missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°45 Breuklijnen

Mars - Maart 2011
samedi 19 mars 2011 par J.V.

Editorial

 CATASTROPHE AU JAPON

Les mots ne suffisent plus pour décrire la catastrophe qui vient de frapper le Japon. On n’a toujours aucune idée précise du nombre des victimes. Des villages entiers ont disparus. Le peuple japonais attend dans l’angoisse d’autres secousses. Et le spectre d’un désastre nucléaire plane sur le pays. Le premier ministre japonais lui-même parle de la crise « la plus grave depuis la Seconde Guerre mondiale ». Dans le réacteur 4 de Fukushima les ouvriers ne peuvent plus travailler normalement. Une cinquantaine de héros continuent à s’y dévouer pour éviter le pire. Ce lundi 14 mars, plus d’un demi-million de Japonais avaient déjà été évacués.

Les secours internationaux s’organisent. Plus de 70 pays ont déjà pris des engagements dans ce sens (mais des secouristes allemands, par exemple, ont immédiatement fait demi-tour à cause du danger nucléaire). Une équipe d’experts français est arrivée au Japon. Les Etats-Unis ont fourni des pompes à eau à haute pression. La Croix Rouge collectionne des fonds pour les victimes. Kim Clijsters est une des promotrices d’un tournoi de bienfaisance en faveur des victimes japonaises…

Dans la région du drame 13 réacteurs nucléaires ont été construits malgré les protestations de la population et contre l’avis de professeurs d’université. A coup d’argent on les fit changer d’avis, car la ville de Tokyo, située à 250 km, avait besoin d’électricité.

Pour la première fois dans l’histoire, la ville de Tokyo va subir un régime de coupures de courant systématiques. Les conséquences sur le trafic, les usines et entreprises, les hôpitaux, les ascenseurs, le chauffage sont imprévisibles…

Un correspondant expatrié, demeurant à Tokyo, affirme que l’orgueil est à la base de l’imprévoyance politique et scientifique que la catastrophe étale au grand jour. L’homme se croit malin, très malin. Comme Eve dans le récit du jardin d’Eden, première lecture du premier dimanche du Carême. C’est, continue-t-il, la population qui paie la facture, manipulée par les intérêts du capital et les autorités politiques. Pas plus tard que la semaine passée une délégation commerciale s’est rendue au Vietnam pour vendre de la technologie nucléaire, pendant que l’énergie alternative n’est promue qu’au compte-goutte.

Dans les hauts plateaux tyroliens, exposés au risque d’avalanches, il est interdit de construire des maisons. Mais dans un pays où l’on sait pertinemment que tous les 30 ans des raz-de-marée (tsunamis) déferlent, les Japonais ont construit des villes entières et même asséché des mers à cet effet. « Je dirais presque, poursuit notre correspondant, que c’est bien fait pour eux, si ce n’était pas les petites gens qui en sont les victimes, alors que les bureaucrates, les technocrates et les riches habitent des villas spacieuses dans les quartiers chics situés en hauteur… C’est toujours la même histoire. » La folle témérité des riches s’exerce sur le dos des pauvres.

Quelle que soit notre opinion personnelle sur l’énergie nucléaire, cet aspect aussi mérite d’être souligné.

La rédaction
 


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 289 / 590968

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.21 + AHUNTSIC

Creative Commons License