missionarissen van afrika
missionnaires d’afrique

L A V I G E R I E . be

Lignes de fracture N°79 Breuklijnen

Février - Februari 2014
samedi 1er mars 2014 par J.V.

[marron]REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO[/marron]

[vert]LETTRE DES MARTYRS DU 16 FEVRIER 1992 AU PEUPLE CONGOLAIS[/vert] [1]

Chers compatriotes,

La Conférence Nationale Souveraine convoquée par Feu le Président Mobutu en juillet 1991 poursuivait trois objectifs à savoir : faire la relecture de notre histoire, baliser le chemin pour la troisième république et réaliser la réconciliation nationale. Alors qu’elle venait à peine de démarrer après l’élection de son bureau provisoire, le gouvernement de l’époque décida, de manière unilatérale, la suspension des travaux de ce grand forum de l’espoir.

Suite à l’importante déclaration du Comité permanent de la Conférence Episcopale du Zaïre en date du 27 janvier 1992 et au message des abbés de Kinshasa en date du 26 janvier 1992, nous avons répondu à l’appel du Comité Laïc de Coordination qui nous invitait à marcher le 16 février 1992 pour réclamer la réouverture, sans conditions, de notre Conférence Nationale Souveraine.

Au cours de cette marche, nous sommes tombés sous les balles de la répression violente du régime dictatorial de Mobutu.

Vingt-deux ans après notre entrée au village des ancêtres, nous vous adressons à vous, nos chers compatriotes qui êtes restés en vie et qui, pour certains, portez encore les séquelles de cette violente répression, le message suivant :

La démocratie pour laquelle nous avons marché et pour laquelle nous avons donné notre vie est celle qui repose sur les valeurs d’égalité, de participation, de liberté et de justice. Une égalité qui entraîne le respect de tout être humain, une participation qui suppose la responsabilité de chacun et de tous, une liberté qui est le fruit de la vérité et une justice qui engendre la vraie paix.

Cette démocratie participative est encore à construire. Elle ne pourra se réaliser pleinement que lorsque nous serons totalement libérés de l’esclavage dans lequel nous maintiennent les maîtres du monde avec la complicité de nos propres frères et sœurs.

Chers compatriotes,

Notre sang a coulé ce jour-là pour une cause noble : l’intérêt supérieur de la nation. Parmi nous, il y a des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux, de différentes tribus et conditions sociales. Nous sommes allés dans l’au-delà, sans regret aucun.

Nous vous invitons à surmonter votre peur. Nous vous demandons d’ouvrir vos yeux pour voir la réalité de notre pays en face. Nous vous convions à vous organiser efficacement comme ce fut le cas pour la marche du 16 février et à mener des actions non-violentes pour la libération totale de notre chère patrie.

Parmi vous, il y a des hommes et des femmes qui ont les capacités requises pour conduire le peuple, à la manière de Moïse et Aaron, vers la terre promise : terre qui ruisselle de lait et de miel, terre de liberté, d’égalité, de participation et de justice ; terre d’amour et de fraternité ; terre de paix et de joie pour toutes et tous.

Détectez ces frères et sœurs pour créer un nouveau leadership dont notre pays a besoin afin de poursuivre et de parvenir au bout de sa marche vers la vraie démocratie.

Chers compatriotes,

Nous sommes morts et pourtant nous sommes encore en vie. Car, selon notre tradition africaine, les morts ne sont pas morts. Aussi, nous vous lançons cet appel : Ensemble, sans distinction de tribus ni d’autres clivages, prenons notre destin commun en main et continuons notre lutte de libération sans relâche.

Fait au village des ancêtres, le 16 février 2014
Les martyrs de la démocratie
 

__ornement.png__

[vert]Congolese amnestiewet op maat van rebellen [/vert]

[bleu marine]Brussel, 7 februari 2014 – Op dinsdag 4 februari keurde het Congolese parlement een nieuwe amnestiewet goed. De wet wacht nu op bekrachtiging door president Kabila. “Deze amnestieregeling beloont opnieuw de rebellen. België moet meer ijveren voor een rechtstaat in Congo”, zeggen Broederlijk Delen en Pax Christi Vlaanderen. [/bleu marine]

Na de militaire nederlaag van M23 ondertekenden Congo en de rebellengroep op 12 december 2013 een vredesakkoord. De nieuwe amnestiewet is één van de verbintenissen in het akkoord. De wet voorziet amnestie voor ‘opstanden, oorlogsdaden en politieke misdrijven’ die gepleegd werden in Congo tussen 8 februari 2006 en 20 december 2013. Verantwoordelijken voor genocide, misdaden tegen de mensheid en oorlogsmisdaden komen niet in aanmerking voor amnestie.

