oman (1,4 miljard dollar ; 18 F-16 gevechts- vliegtuigen).

(De Standaard 28-8-2012)
 
 
Madame Dutroux-Martin

« A ceux qui critiquent « l’accueil de Malonne », j’aimerais poser une question toute simple : qu’est-ce que ces sœurs avaient à gagner ? Qu’on me le dise ! Elles vivaient à l’écart, sans faire du bruit, en étant très respectées de leur environnement, accueillant depuis des décennies des personnes paumées qui frappent à leur porte. Et les voilà au milieu d’une tornade. Pas pour avoir posé un geste religieux, mais un geste citoyen que la société ne posait pas. /…/

Moi j’admire leur fermeté et leur détermination. Ce n’est pas de l’entêtement, mais de la cohérence. Une partie de la société ne voulait pas qu’il y ait une solution : elles ont cassé quelque chose dans le système pour que, finalement, la loi puisse s’appliquer. Voilà, au sens noble, des femmes qui « font autorité ». J’ajoute que, grâce à elles, et je mesure mes mots, nous serons peut-être un peu plus humains.

A travers leur geste, que je crois prophétique, c’est chacun qui devient meilleur, qui s’élève et qui s’élargit. »

 
    Gabriel Ringlet,
ancien vice-recteur de l’Université Catholique de Louvain, prêtre et écrivain,
in La Libre Belgique du 30-08-2012.
 

 EXEGЀSE ET NON-VIOLENCE

Psaume 37, 1-22 Laisse ta colère

 

Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles

[1La responsabilité de protéger (« responsability to protect » ou « R2P ») est un nouveau critère international de la sécurité et des droits de l’homme pour remédier aux défaillances de la communauté internationale à prévenir et empêcher génocides, crimes de guerre, nettoyages ethniques et crimes contre l’humanité.


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 434 / 575019

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License