missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°73 Breuklijnen

Juillet - Juli 2013
jeudi 22 août 2013 par J.V.

  MENSENRECHTEN – DROITS DE L’HOMME

België veroordeeld door Europa

Straatsburg tikt de Belgische overheid op de vingers omdat er onvoldoende opvang is voor personen met een handicap. « Door het tekort aan opvang voor mensen met een handicap belanden veel Belgische gezinnen in problematische situaties. », besluit het Europees Comité voor Sociale Rechten. Het grote euvel is dat zwaar gehandicapten (syndroom van Down, bij voorbeeld) te lang moeten wachten. Met die uitspraak zullen ouders naar Belgische rechters kunnen trekken om opvang af te dwingen.

De Standaard van 29 juli 2013
 

La Libre Belgique titre « La Belgique est condamnée sans appel » et signale qu’en 2010 la Belgique comptait 73 381 personnes âgés de 21 à 61 ans et handicapées de grande dépendance. (29 juillet 2013)

Les peines perpétuelles incompressibles bannies

La Cour européenne des droits de l’homme a condamné le caractère incompressible d’une peine de privation de liberté à perpétuité, la déclarant contraire à l’interdiction des traitements inhumains ou dégradants. L’impossibilité d’une libération anticipée semble donc désormais mise au ban de nos systèmes pénaux. « Voilà une décision à rebrousse-poil de tout populisme » commente Philippe Frumer, chargé de cours à l’Institut supérieur des traducteurs et interprètes à Bruxelles.

La Libre Belgique du 20-21 juillet 2013
 

Stuur geen kinderen terug naar Afghanistan

Nadat de onderwijskoepels eind vorig jaar al hebben opgeroepen geen kinderen zonder papieren naar hun land terug te sturen zolang ze hier school lopen, mengt ook kinderpsychiater Peter Adriaensens zich in het debat. Hij maakt zich vooral zorgen over kinderen die naar Afghanistan worden teruggestuurd, « waar nog een open conflict woedt ». Niet volgens de overheid. « Maar ons beukgevoel zegt ons toch allemaal dat het daar niet veilig is. » « Kinderen die hier school lopen, Nederlands spreken en al iets van het Westen hebben overgenomen, krijgen automatisch problemen als ze naar daar terugkeren, » zegt Adriaensens. « Ze zijn al kwetsbaar, omdat ze zijn moeten vluchten. Door hen terug te sturen, raken ze nog meer beschadigd in hun ontwikkeling. Voor meisjes is het gevaar nog groter, omdat zij daar niet mogen studeren. »

De Standaard van 23 juli 2013
 

L’éducation les effraie

Militer coûte que coûte et ce, malgré les menaces de mort répétées des talibans, afin que plus aucun enfant au monde ne se voie refuser le droit à l’éducation : voilà le combat que mène Malala Yousafzai qui s’exprimait vendredi 12 juillet au siège des Nations unies à l’occasion de son seizième anniversaire. En soutien à l’initiative « L’éducation pour tous » du secrétaire générale de l’Organisation des Nations unies, Ban Ki-Moon, la journée baptisée « Les jeunes prennent le contrôle de l’Assemblée générale » a été l’occasion pour Malala de lancer un vibrant appel en faveur de l’éducation.

S’exprimant publiquement pour la première fois depuis sa sortie de l’hôpital de Birmingham en février, après y avoir subi une opération chirurgicale à la tête, la jeune Pakistanaise a évoqué les fléaux causés par les talibans dans son pays. Le 9 octobre 2012, elle avait été la cible des talibans alors qu’elle circulait dans un bus scolaire. Ce jour où elle faillit perdre la vie pour avoir critiqué sur son blog la misogynie et l’ignominie des talibans qui avaient notamment incendié plus de 150 écoles dans sa région, la pittoresque vallée de Swat. « Je ne suis pas ici pour parler de revanche personnelle contre les talibans /…/ je suis ici pour défendre le droit à l’éducation pour tous les enfants. » « Les extrémistes ont peur des livres et des stylos. Le pouvoir de l’éducation les effraie », c’est pourquoi « les gouvernements doivent assurer une éducation libre et obligatoire à chaque enfant dans le monde », a-t-elle affirmé. Elle a, à cet effet, remis à M. Ban une pétition diffusée sur Internet, et signée par près de 4 millions de personnes réclamant aux 193 pays membres de l’Onu, « le financement d’enseignants, d’écoles et de livres », afin que chaque enfant ait accès à l’instruction en décembre 2015 (objectif fixé par l’Onu !). « Aujourd’hui ce n’est pas le jour de Malala, c’est le jour de toutes les femmes, de tous les garçons et de toutes les filles qui ont élevé la voix pour défendre leurs droits. »

La Libre Belgique du 13-14 juillet 2013
 

Résolution du Parlement européen sur le cas de Victoire Ingabire (Rwanda)

Le 23 mai 2013, le Parlement européen a voté une résolution présentée par une cinquantaine de députés de cinq groupes parlementaires en faveur de Mme Victoire Ingabire. Entre autres, la Résolution « condamne fermement la nature politiquement motivée du procès, la poursuite d’opposants politiques et l’issue décidée à l’avance du procès » car, en réalité, « les activités politiques de Mme Ingabire se sont axées, entre autres, sur l’Etat de droit, la liberté d’association politique et l’autonomisation des femmes au Rwanda ». La résolution « condamne toute forme de répression, d’intimidation et de détention à l’égard de militants politiques, de journalistes et de défenseurs des droits de l’homme ». Elle demande instamment aux autorités rwandaises de « libérer immédiatement toutes les personnes et tous les militants emprisonnés ou condamnés pour le seul exercice de leurs droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique ; à cet égard, invite instamment les autorités rwandaises à adapter le droit national afin de garantir la liberté d’expression ».

Echos des Grands Lacs (EURAC) n° 99 de juin 2013
 

Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 199 / 645238

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.26 + AHUNTSIC

Creative Commons License