De Congolese amnestieregeling is ook van toepassing op politieke dissidenten. Toch is de wet vooral een beloning van personen die de wapens opnamen voor politieke doeleinden. De wet heeft betrekking op de periode waarin M23 en zijn voorganger (CNDP) Oost-Congo terroriseerden.

[bleu marine]“Het vredesakkoord met M23 was al een opdoffer voor de bevolking, amnestie verschaffen aan de rebellen is een ware slag in het gezicht van hun slachtoffers”, zegt beleidsmedewerkster Nadia Nsayi.[/bleu marine]

De speciale gezanten van de Verenigde Naties, de Europese Unie, de Afrikaanse Unie en de Verenigde Staten noemen de amnestiewet een stap in de goede richting naar de terugkeer van duurzame vrede in Congo. Het Congolese middenveld reageert echter erg ontgoocheld. Mensenrechtenorganisaties roepen president Kabila op om de wet niet te bekrachtigen.

[bleu marine]"De amnestieregeling is symptomatisch voor de wijdverspreide straffeloosheid in Congo”, zeggen Broederlijk Delen en Pax Christi[/bleu marine]. De organisaties vragen dat België meer ijvert voor de opbouw van een echte rechtsstaat in Congo om te vermijden dat deze amnestiewet ook weer als een boemerang terugkeert en het kwetsbare vredesproces ondermijnt.

Pax Christi Vlaanderen, e-week 6
 

[marron]50 JAAR MIGRATIE – 50 ANS D’IMMIGRATION[/marron]

"Vijftig jaar geleden had België extra werkkrachten nodig. Daarom tekende ons land een akkoord met Marokko en Turkije. Tussen 1964 en 1974 kwamen er tienduizenden Marokkaanse en Turkse mannen naar ons land om te werken. Vaak lieten ze daarna hun vrouw en kinderen overkomen, kochten ze een huis en lieten ze zich naturaliseren tot Belg.
Te dikwijls horen we negatieve bedenkingen over hen, o.a. “Ze zijn niet geïntegreerd”. Zijn wij het wel ? Daarom deze positieve bijdrage. Ze komt uit het ‘dossier migratie’ van de “Nieuwe Antwerpenaar”, gratis magazine van de stad Antwerpen, nummer van 1 februari 2014".

Guido Verbist (Rencontre)
 

[vert]Hocine Trari. Directeur van kleuter- en lagere school ‘Kriebel’ in Deurne.[/vert] “Op mijn school zie ik dat het niet evident is om les te geven aan anderstalige nieuwkomers. Als een man die hier geboren is trouwt met een vrouw uit Marokko, moet zij vaak het hele traject opnieuw doorlopen… Soms vertellen mensen me dat ze in Marokko begraven willen worden. Dat zegt mij niks. Ik ben hier in België geboren. Ik ben een echte Antwerpenaar en mijn kinderen zijn Sinjoren. Leg mij maar op het Schoonselhof (grootste begraafplaats van Antwerpen) naast Hendrik Conscience.”

[vert]Hassan Aarab. Eigenaar bakkerij ‘Roché’ in Deurne.[/vert] “Uit respect voor je ouders en hun migratieverhaal ben je het verplicht om iets van je leven te maken… Mijn vader benadrukte dikwijls het belang van studies, opvoeding en voorkomen… Toen mijn vrouw en ik twintig jaar geleden onze bakkerszaak openden in Deurne, was er geen enkele Marokkaanse winkel op de baan…. Nu voelen wij ons volledig geaccepteerd. Vorig jaar hebben we zelfs een bakkerswedstrijd gewonnen.”

[vert]Mike De Ridder. Rapper bij hiphopgroep NoMoBS. Hij is half Belg en half Marokkaan.[/vert] “Als ik in de buurt ben van Belgen, voel ik me geen Belg. En tussen de Marokkanen voel ik me geen Marokkaan... Eén van mijn nummers gaat daar ook over. “Zenne kik nen Belg of zennek nen bruine ? Staat de poort van Marokko open of gesloten ? Vliege kik België binnen of ligge kik buiten ?”... Ik wil de mensen laten nadenken. Sommige mensen zeggen dat ze niet geloven in de multiculturele samenleving. Aanpassen of terugkeren, dat bestaat niet. Ik heb van huis uit meegekregen om respect te hebben voor de ander, ook als je het niet eens bent met elkaars levenswijze... het wordt tijd dat de mensen weer positief curieus worden naar elkaar.”

