missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°74 Breuklijnen

Août - Augustus 2013
vendredi 6 septembre 2013 par J.V.

  ON PEUT ABATTRE LE RÊVEUR, MAIS PAS SON RÊVE

50 ans déjà, 50 ans à peine que le Révérend King exprimait son rêve à haute voix. Le rêve d’une Amérique qui ne mépriserait plus une partie de ses enfants, les estimant incapables de prendre part à la vie publique (droit de vote) ou indignes de vivre en harmonie avec leurs « frères blancs » (lois ségrégationnistes, assorties de nombreuses interdictions).

Le 28 août 1963 a donc marqué un tournant définitif dans l’Histoire des USA. Ce jour-là, 250 000 citoyens américains, Noirs et Blancs, jeunes et vieux, ont pris ensemble la route menant vers le Mémorial Lincoln à Washington afin de faire entendre leurs voix et de montrer leur intime conviction, comme leur détermination à, enfin, vivre dans un Etat de droit digne de ce nom. Une « ultime » manifestation qui a permis au mouvement des Droits civiques de sortir de l’ombre et de la paranoïa dans laquelle les Etats (principalement sudistes) voulaient l’enfermer. Révélant aux yeux du monde le visage tuméfié d’une Amérique menacée (d’emprisonnement, de représailles, voire de lynchage en cas de participation à la marche) mais déterminée à ce que cesse l’injustice raciale et sociale.

Emmenée par le très charismatique Martin Luther King, devenu figure de proue de ce mouvement malgré lui, la foule réaffirme sa volonté d’obtenir des droits égaux pour tous sans violence. Ce jour-là, inscrit dans l’ombre de la statue de Lincoln, King rappelle les promesses non tenues faites aux citoyens afro-américains un siècle plus tôt, le 1er janvier 1963. Au moment de la proclamation de l’émancipation des esclaves par Abraham Lincoln. Car, dans les faits, rien n’a changé pour les Afro-Américains qui restent des citoyens de seconde zone.

Le mercredi 28 août 2013, au même endroit, le président Obama a salué la mémoire de celui qui, malgré les coups et les menaces, a rendu le rêve possible.

Karin Tshidimba , in De Standaard du 28 août 2013
 



Getuigenis van Clarence Benjamin Jones, vriend, rechterhand en speechschrijver van MLK

Hoewel de geschiedenis anders doet vermoeden, kwam de I have a dream-speech van Martin Luther King moeizaam tot stand. Jones : « We wisten dat dr. King een toespraak moest houden, maar door alle beslommeringen rond de organisatie waren we daar maar niet aan toegekomen. De avond voor de grote dag hadden we nog altijd niets op papier staan. We waren met een man of vijf in zijn kamer in het Willard Hotel aan het filosoferen en het brainstormen over welke boodschap we nou wilden vertellen. Maar we raakten het maar niet met elkaar eens. Toen vroeg dr. King mij om in een andere kamer alle gedachten die we hadden uitgesproken op papier samen te vatten. Dat werd het concept van de speech. »

« Veel mensen weten dat niet, maar de toespraak die dr. King hield was niet de speech die we bedacht hadden. Ik zie het nog zo gebeuren. Ik stond denk ik een meter of tien, vijftien van Martin vandaan, toen hij die gigantische menigte ging toespreken. Ik zag dat hij op een gegeven moment de papieren voor zijn neus opzijschoof. Voor hem, op het bordes, zat Mahalia Jackson, zijn favoriete gospelzangeres. Ze riep opeens : »Vertel ze over je droom, Martin ! Vertel ze over je droom !« Ze herinnerde aan een toespraak van King die hij eerder gaf in Detroit. Die deed hij toen voor een deel over. Vraag me niet hoe. Want hoe dr. King die dag sprak, om twee uur ’s middags op 28 augustus, zȯ had ik hem nog nooit horen spreken. Alsof een onzichtbare, kosmische kracht zijn lichaam had overgenomen. »