[vert]Amina. (56j) bediende, Antwerpen.[/vert] “Toen ik negen jaar was, vertrok ik met mijn ouders uit Marokko. Mijn vader had werkzekerheid gekregen in Hoboken. Ik heb veel kennissen en buren hier. Zij zien zelfs niet meer dat ik een hoofddoek draag, en dat vind ik wel leuk.”

[vert]Wedij (21j.) Student, Antwerpen.[/vert] “ Mijn ouders wonen al meer dan tien jaar in Antwerpen. In 2011 ben ikzelf ook naar hier gekomen uit Senegal. Hoewel Antwerpen leuk is, mis ik mijn oma et Senegal een beetje.”

[vert]Marie-Antoinette (52j.) sociaal assistent, Antwerpen.[/vert] Vroeger ben ik uit Congo naar Wallonië vertrokken om er te studeren. Ik ben naar Antwerpen gekomen om Nederlands te leren. Het leuke aan Antwerpen is de diversiteit en de rijke cultuur.”

[vert]Naomi (29j.) leerkracht, Antwerpen.[/vert] ”Ik groeide op in Japan, maar ben eigenlijk van overal. Mijn vader is Amerikaan. Mijn man, een Spanjaard, ontmoette ik in Amerika. Samen woonden we in Zwitserland. Mijn man moest voor zijn job naar Antwerpen. Het is hier goedkoper in Antwerpen dan in Zwitserland en er is veel te doen. Ik ben gelukkig.”

[vert]Sangare (40j.) werkzoekende, Antwerpen.[/vert] “Ik kwam in 2007 naar Antwerpen om werk te zoeken. Ik heb gewerkt bij Katoennatie. Naar Ivoorkust, waar ik vandaan kom, zou ik niet meer terug willen. Mijn kinderen gaan hier naar school en hebben hun vrienden. Antwerpen is hun thuis.

[bleu marine]50 jaar migratie : programma te Antwerpen :[/bleu marine]
Tentoonstellingen, conferenties, films... Meer uitleg op de website
www.dna.be/50jaarmigratie
(G.V. Antwerpen)
 

[vert]UN DEMI-SIÈCLE D’IMMIGRATION BELGO-MAROCAINE[/vert]

Vendredi 14 février au Parlement avec les présidents des assemblées et mardi 18 février au palais d’Egmont en présence des Premiers ministres Elio Di Rupo et Abdel-Ilah Benkiran, la Belgique et le Maroc ont célébré non sans un brin de faste le 50ème anniversaire de la convention bilatérale qui a permis d’organiser l’immigration de travailleurs marocains en Belgique.

Députée régionale bruxelloise puis flamande, [bleu] Yamila Idrissi [/bleu] conduira la liste SP.A bruxellois au Vlaams Parlement. "Mon père nous a précédé en Belgique en 1963. Je suis arrivé six ans plus tard avec ma maman et mes frères et sœurs. Il voulait absolument nous assurer un meilleur avenir. Il y est largement parvenu puisqu’il s’est non seulement bien intégré, actif d’abord dans une teinturerie puis dans une entreprise métallurgique." Installée d’abord dans un quartier populaire de Malines près de la caserne Dossin, la famille Idrissi s’est implantée ensuite dans un logement social avec quatre chambres, une salle de bain et un jardin. "Un vrai bonheur qui nous montra qu’on pouvait s’en sortir"… Yamila l’illustre aussi : après des études d’assistante sociale, elle obtint une licence en droit à la VUB. Non sans avoir sué pour faire muer son malinois en ABN sous la houlette de Zuster Louisa… Tous les siens ont réussi : "De femme de ménage à la haute finance en Suisse"… Mais Yamila Idrissi n’a pas oublié les années plus difficiles avec la montée du Belang. Aujourd’hui, elle veut éviter la dérive de Bruxelles et invite les autorités à ne pas oublier que le plus grand atout est sa jeunesse, d’où qu’elle vienne…

Comme le père de Yamila Idrissi, celui de [bleu] Hafida Bachir [/bleu], la présidente du mouvement [bleu]"Vie féminine"[/bleu], a aussi débarqué en Belgique en 1963. Et lui aussi a travaillé dès son arrivée, dans la société Scheerlinck, spécialisée dans la construction de courts de tennis auprès de laquelle il a mené toute sa carrière. Il entendait à terme rentrer au Maroc mais les autorités locales de Schaerbeek de l’époque – c’était avant Roger Nols… - l’encouragèrent plutôt à s’y implanter avec sa famille. Ce ne fut pas évident de quitter Tanger pour l’agglomération bruxelloise, mais chez les Bachir, on s’efforça de ne pas couper les racines avec la terre natale. "Ma famille a reçu un excellent accueil mais continua à penser qu’elle retournerait un jour au pays. Finalement, il n’en fut rien. Ce ne fut pas toujours aisé pour des raisons linguistiques mais comme il y avait un réel besoin économique, cela posa moins de problèmes."

Hafida Bachir reconnaît que ce fut plus dur lorsque la crise économique battit son plein. Les siens en souffrirent mais parvinrent à la surmonter. Hafida Bachir a progressivement franchi les échelons qui la menèrent à la présidence de "[bleu]Vie féminine[/bleu]" en 2006, active sur le plan régional puis national. Elle est très attentive à ce qu’on prenne en compte les aspirations de "la génération des petits-enfants, qui est la plus intégrée"… mais qui devrait être mieux encadrée sur le plan de la formation et de l’insertion sociale.

La Libre Belgique du 17 février 2014
 

Voir aussi : www.50anscestdubelge.be


[marron]CULTURE ET DROITS DE L’HOMME
OPINION ET ANALYSE
[/marron]

[vert]LA RÉFÉRENCE À L’ISLAM SE MAINTIENT DANS LES PAYS ARABES[/vert]

En Tunisie comme en Égypte, les assemblées constituantes ont tenté de concilier « identité musulmane » et libertés démocratiques. Quasiment tous les pays du monde arabo-musulman, sauf le Liban qui est pluriconfessionnel, font référence à l’islam dans leur Constitution. Ces références peuvent conduire à réserver les fonctions les plus hautes à des musulmans, ou conditionner l’exercice de droits et libertés : ainsi le respect des droits de l’homme (en Arabie Saoudite), ou de l’égalité entre l’homme et la femme (dans plusieurs pays) ne se fait que « conformément » ou « sans préjudice des principes de la charia islamique ». Mais à l’exception de quelques États théocratiques – l’Arabie saoudite où le roi tire son pouvoir du Coran et de la Sunna (la tradition du prophète), et l’Iran où le pouvoir politique est exercé par le clergé chiite – cette mention a surtout conduit à une administration de la religion par l’État, voire à une fonctionnarisation des imams, note le professeur de droit public, Jean-Philippe Bras….Plus que les mentions elles-mêmes, c’est la manière dont elles seront interprétées et appliquées par les futurs Parlements, gouvernements et surtout par les juges qui sera décisive.

Agustin Arteche in Bulletin ARCRE n° 62. Voir www.arcre.org
 

[vert]LOI ANTI-GAY EN UGANDA[/vert]

Voté à une écrasante majorité, le 20 décembre dernier, par le Parlement ougandais, le projet de loi était resté bloqué sur le bureau du président Museveni, soumis à une forte pression internationale (dont celle des Etats-Unis, où vit une importante diaspora ougandaise).

Le chef d’Etat a, cependant, décidé de passer à l’acte et a promulgué la loi le 24 février 2014.

Dans un pays (chrétien à 85 %) où l’homophobie est déjà très répandue, les persécutions vont passer à la vitesse supérieure puisque la loi rend obligatoire la dénonciation des comportements homosexuels.

Si la peine de mort a finalement été écartée (de toute justesse), la prison punit les cas les plus graves (de la "promotion" de l’homosexualité à la "récidive"). Après avoir été une "maladie", l’homosexualité est devenue un "crime". La délation obligatoire a finalement été écartée.

Les autorités s’attendent à un retour de manivelle de la part des bailleurs de fonds de l’Ouganda, mais elles affectent de n’en avoir cure. "Cela ne nous importe pas de perdre le soutien financier de nos partenaires", a averti le ministre ougandais de l’Ethique et de l’Intégrité (dans le 140ème pays le moins intègre de la planète selon le classement de Transparency International).

"Les Ougandais préfèrent mourir pauvres que vivre dans une nation immorale", assène encore l’ayatollah Simon Lokodo. Facile à dire quand on fait partie de la nomenklatura qui fait son petit shopping annuel sur la Cinquième Avenue, en marge de l’Assemblée générale des Nations unies. On n’est pas sûr, cependant, que les 37 % d’Ougandais qui vivent avec moins d’un dollar par jour partagent nécessairement son jugement.