« Als je de speech leest, is die tekst helemaal niet zo indrukwekkend. Hij stond bol van thema’s die benoemd moesten worden. Maar bedenk dat daar 200 000, misschien wel 300 000 mensen waren, blank en zwart (ndlr. volgens een ooggetuige waren er meer blanken dan zwarten !), en dr. King wist dat dit het moment was. Hij voelde de extase die zich van zijn publiek meester maakte. De impact was alleen maar groter omdat veel mensen dr. King voor het eerst hoorden spreken. De grote tv- en radiostations coverden de hele dag. De dag erna stond hij op alle voorpagina’s. Nooit eerder wist hij zo veel mensen tegelijkertijd te bereiken, in huiskamers in de hele VS. Ze hadden wel over hem gehoord, maar nu hȯȯrden ze hem ook voor het eerst spreken. Daardoor wonnen zijn woorden alleen maar aan kracht. »

De droom van Martin Luther King is grotendeels uitgekomen. King noch ik had kunnen voorzien dat zo’n 40 jaar na die legendarische dag een Afro-Amerikaanse man tot president van de Verenigde Staten zou worden verkozen. Maar wat ik wel kan zeggen, zonder enige overdrijving, is dat de verkiezing van Barack Obama in 2008 alleen mogelijk was dankzij het transformerende effect van het leiderschap van King. Toen Obama president werd, heb ik gehuild. Niet zozeer omdat hij president werd, maar om al die mensen die in de burgerrechtenstrijd om het leven zijn gekomen. Veel van hen heb ik persoonlijk gekend. Inclusief mijn goede vriend Martin Luther King. Zij hebben de weg bereid voor de president. Trouwens, toen ik de president ontmoette en hem dat vertelde, was hij het volledig met me eens."

In Knack van 28 augustus 2013
 
« Je vous le dis aujourd’hui, mes amis, malgré les difficultés et frustrations du moment, je fais encore un rêve. C’est un rêve profondément enraciné dans le rêve américain. Je rêve qu’un jour cette nation se lèvera et vivra selon la véritable signification de son credo : »Nous tenons pour évidente cette vérité que tous les hommes sont créés égaux." Je rêve qu’un jour, sur les collines rouges de Géorgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d’esclaves pourront s’asseoir ensemble à la table de la fraternité. Je rêve qu’in jour l’Etat du Mississippi lui-même, un Etat désert qui étouffe dans la fournaise de la haine et de l’injustice, sera transformé en une oasis de liberté et de justice. Je rêve que mes quatre jeunes enfants vivront un jour dans une nation où ils ne seront pas jugés sur la couleur de leur peau, mais sur leur personnalité.

Je fais un rêve aujourd’hui.

Je rêve qu’un jour l’Etat d’Alabama, dont le gouverneur n’a actuellement à la bouche que les mots d’interposition et d’annulation, se transformera en une terre où les petites filles et les petits garçons noirs pourront donner la main aux petites filles et aux petits garçons blancs et aller ainsi, la main dans la main, comme des sœurs et des frères.

Je fais un rêve aujourd’hui. (ndlr. Les gens se donnaient la main et se balançaient d’avant en arrière, tout en criant : « Continue à rêver. »)

Je rêve qu’un jour les vallées seront élevées et les collines et les montagnes abaissées. Ce qui est inégal sera aplani et ce qui est tordu sera redressé. Et la gloire du Seigneur sera révélée et toute chair la verra.

/…/

Quand nous laisserons résonner la liberté, quand nous la laisserons résonner dans chaque village et chaque hameau, chaque Etat et chaque ville, nous pourrons hâter le jour où tous les enfants de Dieu, Noirs et Blancs, juifs et gentils, protestants et catholiques pourront se prendre par la main et chanter les paroles du vieux negro spiritual : ’Enfin libres ! Grâce en soit rendue au Dieu tout-puissant ; nous sommes enfin libres !’


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 152 / 629396

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License