Le gouvernement des Pays-Bas a déjà annulé 7 des 23 millions d’euros d’aide prévue. Les Etats-Unis, dont l’aide annuelle à l’Uganda atteint les 290 millions d’euros chaque année, compte revoir leurs relations avec ce pays.

(selon La Libre Belgique et De Standaard, fin février)
 

[vert]EENS VERWORVEN, ALTIJD VERWORVEN ?[/vert]

De geschiedenis is een opeenvolging van conflictsituaties over normen en waarden. Die staan niet in steen gebeiteld en wettelijke kaders kunnen maatschappelijke druk tot verandering niet tegenhouden. Waarden waarvoor soms decennialang gestreden is en die wij als evidenties beschouwen, kunnen door nieuwe groepen in vraag gesteld worden. Scheiding tussen kerk en staat, religieuze vrijheid en die om zich publiekelijk af te zetten tegen godsdienst, gelijkheid tussen man en vrouw, respect voor holebi’s : het zijn verworvenheden van een lange emancipatorische strijd.

Het is geen uiting van racisme of xenofobie om hieraan te herinneren en van nieuwkomers te verwachten dat ze zich aan die ’normen en waarden’ aanpassen. Het is pas als men dat niet doet en stelt dat migranten er hun eigen waardepatroon op na kunnen houden, dat men blijk geeft van een racistische instelling : alsof de waarden die wij belangrijk vinden voor onszelf niet zouden gelden voor mensen die van elders komen. Verlichtingswaarden moeten universeel zijn : als men pleit voor een gelijke justitie voor iedereen, dan kan men onmogelijk een parallelle rechtspraak dulden. Als men van oordeel is dat godsdienstkritiek een essentieel onderdeel is van de vrijheid van denken, dan kan men daarop geen uitzonderingen toestaan. Net zo min als men bijvoorbeeld kan tolereren dat onze wetten voor dierenwelzijn om religieuze redenen niet moeten worden toegepast.

Het is vooral het meningsverschil over de plaats van de religie in de samenleving en religieuze opvattingen over gender en seksualiteit die spanningen creëert. In Frankrijk komt dit nu volop naar boven : tegen een leerprogramma in de scholen over de gelijkheid tussen mannen en vrouwen heeft zich een merkwaardig front gevormd tussen uiterst rechts én islamitische fundamentalisten. Dan duikt de vraag op tot ’redelijke aanpassingen’, een eufemisme voor waarden à la carte. Maar dat leidt altijd tot een aantasting van de universaliteit van vrijheden.

Een waarde- en normenpatroon met twee snelheden is een contradictie. Dat betekent allerminst dat assimilatie en uitvlakken van verschillen het doel moet zijn. Integendeel : het is perfect mogelijk de eigen culturele specificiteit te behouden, terwijl men toch een algemeen waardekader aanvaardt dat voor iedereen geldt. Daaraan moeten uiteindelijk alle culturele eigenheden weI getoetst worden, anders heeft men geen argument om barbaarse gewoonten zoals vrouwenbesnijdenis af te wijzen. Dat is net het gevaar van cuItuurrelativisme, dat in geen geval zijn waarden aan een andere groep wil opdringen, uit angst om van etnocentrisme beschuldigd te worden.

/…/ Op planetaire schaal is de islam spectaculair aan het uitbreiden en dat gaat heel vaak gepaard met geweld tegen andersdenkenden. Dat radicalisme spreekt ook bij ons jongeren aan die in een marginale situatie zijn terechtgekomen. Daar maakten bewegingen zoals Sharia4Belgium op een perverse manier misbruik van door hen te recruteren voor een heilige oorlog. In die context verbaast het niet dat de modale Belg bedenkingen heeft bij de opkomst van een godsdienst die hier dertig jaar geleden nog exotisch was.

Is het omdat we - gelukkig - al meer dan zestigjaar geen oorlog meer gekend hebben in West-Europa, dat we vergeten zijn dat niets voor altijd verworven is ? Door de Europese geschiedenis loopt een bloedig spoor van godsdienstoorlogen, die gingen over ’waarden en normen’. Het is een illusie te geloven dat in deze lange vredestijd dit soort ideologische en religieuze conflicten niet meer zou bestaan. Net daarom is het belangrijk te beseffen dat ons waardepatroon verdedigd moet worden. Ook al is het geen oorlog.

Lukas Vander Taelen, Vlaams parlementslid (Groen)
in De Standaard van 11 februari 2014
 

[marron]M I S C E L L A N E A[/marron]

[vert]RCA[/vert]

« Il faut que la République centrafricaine soit un Etat laïc, que tous les citoyens soient égaux devant la loi (…) Il est du devoir de l’Etat de protéger ses ressortissants, chrétiens et musulmans ; cela n’appartient pas aux milices ou à des groupes armés » ont réaffirmé l’Archevêque de Bangui, S.Exc. Mgr Dieudonné Nzapalainga, et l’imam Oumar Kobine Layama, Président de la Communauté islamique centrafricaine

"Etre libre, on ne le dira jamais assez, c’est vouloir aussi la liberté de l’autre, pour celui qui ne pense pas comme soi. C’est ne respirer soi-même largement que si l’on est assuré que l’autre n’étouffe pas dans un cachot."
(Gabriel Marcel)
 

[vert]LE VOTE SUR L’EUTHANASIE DES ENFANTS[/vert]

Le 6 février une veillée de prière fut organisée en la Basilique de Koekelberg, sous la présidence de Mgr. Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles. Assistance très nombreuse, et beaucoup de jeunes.

[bleu] Objectif[/bleu] : "éveiller les consciences et provoquer un ultime débat public au moment où notre pays risque de se donner une législation étendant la possibilité de l’euthanasie à des personnes mineures."

[bleu]Déclaration[/bleu] : "Comme citoyens et comme chrétiens, nous respectons pleinement les procédures formelles de la démocratie parlementaire, mais nous jugeons qu’il ne suffit pas qu’une loi soit votée démocratiquement pour qu’elle soit automatiquement justifiée sur le plan social ou éthique."

Le 13 février la Chambre des députés vota la loi : 86 voix pour, 44 voix contre et 12 abstentions. La loi de 2002 autorisant l’euthanasie est donc étendue aux mineurs d’âge, sous certaines conditions.

[vert]LA FOI CHRÉTIENNE, FREIN OU INCITATEUR À LA VIOLENCE [/vert]

"Le premier élément de réflexion important à relever est que le rapport entre religion et violence commence dans la religion elle-même. Il y a donc là une interpellation lancée aux traditions religieuses elles-mêmes, amenées à s’écarter de l’idée selon laquelle la violence serait « extérieure » à la religion ou à la foi, telle une contamination venant du dehors.

La « croyance » de laquelle l’Eglise, entre autres, devrait se départir est que la foi produirait un rapport immédiat avec la douceur et la paix. La foi n’est pas une garantie protégeant a priori contre les pulsions et les actions violentes. Etant par essence ancrée dans les réalités humaines et concernée par elles, on peut considérer qu’aucune de ces réalités ne lui est étrangère.

La violence fait donc partie de la foi, qui est appelée en quelque sorte à « rendre des comptes » face à un phénomène qui n’est pas quelque chose d’extérieur à elle (« en face de »), mais d’abord en elle (« à l’intérieur de »).
Dans leur discours public, les chrétiens peuvent avoir tendance à se décrire comme « extérieurs » au monde qui les entoure, comme s’ils étaient « en face de » lui. Or, la foi chrétienne, dès ces fondements évangéliques, s’est ancrée « au cœur » du monde, et a été formulée dans une perspective universelle (concernant tous les hommes). Cette tendance présente chez certains chrétiens à concevoir les« dérives » du monde comme un corps étranger, à combattre de l’extérieur, peut contribuer à masquer (« refouler ») leurs propres dérives, cette violence intrinsèque à toute réalité humaine. On assiste donc fréquemment à une forme de déni de personnes chrétiennes vis-à-vis du caractère violent d’un certain discours religieux, rendu public sous une forme « excluante » et « clivante ».

Marie Peltier
Chargée de projets à Pax Christi Wallonie-Bruxelles
Extrait de "La foi chrétienne, frein ou incitateur à la violence ?"
 

Compilateur/compositeur responsable : Jef Vleugels, rue Charles Degroux 118 – B-1040 Bruxelles

[1Cette lettre est diffusée par le Collectif du 16 février qui regroupe les organisations suivantes : SIGNIS Kin, MCCI, SMC, LMC, CALCC, Congo Web, Ekolo ya Bondeko, ClAM-KIN, Toges Noires, Groupe Amos.


Mots-clés

Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 784 / 1049376

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Belgique  Suivre la vie du site J.P.I.C.   ?    |    titre sites syndiques OPML   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.28 + AHUNTSIC

Creative Commons License